Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tyler Alpern

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Tyler Alpern est un peintre américain vivant dans l'état du Colorado. Son travail peut être décrit comme une peinture narrative naturaliste, un peu dans l'esprit de Benton. Il a fait ses études à l'Occidental College de Los Angeles,puis deux écoles différentes, à Rome, en Italie. Il a obtenu sa maîtrise à l'Université du Colorado, où il enseigne à l'occasion.







Tugof war





The mormons





Shower





shell





Sexy Théo





Rough trade





Rock





Ponce De Lyon in Search of the Mainstream





Lush





Lakeboy





Icarus





Homage to the stars





Dream canyon





Coppertone





Circus





At the far end

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Miles McMillen

Publié le par lesdiagonalesdutemps

[Miles McMillen-001[2].jpg]

 

[Miles McMillen-010[2].jpg]

 

[Miles McMillen-007[2].jpg]

 

[Miles McMillen-008[2].jpg]

 

[Miles McMillen-006[2].jpg]

 

[Miles McMillen-009[2].jpg]

 

[Miles McMillen-002[2].jpg]

 

[Miles McMillen-004[2].jpg]

 

[Miles McMillen-003[2].jpg]

 

[Miles McMillen-005[2].jpg]

Publié dans modèles et mannequins

Partager cet article

Repost 0

Baigneurs d'antan

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 
























































camera-swim.jpg

 Capture-d-ecran-2011-06-18-a-07.40.44.jpg

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Jules Elie Delaunay (1828-1891)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 



























Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Hernán Giménez Betancourt

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 



 

Hernán Giménez est un photographe vénézuélien dont le sujet unique semble être l'adolescence.
Il se veut un créateur syncrétique ses œuvres se réclament de la fusion même des Arts à laquelle il a consacré une grande partie de sa vie. Dans sa ville natale de Caracas, il a étudié la musique, les arts plastiques, l'architecture et le design, ainsi que la danse classique et contemporaine. Il n'est donc pas étonnant que ses photographies constituent le compendium de tous les talents que son âme d'artiste a pu développer séparément.
Il travaille ses photos si bien que ses modèles au corps craquelé semblent rescapés de vieilles amphores grecques que la poussière du temps aurait laissé presque intactes. Il revisite des figures obligées de l'homo érotisme comme Saint Sébastien.



Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Dans les jardins de l'Alcazar de Séville

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSCN0355.JPG

 

DSCN0380.JPG

 

DSCN0382.JPG

 

DSCN0384.JPG

 

nouvelles-images-7816.jpg

 

nouvelles-images-7819.JPG

 

nouvelles-images-7823.JPG

 

nouvelles-images-7826.jpg

 

nouvelles-images-7827.jpg

 

nouvelles-images-7831.JPG

 

nouvelles-images-7832.JPG

 

nouvelles-images-7833.jpg

 

nouvelles-images-7834.jpg

Séville, Espagne, avril 2011

 

Les jardins de l'alcazar de Séville m'ont encore plus séduit que  Les jardins du Généralife à Grenade pourtant plus célèbres. J'ai particulièrement aimé la galerie du grotesque, que l'on aperçoit sur la deuxième et troisième photo en partant du haut. Elle permet sur 160 mètre de dominer, dans son passage couvert, les jardins. Il manque à mes images, le parfum des fleurs d'oranger auquel on n'échappe ni dans les jardins, ni dans les rues de Séville. Il me semble que le poème de Théophile Gautier va bien avec mes images...

 

Dans son jardin la sultane se baigne,
Elle a quitté son dernier vêtement ;
Et délivrés des morsures du peigne,
Ses grands cheveux baisent son dos charmant.

Par son vitrail le sultan la regarde,
Et caressant sa barbe avec sa main,
Il dit : « L’eunuque en sa tour fait la garde,
Et nul, hors moi, ne la voit dans son bain.

« — Moi, je la vois, lui répond, chose étrange !
Sur l’arc du ciel un nuage accoudé ;
Je vois son sein vermeil comme l’orange
Et son beau corps de perles inondé. »

Ahmed devint blême comme la lune,
Prit son kandjar au manche ciselé,
Et poignarda sa favorite brune...
Quant au nuage, il s’était envolé !

Théophile Gautier, La comédie de la mort, Le nuage 

Partager cet article

Repost 0

Christopher ’’Kit’’ Wood

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Autoportrait, 1927



Christopher ’’Kit’’ Wood (né le 7 avril 1901 à Knowsley, près de Liverpool - mort le 21 août 1930 à Salisbury), était un peintre anglais dont l'oeuvre, malgré la disparition prématurée de son auteur à la vie bohème, mouvementée et marquée par l'addiction aux drogues, a influencé le développement du modernisme anglais. Il est un des rares peintres britanniques à avoir obtenu une certaine reconnaissance dans la mouvance artistique parisienne des années 1920.

 

"Le marchand de tapis" (1930), huile sur toile de bois.

Fils de médecin, Christopher Wood s'initie au dessin à l'âge de quatorze ans, pendant une convalescence. En 1919, il débute des études d'architecture à l'université de Liverpool où il rencontre Augustus John qui l’encourage à devenir peintre avant que le collectionneur Alphonse Kahn ne l'invite à se perfectionner dans cette voie à Paris.

 

        

 



Dès 1921, Wood, surnommé ‘’Kit’’ par ses amis, y suit les cours de l'Académie Julian puis de la Grande Chaumière. Il s'intègre rapidement dans les cercles artistiques à la mode où Khan lui présente le diplomate chilien Antonio de Gandarillas, neveu de la mécène Eugenia Huici de Errázuriz. Cette rencontre aura une influence décisive sur la vie du jeune Wood. Riche, dilettante, homosexuel, opiomane et mondain, Tony de Gandarillas lui présente de nombreux artistes de Paris, l'initie à l’opium tandis que les deux hommes deviennent amants. Gandarillas soutiendra financièrement Wood, souvent impécunieux, jusqu’à sa mort. Pendant plusieurs années, le couple mènera une vie parisienne de bohème mondaine entrecoupée de nombreux voyages et séjours à travers l'Europe, en Afrique du nord, en Grèce et en Italie.

En 1925, Wood rencontre Jean Cocteau, également opiomane - dont le style au trait dépouillé influencera son dessin - et expose pour la première fois seul à Londres. La même année, Eugenia Errázuriz le présente à Picasso, dont l’influence est indéniable sur son oeuvre, qui apprécie son travail.

 



Toujours en 1925, il expose en compagnie de Paul Nash à la galerie Redfern de Londres et rencontre un couple d’artistes anglais avec lequel il restera intimement lié jusqu’à la fin, tant sur le plan personnel que sur un plan artistique : Ben Nicholson et son épouse Winifred. C'est durant ces années qu'il fait également la connaissance de Max Jacob, dont il peindra un remarquable portait quelques années plus tard, et se lie sentimentalement avec Jeanne Bourgoint, une mannequin qui, avec son frère Jean, inspirera à Cocteau Les Enfants Terribles.

 

SP5076.jpg


En 1926, Diaghilev confie à Wood la création des décors et costumes du ballet Roméo et Juliette mais cette commande est annulée au dernier moment. Wood retourne alors en Angleterre où il prend part aux activités du Groupe de Londres puis, en 1927, de la Seven and Five Society en compagnie, entre autres, du couple Nicholson. Il ne cessera cependant les trajets entre le Royaume-Uni et la France, tantôt en Bretagne, tantôt dans le sud de la France ou en Cornouailles, exposant avec les Nicholson à Paris ou à Londres.

 

Christopher Wood - Horses in Paris, 1924


 Pablo Picasso le considérait comme un génie en puissance. Fasciné par ses peintures brutes qu'il comparait à celle du douanier Rousseau.

 

Christopher Wood - Anemones In A Cornish Window

 Christopher Wood The Fisherman's Farewell 1928

 fisherman, 1928

Avec les Nicholson, Kit se rend en 1928 dans le Cumberland puis dans les Cornouailles britanniques, stimulé par l’implication de Ben dans son propre travail artistique. Durant un voyage à St Ives, avec celui-ci, il rencontre le peintre-pêcheur Alfred Wallis, dont le style naïf répond à leurs aspirations communes à une expression primitive de la peinture ; cette influence finira d’asseoir le style personnel de Wood. Après une aventure malheureuse avec la peintre et riche héritière Meraud Guiness, il se lie avec Frosca Munster, une aristocrate russe qui a fui la révolution bolchevique. Cette dernière parait apporter un semblant d’équilibre à Wood qui demeure très dépendant aux drogues, quoiqu’il peigne de plus en plus.

 

 1927

portrait de Max Jacob


En juin 1930, Wood se rend dans la station balnéaire de Tréboul, dans une région alors prisée par les peintres depuis le passage de Gauguin dont il admire l'oeuvre -avec celle de Van Gogh. Il y vit dans un petit hôtel et y travaille notamment en compagnie de son amant, le peintre anglais Francis Rose, et de Max Jacob qui l’y a rejoint. S'il produit beaucoup durant cette période, sa dépendance à l’opium est devenue telle que l’argent que lui font parvenir Frosca et Tony, sans cesse en voyage, ne suffit plus. Malgré les attentions de ses amis, il ne peut résister et finit par s’intoxiquer en fumant les déchets d’opium. Il décide alors rejoindre l’Angleterre pour obtenir l’aide de ses parents.

Christopher Wood Douarnenez, Brittany 1930

Douardenez, 1930

Christopher Wood Church at Tréboul 1930

église à Tréboul 1930

Une de ces dernières toiles, le zèbre et le parachutiste ouvrait des perspectives que son oeuvre jusque là ne laissait pas présager, malheureusement la mort ne lui a pas laissé le loisir de les parcourir.

 

Christopher Wood Zebra and Parachute 1930

 

Carnations in a Glass Jar



Il quitte la Bretagne, emportant les tableaux avec lesquels il projette de faire l’ouverture de la galerie londonienne Wertheim, qui doit avoir lieu en octobre de la même année. C’est alors, le 31 août 1930, qu’il tombe sous un train à la gare de Salysburry dans des circonstances restées mystérieuses : son addiction à l’alcool et à l’opium, ou encore ses troubles mentaux l’ont possiblement poussé à commettre un suicide mais sans que l’éventualité d’un accident puisse être écartée.



the jokey, 1923



The Bathers (France, 1927)



Nude in a bedroom Francis Rose, 1930



Jean Bourgoint, 1926



Constant Lambert, 1926

 

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Alfred Dan (1852-1926) : Gaston Lelièvre.

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Capture-d-ecran-2011-05-05-a-18.38.07.png

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Peter de Berlin

Publié le par lesdiagonalesdutemps


Armin Freiherr von Hagen Hoyningen-Huene est un photographe, artiste, cinéaste, designer de vêtements, modèle et sex-symbol gay mieux connu sous son nom de scène Peter de Berlin.

Il est né à Lódź, en Pologne, et a grandi à Berlin,en Allemagne.Il est le petit-neveu du célèbre photographe de mode George Hoyningen-Huene.Il a reçu une éducation de photo-technicien en Allemagne.

Au début des années 60, il a travaillé comme photographe pour le journal de mode et de télévision allemande VIP Schaukel et prenant des photos de célébrités européennes telles que Catherine Deneuve, Alfred Hitchcock, Klaus Kinski, et Brigitte Bardot.

Mais sa véritable passion était de se photographier lui-même dans des poses érotiques et dans des tenues très moulantes qu'il portait pour draguer dans les parcs et les gares de Berlin.Dans le début des années 1970, Peter de Berlin a déménagé à San Francisco, et la diffusion de ses autoportraits  fit de lui une vedette internationale.

Les photographies de Peter de Berlin et les illustrations qu'il en a tiré ont été exposées partout dans le monde, notamment dans l'exposition «Split / Vision" (New York, 1986) organisée par Mapplethorpe, et dans l'exposition "Berlin Berlin" (2006) à la Lohman Galerie Leslie à New York.

Il a également été le sujet de plusieurs photographies de Robert Mapplethorpe et de six dessins de Tom of Finland et au moins d'une photo par Andy Warhol.

Il a collaboré avec son ami Richard Abel sur un film porno en 16mm intitulé "Nights in Black Leather" (1972) dans lequel il joue le rôle principal. l'affiche de Peter pour le film a fait sensation et a contribué à faire de ce film un énorme succès underground. Peter Berlin a également réalisé, produit, écrit et joué dans That Boy (1974), un autre succès.









































































































Peter Berlin par Tom of Finland



























Peter Berlin par Robert Mapplethorpe




















Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Rudolf Koppitz (1884-1936)

Publié le par lesdiagonalesdutemps


The brothers.
Rock lanzador c.1923

Rudolf Koppitz, en el seno de la Naturaleza c.1923
Estudio de movimiento. 1925.

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0