Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En se promenant à Kanazawa (3)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

maisons de geishas dans le quartier de Nishichaya-gai

maisons de geishas dans le quartier de Nishichaya-gai

à l'intérieur d'une maison de geisha

à l'intérieur d'une maison de geisha

à l'intérieur d'une maison de geisha

à l'intérieur d'une maison de geisha

maisons de geishas dans le quartier de Nishichaya-gai

maisons de geishas dans le quartier de Nishichaya-gai

En se promenant à Kanazawa (3)
En se promenant à Kanazawa (3)
En se promenant à Kanazawa (3)
En se promenant à Kanazawa (3)
En se promenant à Kanazawa (3)
maison de samourai dans la quartier de Nagomachi reconnaissable aux murets qui les entourent.

maison de samourai dans la quartier de Nagomachi reconnaissable aux murets qui les entourent.

En se promenant à Kanazawa (3)
Kanazawa, Japon, avril 2017

Kanazawa, Japon, avril 2017

Partager cet article

Repost 0

Goor

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 


 


 

 



 

Partager cet article

Repost 0

Eugene Jannson

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Eugene Jannson

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

car wash

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

The plumber par Josman

Publié le par lesdiagonalesdutemps

RF - Josman  083

RF - Josman  084

RF - Josman  085

RF - Josman  086

RF - Josman  087

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Terence Cuneo

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Terence Cuneo (1907-1996) était un illustrateur britannique de premier plan spécialisé dans les objets mécaniques, mais était tout à fait capable de représenter des personnes - il est à noter que contrairement à lui beaucoup d'artistes contemporains ont un problème avec la représentation de la technologie.

 

 
Railroad illustration: "Crossing the Forth"
 
L'assassinat de Reinhard Heydrich à Prague, le 27 mai 1942.
 
 portrait de la reine Elizabeth II, 1953. 
 
 
"The First Air Post" peint en 1978
 

Bristol Aircraft Company ligne de montage, 1944, montrant Beaufighters.
 
Une autre peinture de la ligne d'assemblage de Ford cette fois en 1947.
 
Probablement une illustrations pour une brochure pour Armstrong Siddeley Sapphire 234 ou 236, peint en 1955 
 
 
 

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0

En se promenant dans Kanazawa (2)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

En se promenant dans Kanazawa (2)
jeunes nippons d'hier, photographie du début du XX ème siècle rephotographiée dans la devanture d'une boutique

jeunes nippons d'hier, photographie du début du XX ème siècle rephotographiée dans la devanture d'une boutique

jeune nippon d'aujourd'hui

jeune nippon d'aujourd'hui

En se promenant dans Kanazawa (2)
En se promenant dans Kanazawa (2)
sculpture autour du musée d'Art Contemporain

sculpture autour du musée d'Art Contemporain

En se promenant dans Kanazawa (2)
le musée vu à travers la sculpture

le musée vu à travers la sculpture

En se promenant dans Kanazawa (2)
le musée avec sur son toit le mesureur de nuage

le musée avec sur son toit le mesureur de nuage

sculpture autour du musée d'Art Contemporain

sculpture autour du musée d'Art Contemporain

Kanazawa, Japon, avril 2017

Kanazawa, Japon, avril 2017

Partager cet article

Repost 0

La résistible ascension d'Arturo Ui mis en scène par Katharina Thalbach à la Comédie Française

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Paris, juin 2017

Paris, juin 2017

J'ai voulu en allant voir cette reprise par la Comédie Française de "La résistible ascension d'Arturo Ui" vérifier mes souvenirs de Bertold Brecht qui dataient, comme beaucoup je suppose de spectateurs d'une quarantaine d'années, époque durant laquelle le dramaturge était quasiment hégémonique dans le théâtre subventionné. J'ai pu constater à l'aune de ma mémoire que les propos de Brecht n'avaient pas vieilli mais au contraire que certains entraient en résonance avec l'actualité mais que son imprégnation marxiste était moins présente.

La pièce est une transposition de l'ascension d'Hitler chez les truands de Chicago qui veulent mettre la main sur le commerce des choux fleurs, ce qui est une distanciation ironique du racket crée aux Etats-Unis par la prohibition de l'alcool.

On peut trouver la programmation de cette pièce un peu redondante avec les Damnés, présenté cette même saison dans le même lieu...

La mise en scène, douloureuse pour les comédiens, de Katharina Thalbach lorgne vers le clownesque grinçant de feu le cabaret berlinois, déjà assassiné par Hitler lorsque Brecht écrit sa pièce, aux Etats-Unis en 1942 (mais elle ne sera montée qu'en 1949). Ce choix que je trouve dans le principe malin est heureusement infidèle aux désidératas de Brecht qui préconisait de monter sa pièce dans "le grand style", celui du théâtre élisabéthain de Shakespeare. Pourquoi "heureusement"? parce que cette pièce assez mal construite ne résisterait pas à un "noble" traitement qui de surcroit serait en décalage complet avec l'argument la main mise sur le commerce des choux-fleurs.

Pourtant malheureusement Katharina Thalbach n'a pas évacué tout esprit de sérieux surlignant toutes les analogies des péripéties de l'ascension d'Arturo Ui avec celles d'Hitler alors qu'elles sont déjà suffisamment transparentes dans le texte par exemple le maire de la ville voisine de Chicago dans laquelle Ui veut exporter son racket se nomme Dolfoot. Il n'est pas bien difficile d'y reconnaitre le chancelier d'Autriche Dolfuss. Mais a chaque épisode on nous montre une grand calicot, dont certes l'arrivée est bien intégrée à la scénographie mais ralentie le rythme de la représentation, sur lequel nous est rappelé les évènements historiques qui ce rapporte à ce que transposé nous venons de voir sur scène. Encore une fois on fait comme s'y on ignorait ce qui s'est passé dans les années 30 et 40 du XX ème siècle!

La scénographie est à la fois astucieuse, signifiante et problématique pour les acteur.

Le plateau est scindé par un filet en toile d'araignée (celle que Ui tisse sur les ville qu'il met en coupe réglée) en deux une avant scène assez étroite et la scène proprement dite transformée en un plateau incliné sur lequel est imprimé la carte de la ville de Chicago. Dans le plateau des trappes par lesquelles les acteurs entrent et sortent s'ouvrent et se ferment selon les besoins de la mise en scène. Ce dispositif contraint les acteur a jouer sur une pente, sur laquelle parfois ils glissent ou à des acrobaties simiesque en grimpant dans le filet.

L'Arturo Ui de Katharina Thalbach apparait, du moins au début, plus ridicule que dangereux. Dans les premières scènes on voit que les gros commerçants de la ville, en se "bouchant le nez" font alliance avec lui, pensant le manipuler (ces épisode sont beaucoup moins mis en avant que dans les années 70) c'est tout le contraire qui arrivera. Ui les fagocitera. La mise en scène et le jeu de Laurent Stocker met en évidence l'évolution du personnage de Ui, bien plus que dans le texte de la pièce, ce qui améliore grandement sa signification.

Comme à l'habitude, depuis quelques année la troupe de la Comédie Française est remarquable, résistant à toutes les lubies des metteurs en scène avec une mention spéciale à Laurent Stocker méconnaissable et qui arrive à donner de la densité à son personnage de clown maléfique et à Michel Vuillermoz époustouflant dans le rôle du "conseiller en communication" de Ui.      

Partager cet article

Repost 0

Theophilos Hatzimihail

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Theophilos Hatzimihail

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
  
 
 
 
 
 

La date de naissance exacte de Théophilos est inconnue. Cependant, on croit savoir qu'il est né entre 1867 et 1870 à Vareia (Βαρειά), un village à l'extérieur de Mytilene (alors partie de l' Empire Ottoman ). Son père, Gabriil Kefalas, était cordonnier, tandis que sa mère Pinelopi Hatzimihail était fille d'un iconographe . Quand il était très jeune il était médiocre à l'école, mais il avait un intérêt particulier pour la peinture , ayant appris les bases de son grand-père.

Sa vie a été très difficile en partie parce que les gens se moquaient de lui, puisqu'il allait porter le kilt traditionnel grec, lefustanella . À l'âge de 18 ans, il a abandonné sa maison et sa famille et a travaillé comme portier (καβάσης, kavasis ) au consulat grec à Smyrne .

Il y resta quelques années, avant de s'installer dans la ville de Volos vers 1897, à la recherche de travaux occasionnels et de peinture dans les maisons et les boutiques de la région. Beaucoup de ses peintures murales existent aujourd'hui. La plupart de ses années, il a passé à Ano Volos . Son protecteur pendant cette période était le propriétaire Giannis Kontos , pour qui il a fait beaucoup de travaux. Aujourd'hui, la maison de Kontos est le musée Theophilos. En plus de la peinture, il a également participé à l'organisation de manifestation de théâtre populaires pour les cérémonies nationales, et à la période carnavalesque il a joué un rôle majeur, parfois s'habillant comme Alexandre le Grand , avec des élèves en phalange macédonienne et parfois comme un héros de la Révolution grecque, avec des ustensiles et des costumes faits par lui-même.

En 1927, il retourne à Mytilène . La légende dit qu'il a quitté Volos à cause d'un incident dans un kafeneio (café), quand quelqu'un lui a fait "une blague" devant les autres et qui l'a jeté au le bas d'une échelle où il peignait.

Dans Mytilène , malgré la moquerie du peuple, il continua à dessiner, peignant de nombreuses peintures murales dans les villages pour peu de paiement, habituellement pour une assiette de nourriture et une tasse de vin. Beaucoup de ses travaux de cette période ont été perdus, soit en raison du vieillissement naturel ou de dommages occasionnés par les propriétaires.

À Mytilène, le célèbre critique d'art et éditeur Stratis Eletheriadis ( Tériade ), qui a vécu à Paris, a découvert Theophilos et lui a apporté une grande reconnaissance et aussi une publicité internationale, bien que posthume. Avec le financement de Tériade en 1964 le musée de Théophilos a été construit à Vareia, Lesbos.

Théophile mourut en mars 1934, à la veille de l'Annonciation, peut-être par intoxication alimentaire. Un an plus tard, ses œuvres ont été exposées au Louvre comme un échantillon d'un véritable peintre typique de la Grèce .

Theophilos Hatzimihail
Theophilos Hatzimihail
Theophilos Hatzimihail

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Des enfants sages

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Des enfants sages

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0