Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1045 articles avec images volees des temps enfuis

pour se souvenir de Vogue covers aux Champs Elysées

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_5659_1.

Quelle bonne idée que cette exposition des plus belles couvertures de Vogue France, de 1920, année de l'apparition du journal à aujourd'hui (le premier numéro de l'édition américaine a vu le jour en 1892). On se remémore ainsi que le magazine a fait souvent appel à des peintres célèbres pour illustrer ses couvertures, Chagall, Hockney, Dali, Miro, Warhol... De célèbres actrices font également la une telles Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Elisabeth Taylor... La revue n'oublie pas non plus les modèles célèbres en leur temps comme Twiggy,

IMG_5661_1.

IMG_5662_1.

IMG_5663_1.

Magnifique couverture de 1929, signée Benito , bien de son époque. A la naissance du journal le peintre dessinateur espagnol Benito crée de nombreuses couvertures élégantes inspirée par le cubisme et l'art nègre.

IMG_5664_1.

Costellecci pour cette oeuvre a sans doute beaucoup regardé les toile de Chirico.

IMG_5666_1.

IMG_5667_1.

C'est Suzanne Lenglen, dessinée par Helen Dryden qui a les honneurs de la couverture d'un des tout premiers numéros de Vogue France.

IMG_5668_1.

En décembre 1985, David Hockney est le rédacteur en chef de ce numéro de fêtes. Pour le signaler, il choisit un tableau plein d'humour mais qui est assez peu représentatif de son travail.

IMG_5669_1.

1971, Salvador Dali maoise Marilyn...

IMG_5670_1.

Une belle imite au passage la pose de Caroline de Monaco, dans laquelle Andy Warhol l'a figée. Vogue se donne des allures d'Interview...

IMG_5673_1.

La une, due à Jean Pages d'un des derniers numéros de Vogue en 1940, avant sa rennaissance dans la France libérée en 1945. Le journal a refusé de paraître durant l'occupation.

IMG_5674_1.

Au centre, une couverture de Pierre Roy, audacieusement Vogue choisit une magnifique toile de ce peintre surréaliste, trop oublié.

IMG_5675_1.

IMG_5677_1.

Un mendiant et son chien, à la fois sous le regard d'Hitchcock, photographié par Philippe Halsman et d'une belle en fourrure par Horst P. Horst.
Au second plan une créature gracile, datée d'avril 1930, née du crayon de Georges Lepape qui sera en ce qui me concerne, la révélation de cette exposition. Dessinateur et affichiste il créa, jusqu'en 1939, une centaines de couvertures pour les Vogue français, américain et anglais. Pour elles, il inventera un monde sophistiqué et élégant...

IMG_5678_1.

En mars 1939, Benito dessine une colombe, symbole de la paix; un espoir qui ne passera pas l'été...

IMG_5681_1.

Helmut Newton, en septembre 1964, curieusement se met, en privilégiant ce rouge fichu de luxe, se met dans la droite ligne d'inspiration de Horst et de son chapeau bleu.

IMG_5682_1.

Horst P. Horst qui dans le privé aimait beaucoup les beaux garçons a surtout photographié les belles femmes. Il avait, comme le stipule le cartouche sous cette photo, le génie du détail et de la mise en scène, comme en témoigne la mise en valeur de ce chapeau bleu.

IMG_5683_1.

Irving Penn qui vient de disparaître, avait, en octobre 1959, immortalisé ce châle vert.

IMG_5684_1.

Une toujours élégante se souvient des parures de son bel âge...

IMG_5685_1.

Ci-dessous, cette élégante aux sports d'hiver, avec sa cagoule noire, le modèle à des faux airs d'Irma Vep,  en décembre 1951, est une image de Robert Doisneau, ce qui sans doute en surprendra beaucoup qui ne voient en ce photographe que celui du réalisme social poétique du Paris des années 50.

IMG_5686_1

IMG_5687_1
Paris, octobre 2009.

Au premier plan, Mert Alas et Marcus Piggoff, en novembre 2008 montre Vanessa Paradis dans une représentation décalée. Juste derrière, dans les ocres, on voit une des couvertures signées Georges Lepape, datant de 1934, une des plus belles de l'installation.
L'exposition a été inauguré en présence d'Anna Wintour, le modèle du diable s'habille en Prada, et de Carine Roitfeld la rédactrice de l'édition française.

Exposition gratuite en plein air
jusqu' au 1er novembre 2009
Avenue des Champs Elysées, entre le rond-point et le Grand Palais

Partager cet article

Repost 0

Charlotte habite la rue de l'Echaudé

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_6079
Paris, rue de l'échaudé, octobre 2009.

Partager cet article

Repost 0

Le général Lee (?) en prison rue Vaneau

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_6061
rue Vaneau, Paris VII ème, octobre 2009.

Partager cet article

Repost 0

Jeune beauté batave sur la plage de Portissol en arrière saison

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_6004

IMG_6005

IMG_6006

IMG_6007

IMG_6008

IMG_6009

IMG_6010
Sanary, France, septembre 2009.

Partager cet article

Repost 0

Une après-midi le long du canal saint-Martin

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_5825

Le long du canal saint Martin il y a un skate park...

IMG_5827

IMG_5832 IMG_5833

IMG_5831

IMG_5836

IMG_5837

IMG_5838

IMG_5840

IMG_5841

IMG_5842

Le long du canal Saint-Martin, il y a ... le canal.

IMG_5844

Le long du canal Saint-Martin, il y a l'hotel du nord où ne fut pas tourné le film éponyme de Carné, tiré du livre d'Eugène Dabit, mais le bâtiment et son environement furent recréés par le génial Trauner.

nord.

Si j'ai réalisé les images en couleur, en revanche j'ai acheté les belles cartes postales en noir et blanc dont celle de l'hotel du nord, non loin du dit hôtel, au 104 quai de Jemmapes, dans une boutique, mi galerie mi antre de brocanteur où Loulou Weiss y expose les originaux. Il y a là de superbes images, réalisées dans les dernières années dans la lignée de celles de Ronis. Les amoureux des chats dont je suis, seront comblés mais les miens étant jalous j'ai préféré acquérir ces deux touchants portraits de moineaux.

oiseau1

oiseau2

A coté de la boutique où j'ai admiré les photographies de Loulou Weiss, il y a un beau pochoir de Nemo et à coté le bonhomme de Mesnager.

IMG_5845

En continuant ma promenade le long du canal, j'ai découvert, sur un édicule d'éclusier une superbe gazelle de Mosko. Elle est difficile à débusquer et semble jaillir de la verdure...

IMG_5846

Un peu plus loin j'ai croisé ce gourmant asiate avant que le canal disparaisse du coté de la grisette...

IMG_5847
Paris, septembre 2009.

Partager cet article

Repost 0

skate et street art au bord de la Tamise

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Partager cet article

Repost 0

Devant Abercrombie & Fitch

Publié le par lesdiagonalesdutemps

IMG_5187

IMG_5188

IMG_5192 IMG_5190
Londres, juin 2009.

Lorsque je suis à Londres ou à New-York, ce qui est malheureusement trop rare, je ne manque jamais de faire une visite au magasin local d'Abercrombie & Fitch ce qui est toujours déplorable pour mes finances ne résistant jamais à la tentation de faire des emplettes des atours proposés, coûteux mais confortables et solides. L'autre attrait pour ces boutiques est l'esthétique indéniable des vendeurs, qui semblent être descendus à l'instant des fresques peintes par Beard. En juillet dernier devant la boutique londonienne, sise sur saville row, la rue des couturiers et de l'élégance masculine très codée. La présence d'Abercrombie § Fitch que l'on sent un "block" avant grâce aux effluves de parfum qui s'en exhalent, dénote parmi les vénérables boutiques. Comme toujours devant l'enseigne un musculeux jeune homme, torse nu, servait de produit d'appel...

Partager cet article

Repost 0

Garçons et hommes immobiles à Stockholm

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_5379

J'aime beaucoup la statuaire figurative des années 30-50 lorsqu'elle s'échappe de la pesante influence de Rodin. C'est le cas du groupe Orphée à l'extérieur du Stockholm Concert Hall, une des oeuvres les plus célèbres du sculpteur suédois Carl Milles (1875-1955) qui a sans doute bien observé les dessins de Jean Cocteau...

IMG_5380

IMG_5381

IMG_5382

IMG_5383

IMG_5385
Stockholm, juillet 2009.

IMG_5401

 

IMG_5402

IMG_5403

IMG_5404
Stockholm, statues près du musée des beaux-arts, juillet 2009.

IMG_5406

IMG_5458

IMG_5463
monument à Strindberg.
Stockholm, juillet 2009

IMG_5467

 

IMG_5493

IMG_5494

IMG_5495
Stockholm, juillet 2009.

Partager cet article

Repost 0

Souvenir de Wimbledon 2009

Publié le par lesdiagonalesdutemps

IMG_5130

Voilà, j'y suis, presque cinquante ans que je rêvais de venir à Wimbledon. Si je suis là c'est grâce au net. Auparavant, il était très difficile à un non londonien d'obtenir une place pour la mecque du tennis. Il n'y avait guère que la solution de faire une nuit de queue devant les guichets de la porte d'entrée pour obtenir une des places qui sont vendues pour le jour même, c'est d'ailleurs toujours possible. Aujourd'hui, "il suffit" d'écrire au stade pour faire acte de candidature pour obtenir une place. Sur toutes les demandes certaines sont tirées au sort. Si vous êtes un des heureux élus, vous recevez une lettre qui vous propose une place pour un jour donné (un jour seulement!) et des courts précis. Si cela vous convient, il ne reste plus qu'à payer ( c'est un peu plus cher qu'à Roland Garros ) et attendre quelques semaines pour fouler ce lieu mythique du tennis. Si la place proposée ne correspond pas à votre attente, vous passez votre tor et vous retenterez votre chance l'année prochaine.

IMG_5133

La première impression dés l'entrée du stade, après avoir cheminé une quinzaine de minutes dans une banlieue riante depuis la station de métro, est l'espace, et le reposant de tout ce vert. De nombreux panneaux directionnels aident les visiteurs à se diriger dans le vaste complexe qu'est le stade, plusieurs tableaux nous informent sur quel court ont lieux les matchs ainsi que les résultats de ceux qui sont terminés.

IMG_5131

Très vite je suis conquis par la l'habile géographie vallonnée du stade qui le rend beaucoup plus beau que le très plat Flushing et même que l'arboré Roland Garros. Mais l'avantage principal de Wimbledon sur ses deux rivaux (je ne connais pas encore le stade de Melbourne où se déroule l'open d'Australie) c'est que l'on peut facilement assister à des rencontres se déroulant sur des courts annexes, grâce à des esplanades ou des allées qui surplombent certains courts. C'est ainsi que j'ai pu voir le dernier match de double de Santoro, associé au suisse Alegro. Ils ont perdu contre la paire Ullyet -Suarez.

IMG_5287

IMG_5284 IMG_5285

IMG_5289

IMG_5294

C'est assez confortablement que j'ai pu assister à une partie de cette partie, accoudé à une rembarde du muret bordant la large allée au dessus de ce court 19. Bientôt j'ai eu la surprise de voir arriver juste à mes cotés Llodra venu voir jouer son ancien partenaire de double avec lequel il a remporté de nombreuses victoires. Il fut ensuite remplacé par Lars Graf, le fameux arbitre qui sera celui de la finale. Il me semble que les allées de Wimbledon offrent des proximités que celles de Roland Garros interdisent. Je décide de quitter le match de Santoro alors qu'il me semblait qu'il allait gagner pour prendre ma place sur le court 1 et par la même le découvrir.

IMG_5146

Ce court 1 est le deuxième court pour la contenance après le central de Wimbledon, l'équivalent du Suzanne Lenglen à Roland Garros. La comparaison pour l'esthétique n'est pas à l'avantage du terrain anglais. Si on y voit bien je suis un peu géné par la couverture dont bénéficient les spectateur, sans doute bien utile pour patienter lorsqu'il pleut mais je préfère rien avoir au dessus de ma tête lorsque je viens voir une partie de tennis en extérieur.
A mon arrivée c'est Greul, spécialiste allemand du gazon, sorti des qualifications qui s'oppose à Djokovic l'un des favoris du tournois. L'allemand ne fera illusion que durant un set.

IMG_5296

IMG_5297
Greul

IMG_5299

IMG_5300
Djokovic

Ne doutant pas que Serena William qui est à la suite du programme sur le court 1, sorte victorieuse de son match je décide de continuer ma visite de Wimbledon.

IMG_5137

IMG_5138

IMG_5139

Ci-dessus le central avec son écran géant vu de la fameuse Henman Hill que l'on voit pas encore trop fréquentée sur les deux autres photos. Cette colline artificielle, qui recouvre un vaste restaurant, doit son nom au fait que lors de sa création cocomitamment avec la pose de l'écran sur la paroi du central , elle était le lieu où se réunissaient les supporters de Tim Henman qui n'avaient pas obtenu de place sur le central pour sotenir leur favori. Les tentes pointues que l'on aperçoit sont les petits bars qui vendent le fameux pimm's la boisson emblématique de Wimbledon. Après avoir goûté cet agréable breuvage je décide de regagner ma place pour assister au deuxième simple homme du jour qui va opposé Michael Llodra à Haas. Je reviens juste à temps pour voir la balle de match de Serena William.

IMG_5311

IMG_5314

IMG_5317 IMG_5318
Michael Llodra.

IMG_5315

IMG_5316
Haas

Alors que la rencontre était équilibrée, Michael Llodra demande l'intervention du médecin. Apparemment c'est une blessure aux abdominaux. Le français reprend le match, mais ne pouvant plus servir, il abandonne!

IMG_5320

Assez dépité, je quitte le court 1 à la recherche d'un autre simple homme. Il y en a sur les courts annexes auxquels mon billet me permet d'accéder. Repassant par la Henman Hill, je m'aperçoit qu'il n'y a pas que des vieilles anglaises qui s'intéresse au tennis...

IMG_5323

Chemin faisant j'ai le sentiment que la crise n'atteint pas toute la population anglaise. Les restaurants en grand nombre sont pleins à craquer comme l'est le vaste bar à champagne, tenu par la maison Lanson, où nombre de spectateurs s'abreuve de notre pétillante boisson nationale. Nous arrivons sur une esplanade qui domine un court où vient de commencer la rencontre Spadea-Andreev. Cela sera parfait pour finir la journée.

IMG_5152

IMG_5331
Spadea

IMG_5340

IMG_5336 IMG_5337

Comme prévu, Andreev n'a pas eu trop de mal pour venir à bout du vétéran américain. Il est tant de regagner nos provisoires pénates, une maison typiquement anglaise, au nord de la capitale, que nous ont prété nos amis londoniens. Mais il est prévu de faire avant un détour par mon restaurant indien préféré qui se trouve, le hasard faisant bien les choses aux abords du quartier gay. Sur le quai de la station Southfield qui est la plus près du stade (ce n'est pas la station Wimbledon qui est la suivante) décorée pour l'occasion ont été disposé des sièges portant les noms des vainqueurs de l'épreuve, en simple mais aussi en double. Ainsi je photographie ceux aux noms de mes duettistes des courts préférés.

IMG_5155

IMG_5153.

Partager cet article

Repost 0

Street art à Lisbonne

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Partager cet article

Repost 0