Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

989 articles avec images volees des temps enfuis

Le salut des images

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Si l'on est vigilant, souvent murs et vitrines ou encore les quais du métro vous adressent des clins d'oeil, des sortes de saluts comme cette publicité sur un quai de RER pour le dernier Alix  dont je vous ai parlé dernièrement.

IMG_3835

Ou encore ce beau Le Gac, presque aussi beau que celui qui, dessus de mon lit   préside à mes songes. Mais dans cette vitrine d'une galerie au coin de la rue Guénégaud, il refusa avec obstination de se laisser photographier. Voici mes malheureuses tentatives...

IMG_3832

IMG_3833

IMG_3834.

Partager cet article

Repost 0

Vieilles américaines dans les rues de Trinidad

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_6071

 

IMG_6076

 

IMG_6078

 

IMG_6079

 

IMG_6080

 

IMG_6089

 

IMG_6136

 

IMG_6144

 

IMG_6147

Cuba, Trinidad, décembre 2009.

Partager cet article

Repost 0

Salvador Escalona, maitre du street art à La Havane

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_5943

 

IMG_6466

IMG_5942

 

La Havane est une ville envoutante et extraordinaire. Paradoxalement elle doit d'avoir préservé sa spécificité et donc sa beauté grâce, si je puis dire à l'embargo américain qui a épargné l'architecture coloniale et surtout celle du début du XX ème siècle qui est unique car elle a été partout détruite ailleurs, en Amérique centrale et dans les Caraibes. Autre paradoxe, j'ai retrouvé une douceur de vivre (apparente ne soyons pas dupes) dans cette ile sous un régime "communiste" comparable à celle que j'avais rencontrée dans le Portugal du "salazarisme" finissant, dans ce Portugal d'hier qui était préservé par un repli sur lui-même.

IMG_6456

IMG_5944

 

IMG_5945

Comme ce préambule ne l'indique pas, ce billet va être consacré à un des artistes de "street art" les plus intéressants que j'ai pu rencontrer de par le monde, car, comme vous l'avez sans doute remarqué, je ne manque pas, lors de mes différentes escapades, de photographier les oeuvres de ces peintres des rues qui souvent embellissent les murs et parfois les dégradent; c'est encore un autre paradoxe; ce billet en comportera beaucoup, ce qui me parait inévitable lorsque l'on parle de Cuba...

IMG_6458

IMG_5946

 

IMG_5947

Or donc rencontrons Salvador Escalona. La découverte se mérite car pour y arriver lorsque l'on vient du cartier historique d'Habana vieja et de sa place d'arme, point de départ le plus pratique pour toutes excursion dans la ville, il faut traverser tout le quartier Centro Habana car la ruelle décorée par notre peintre (qui a fait des émules dans les parages) ce trouve à l'extrémité du quartier près de celui de Verado.

IMG_5948

 

IMG_5950

Je vous conseille de traverser tout Centro Habana par l'intérieur pour admirer les bâtiments début de siècle dont je vous parlais plus haut et non de prendre par le Malecon, le boulevard du bord de mer, et ensuite le quitter par l'avenue qui lui est perpandiculaire, de Mencal; mais c'est aussi une solution. Il ne faut pas avoir peur de se perdre car El callejon de Hamel la ruelle peinte est connue des habitants qui se feront tous un plaisir de vous renseigner. Elle se trouve entre deux grandes avenue, Aramburu et Hospital.

IMG_5951

 

IMG_5952

Salvador Escalona est un peintre à la fois naif et fantastique. Peintre autodidacte, il se déclare inspiré par Dali, Miro, Picasso et les muralistes de la révolution mexicaine. Je dois dire que cela ne m'a paru évident à voir ses fresques sur les murs de son quartier pas plus qu'en visitant son atelier ou en le voyant peindre. La peinture de Salvador Escalona ressemble surtout à du Escalona et c'est très bien comme cela. Plus décelable dans son inspiration est celle d'une culture afro-cubaine avec ses divinités nées de tous les syncrétismes qui travaillent l'ile.

IMG_5953

 

IMG_5954

Le peintre a mis près de dix ans a décorer tout le pâté de maisons dans lequel il réside. Il ne peut s'agir d'un geste spontané dans un régime aussi autoritaire que celui de Castro. Toutes ces fresques n'auraient pas pu être peintes sans l'aval du pouvoir.

IMG_5956

 

IMG_5957

Salvador Escalona de son quartier de La Havane a essaimé ses peintures murales dans toute l'Amérique latine. Il voyage beaucoup mais lors de mon passage j'ai eu la chance de le rencontrer et de le voir peindre... dans sa rue, totalement dans sa bulle, étranger au vacarme qu'il l'entourait, tout à son oeuvre. A ce propos j'ai remarqué la grande faculté de concentration qu'on les cubains pour s'extraire du bruit de la ville et des incessants bavardages de leurs compatriotes (ci-dessous, le maitre au travail).

IMG_6461


IMG_5955

La rue, réservée aux seuls piétons, n'est pas seulement peinte (jusqu'au ciel), elle est encombrée d'installations avec comme objet récurrent la baignoire, sur l'une d'elle on peut lire: La nave del olvido (le navire de l'oubli). D'autres installations peuvent même être habitées (comme celle ci dessous). On y trouve aussi des sculptures diverses dont certaines semblent des sortes d'hôtels puisqu'elles reçoivent des offrandes.

IMG_5974

 

IMG_5975

Très organisé tout cela, je me baguenaudais le nez en l'air, les appareils photos fumants, lorsque j'ai été conduit fort aimablement dans la petite galerie où l'on peut acheter les oeuvres du maître (pas les celles sur les murs mais celles peintes à l'acrylique sur un fort papier à dessin ). Il y a un grand choix et on peut passer le temps que l'on veut à les admirer, certaines sont sur les murs mais la plupart sont en piles. Il faut fouiller! Elles sont d'un prix occidental modéré mais d'un prix cubain élevé. Pour emporter une oeuvre il est conseillé d'avoir un tube en carton assez long disons 80 cm et d'un bon diamètre, 15 cm pour ne pas casser le papier.

IMG_5960

 

IMG_5961

 

IMG_5965

On m'a dit que les installations changeaient assez souvent donc on peut y revenir régulièrement. Très important il y a aussi une petite buvette qui sert un cocktail maison, le Negron bien requinquant après la traversée pédestre de La Havane.

IMG_5971

 

IMG_5973

La Havane, Cuba, décembre 2009 

 

Pour retrouver La Havane sur le blog:  Mosko et associés ou le street art français sur les murs de La Havane,  La Havane par Michael Eastman,  Vieilles américaines dans les rues de La Havane,  Salvador Escalona, maitre du street art à La Havane,  Les belles américaines de La Havane 2,  Les belles américaines de La Havane,  Les façades de La Havane 3,  Les façades de La Havane 2,  Les façades de La Havane,  Dépôt de locomotives à vapeur à La Havane,  street art, à La Havane Wilfredo Lam au Musée de l'art cubain (Palacio de Bellas artes) de La Havane    

 

Pour retrouver le street art sur le blog:

street art à Montreuil Mosko et associés ou le street art français sur les murs de La Havane street art bruxellois Street art à Londres Le général Lee (?) en prison rue Vaneau Une après-midi le long du canal saint-Martin Einstein se promène rue de Buci Street art à Lisbonne Les monstres sont entrés dans Paris Pochoir parisien skate et street art au bord de la Tamise street art londonien Salvador Escalona, maitre du street art à La Havane, street art, à La Havane street art, dans le XX ème Street art, Alechinsky rue Descartes street art, un serpentaire rue de Sèvres Street art à Cordoue chat et street art à Grenade street art à Sévillestreet art et garçons à Tokyo street art rue des rosiers street art du coté du XIX ème arrondissement

 

 

IMG_5978

Partager cet article

Repost 0

Les belles américaines de La Havane 2

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Une des principales raisons qui m'ont amené à visiter Cuba était l'espoir d'y découvrir une sorte de conservatoir des voitures américaines des années 40 et 50, qui sont une de mes passions et dont je collectionne les modèles réduit au 1/43 ème. Mon attente a été comblée au delà de mes espérances, comme le montre la première salve d'images de ces engins souvent magnifiques. L'embargo américain a eu au moins cet aspect bénéfique de protéger ses véhicules qui sont devenus à Cuba officiellement patrimoine national ainsi paradoxalement le régime castriste pérennise un des fleurons de l'impérialisme yankee...

IMG_6009

IMG_6008

IMG_6018

IMG_6019

IMG_6020

IMG_6044

IMG_6045

IMG_6046

IMG_6048

IMG_6052
Cuba, La Havane, décembre 2009.

Pour retrouver La Havane sur le blog:  Mosko et associés ou le street art français sur les murs de La Havane,  La Havane par Michael Eastman,  Vieilles américaines dans les rues de La Havane,  Salvador Escalona, maitre du street art à La Havane,  Les belles américaines de La Havane 2,  Les belles américaines de La Havane,  Les façades de La Havane 3,  Les façades de La Havane 2,  Les façades de La Havane,  Dépôt de locomotives à vapeur à La Havane,  street art, à La Havane Wilfredo Lam au Musée de l'art cubain (Palacio de Bellas artes) de La Havane     

Partager cet article

Repost 0

Les belles américaines de La Havane

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Partager cet article

Repost 0

Mandarake à Tokyo

Publié le par lesdiagonalesdutemps



zimages-6703.JPG

 

zimages-6699.JPG

 

 

Mandarake est un nom qui fait rêver tous les amateurs de manga de par le monde. C'est le nom d'une chaine de magasins de librairies spécialisées dans les mangas et de tout ce qui tourne autour. A Tokyo même, il y en a plusieurs. Je me suis rendu dans la plus ancienne, la maison mère en quelque sorte. Elle se trouve dans le quartier de Nakano.


 

zimages-6692.JPG

 

zimages-6692_2.JPG

 

 

On accède à ce graal de l'otaku par une galerie commerçante appelée Nakano broadway, sorte de rue couverte riche en magasins vendant entre autres des atours pour la jeunesse nipponne qui est très fashon victime et fait ses emplettes en musardant... On ne peut pas la rater, Nakano broadway est juste en face de la sortie de la station de métro Nakano qui est le terminus de la ligne Tozai. Il faut se résoudre à quitter l'indispensable Yamanote et changer à Shinjuku. Pour Mandarake, une fois dans Nakano broadway, il faut monter jusqu'au 3F et au 4F.

 

 

zimages-6693.JPG

 

zimages-6694-copie-1.JPG

 

 

 

Il ne faudrait pas penser que cette adresse mythique serait réservée qu'aux fans de bande dessinée; tous les amoureux du dessin devraient y aller faire un tour. Ils ne sauront pas où donner de la tête, mais attention au Japon tous les mangas sont sous cellophane, donc pas question de feuilleter. Il faut faire son choix un peu, paradoxalement, les yeux fermés.


 

zimages-6695.JPG

 

 

Il ne s'agit pas d'un seul grand magasin mais d'une juxtaposition de petites boutiques serrées les unes contre les autres sur deux étages. Chacune ayant sa spécialité, Il y en a une réservé aux yaoi, manga d'histoires de garçons qui aiment les garçons...

 

 

zimages-6697.JPG

 

zimages-6698.JPG

 

zimages-6720.JPG

zimages-6719.JPG

 

zimages-6717.JPG

 

zimages-6716.JPG

 

zimages-6715.JPG

 

zimages-6714.jpg

 

Plusieurs autres sont dévolues aux figurines. Très belles collections d'extra-terrestres. Attention certaines officines ne vendent que des antiquités dans le domaine des joujoux et ainsi certains martiens et autres dragons des années cinquante et soixante, si vous voulez les acquérir, peuvent sérieusement attaquer le budget de votre séjour. Des figurines de héros d'anciens mangas peuvent atteindre plusieurs centaines d'euros...

 

 

zimages-6701.JPG

 

 

Les accumulations de figurines m'ont fait penser au grand accumulateur qu'était Arman...

 

 

zimages-6702.JPG



 

zimages-6710.JPG

des bébés shokobo. On trouve aussi de beaux exemples du futur d'hier...

 

 

zimages-6722.JPG

 

 

Egalement assez couteux sont les mangas d'antan, il nous renseigne sur l'évolution de ce médium.

 

 

 

zimages-6707.JPG

 

zimages-6704.JPG

 

Toujours pour vider votre compte en banque il y a aussi une boutique qui vend des dessins originaux de mangakas y compris parmi les plus célèbres. Tout cela  transforme certaines de ces boutiques en magasins d'antiquité et en musée.

 

zimages-6705.JPG

zimages-6706.JPG

 

 

zimages-6708.JPG

 

 

 

Il y a aussi des objets beaucoup plus abordables comme ces personnages de Dragon ball 

 

 

zimages-6711.JPG

 

 

Il y avait aussi un Godzilla et un king-kong japonais qui malmenaient un des joyaux de l'architecture militaire japonaise. On peut aussi acheter à Mandarake des fanfreluches pour se transformer en personnage de manga ou d'animé.

 

 

zimages-6721.JPG 

 

 

Et toujours des chats...

 

zimages-6712.jpg

zimages-6713.jpg

Tokyo, avril 2010

 

Et un joli minou...

 

Pour retrouver Tokyo sur le blog:  sanctuaire de Yasukuni-jinja,  Le jardin national Shinjuku-Gyoen, Tokyo, Japon,  mon florilège du musée d'art moderne de Tokyo, Japon,  un soir à Shibuya, Tokyo, Japon,  Le bureau de Goebbels à Okaihabara, Tokyo, Japon,  Un joli photographe sur Ginza, Tokyo, Japon,  Contrastes japonais du parc Hama Rikyu à Tokyo,  la jeunesse tokyoite fait les magasins...,  Mandarake à Tokyo,  Takeshita dori, la rue la plus animée de Tokyo,  Tokyo, Shibuya street art et garçons à Tokyo hommage à Rotella ? à ... Tokyo Tokyo, la nuit

 

 

Partager cet article

Repost 0

l'Apollon de Belmondo aux Tuileries

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSC01184.jpg

Paris, septembre 2011

 

Autres images des Tuileries sur le blog

L'installation d'Adrian Villar Rojas aux Tuileries

Partager cet article

Repost 0

Les anneaux de Buren à Nantes

Publié le par lesdiagonalesdutemps

IMG_4540
IMG_4545
IMG_4542
IMG_4546
IMG_4548
Ile Beaulieu,Nantesmars 2009.

Partager cet article

Repost 0

Les deux molosses du boulevard Saint-Germain

Publié le par lesdiagonalesdutemps


IMG_4076Paris, décembre 2008.

Partager cet article

Repost 0

Rencontre de Matta et de Mitoraj dans une galerie de Venise

Publié le par lesdiagonalesdutemps


IMG_3053
Venise, juillet 2008
Ici de nombreuses sculptures de Mitoraj

Partager cet article

Repost 0