Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GABRIEL MORCILLO (1887-1973)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

GABRIEL MORCILLO (1887-1973)

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Ruben Monakhov

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Ruben Monakhov

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Les petits suisses reviennent chez... Quintes feuilles

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Les petits suisses reviennent chez... Quintes feuilles

Pour avoir des nouvelles des petits suisses allez à cette adresse:

www.quintes-feuilles.com/wp-content/uploads/BQ-F-hors-série.pdf

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Mon palmarès cinématographique pour 2016

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Mon palmarès cinématographique pour 2016

-1 Julieta / Almodovar

-2 Brooklyn Village / Ira Sachs

-3 Les délices de Tokyo / Naomi Kawase

-4 Voyage dans le cinéma français / Tavernier

-5 Your name / Makoto Shinkai

-6 Avoir dix sept ans / Téchiné

-7 Les animaux fantastiques / David Yates

-8 Miss Peregrine et les enfants particuliers / Tim Burton

-9 Dalton Trumbo / Jay Roach

-10 Café society / Woody Allen 

J'ai vu bien sûr de nombreux autres films qui m'ont apporté plaisir, distraction ou savoir et surtout émotion. Il est difficile d'en retenir dix. J'ai par exemple bien aimé les nombreux films d'animation que je suis allé voir, je n'en rate presque aucun, comme "Kubo", "Comme des bêtes" ou "La tortue rouge"...

Comme souvent devant un film d'Almodovar j'ai été bouleversé par Julieta presque autant qu'en voyant Tout sur ma mère. J'ai été ébloui par la subtilité de la construction du scénario et enthousiasmé par la performance des deux actrices principales bien épaulées par une distribution sans faute comme à l'habitude chez le cinéaste espagnol.

Ira Sachs est un cinéaste dont je guette chaque nouveau film et je n'est pas été déçu par "Brooklyn village" qui traite dans une belle lumière de sujets graves avec beaucoup de justesse et de légèreté.

Tout comme Julieta qui m'a fait me replonger dans l'oeuvre d'Almodovar, Le voyage de Tavernier dans le cinéma français est un irrésistible appel à revisiter ses souvenirs et surtout sa vidéothèque...   

Partager cet article

Repost 0

Philip Guston - Martial Memory, 1941

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Philip Guston - Martial Memory, 1941

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Charles Meere. Atalanta’s Eclipse. 1938. (detail)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Charles Meere. Atalanta’s Eclipse. 1938. (detail)

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
 
 
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Partager cet article

Repost 0

un inédit de Montherlant

Publié le par lesdiagonalesdutemps

un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant
un inédit de Montherlant

On comprend pourquoi ce très intéressant article n'a pas été repris, tout du moins à ma connaissance en volume, par les éditeurs d'Henry de Montherlant car il montre imprudemment les limites de l'écrivain. A son insu, il explique pourquoi Montherlant est un piètre romancier, si on s'en tenait à ce que ce terme devrait recouvrir: un homme qui fait naitre personnages et actions de sa seule imagination. Dans ses deux seuls romans qui comptent dans l'Histoire de la littérature française du vingtième siècle, soit le merveilleux "Les célibataires" et "Les garçons", en ce qui les concerne, on devrait plus parler de mémoires que de romans. En effet "Les célibataires" est le savoureux portrait de deux membres de sa famille et "Les garçons" le récit, à peine transposé de sa grande histoire d'amour durant son adolescence avec un garçon plus jeune que lui. Le théâtre de Montherlant est également peu le fruit de son imagination. La plupart de ses pièces s'appuient s'appuient sur des personnages et des faits historiques avéré et quelques unes comme "Fils de personne" ou "La ville" sont également d'habiles transposition de son vécu. Ceci dit, ce n'est pas forcément l'imagination qui fait les grands écrivains mais il faut bien convenir qu'il y a carence en ce domaine chez les littérateurs français.

Le texte met aussi en lumière, grâce à sa réflexion très juste sur l'engagement révolutionnaire de la jeunesse à la fois la faible tête politique de Montherlant et son romantisme échevelé des années 20. Un tel article explique et malheureusement absout aussi bien la rêverie nazi d'un Brasillach que la soif de dieu mortifère de nos actuels djihadistes...    

 

 

 

Pour retrouver Montherlant sur le blog: un inédit de Montherlant de 1934un inédit de Montherlant de 1939Les beaux dimanches, un inédit de Montherlant de 1930un inédit de Montherlantun inédit de Montherlant, Le concert au bord d'un lacUne leçon de morale, un inédit d'Henry de Montherlant, Souvenirs (inédits) d'Henry de Montherlantinédit de Montherlant: un crépuscule au Sahara, un inédit de Montherlant: le pigeon et le raton, 20 mars 1928, inédit de Montherlant: Remparts flambants du mondeun inédit de Montherlant: La petite place arabe, inédit de Montherlant, La conversion de TibèreLe poète et le petit garçon, un inédit de Montherlant, inédit de Montherlant, Littérateurs et toreros d'après guerreun inédit de Montherlant: Au flanc d'Alger, 30 juin 1928, un inédit de Montherlantun inédit de Montherlant: M de Montherlant n'écrira plus rien sur les sports, un inédit de Montherlant, Montherlant, mon ami par Mac Avoy, un inédit de Montherlant: La semaine sainte à Séville, Journée Henry de Montherlant - Flagey - 25 septembre 2007d'être à êtreUne lettre inédite de Roger Peyrefitte à Montherlant, un entretien Montherlant - Charensol daté du 20 juin 1925 dans Les Nouvelles LittérairesLorsque Egermeier photographiait l'intimité de Roger Peyrefitte et d'Henry de Montherlant, La ville dont le prince est un enfant d'Henry de Montherlant à la télévision?, un inédit de MontherlantLe "chevalier" de la correspondance Montherlant - Peyrefitte: Henry Houssaye, Il a été décrété que Montherlant n’était plus audible., Egermeier illustre Montherlant, Demain il fera jour d'Henry de Montherlant au Théâtre de l'Oeuvre dans une mise en scène de Michel Fau,                 

Partager cet article

Repost 0

revues d'antan

Publié le par lesdiagonalesdutemps

revues d'antan
revues d'antan
revues d'antan
revues d'antan
revues d'antan
revues d'antan
revues d'antan

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Zinaida Serebriakova (1884-1967) "House of Cards" (1919)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Zinaida Serebriakova (1884-1967)  "House of Cards" (1919)

Au moment où Zinaida Serebriakova (1884-1967)  peint cette toile, seulement 2 ans après la Révolution d'Octobre de 1917, le mari de Serebriakova était morts du typhus, contracté dans une prison bolchevique. Elle a été laissée sans aucun revenu, responsable de ses quatre enfants et de sa mère malade. Toutes les réserves de son mari de avaient été pillées, de sorte que la famille a souffert de la faim. Dans "House of Cards" elle représente ses quatre enfants.

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0