Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2335 articles avec peinture

James Ensor

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Hendrick ter Brugghen

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Saint Sébastien soigné par Irène et sa servante, 1625 (Allen Memorial Art Museum, Oberlin - Ohio).

Saint Sébastien soigné par Irène et sa servante, 1625 (Allen Memorial Art Museum, Oberlin - Ohio).

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Gerald Brockhurst

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Gerald Brockhurst

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Anton Kolig

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Anton Kolig

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

saint Sébastien de Marcantonio Bassetti

Publié le par lesdiagonalesdutemps

J'ai trouvé ce beau tableau et ce judicieux commentaire sur le blog épissures (http://epissures.blogspot.fr/) que je vous recommande de fréquenter. J'espère que son tenancier ne sera pas fâché de cet emprunt. 

Le billet présent est consacré au saint Sébastien de Marcantonio Bassetti (né et mort à Vérone, 1586-1630). Il s'agit d'un Sébastien soigné par Irène, et peint autour des années 1625-1626. On se rappelle l'histoire : Sébastien ne meurt pas des nombreuses flèches que les archers lui envoient, et il est soigné par Irène qui oint ses plaies et le guérit. Je rappelle encore que l'imaginaire lié à Sébastien, dès lors qu'on le replace dans un contexte dans lequel la période de la Renaissance a permis de retrouver les canons esthétiques de l'Antiquité – du moins le croit-on – permet de faire de lui un substitut d'Eros. Là ce n'est pas lui qui décoche ses flèches, mais lui qui les reçoit, et ce processus inversé est tout indiqué pour faire de lui une icône de l'imaginaire gay.

 
Marcantonio Bassetti, Saint Sébastien soigné par Irène - ca 1625-1626
Mais ce qui est le plus intéressant est souvent non ce que Sébastien représente par lui-même, mais ce qu'il permet de découvrir autour de lui que sa présence révèle.
Dans cette représentation qui se situe en pleine production de la peinture italienne à la toute fin de la Renaissance, l'utilisation du clair-obscur s'est généralisée. Il permet, par définition de mettre en lumière certains aspects d'un sujet, et, par contraste, de mettre dans l'ombre certains aspects, comme pour souligner la tenue d'un discours, d'un énoncé sur une histoire biblique, ou religieuse.

Ici, curieusement, Marcantonio Bassetti, qui a fait le choix de montrer Sébastien après le supplice, l'efface presque : on ne voit quasiment rien de son visage, majoritairement dans l'ombre. Il reste une flèche, plantée dans la cuisse droite pour témoigner de l'identité du personnage. S'agit-il alors de magnifier Irène, représentante d'une féminité de jeune fille et à même de donner le sens du désir érotique à ce tableau ? Pas vraiment : si Irène paraît encore jeune, elle est davantage l'image d'une matrone que la figure d'une jeune fille vers qui le désir amoureux pourrait se reporter.

Alors ? Regardons la lumière : toute la clarté du tableau  provient d'une lumière en hauteur et située sur la gauche, éclairant le ventre, le torse et les cuisses de Sébastien. Un linge est pudiquement replié sur son sexe, et Irène ne songe qu'à laver les plaies que l'on ne distingue pas seulement. Le corps allongé de Sébastien se pose ainsi davantage en attente, une attente qui est celle de la sortie de la douleur, mais peut-être davantage celle, alanguie, d'un amant dont Irène se fait alors un simple témoin.

Vérifiant également la ligne de fuite diagonale qui part de la gauche avec le bras droit de Sébastien replié sur l'arrière, on suit la partie gauche du visage de Sébastien, son torse, son ventre, le linge replié sur son sexe et enfin la flèche qui donne l'indication de l'interprétation de cette composition.

Se vérifie ainsi que la plupart des représentations de saint Sébastien ne sont pas seulement des illustrations de l'histoire hagiographique du catholicisme, mais un détournement d'une érotique indicible qui utilise à plein les codes de la composition de l'image, se délecte de ce jeu de lumière pour donner le haut sens d'une érotique du corps masculin sans doute plus difficile à exprimer dans une période où la modernité essaie de se dire quand l'Eglise catholique tente, elle, de resserrer son étau sur les pensées et les corps.
 
 

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Albert Edelfelt - Garçons jouant sur la rive 1884

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Albert Edelfelt - Garçons jouant sur la rive 1884

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Trophime Bigot

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Trophime Bigot San Sebastiano curato da Irene ca 1630

Trophime Bigot San Sebastiano curato da Irene ca 1630

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

C'était Palmyre

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Herbert Schmalz - Queen Zenobia's Last Look Upon Palmyra

Herbert Schmalz - Queen Zenobia's Last Look Upon Palmyra

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Niels Smits van Burgst

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst
Niels Smits van Burgst

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

jeune spartiate observant les effets de l'ivresse, 1850 par Luigi Mussini (1813-1888)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

jeune spartiate observant les effets de l'ivresse, 1850 par Luigi Mussini  (1813-1888)

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>