Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Brooklyn village, un film d'Ira Sachs

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Brooklyn village, un film d'Ira Sachs
Brooklyn village, un film d'Ira Sachs

 

Réalisation: Ira Sachs, scénario: Ira Sachs et Mauricio Zacharias, image: Oscar Duran

 

avec: Theo Taplitz, Michael Barbieri, Paulina Garcia, Greg Kinnear, Jennifer Ehle Alfred Molina

 

Résumé:

 

Une famille typiquement bobo new-yorkaise, le père (Greg Kinnear) est un acteur à la carrière modeste, la mère (Jennifer Ehle) une psi, ils ont un fils Jake (Theo Taplitz), hérite à la mort du grand-père d'une maison à Brooklyn. Le rez de chaussée est occupé par une boutique de mode que loue Leonor (Paulina Garcia) qui est une émigré chilienne. Cette dernière a un fils, Tony (Michael Barbieri) de l'âge de Jake. Entre les deux garçons nait immédiatement une amitié instinctive. Le grand père louait la boutique pour un loyer modeste. Les nouveaux propriétaires veulent augmenter le prix du loyer. Le conflit entre les parent va ruiner l'amitié des deux garçons.

Brooklyn village, un film d'Ira Sachs

L'avis critique

 

Brooklyn village est comme ces tapis dont ont ne discerne pas immédiatement le motif principal de leur dessin tant il est enfoui par l'entrelacs des arabesques. On pourrait croire que le sujet du film est la gentrification de Brooklyn, phénomène que connaissent bien des quartiers jadis populaires des grandes villes, ou une histoire d'amitié entre deux pré-adolescents ou encore les difficiles rapports qu'entretiennent les parents avec leurs progénitures lorsque ceux-ci sortent de l'enfance... Il n'en est rien. Le film est le portrait d'un garçon au seuil de la puberté qui ne sait pas encore qu'il est gay...

C'est une histoire très intime, une petite histoire mais qui va avoir des conséquences cataclysmique pour certains de ses protagonistes.

Brooklyn village est un film réaliste et c'est très rare au cinéma. Pour moi un film réaliste est un film dans lequel on sait combien gagne le père (ou/ et la mère) de famille. Certes c'est un peu caricatural mais tant de film tourne le dos à l'économie (et pas seulement dans leur scénario) que cela fait du bien lorsqu'il y en a un qui prend à bras le corps et sans démagogie, ce qui est encore plus rare, ces problèmes.

Encore plus rare au cinéma cette prise en compte des triviaux problèmes d'argent ne se font pas au détriment de l'épaisseur des personnages jusque dans les petits rôles, à ce propos cela fait plaisir de revoir Alfred Molina qui avait été si merveilleux dans le précédent film d'Ira Sachs, « Stranger in love ». Par exemple le personnage du père est très intéressant, on va apprendre que ce n'est pas son travail d'acteur qui fait bouillir la marmite mais sa psi d'épouse et subtilement le film fait comprendre qu'il culpabilise de ce fait.

Le scénario évite le piège du film grossièrement politique, il ne s'agit pas d'une famille d'aristocrates fortunés qui veut chasser une famille pauvre, mais plutôt une bataille entre membres de la classe moyenne. Elles ne sont pas économiquement beaucoup éloignées l'une de l'autre. De même Ira Sachs évite la focalisation raciale, Eléonor est chilienne donc blanche. Ces faibles différences renforcent la dynamique du film et le suspense émotionnel.

Le film tire son énergie de celui qui habite les deux jeunes garçons. Les scènes où ils sont présent ne sont que mouvement, exubérance avec d'incessant va et vient alors que celles ou se trouvent les adultes sont statique comme contaminé par la claustrophobie.

Ira Sachs est un cinéaste qui a beaucoup de tact, tant avec ses personnages qu'avec ses spectateurs. Il n'impose rien. Il propose. Il suggère laissant au regardeur le soin de se faire son opinion. Ainsi il nous dit beaucoup de choses, sans rien asséner, dès la première séquence lorsque Jake apprend inopinément et brusquement, par un malencontreux coup de téléphone, la mort de son grand père. Ce qui induit que ses parents n'ont laissé aucun message à leur fils et que leur femme de charge ne s'est pas senti assez libre pour informer le garçon. On peut en déduire (ou pas) que la communication n'est pas excellente entre Jake et ses parents et qu'il y a une barrière assez nette entre la domestique et ses employeurs. De même Ira Sachs n'est pas en surplomb vis à vis de ses créatures. Il ne les juge pas. Il n'e sais pas plus que ce que l'on entend et voit à l'écran, du moins pour Leonor, la mère de Tony. Dit-elle la vérité en ce qui concerne ses relations avec le grand père de Jake? Etait-elle si proche de lui? Où à l'inverse n'était-elle pas sa maitresse? C'est à nous de nous faire notre intime conviction et pourquoi, le défunt qui avait réglé sa succession n'a pas fait de même pour le magasin? Autant de question auxquels le films ne donne pas de réponses mais que le spectateur se posera.

Grande légèreté également en ce qui concerne l'ellipse temporelle de la fin du film. Lors des dernières séquences on devine que quelques mois ont passé. Jake a les cheveux coiffés différemment, un plan subjectif, le regard de Jake, sur des adolescents jouant au football fait comprendre qu'il sait désormais où vont ses désirs. La dernière scène au musée (je n'ai ni reconnu le Met, ni le musée de Brooklyn) en quelques plans nous informe que Jake a intégré l'Ecole d'art dont il rêvait, alors que Tony est toujours dans son collège catholique...

Brooklyn village par un certain coté est un film effrayant il montre quel gouffre infranchissable peut s'ouvrir entre deux êtres alors qu'il aurait suffit de presque rien pour les réunir..

Brooklyn village, un film d'Ira Sachs
Brooklyn village, un film d'Ira Sachs

Publié dans cinéma gay

Partager cet article

Repost 0

Tintin fait son coming out dans une rue de Bruxelles

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Rue Jules Van Praet 18-20, 1000 Bruxelles l'auteur du dessin serait Combo.

Rue Jules Van Praet 18-20, 1000 Bruxelles l'auteur du dessin serait Combo.

Le mariage serait pour bientôt. Les Dupond et Dupont seraient garçons d'honneur. Milou ne serait pas jalou. La nouvelle n'a surpris que les naifs. On avait déjà repéré Tintin sur une plage gay ( voir: Tintin sur une plage gay - Le blog des diagonales du temps). Malheureusement Ted Benoit ne pourra pas assister au mariage. Il est décédé la semaine dernière...

Publié dans street art

Partager cet article

Repost 0

Fin de vacances, Robert Bliss 1968

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Fin de vacances, Robert Bliss 1968

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Dorothy Tennant

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Dorothy Tennant

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

pause

Publié le par lesdiagonalesdutemps

pause

pause d'une semaine pour aller revoir le sud...

Profitez de cette accalmie pour faire des DONS, pour vous abonner, et pour laisser de nombreux commentaires sur les billets anciens. 

Partager cet article

Repost 0

Giovanni Giacometti

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Giovanni Giacometti

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

ALEKSANDR Gordeev photographié par Caoimhe HAHN

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 ALEKSANDR Gordeev photographié par  Caoimhe HAHN

En haut à gauche: T - shirt par ALPINE STARS, Shorts par BENCH, Chaussures de DR MARTENS, Chaussettes Models Own 
Above Right: Veste par 883POLICE 

En haut à gauche: Veste par 883POLICE, T-shirt par YOUTH NATIVE, Pantalon par MONEY en 
haut à droite: T-shirt par FARAH 

Ci-dessus: Jumper par John Smedley 

En haut à droite: T-shirt par HEROSHERIONE, Écharpe par cheich 

En haut à gauche: Jumper par 883POLICE, Écharpe par cheich, Veste par NICCE, Pantalon par ARGENT 

En haut à droite: Veste par HYPE, T-shirt par GABBICI 

En haut à gauche:  T-shirt par JEUNES AUTOCHTONES, Zippez shirt par NICCE, Veste en jean par 883POLICE en haut à droite: Jeans par ARGENT, Chaussures par ANTHONY MILES 

Ci-dessus: Jumper par ARMOURLUX, T-shirt par NICCE

En haut à gauche: T - shirt par JEUNES AUTOCHTONES, Veste de SAINT PAUL, Jeans par ARGENT  En 
haut à droite: T - shirt par alphine STARS

En haut à gauche: Veste par FARAH, Pull par John Smedley

 

Partager cet article

Repost 0

Lectures de printemps et d'été

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lectures de printemps et d'été

Ce fut deux saisons essentiellement en compagnie de Vargas Llosa et de probablement ses plus grands romans. Des problèmes de santé mon rendu moins mobile au milieu de l'été ce qui a été propice à la lecture mais avec des oeuvres plus légères que celles du grand péruvien. Ce fut l'occasion de la découverte de la série des aventures romaines de Gordien, écrites par Steven Saylor.

 

Lecture de printemps

 

- Le cheese-cake de Caton / Eva Cantarella (essais)

- Roland Barthes / Tiphaine Samoyault (biographie)

-  Le caméléon / Claude Arnaud (roman)

- La vie de Mizuki / Mizuki (manga)

- Une vie en liberté / Michel Mourlet (mémoires)

- Les cahiers d'Esther / Riad Satouf (B.D.)

- La dernière conquête / Jacques Martin, M. Jailloux, G. Ranouil (B.D.)

- L'orme du Caucase / Taniguchi & Utsumi (manga)

- Lucien Rebatet, le fascisme comme contre culture / Robert Belot (essais)

- Conversation à la catedral / Mario Vargas Llosa (roman)

- La tante Julia et le scribouillard / Mario Vargas Llosa (roman)

- Le chef de Nobunaya, tome 9 / Mitsuru Nishimura & Takuro Kajikawa (manga)

- I am a hero, tome 16 / Kengo Hanazawa (manga)

 

Lecture d'été

 

- La ville et les chiens / Mario Vargas Llosa (roman)

- Au revoir là-haut / Pierre Lemaitre (roman)

- La maison verte / Mario Vargas Llosa (roman)

- Hamlet au paradis / Jo Walton (roman)

- Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates / Mary-Ann Shaffer & Annie Barrows (roman)

​Le chef de Nobunaya, tome 10, 11 / Mitsuru Nishimura & Takuro Kajikawa (manga)

- Satan habite au 21 / Jean-Pierre Lucovich (roman)

- La Baule, Occupation-Libération / Luc Braeuer (essais)

- L'odeur des garçons affamés / Frederik Peeters & Loo Hui Phang (B.D.)

- L'empereur de Chine / Jacques Martin (B.D)

- Une demi-couronne / Jo Walton (roman)

- I am a hero, tome 17 / Kengo Hanazawa (manga)

- Du sang sur Rome / Steven Saylor (roman)

- L'énigme de Catilina / Steven Saylor (roman)

- Objet d'amour / René de Ceccatty (roman) 

 

Publié dans livre

Partager cet article

Repost 0

Benigne Gagneraux

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Benigne Gagneraux

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Amor crudo un court-métrage de Chappa et Juan Martin Deus

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Amor crudo un court-métrage de Chappa et Juan Martin Deus
amour brut, le film
 
Argentine 2008
 
Réalisation:  Chappa et Juan Martín Deus
 
with: Valentino Arocena (Jérémie), Felipe Villanueva (IBAN), Katja Alemann (la mère)
 
Amour brut 1
 
C'est l'histoire de deux amis de lycée appeles Jérémie et Iban, Qui Aiment tout faire ensemble et same dormir ensemble Dans same le lit ...
 
brut, 4 amour
 
Jérémie est amoureux de son fils ami, Ses sentiments en vont au-delà d'amitié juin simples. Mais il sait Que Iban Ne EST PAS gay et is that the relation Qu'il aimerait Avoir with lui Qui ne Pourra jamais se Réaliser.
 
amour brut, 2
 
Ce Sont Les jours DERNIER Au lycée. Leur scolarité is Termines, that marquera la fin des moments intimes Entre les Deux Garçons.
scenarion non Sur On ne peut, plus banal Amor crudo is a film petit bien réalisé, bien joué et en Outre bien mis en musique.
 
Amour brut, 3
 

 

le court-métrage

 

 

Publié dans cinéma gay

Partager cet article

Repost 0