Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

220 articles avec bande-dessinee

Un nouvel Alix en septembre, La conjuration de Baal

Publié le par lesdiagonalesdutemps


a1

a2

alix_baal_003

La conjuration de Baal sur un scénario de Michel Lafon est dessiné par Christophe Simon qui est de loin le meilleur "repreneur" d'Alix, c'est une très bonne nouvelle. Ci-dessus en avant première quelques cases de l'album.


Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Une vie dans les marges de Tatsumi

Publié le par lesdiagonalesdutemps

blog-une_viec1.jpg

 

Inventeur du terme gekiga qui désignera les premiers mangas dont le public visé n'était pas que les enfants et les adolescents, comme auparavant, Yoshiro Tatsumi nous raconte en deux fois 400 pages, seul pour le moment le premier tome est paru, son apprentissage à la fois à la vie et à son métier de mangaka à une époque, le livre commence le 10 aout 1945 lorsque Tatsumi a dix ans, période à laquelle le manga moderne en est à ses balbutiements, et se termine en avril 1956, date de sortie du premier numéro de la revue Kage. On voit comment Tatsumi qui déclara: << Nos aînés, écrit-il, nous avaient enseigné que la bd était comique. Il s agissait de faire rire les lecteurs. Nous ne voulions plus de cela >>sera amené à s’opposer à l’approche divertissante et merveilleuse du manga de son père spirituel Tezuka, en développant un style plus réaliste et plus noir, et bien ancré dans la réalité sociale de son temps. Ce «manga qui n’est pas un manga», sera appelé plus exactement gekiga, fera la gloire de Tatsumi. Il marquera aussi une étape décisive dans la BD nippone d’après-guerre, dont il nous conte les débuts échevelés avec minutie et nostalgie. Peut être que ce désir d'être plus près du quotidien que Tesuka vient de ce que Tatsumi vient d'un milieu modeste alors que Tezuka est issu de la bourgeoisie?

 

blog-une_vie1.jpg

Le premier tour de force de l'auteur est de rendre passionnante et émouvante son histoire typiquement japonaise grâce à une évocation de l'actualité politique, sportive et culturelle de l'époque que traverse l'enfant, un peu à la manière du « Je me souviens » de Perec. Ses évocations de cette actualité d'hier arrive dans le récit sous la forme de cases un peu plus grandes que les autres où le dessinateur reproduit méticuleusement des documents d'archive, pages de journaux, couvertures de magazines, affiches; par ces biais on plonge dans le Japon pauvre et industrieux de l'après guerre. Par la profusion d'informations, on apprend beaucoup de choses sur le Japon de cette époque surtout si l'on est très attentif, car Tatsumi ne souligne jamais, la lecture reste très fluide. Ces cases, graphiquement, sont en complet décalage avec celle qui nous font voir le quotidien du garçon qui sont elles d'un trait à la fois assez caricatural et parfaitement efficace. Le seul reproche que je pourrais fait à « Une vie dans les marges » est que Yoshiro Tatsumi ait éprouvé le besoin de se cacher derrière un double, Hiroshi Katsumi, alors qu'une vie dans les marges est assumé comme étant autobiographique. Cette coquetterie dont je ne m'explique pas la raison trouble un peu la lecture. Peut être a-t-il voulu prendre une distance qui lui était sans doute indispensable pour se raconter en toute liberté, nous avons affaire à une autofiction. Ce procédé de remplacer le je par le il, est aussi celui qu'a utilisé par Shigeru Mizuki dans NonNonBâ autre merveilleux récit de la jeunesse d'un mangaka, également édité aux éditions Cornélius. Si l'on ajoute à ces lecture celle plus ludique de la série Bakuman qui nous parle des affres de la création de deux jeunes mangakas d'aujourd'hui le lecteur français féru de ce médium aura un panorama presque complet de son histoire et des arcanes de l'édition de mangas au Japon.

 

tatsumi2-5ef17.jpg


On suit sur dix ans Hiroshi fan de manga, qui participe alors qu'il est encore collégien, dès treize ans à des concours de B.D avec son frère ainé. Hiroshi est très vite publié et gagne un peu d'argent très jeune avec ses dessins. De passion le manga devient pour le jeune homme un gagne pain. Mais il reste la clé de la liberté pour Hiroshi, lorsqu'il est enfant pour échapper à la grisaille de son quotidien familiale avec un père qui n'est pas bon à grand chose, une mère aimante mais effacée et un frère maladif et jaloux de ses premiers succés et quand il devient un jeune pour l'argent que la vente de ses dessins lui procure. Mais si le jeune Hiroshi a tôt du succès, rien n'est facile et l'on partage les affres de sa création, ses doutes et ses pannes d'inspiration. Lorsque celles-ci arrive pour conjurer l'angoisse de la page blanche il va au cinéma. On a donc aussi, au fil des page un petit journal du cinéma de l'immédiate après guerre au Japon. J'ai été surpris en voyant combien le cinéma français y était alors présent. Autre étonnement devant cette autobiographie d'un garçon de l'age de dix ans à vingt deux ans l'absence totale de sexualité qui ne semble pas être, comme parfois, due à une autocensure mais bien que cela ne semble pas préoccuper Hiroshi, tout absorbé qu'il est par la confection de ses mangas.

 

blog-une_vie2.jpg


Il est intéressant de comparer cet ouvrage avec No no ba de Mizuki, qui est aussi le roman d'apprentissage d'un autre mangaka. Mais chez Mizuki le quotidien est illuminé par le fantastique des croyances populaires celles ci nourrirons ensuite son oeuvre, rien de tel chez Tatsumi, treize ans plus jeune que son confrère et qui échappera ainsi à la guerre, où rien éclaire la tristesse de sa condition grise qui est aussi la couleur du temps dans un Japon traumatisé par la défaite. Autres livres qu'il est utile de lire en parallèle avec « Une vie dans les marges » est la série hagiographique parue aux éditions Casterman, consacrée à la vie de Tezuka. on voit dans le livre de Tatzumi, Hiroshi encore enfant rencontrer Tezuka qui n'a que quelques années de plus que lui mais qui est déjà considéré comme un maitre. Tatsumideviendra par la suite l'un des pairs de Tesuka et, parfois même son rival en terme de style.

 

blog-une_vie3.jpg


A travers l'histoire de la bande dessinée au Japon c'est toute l'histoire du pays qui est convoqué par l'auteur. Le lecteur tirera un grand profit de la lecture de l'essais de Jean Marie Bouissou, « Manga, Histoire et univers de la bande dessinée japonaise », édité par Picquier, qui met les différents récits que j'ai cités en perspective.

 

blog-une_vie4.jpg


Un travail introspectif qui a nécessité douze années d’un labeur initié en 1994 par Furukawa Masuzo, directeur de la chaîne de librairie Mandarake.

 

Marges-1.jpg


Il faut louer, et moult fois, l'éditeur, Cornelius d'offrir aux lecteur un objet aussi somptueux que ce livre, élégamment et solidement relié, sous une belle jaquette illustrée dont les judicieux retours évitent, comme c'est généralement malheureusement le cas qu'elle se déchire. Si le contenant est somptueux le contenu est remarquablement mis en valeur, bien imprimé sur un papier épais et surtout annoté sans que cela soit écrasant et surtout ayant à la fin du livre les rapides biographies des mangakas que l'on croise dans les pages d' »Une vie dans les marges ».Deuxmarques page en tissu permettent de retrouver rapidement l’endroit où reprendre sa lecture et d'accéder aux notes rapidement comme dans une Pléiade!

 

Marges-2.jpg


On peu déjà s'avancer en pariant qu' Une vie dans les marges sera un des grands favoris pour le prix du meilleur album au festival d’Angoulême 2012.

A noter que le réalisateur singapourien Eric Khoo(Be with menotamment) est en pleine réalisation de son adaptation animée !!!

 

tatsumi.jpg

Tatsumi héros du manga est devenu dans ce chef d'oeuvre un héros de manga.

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Les chats dans Alix

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Glané chez argoul dont la visite régulière du blog est de plus en plus indispensable

alix-sphinx-dor-enak-pleure-alix.1275987709.jpgDans la bande dessinée du jeune Romain Alix et de son compagnon Enak, dessinée par Jacques Martin pour les lecteurs du ‘Journal de Tintin’, apparaît tout un bestiaire où les chats sont peu présents.

L’époque étant encore proche de la nature et les bêtes, si elles ne parlaient pas, était cependant familières. Domestiquées, elles servaient de monture comme les chevaux, au trait comme les bœufs ou d’auxiliaires aux chasseurs comme les chiens, y compris pour chasser les hommes. Sauvages, elles étaient parfois les messagers des dieux comme l’aigle de Zeus ou la chouette d’Athéna, ou encore cette louve qu’Alix sauve du trou et qui va mener sa horde pour le protéger.

alix-fils-de-spartacus-maia-reine-chats-de-luxe.1275987753.jpgLes autres animaux, moins marqués, symbolisent les forces obscures, tel le marsupial qui étrangle Enak (sauvé par Alix) dans des ‘Proies du volcan’, puis le serpent qu’un peu plus tard Enak transperce d’une flèche bien ajustée alors qu’il ouvre sa gueule pour avaler un Alix à qui la jeune Malua vient de prendre la main… Enak contre résolument la Tentation d’Eve ; il est en cela exclusif et fidèle – comme un chat. Nous sommes en 1977 et la censure sur l’élément féminin dans les BD destinées aux jeunes a sauté après mai 68. Jacques Martin introduit donc des filles, puisque près d’un lecteur sur deux des aventures d’Alix est une fille. Malua finit par apparaître seins nus, après plusieurs planches de contorsions où une branche, un bras, un objet cache ses attributs, à moins qu’on ne la voie de dos. Enak, jeune adolescent sensuel, n’est en rien ému de cette nudité mais Alix se laisse allez à quelque poésie, proposant de regarder à deux les étoiles. D’où la jalousie du gamin, doux mais sauvage comme un chat, qui veut son protecteur pour lui tout seul. Il a avec bonheur goûté les habitudes de la vie de Robinson dès les premières pages. Bâtir une cabane, allumer un feu, chasser à l’arc, projeter un radeau, voilà des tâches exaltantes pour l’énergie charnelle qui sommeille en tout jeune garçon de 7 à 17 ans et dont Enak est rempli.

Les chats, animaux mi-domestiques mi-sauvages, sont rares dans Alix, mais ils existent. Dès le ‘Sphinx d’or’, c’est un matou noir du Caire qui vient se frotter à la peau nue d’Enak pour consoler l’orphelin qui pleure, assis sur les marches chaudes d’un palais. Tout un symbole ! Le chat est commun en Egypte et vénéré sous les traits de la déesse Bastet, fille de Râ le soleil. Enak s’identifie au félin totem dans toute son attitude : séducteur, sensuel, il s’étire et ronronne comme un chat, tout en restant secret mais d’une fidélité à toute épreuve à son protecteur choisi. Enak apporte sa profondeur nocturne, son intuition et son adresse à l’arc à un Alix positif et solaire qui lui donne protection, attention et affection.

alix-griffe-noire-cauchemar-alix.1275987766.jpg

Dans ‘La griffe noire’, des hommes déguisés en félins griffent leurs ennemis d’un poison. Dans ‘Le prince du Nil’, c’est un guépard apprivoisé (le félin est décidément totem du garçon) qui rattrape Enak paniqué et le fait tomber pour que ses amis le récupèrent. Il faut dire qu’il vient de trahir Alix son bienfaiteur et ami de la plus vilaine façon, en le laissant injustement accuser de meurtre puis torturer sur une croix.

alix-prince-du-nil-guepard-rattrape-enak.1275987780.jpg

Dans ‘Le fils de Spartacus’, les chats sont des accessoires de luxe de la putain cupide Maia, servie comme une reine dans sa tente. Dans ‘Le dernier Spartiate’, un cauchemar à gueule d’Athéna saisit Alix, qui a pour cause le feulement d’un chat sauvage dans un arbre au-dessus de lui alors qu’il cherche Enak, réduit en esclavage dans les mines spartiates. Athéna la civilisée mandate le totem du petit compagnon pour faire un signe au Romain.

alix-dernier-spartiate-cauchemar-alix-chat-sauvage.1275987723.jpg

Enfin dans ‘L’enfant grec’, c’est un chat noir venant de la gauche qui avertit le lecteur qu’Enak va chuter comme d’habitude. Et c’est ce qu’il fait, sous le bâton traître d’un bon citoyen qui entend crier « arrêtez-les ». Les chats sont donc divers, amicaux ou menaçants, de toutes façons indépendants. Doux et sauvages, ils personnifient Enak.

alix-enfant-grec-enak-tombe-chat-noir-venant-de-gauche.1275987736.jpg

A ce titre, Alix ne peut leur être indifférent. Un chat l’aide dans ‘Le tombeau étrusque’, alors que son tempérament positif et ingénieur le pousserait plutôt vers les chiens et les chevaux. On verrait plutôt les chats proches d’Enak, mais le premier album où le gosse apparaît reste le seul de cette catégorie. C’est même avec un chien qu’il joue dans ‘L’île maudite’ lorsqu’une fois de plus orphelin, il est envoyé rejoindre Alix avec pour tout bagage un pagne. Cela parce qu’Enak est chat lui-même et qu’il y aurait redondance symbolique. Ce n’est que lorsque le jeune garçon a disparu et que son aîné le cherche que l’animal fait son apparition pour le guider.

alix-tombeau-etrusque-alix-et-le-chat.1275987817.jpg

Les Etrusques avaient-ils quelque affinité avec le chat ? Gris-brun rayé, véritable Felis sylvestris catus ou chat européen, l’animal lèche Alix évanoui dans le tombeau où il a chu pour le réveiller, puis le guide vers les profondeurs secrètes du trésor où est détenue Lidia. Plus tard, alors qu’Alix ne sait comment sortir de sous terre, il demande au chat réapparu. Celui-ci se laisse caresser et saisir, il comprend fort bien et mène le garçon vers la lumière. Enak n’est pas avec lui, trop jeune pour cette aventure dangereuse, peut-être est-ce donc le bon génie du gamin qui se manifeste sous la forme du chat ?

alix-tombeau-etrusque-alix-chat.1275987831.jpg

Ou le chat symbolise-t-il plus généralement dans les aventures d’Alix les forces obscures, souterraines, non révélées, qui peuvent ou bien entraîner aux enfers s’ils sont du côté du mal, ou bien aider à en sortir lorsqu’ils sont du côté du bien ? ‘Le tombeau étrusque’ met justement en scène un xénophobe qui veut restaurer les valeurs de l’ancienne race et chasser les usurpateurs romains… à son profit exclusif, bien entendu. Le chat animal ou le chaton égyptien Enak sont des passeurs entre l’en-bas et l’ici-bas, entre l’Egypte mystérieuse millénaire et la Rome civilisatrice tournée vers l’avenir. Génies solitaires, il faut leur être attentif et affectueux pour qu’ils vous guident. Alix l’a bien compris qui adopte le chat de hasard comme il a adopté l’un des petits de Bastet, l’orphelin Enak.

Tous les albums d’Alix sont publiés chez Casterman.

Pour retrouver Alix et Jacques Martin sur le blog

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

case en exergue, 4 Burne Hogarth

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Burne Hogarth « Tarzan of the apes », dessin (années 30-40). Nouvelle édition couleurs édité par The Hamlyn Publishing Group, 1973 (Bibliothèque Vert et Plume)

Burne Hogarth « Tarzan of the apes », dessin (années 30-40). Nouvelle édition couleurs édité par The Hamlyn Publishing Group, 1973 

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

case en exergue, 3 Benjamin Rabier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Benjamin Rabier "Gédéon en Afrique", librairie Garnier Frères (1930). Bibliothèque Vert et Plume

Benjamin Rabier "Gédéon en Afrique", librairie Garnier Frères (1925).

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

case en exergue, 2 Jacques Martin

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jacques Martin "L'Odyssée d'Alix", éditions Casterman (1987).

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Case en exergue, 1 François Craenhals

Publié le par lesdiagonalesdutemps

F. Craenhals "Zone Interdite", 1958 (Les aventures de Pom et Teddy). Sourcing image : "Zone Interdite", éditions Paul Rijperman - Lombard et Magic Strip (1982).

 

Il y a quelques moi un album est paru qui était un florilège de cases de bandes- dessinés, une par page. Cette présentation inhabituelle mettait en évidence la force du dessin et parfois donnait un sens insoupçonné à celui-ci alors qu'il était détaché du contexte de l'album dans lequel il était enserré. J'ai l'intention de faire de même en choisissant une case par dessinateur, ce qui devrait, au fil des jours une sorte de galerie de tableaux pour la bande-dessinée. 

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Alix nu

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

En Italie, il n'y a que des vrais hommes

Publié le par lesdiagonalesdutemps


bernard1.jpg

Je ne dirai jamais assez de bien de l'errance sur la Toile, en particulier sur les sites amis. C'est ainsi que lors d'un de mes passages quasi quotidiens sur Culture & questions qui font débat, le site hautement culturel de Jean-Yves, j'ai découvert une bande dessinée, En Italie, il n'y a que des vrais hommes (Ed. Dargaud Benelux), sur la condition des homosexuels dans l'Italie fasciste et plus particulièrement sur le confinement de certains, dans une île, pendant la période de l'immédiate avant-guerre. Épisode politique que j'ignorais totalement, ayant eu échos du sort des gays sous le régime mussolinien que par deux films : Les Lunettes d'or et Une Journée particulière.

Il est remarquable de voir combien aujourd'hui la bande dessinée embrasse des sujets très peu exploités ailleurs.

 

bernard2.jpg


Revenons à notre album, scénarisé par Luca De Santis et dessiné par Sara Colaone et sous-titré Un roman graphique sur le confinement des homosexuels à l'époque du fascisme. Pour nous raconter cette histoire, le scénariste a choisi le biais de l'enquête journalistique ‒ procédé identique à celui utilisé par les documentaristes Epstein et Friedman dans Paragraphe 175 sur la déportation des homosexuels, les triangles roses, par les nazis. Calaone et de Santis procède par flash-back. Ils partent de l'époque actuelle, en fait de février 1987, en mettant en scène un reporter et son caméraman, Rocco et Nico, qui souhaitent tourner un film sur le sort réservé aux homosexuels durant les années 30 dans leur pays, l'Italie. On peut penser qu'ils sont concernés personnellement par le sujet. Ils n'ont qu'un seul témoin, Antonio, dit Ninella, un désormais vieil homme de 75 ans, couturier à Salerne, aussi rétif que pittoresque. Ce dernier était tailleur le jour et dragueur la nuit. Un soir, il s'est fait prendre par la police. Sans jugement, on le condamne pour un délit d'homosexualité qui n'existait pas dans la loi, à être déporté sur une île. Le livre sera fait essentiellement des souvenirs comiques et tragiques de Ninella dans l’île de San Domino dans l’archipel des Tremiti, lieu de l'exil pour les homosexuels sous le régime fasciste. Le récit n'ira pas sans va-et-vient du petit monde des iliens à aujourd'hui. Si d'un côté le procédé met en perspective le récit de Ninella, de l'autre il l'alourdit parfois, l'alchimie entre les deux époques ne se faisant pas parfaitement. Au delà de l'histoire de Ninella, le récit veut aussi mettre le doigt sur le fait que souvent les historiens considèrent les témoins plus comme du matériel que comme des êtres humains. Il n'en demeure pas moins que l'histoire est émouvante et fort instructive.


bernard3.jpg

 

Le livre nourrit de nombreuses interrogations, aussi bien sur le métier de journaliste que d'historien. Il nous aide aussi à mettre en perspective le fait d'être gay et attire l'attention sur les possibles interprétations anachroniques. Par exemple on peut penser que les homosexuels des années trente, vivant dans un contexte plus homophobe qu'aujourd'hui, avait un sens plus aigu de leur identité… d'où aussi, quand ils le pouvaient, un désir de se différencier du commun.

 

bernard4.jpg


Avec cet album, on s'aperçoit que si la situation des homosexuels sous le fascisme n'était guère enviable, d'autant qu'avant l'alliance du Duce avec Hitler, il jouissait d'une situation plus privilégiée que dans le reste de l'Europe ; leur vie n'était pas comparable avec l'enfer que subissaient leurs homologues allemands. Lorsque Mussolini arrive au pouvoir, aucune peine vise l'homosexualité après les dépénalisations ayant successivement atteint toutes les régions italiennes jusqu'à la création du Royaume d'Italie en 1870. À ces dépénalisations s'ajoute un climat social peu répressif lui aussi. Florence Tamagne, dans le Dictionnaire de l'homophobie(PUF éditions) explique très bien la situation : « En Italie, l'arrivée au pouvoir des fascistes, en 1922, ne détermina pas de changements immédiats quant au sort des homosexuels. En 1930, à l'occasion d'une discussion sur le nouveau Code pénal, Mussolini s'opposa ainsi à l'introduction d'une législation homophobe, sous prétexte que les Italiens étaient trop virils pour être homosexuels. Il semble en outre que l'intérêt économique ait prévalu sur les interprétations morales : le tourisme homosexuel, source de devises, ne devait pas être obéré. Enfin, on ne trouvait pas en Italie de mouvements militants comparables à ceux qu'avait connus l'Allemagne, et le danger constitué par une communauté homosexuelle organisée semblait inexistant. Les homosexuels n'en furent pas moins l'objet de discriminations nouvelles : des bars furent l'objet de rafles, certaines personnalités jugées trop « voyantes » furent exilées. À partir de 1938 cependant, et vraisemblablement en écho au régime nazi, de nouveaux décrets furent votés, visant cette fois-ci directement les homosexuels. Comme le montre le film d'Ettore Scola, Une Journée particulière (1977), les homosexuels, désormais considérés comme des criminels « politiques », risquaient la prison et l'exil dans des îles lointaines. Les membres du parti fasciste étaient contraints à la démission, alors qu'en Allemagne, les membres de la SS reconnus comme homosexuels étaient condamnés à mort. » On voit bien le gouffre qui sépare, sur ce point comme sur d'autres, le régime nazi et l'état fasciste.

 

bernard5.jpg

 

Une bande dessinée, c'est bien sûr un scénario mais aussi et surtout des dessins ; ceux de Sara Colaone, par leur stylisation rigoureuse, leur bicolorisme, et leur petit coté bois gravé me rappellent les illustrations de mes premiers livres de lecture dans les années cinquante. S'ils sont efficaces et clairs, ils manquent un peu de sensualité pour le sujet.

 

bernard6.jpg

 

L'album se présente comme un élégant moyen format relié, au dos carré de 175 pages. En plus de la bande dessinée, il contient une préface de Tommasso Giartosio et Gianfranco Goretti qui ont publié, en Italie, un essai sur le sujet La città e l'isola omosessuli al confino nell italia fascista ‒ je serais italianisant, je me précipiterais dessus ‒ et une interview réalisée par Dall'Orto en 1987 d'un homme de 74 ans qui avait été confiné dans l'île de San Domino.

 

Un livre indispensable pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire, et en particulier à celle de l'Italie fasciste, et à celle de l'homosexualité.

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Exposition Dodier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Photo0326.jpg

 

Napoleon-Dodier.jpg

 

C'est Jérôme K. Jérôme Bloche qui accueil lui-même le visiteur de cette petite mais très sympathique exposition Dodier à la galerie Napoléon au 23 rue Charles V dans le quatrième arrondissement de Paris, non loin du métro Saint-Paul. Le lieu est une nouvelle galerie vouée à la bande dessinée. Elle n'est ouverte seulement depuis quelques semaines. Elle annonce prochainement une exposition Derib.

 

Photo0327.jpg


La présente exposition expose dans un beau sous-sol de l'endroit aux voutes séculaires  les planches de la nouvelle aventure de Jérôme K. Jérôme Bloche, "Mathias" édité par Dupuis. Il est toujours passionnant de découvrir les originaux d'une bande dessinée que l'on aime (il faut de 600 à 700 € pour repartir avec l'une des planches exposées). On s'aperçoit que les planches de dimensions au double de celles des albums de la série sont très propres. Il y a peu de repentir, seulement quelques modifications dans le positionnement des bulles dans lequel Dodier fait lui-même le lettrage. Parfois aussi le dessinateur a ajouté un personnage dont il a soigneusement découpé le contour en le collant sur le décor auquel Dodier apporte de plus en plus de soin au fil des albums. Mais la plupart du temps c'est sans aucun repentir que la planche fait admirer la virtuosité de son auteur.

On peut avoir une bonne idée de l'exposition et des originaux à vendre en allant à l'adresse ci-dessous.

http://galerienapoleon.com/planches-originales-de-jerome-k-jerome-bloche-original-comic-art_fr_159.html

Jusqu'au 19 mars de 12h 30 à 20h les jeudi, vendredi, samedi

23 rue Charles V

75004 Paris

Photo0328.jpg

 

 Photo0329

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 20 21 22