Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

129 articles avec humeurs cinematographiques

Killer, un court-métrage de Matt Kazman

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Killer, un court-métrage de Matt Kazman

Killer un court métrage qui aurait pu être sous-titré à la manière des chapitres des romans feuilletons d'antan: Où comment la première masturbation réussie donne des super-pouvoirs. Ce film n'est pas sans rappeler le début du beau Ciment garden d'Andrew Birkin d'après l'excellent roman de Ian Mc Ewan...

* Attention pour voir le film cliquer sur l'annonce qui apparait sur l'écran.

Partager cet article

Alone home, court-métrage de Lasse Nielsen

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Alone home, court-métrage de Lasse Nielsen

J'ai cru reconnaitre dans ce petit film un des protagonistes de Your not alone de ce même Nielsen

Partager cet article

Player Two où Un fantôme dans la console, un court métrage de John Wikstrom

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Player Two où Un fantôme dans la console, un court métrage de John Wikstrom

 

Un ado d'environ 15 ans découvre une vieille console vidéo sur laquelle jouait son père, décédé quelques années auparavant. C'est un jeu de voiture ou la meilleure performance est enregistrée sous la forme d'une voiture fantôme, permettant ainsi à chaque joueur ultérieur de s'étalonner sur cette performance. Chaque joueur battant la meilleure performance devient à son tour la voiture fantôme, effaçant ainsi la précédente. Le garçon lâche volontairement les commandes pour laisser gagner la voiture fantôme de son défunt père. Car il ne peut et ne veut pas le voir "disparaitre" une seconde fois en "l'éliminant" du jeu.

L’histoire, bien connue des internautes, est née d’un commentaire YouTube. Son auteur raconte comment, dix ans après avoir perdu son père, il a ressorti la vieille Xbox sur laquelle ils jouaient ensemble... Et y a découvert un fantôme : celui de la voiture utilisée par son père dans un jeu de course, dont les actions apparaissent toujours en transparence, conservées dans la mémoire de la console. Les mots de cet internaute ont servi de base à ce joli court-métrage, repris tels quels.

 

Partager cet article

Seahorse, un court-métrage qui est peut être un fantasme pour certains...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Partager cet article

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)

 

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores

Réalisation: Gabriele Salvatores, scénario:Gabriele Salvatore, Alessandro Fabbri, Ludovica Rampols, photographie: Italo Petriccione,

  •  

avec: Ludovico Girardello, Valeria Golino, Fabrizio Bentivoglio, Vernon Dobtcheff 

Resumé:

Michele (Ludovico Girardello) a 13 ans. Il habite dans une ville tranquille au bord de la mer (en étant attentif on peut reconnaitre Trieste). Il est très mignon et pourtant il est impopulaire dans sa classe. Il est secrètement amoureux d'une de ses camarades, la belle Stella; mais extrêmement timide, il n'ose pas l'aborder. Stella invite toute sa classe a son anniversaire mais il faut arriver costumé. Michele a toujours rêvé d'être un super héros. Il veut un costume d'un de ses modèles mais vivant seul avec sa mère qui est policière, il n'a pas beaucoup d'argent. Il trouve un costume de super héros... chinois! Ce n'est pas ce qu'il avait rêvé, mais il s'aperçoit que ce costume  ringard peut le rendre invisible... Mais ce pouvoir n'est pas inconnu d'un groupuscule russe qui le recherche depuis des années. En même temps, des enfants disparaissent étrangement autour de Micky, le garçon invisible...   

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores

L'avis critique

Formidable film totalement atypique mettant en scène un garçon de rêve (pour moi, vous n'êtes pas obligé de partager mes gouts), ce qui ne l'empêche pas d'être un bon acteur, dans une histoire à rebondissements multiples mêlant teen movie, mélo, espionnage, relent de guerre froide, dans une esthétique qui fait penser aux films de Caro et Jeunet. Le tout à un petit coté roman pour adolescent, mais le spectateur adulte est toujours tenu en haleine par le suspense et les agissements des nombreux méchants qui ne sont pas toujours ce qu'ils paraissent être. Les effets spéciaux, à l'ancienne, sont très réussis. Ils font constamment preuve d'astuce et d'inventivité. Fait plutôt rare pour être noté : on tient là un vrai film de super-héros, sensible, sans complexe vis-à-vis de Hollywood...

Talent reconnu (oscar du meilleur film étranger pour Mediterraneo en 1992), le cinéaste italien Gabriele Salvatores s’est également distingué par un penchant pour le cinéma fantastique (DentiNirvana) et ce lien très fort qu’on l’avait vu tisser avec le monde de l’enfance (L’été où j’ai grandi). Le Garçon Invisible le voit renouer avec le genre fantastique,

Ludovico Girardello n'est pas la seule merveille du film un de ses petits camarade, qui plus est joueur de tennis n'est pas mal non plus.

Le film est parfaitement interprété, les méchants sont particulièrement bien soignés. Parmi eux on retrouve avec plaisir Vernon Dobtcheff, un habitué de ce genre de rôle.

Le film est l'adaptation du roman graphique d'Alessandro Fabbri, Ludovica Rampoldi et Stefano Sardo paru en 2014.

On peut voir le film comme l'illustration de la transformation qui s'opère lorsqu'un garçon passe de l'enfance à l'adolescence. 

version B.D.

version B.D.

Ganzer Film / Voir le film complet de cine en italien avec sous - titres anglais sur watchfree.to

 
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores (réédition complétée)

eCi-dessous quelques images de Ludovico Girardello

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
 

Partager cet article

Voyages à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Voyages à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Il y a longtemps que je n'avais pas vu un film aussi long et il y a encore plus longtemps qu'un film m'avait paru aussi court tant Bertrand Tavernier est un merveilleux conteur. Il nous embarque dans son voyage dans le cinéma français en suivant la chronologie de sa vie qui semble être surtout une vie de cinéma. Des extraits des films qu'il a aimés qui l'ont marqué illustrent ses propos où se mêlent souvenirs personnels, anecdotes savoureuses et considérations techniques. Le metteur en scène rend hommage à ses pairs mais n'oublie ni les acteurs, ni les scénaristes, ni les chefs opérateurs pas plus que les compositeurs de musiques de films. Ses emplois successifs dans le milieu du cinéma, il fut d'abord assistant réalisateur sous la férule de Jean-Pierre Melville, puis attaché de presse et enfin le metteur en scène que l'on connait et qui est l'un de ceux que je préfère, (« Laisser-passer » est mon film de chevet) lui ont permis de côtoyer et souvent de bien connaître les personnes qu'il évoque. Considérant qu'il y aurait conflit d'intérêts s'il parlait de la période durant laquelle il a mis en scène, ce voyage en cinéphilie s'arrête donc grosso modo au milieu des années 70.

Ce voyages aux savoureuses escales n'aurait pas été le mien, pas plus qu'il aurait été le votre mais c'est justement sa subjectivité qui en fait tout le prix. Tavernier convoque bien sûr les chefs d'oeuvre du cinéma d'avant guerre: « Le jour se lève », « Remorque », « Hôtel du nord », « La grande illusion »... Il rend hommage à ses maitres, Renoir et Melville, sans néanmoins cacher leurs zones d'ombre. Il réhabilite des réalisateurs comme Le Chanoy, Grangier ou René Clément. Il donne un coup de chapeau appuyé à Jean Gabin, aussi bien à l'homme qu'au comédien. Il fera découvrir à beaucoup Gréville avec un extrait d'un film étonnant dont le sujet est l'impuissance masculine... Tout cela était souhaité et plus ou moins attendu mais ce qui l'était beaucoup moins est le salut à la Nouvelle Vague avec des apparitions de Truffaut (magnifique extrait des « 400 coups ») de Godard et de Chabrol, mais surtout cette belle évocation du cinéma du samedi soir avec un salut amical à Eddy Constantine dont les extraits des films de Sacha où il a joué, donne envie de les revoir.

Les morceaux de film que Tavernier distille, quel superbe travail de montage, donne l'occasion de revoir des acteurs que l'on avait un peu injustement oubliés comme Harry Max, Paul Frankeur ou Dario Moreno inénarrable poussant la chansonnette un plumeau à la main.

Bertrand Tavernier sait communiquer son enthousiasme et son amour du cinéma dans ce voyage où l'on rit souvent.

Voyages à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier

Partager cet article

la maison de "Mon oncle" de Jacques Tati

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Cette maison, que j'ai connu, était à Saint-Maur. Elle a été stupidement démolie!

Partager cet article

Overgivelse

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Overgivelse
Norvège, 1988, 1h 05
 
Réalisateur: Per Bronken, scénario de Per Bronken d'après la nouvelle Surrender d'Oscar Braaten 
 
Avec: Minken Fosheim, Elias Karlsen, Sverre Anker Ousdal
 
Dans les année 20. Des parents conduisent leur fils de 13 ans dans un sanatorium. Ce dernier exclusivement réservé pour les jeunes garçons, est situé sur une ile. Le garçon ne parvient pas à s'acclimater dans ce curieux hopital d'autant qu'il n'a qu'une grosseur au cou. Il décide de s'évader de cette ile prison en construisant un radeau.
Belle image, bonne interprétation; le scénario laisse planer le doute sur la véritable maladie et sur la réelle nature de cet hopital...
La tranquille impudeur du filmage me semblerait tout à fait impossible aujourd'hui. D'autre part je recommande particulièrement ce film à ceux qui fantasment sur les pyjamas rétros... 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pour voir le film cliquer sur la ligne ci-dessous

NRK TV - Overgivelse - 20.09.1988


http//i055.radikal.ru/1403//61d986226f11t.jpg http//s020.radikal.ru/i709/1403/ae/46cd07b21617t.jpg http//s020.radikal.ru/i723/1403/36/8213b2227244t.jpg
http//s019.radikal.ru/i603/1403/65/bbf5eb7c06a1t.jpg http//i019.radikal.ru/1403/e1/2c23a777bbe3t.jpg http//s52.radikal.ru/i135/1403/41/bfad37d65b87t.jpg
http//s018.radikal.ru/i515/1403/c8/302f2d52b5fdt.jpg http//s018.radikal.ru/i512/1403/b3/98c501c67228t.jpg http//s020.radikal.ru/i721/1403/02/50709311d5f3t.jpg
http//s010.radikal.ru/i311/1403/52/379fecb1409bt.jpg http//i055.radikal.ru/1403/e3/76dab3b67cf9t.jpg http//i023.radikal.ru/1403/0a/d554f6371fb7t.jpg
http//s52.radikal.ru/i137/1403/0a/7390d0afc417t.jpg http//i021.radikal.ru/1403/4e/fc5970a069t.jpg http//s019.radikal.ru/i639/1403/b3/52691ac92b8dt.jpg
http//s019.radikal.ru/i621/1403/62/1ea0e94dead6t.jpg http//i062.radikal.ru/1403/40/c0c8acd39831t.jpg http//s020.radikal.ru/i714/1403/9b/a081a1594413t.jpg
http//s018.radikal.ru/i508/1403/c4/3454c69f98aat.jpg http//s006.radikal.ru/i214/1403/62/43f60321e535t.jpg http//s019.radikal.ru/i621/1403/65/51b143c35a96t.jpg
http//s005.radikal.ru/i212/1403/fe/c983956d1129t.jpg http//s019.radikal.ru/i602/1403/f8/853e50d5act.jpg http//s019.radikal.ru/i628/1403/93/cde7888c5c33t.jpg
http//s52.radikal.ru/i137/1403/a7/45c82fc3ac89t.jpg http//s018.radikal.ru/i515/1403/06/671413a1bbd5t.jpg http//s020.radikal.ru/i708/1403/80/a85264773dcct.jpg
http//s020.radikal.ru/i714/1403/9c/643809fab7e2t.jpg http//s004.radikal.ru/i207/1403/99/756ff822c79et.jpg http//s020.radikal.ru/i710/1403/22/afeb8fe36f6et.jpg

 
Overgivelse
Overgivelse
Overgivelse
Overgivelse
Overgivelse
Overgivelse

Partager cet article

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores

 

Réalisation: Gabriele Salvatores, scénario:Gabriele Salvatore, Alessandro Fabbri, Ludovica Rampols, photographie: Italo Petriccione,

  •  

 

 

avec: Ludovico Girardello, Valeria Golino, Fabrizio Bentivoglio, Vernon Dobtcheff 

 

Resumé:

 

Michele (Ludovico Girardello) a 13 ans. Il habite dans une ville tranquille au bord de la mer (en étant attentif on peut reconnaitre Trieste). Il est très mignon et pourtant il est impopulaire dans sa classe. Il est secrètement amoureux d'une de ses camarades, la belle Stella; mais extrêmement timide, il n'ose pas l'aborder. Stella invite toute sa classe a son anniversaire mais il faut arriver costumé. Michele a toujours rêvé d'être un super héros. Il veut un costume d'un de ses modèles mais vivant seul avec sa mère qui est policière, il n'a pas beaucoup d'argent. Il trouve un costume de super héros... chinois! Ce n'est pas ce qu'il avait rêvé, mais il s'aperçoit que ce costume  ringard peut le rendre invisible... Mais ce pouvoir n'est pas inconnu d'un groupuscule russe qui le recherche depuis des années. En même temps, des enfants disparaissent étrangement autour de Micky, le garçon invisible...   

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores

L'avis critique

 

Formidable film totalement atypique mettant en scène un garçon de rêve (pour moi, vous n'êtes pas obligé de partager mes gouts), ce qui ne l'empêche pas d'être un bon acteur, dans une histoire à rebondissements multiples mélant teen movie, mélo, espionnage, relant de guerre froide, dans une esthétique qui fait penser aux films de Caro et Jeunet. Le tout à un petit coté roman pour adolescent, mais le spectateur adulte est toujours tenu en haleine par le suspense et les agissements des nombreux méchants qui ne sont pas toujours ce qu'ils paraissent être. Les effets spéciaux, à l'ancienne, sont très réussis. Ils font constamment preuve d'astuce et d'inventivité. Fait plutôt rare pour être noté : on tient là un vrai film de superhéros, sensible, sans complexe vis-à-vis de Hollywood...

Talent reconnu (oscar du meilleur film étranger pour Mediterraneo en 1992), le cinéaste italien Gabriele Salvatores s’est également distingué par un penchant pour le cinéma fantastique (DentiNirvana) et ce lien très fort qu’on l’avait vu tisser avec le monde de l’enfance (L’été où j’ai grandi). Le Garçon Invisible le voit renouer avec le genre fantastique,

Ludovico Girardello n'est pas la seule merveille du film un de ses petits camarade, qui plus est joueur de tennis n'est pas mal non plus.

Le film est parfaitement interprété, les méchants sont particulièrement bien soignés. Parmi eux on retrouve avec plaisir Vernon Dobtcheff, un habitué de ce genre de rôle.

Le film est l'adaptation du roman graphique d'Alessandro Fabbri, Ludovica Rampoldi et Stefano Sardo paru en 2014.

On peut voir le film comme l'illustration de la transformation qui s'opère lorsqu'un garçon passe de l'enfance à l'adolescence. 

version B.D.

version B.D.

 

Ci-dessous quelques images de Ludovico Girardello

Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores
Le garçon invisible, un film de Gabriele Salvatores

Partager cet article

super 8, Ireland 1975, court-métrage de Tim Schmeltzer

Publié le par lesdiagonalesdutemps

super 8, Ireland 1975, court-métrage de Tim Schmeltzer
super 8, Ireland 1975, court-métrage de Tim Schmeltzer
super 8, Ireland 1975, court-métrage de Tim Schmeltzer
super 8, Ireland 1975, court-métrage de Tim Schmeltzer

Très beau et très court métrage de Tim Schmelzer Qui devrait raviver bien des souvenirs de vacances maritimes versez Ceux qui les have vécus DANS LES ANNEES 70 ... 

Pour voir le film:

 

plage Fermoyle - TIM SCHMELZER

www. timschmelzer .com / projection / Fermoyle /

 

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>