Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

370 articles avec sculpture

Francesco Righetti

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Francesco Righetti

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Athlète. 1901. Max Klinger. (1857-1920)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Athlète.  1901. Max Klinger. (1857-1920)

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Lucienne Heuvelmans (1885-1944)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lucienne Heuvelmans (1885-1944)

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Elmgreen & Dragset Crucifix Inversé

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Elmgreen & Dragset  Crucifix Inversé

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Ange de la Résurrection par Walker Kirtland Hancock

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Ange de la Résurrection par Walker Kirtland Hancock

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Charles John Allen (1862-1956)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Charles John Allen (1862-1956)

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Ernest Gabard

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Ernest Gabard
Ernest Gabard
Ernest Gabard
Ernest Gabard
Ernest Gabard

Ernest Gabard est né à Pau le 19 mai 1879.

 


Vue arrière



Le verseur d'eau



Portrait



Vue latérale

 
 

Ancien poilu, patriote mais marqué à jamais par cette guerre de 14 - 18, il érigea, après celle ci, une quinzaine de monuments aux morts, dont la majorité sont d'inspiration pacifistes, dans le Sud-Ouest de la France : la pleureuse d'Assat, le soldat agonisant de Pontacq, l'écolier de Dax, le poilu crucifié de Monein, la pleureuse de Sauveterre, le regard perdu de Soumoulu, l'offrande deMorlàas, le vieillard et l'enfant de Mauléon...

Gabard_la_pleureuse_de_assatTrès jeune, il a le malheur de perdre sa mère et peu d’années après son père. Orphelin, il est, avec son frère et ses deux sœurs, recueilli et élevé par un oncle et une tante. Encore enfant, il dessine, modèle, sculpte avec des outils de fortune, sur des morceaux de bois, de pierre et déjà, ses dons naturels sont évidents.Pontacq_soldat_agonisant_sur_le_mon  

A 17 ans, sa famille l'autorise à aller suivre les cours de l'Ecole des Beaux-Arts, à Paris. Il apprend les bases du métier dans l'atelier de Jules Thomas et s'intéresse particulièrement au cours d'anatomie du Professeur Cuyer. Il fréquente aussi l'atelierLcolier_du_monument_aux_morts_de__2  d'Auguste Rodin, sans jamais être, toutefois, son praticien.

A la fin de son apprentissage, déçu par l'atmosphère de l'école, les clans et les coteries des milieux artistiques parisiens si éloignés de son caractère indépendant et de sa franchise naturelle, il choisit de regagner son Béarn natal. Léon Bérard, de l'Académie française, affirmait en 1954 : " Gabard déroge au type du sculpteur classique, homme aux longs cheveux, à la barbe dissidente vivant à Montparnasse, soucieux surtout d'obtenir les médailles officielles.

Gabard a voulu être sculpteur à Pau… son œuvre porte la marque du terroir… " Toute sa vie durant, Ernest Gabard travaillera dans son atelier palois et donnera la mesure de son talent dans desMonein_le_soldat_crucifi_3disciplines artistiques très variées, dessins, aquarelles, peintures, pointes sèches, bois gravé, taille directe sur bois ou pierre. Plusieurs de ses statues ornent la ville de Pau : la Femme au Puits, au bout de la rue Henri Faisans; la Fontaine aux Enfants sur le boulevard des Pyrénées

Il inventa, avec humour, un personnage, ancêtre de la BD, le Caddetou, le cadet, type social du paysan béarnais, malin et pittoresque, portant béret, blouse ample, sabots et parapluie sous le bras. Témoin de son temps, des débuts de l'aviation à Pau, aux temps héroïques des frères Wright, de Védrines ou de Blériot, il réalisa de nombreuses affiches, coupes et trophées ainsi que des statuettes. Il immortalisa tout ce que la région a compté deSauveterre_3   gloires politiques, intellectuelles ou sportives. De ses nombreuses réalisations dans le domaine religieux, on peut retenir le chemin de croix de  l'église Notre-Dame à Pau ; cette œuvre sculptée de Soumoulou_le_regard_perdu_du_soldatpierre dure, si différente de l'imagerie sulpicienne de l'époque, est traitée avec une grande sobriété, laissant uniquement aux visages et aux mains le soin de traduire et de raconter la tragédie.

Enfin, sa mobilisation pour les quatre années de la guerre 1914 - 1918 fait de lui un artiste combattant, et ses aquarelles évoquent la vie au front de novembre 1915 à avril 1916. Sergent au 270 e RI, il avait sur lui un petit carnet (format 18x14), support de 42 aquarelles qui donnent à voir les tranchées, les sapes et les abris, les bombardements, la protection contre les gaz, le cantonnement et les loisirs, les blessés et les postes de secours, l’appel après une attaque. Cet homme courageux, lucide, qui se considère comme un " miraculeux rescapé " de Verdun témoignera des souffrances atroces de la " génération sacrifiée " en érigeant, après la guerre, une quinzaine de monuments auxMauleon_le_vieillard_et_lenfant morts en Aquitaine.

 

  •  

 

Ces monuments émouvants participent de la vision pacifiste, de la réprobation silencieuse de cet artiste patriote Monument_de_morlas_3face à la barbarie de la guerre. Toute sa vie fut empreinte d'une grande honnêteté artistique dans sa quête de la vérité et de la sincérité.

Ernest Gabard s'est éteint à Pau le 7 avril 1957.

 

La source de cet article est le Centre Départemental De Documentation Pédagogique des Pyrénées Atlantiques :http://crdp.ac-bordeaux.fr/c2000/index.asp?loc=5 

 

  •  

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

L’Éducation morale

Publié le par lesdiagonalesdutemps

L’Éducation morale
L’Éducation morale
L’Éducation morale
L’Éducation morale
L’Éducation morale
L’Éducation morale

1) "L’Éducation morale" d’Auguste Maurice Verdier, lors de son exposition au salon annuel organisé par la Société des artistes français, en 1900, place de Breteuil à Paris. Sur la photo d'époque, elle est intitulée "Éducation civique", et sur le catalogue : "Éducation morale ; grand'père et son petit-fils".

2) Elle est ensuite installée sur cette place de Millau – sa ville natale - de 1903 à 1909 .

3) Puis elle est déplacée mais toujours à Millau, dans un parc près de gare où elle se trouve encore .

4) La voici telle que je l’ai photographiée l’hiver dernier . 

Ismau

 

Merci à Ismau d'avoir fait au blog ce pertinent envoi. Les photos prises l'année dernière illustrent bien dans quel mépris et dans quelle déshérence les municipalités laissent se dégrader notre patrimoine artistique au profit de fariboles évènementielles qui permettent aux élus municipaux de parader alors que la conservation de biens artistique n'en donne pas l'occasion. (c'est l'ancien maire adjoint à la culture d'une commune de l'Ile de France qui parle.)

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

jeunes romains

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Marc-Aurèle

Marc-Aurèle

Alexandre Sévère

Alexandre Sévère

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

Eugène Marioton (1857 - 1933) “Zéphyre”

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Eugène Marioton (1857 - 1933) “Zéphyre”

Publié dans sculpture

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>