Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'air de Paris, un film de Marcel Carné (réédition augmentée)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

L'air de Paris, un film de Marcel Carné (réédition augmentée)
 

 

Fiche technique :

 
Avec Jean Gabin, Arletty, Roland Lesaffre, Marie Daëms, Jean Parédès, Maria Pia Casillo, Simone Paris et Ave Ninchi

 

Réalisé par Marcel Carné. Scénario de Jacques Viot, Marcel Carné et Jacques Sigurd. Directeur de la photographie : Roher Hubert. Compositeur : Maurice Thiriet.

 
France-Italie, 1954Durée : 110 mn. Disponible en VF.

 

Résumé :

 
À Paris, en 1954, un ancien boxeur, Victor Le Garrec (Jean Gabin, prix de la meilleure interprétation masculine au Festival de Venise en 1954) qui eut une carrière très brève, dirige une salle de boxe. Il rencontre un jeune homme, André Ménard (Roland Lesaffre) qui a fait un peu de boxe. Victor s’intéresse à lui. Il l’entraîne pour en faire le champion qu’il n’a jamais été. Bientôt il l’installe chez lui. On ne s’explique pas l’attitude de Victor s’il n’est pas l’amant d’André. Carné s’est cru obligé d’ajouter une ridicule histoire d’amour entre le jeune boxeur et une non moins jeune... antiquaire. La femme de Victor, Blanche (Arletty) jalouse le jeune homme. Elle reproche à son mari son engouement pour André. Quant à Victor il reproche à André sa liaison avec la jeune antiquaire. La jeune femme ayant conscience qu’elle entrave la carrière d’André s’éloigne. Le jeune homme retrouve Victor et se consacre entièrement à la boxe.

 

L'avis critique

 
L’air de Paris n’est pas un film gay à proprement parler, disons que c’est un film crypto-gay. En politique, comme en dessin industriel, il y a une vue de droite et une vue de gauche et bien je vais vous donner une vue « de gay » d’Un air de Paris.
Deux passionnés de boxe, Marcel Carné et son scénariste Jacques Viot, décident de traiter le sujet en mettant en évidence l’arrière-plan social de ce sport. Jean Gabin est dès le début associé au projet. Dans son autobiographie, La vie à belles dents, Marcel Carné explique ses motivations : « Ce qui m’intéressait, en plus de l’atmosphère particulière du milieu, c’était d’évoquer l’existence courageuse des jeunes amateurs qui ayant à peine achevé le travail souvent pénible de la journée, se précipitent dans une salle d’entraînement pour ”mettre les gants” et combattre de tout leur cœur, dans le seul espoir de monter un jour sur le ring... » Plus prosaïquement, on peut penser que la possibilité d’offrir un premier rôle à son jeune ami Roland Lesaffre n’a pas été pour rien dans le choix du sujet. Les deux hommes se sont rencontrés par l’intermédiaire de Jean Gabin qui a présenté Roland Lesaffre en 1949 au cinéaste qui aussitôt le fait débuter dans La Marie du port.  Mais nous ne sommes plus au temps du Front Populaire, les producteurs se défilent les uns après les autres. Robert Dorfmann se laisse convaincre mais il amène avec lui comme financier principal, le très conservateur Cino Del Duca. Ce dernier, alors spécialisé dans la presse du cœur et les romans à l’eau de rose (il publiera une novellisation du film encore trouvable chez les bons bouquinistes) veut une vraie histoire d’amour. Il pousse le cinéaste à développer une liaison entre Lesaffre et une jeune femme Corinne, ce qui renvoie Gabin dans son coin, et le film aux plus banales conventions. Jacques Viot se retire du projet. Jacques Sigurd le remplace et remanie l’histoire dans le sens demandé par Del Duca. Le nouveau traitement augmente l’importance du rôle de Lesaffre mais diminue celui de Gabin. Ce dernier ronchonne mais reste à bord. L’air de Paris, tel qu’il était écrit avant que ces changements de dernière heure ne modifient l’histoire était centré sur le développement d’une relation affective profonde entre deux hommes et se rapprochait d’un contexte homosexuel. Carné doit subir une autre avanie. Il a destiné le personnage de Corinne à Agnès Delahaie (à la ville madame Dorfmann) mais celle-ci se dispute avec l’épouse du co-producteur italien, engagée elle aussi dans le film ! Qui exige son remplacement. Carné engage ainsi Marie Daëms à quelques jours du premier clap.

Le tournage a été houleux car si le scénario de Jacques Viot faisait la part belle à Gabin, les dialogues de Jacques Sigurd, sur la demande de Carné, mettent en évidence le rôle de Roland Lessafre, l’ami de cœur de Marcel Carné, ce que n’appréciait pas du tout Gabin. Lessaffre, comédien médiocre, est pourtant dans ici convaincant, bien que trop âgé pour le rôle, il a alors 27 ans, mais il est choisi entre autres parce qu’il a été lui-même boxeur amateur. Il y a aussi dans Lessaffre quelque chose du Gabin jeune de ses grands films d’avant-guerre, Le jour se lève, Pépé le Mocko... où il incarnait les fils du peuple.

 

 

 

En outre, Gabin ne voulait pour rien au monde que l’on pense qu’il jouait un homosexuel, même refoulé, comme le confiait Marcel Carné à Jacques Grant (l’habituel directeur de casting de Téchiné) pour le défunt Masque : « Gabin avait une peur terrible de ça. Quand à la fin du film, il venait retrouver le jeune boxeur, je lui dis : Tu lui passes la main autour du cou et tu l’emmènes : Pas question, je ne veux pas avoir l’air d’un pédé. Il n’était pas content du tout. » En tout état de cause L’air de Paris marquera la rupture définitive entre Carné et Gabin.

 



 

 

Le film tombe dans le ridicule et l’incompréhensible pour n’avoir pas voulu rendre explicite la liaison entre Victor et André. Pourtant l’image de Victor, la main tendrement passée dans la ceinture de la culotte de son protégé au moment de la minute de repos entre deux rounds... Il est amusant, mais pas vraiment surprenant, tant l’homosexualité irrigue tout le cinéma de Melville, de retrouver la même scène, avec un cadrage presque identique, dansL’aîné des Ferchaux, Belmondo est le boxeur et Andrex remplace Gabin. Mais la scène la plus torride est celle dans laquelle le manager masse son poulain vêtu que d’un mini slip. La caméra s’attarde longuement sur le corps imberbe de Lesaffre, Marcel Carné n’avait pas toujours mauvais goût !

Arletty, qui avec L’air de Paris retrouvait Gabin quinze ans après Le jour se lève), dans les années 80 voyait très lucidement la faiblesse du film : « Il aurait fallu aller très loin dans le film. Je pense que Gabin ne voulait pas passer pour un homo ; au fond en réalité, il aurait dû se taper Lessaffre ouvertement, l’aimer d’amour. Tandis que là, c’est pas dit, c’est pas fait. Fallait faire l’escalier, des mecs qui sortent ensemble. Je crois que ça enlève beaucoup. »

Carné n’était pas le courage incarné au sujet de ses mœurs, c’est un euphémisme. Le film a aussi un intérêt historique pour le spectateur gay d’aujourd’hui. Le petit rôle caricatural joué par Jean Parédès illustre bien comment le cinéma français d’alors voyait l’homosexualité masculine. Que le rôle soit tenu par le délicieux Jean Parédès ne change rien à l’affaire. Il refera son numéro de folle de contrebande dans Fanfan la tulipe. Il faut lire l’émouvant portrait de ce comédien que dressent Olivier Barrot et Raymond Chirat dans leur indispensable Noir & blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1950 (ed. Flammarion).

 

 

 

On peut également voir une touche de lesbianisme dans la relation entre Corinne et sa protectrice Chantal (excellente Simone Paris) parallèle pas assez développé avec le duo Gabin–Lessaffre.
Techniquement le film est parfait. Carné a soigné particulièrement l’aspect documentaire, pour cela il a engagé trois boxeurs : Séraphin Ferrer, Legendre et Streicher, l’entraîneur Roger Michelot ainsi que les speakers et les soigneurs du Central Sporting Club de Paris. On doit se régaler du beau noir et blanc qui balaye toute la gamme des gris et des cadrages soignés qui échappaient alors à la dictature actuelle de la caméra portée et de son trop fréquent corollaire : le bord du cadre tremblotant. La lourdeur des caméras de 1954 n’avait pas que des inconvénients. Admirons les décors d’une parfaite justesse tant pour la salle de boxe que pour l’appartement petit bourgeois du couple Aletty–Gabin, sans oublier l’intérieur bien dans le goût de l’époque de l’antiquaire.
Curieusement Carné, cinéaste de plateau par excellence, a utilisé des images complémentaires tournées par André Dumaitre pour rendre l’atmosphère de Paris, celle-ci est très documentaire de première partie dans le style Plaisir de France.

 

 

 

 

Si on replace le film dans l’histoire du cinéma français, on peut y voir les derniers feux du néo-populisme d’après-guerre où pointe déjà le psychologisme qui triomphera avec Claude Sautet.
Mais ne cherchons pas Carné où il n'est pas : dans le lieu clos factice où un ouvrier soudeur marqué par le destin attend que le jour se lève, ou parmi les masques en liesse du Boulevard du Crime. Face à la vulgate, il est urgent de le situer à sa vraie place : un petit maître des faubourgs, une sorte d’Utrillo de la caméra, entraîné à son corps défendant dans des entreprises trop grandes pour lui dont on le crédite abusivement. C'est le moment de reposer la vieille question : qui est le véritable auteur d'un film ?

L’air de Paris est le type même du film d’un réalisateur qui n’a jamais eu le courage et la lucidité de sortir son homosexualité de la clandestinité. Cette attitude timorée explique en partie le naufrage du deuxième volet de la carrière de Marcel Carné, après sa brouille avec Prévert. Elle explique aussi peut-être l’abandon de La fleur de l’âge, son projet sur la révolte du bagne de jeunes de l’île de Ré. Le tournage sera abandonné au bout d’une semaine. On retrouvera ce thème dans le beau téléfilm Alcyon de Fabrice Cazeneuve...
Un air de Paris est édité en DVD par Studio Canal dans une bonne copie mais avec seulement pour bonus les filmographies sélectives de certains protagonistes du film.

 

 
 


 


 

 

Publié dans cinéma gay

Partager cet article

Repost 0

Le jardinier espagnol (THE SPANISH GARDENER), un film de Philip Leacock (réédition complétée)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Le jardinier espagnol (THE SPANISH GARDENER), un film de Philip Leacock (réédition complétée)

Grande Bretagne, 1956, 97 mn

 

Réalisation: Philip Leacock, Scénario : John Bryan et Lesley Storm, d'après le roman de A. J. Cronin, Photographie : Christopher Challis, Montage : Reginald Mills, Musique : John Veale

 

avec: Dirk Bogarde (José), Jon Whiteley (Nicholas Brande), Michael Hordern (Harrington Brande), Cyril Cusack (Garcia), Maureen Swanson (Maria), Lyndon Brook (Robert Burton), Josephine Griffin (Carol Burton), Bernard Lee (Leighton Bailey)

Le jardinier espagnol (THE SPANISH GARDENER), un film de Philip Leacock (réédition complétée)

Résumé

 

Harrington Brande (Michael Horden) est consul de Grande-Bretagne en Espagne, veuf, il élève seul son fils Nicholas. C'est un homme sévère, inconsolable de la mort de sa femme. Il ne comprend pas le jeune garçon (Jon Whiteley) qui a une douzaine d'année. Professionnellement il est amère. Lorsqu'il s'agit de promotion, on lui préfère toujours ses collègues qui pourtant il juge moins compétent que lui. A ce père froid et distant le garçon préfère la compagnie de José, le jeune jardinier (Dirk Bogarde) de la villa où il habite avec son père qui prend ombrage de la sympathie excessive de son fils pour cet employé. José, et à son contact, recommence peu à peu à sourire. Une grande amitié est née, ponctuée de joies simples et de parties de pêche en pleine montagne. Mais le père du jeune garçon, jaloux de cette relation va tout faire pour les séparer...

 
Le jardinier espagnol (THE SPANISH GARDENER), un film de Philip Leacock (réédition complétée)
Le jardinier espagnol (THE SPANISH GARDENER), un film de Philip Leacock (réédition complétée)
 

L'avis de la critique

 

Si le film, qui est une adaptation du roman de même titre de A.J. Cronin, romancier anglais qui connaissait dans les années 50-60 un immense succès, alors qu'il est bien oublié (injustement) aujourd'hui, est filmé correctement, il doit tout à son trio d'interprètes dans les rôle principaux. Tout d'abord à Dirk Bogarde excellent alors que son choix pourrait paraître délirant. Tout d'abord il est assez éloigné du personnage du roman, qui est beaucoup plus fruste. Ensuite alors qu'il est censé interpréter un prolétaire espagnol, il s'exprime dans un anglais des plus châtie et sans le moindre accent, ce qui est tout de même curieux pour un jardinier espagnol mais l'abattage de Dirk Bogarde fait vite oublier cette bizarrerie. Sa beauté accentue, par rapport au livre, le coté trouble de l'attirance du garçon pour le jardinier, même si bien sûr rien n'est consommé entre l'homme et le garçon mais pour ce dernier on peut néanmoins parler d'amour. Le garçon est joué par un des meilleurs acteurs enfants de l'Histoire du cinéma, Jon Whiteley qui est inoubliable dans « Moonfleet » de Fritz Lang. Il avait déjà joué avec Dirk Bogarde dans l'excellent « Hunted » (Rapt) de Crichton. Mais c'est peut être le rôle du père joué tout en intériorité, par Michael Horden qui finalement est le plus intéressant. 

Le film

 

 

 

 

TÉLÉCHARGER

 

 

Publié dans cinéma gay

Partager cet article

Repost 0

scouts par... Alain Saint Ogan

Publié le par lesdiagonalesdutemps

scouts par... Alain Saint Ogan

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0

Satan habite au 21 de Jean-Pierre de Lucovich

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Satan habite au 21 de Jean-Pierre de Lucovich

 

 

J'ai été content de retrouver Jérôme Dracéna, détective privé de son état, mi Nestor Burma, mi Jérôme K. Bloche (le prénom serait-il un clin d'oeil?). Dans cette nouvelle aventure on retrouve, ce qui m'avait particulièrement séduit dans « Occupe toi d'Arletty, l'habile mélange entre personnages fictifs et réels, appartenant notamment au monde du cinéma (savoureuse évocation de Pierre Brasseur en fin de volume) Après son précédent contrat où il devait sauver la mise à Arletty qui était ennuyé par des malfaisants. Cette fois c'est au docteur Petiot auquel Dracéna devra se mesurer. Le roman commence le 11 mars 1944. Appelés pour un incendie rue Le Sueur, les pompier et la police découvrent dans les caves d'un hôtel particulier un charnier de vingt-sept cadavres se dissolvant dans la chaux vive. L'enquête révèle que le propriétaire, un certain docteur Petiot avait promis aux victimes de les faire passer en Amérique du sud moyennant finances. Dracena se lance à la poursuite du satanique docteur. 44, fin de l'occupation, est-ce à cause de l'âge du capitaine, de Lucovich n'est pas un tendron, mais je trouve que notre auteur brûle bien vite ses vaisseaux

L'auteur après « Occupe-toi d'Arletty! »  continue à nous faire visiter le Paris de la collaboration. C'est comme si on y était, un véritable guide des plaisirs du « gross Paris » en cette année 1944 où cela commence à sentir le roussi pour les verts de gris et leurs affidés. Lecture très utile avant de monter dans votre machine à remonter le temps même si je ne suis pas sûr que le lieu et la période soient particulièrement indiqués pour un voyage spatio-temporel.. Alors que dans le premier volet des aventures de Jérôme Dracéna, de Lucovich restait assez fidèle à la réalité des personnages historiques, dans ce deuxième opus il s'en éloigne, pour certains, considérablement, en particulier pour Petiot dont il fait une sorte de Fantomas mâtiné de docteur Mabuse et de Mangele. Idem pour la comtesse Tchernycheff qui certes n'était pas sucrée comme aurait dit mon aïeul, mais n'était tout de même pas ce génie du mal que met en scène de Lucovitch, une sorte de Lady X (les lecteurs de Buck Danny me comprendront) en bien sûr beaucoup plus sexuel. Pour qui veut en savoir plus sur la dame et quelques unes de ses collègues, il faut lire « Les comtesses de la Gestapo » de Cyril Eder, ce n'est pas un chef d'oeuvre de l'essais historique, le livre est beaucoup trop superficiel, mais il vous donnera néanmoins une bonne idée du pédigrée de ces dames... Livre, comme « Satan habite au 21 » (le titre est une référence avouée à Steeman) est vivement conseillé aux lecteur de Modiano qui retrouveront un certain Pagnon et les garage abandonnés de Levallois...

Si l'on ne s'ennuie pas en suivant la quête de notre détective pour mettre hors d'état de nuire le satanique docteur, c'est tout de même un peu longuet et mou dans la narration. Heureusement certaines « sorties » des comparses de Dracéna sont dignes de Michel Audiard! Comme presque tous ces romans policiers historiques, le décor est plus soigné que l'intrigue. Elle est un peu lâche et court trop de lièvres à la fois. On se perd un peu dans la foule de ces sinistres personnages. Mais de Lucovich connait toutes les turpitudes et ragot du petit demi monde des collabos. Comme toujours avec les héros récurrent notre Jérôme est increvable, pour la résistance (sans jeu de mots), il n'est en rien inférieur au Bernie Gunther de Philip Kerr, indépassable modèle du genre.

Ah j'allais oublier de vous prévenir, lire ce roman c'est un peu comme lire un ouvrage sur le Titanic dont on apprendrait dans les dernières page qu'il n'a pas rencontré d'iceberg mais c'est transformé en zeppelin! Et on dit que les romanciers français manquent d'imagination!  

 

Pour retrouver de Lucovich sur le blog: Occupe-toi d'Arletty! de Jean-Pierre de Lucovich

 

Pour retrouver des billets sur le blog à propos de l'occupation: 1940-1945, Années érotiques de Patrick Buisson , Trois coupes de champagne d’Yves Pourcher , L'honneur d'un homme d'Allan Massie,  André Zucca, photos de Paris sous l’occupation,  L'homosexualité et l'occupation Archives de la vie littéraire sous l'occupationFontenoy ne reviendra plus de Gérard Guégan,  Le procès CélineOccupe-toi d'Arletty! de Jean-Pierre de LucovichLe cas Bernard Fay d'Antoine Compagnon

Publié dans livre

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse
Que la jeunesse

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Max Švabinský, 1873-1962), jeune homme avec une épée 1896

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Max Švabinský, 1873-1962), jeune homme avec une épée 1896

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Pablo Poulain

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain
Pablo Poulain

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Erin Mommsen

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen
Erin Mommsen

Publié dans modèles et mannequins

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
edmundteske #chicago #1940

edmundteske #chicago #1940

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Danny Lyon Young Mechanic — Knoxville, Tennessee - 1967

Danny Lyon Young Mechanic — Knoxville, Tennessee - 1967

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

Pierre Joubert et Suchard

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard
Pierre Joubert et Suchard

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0