Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Garçons sur une plage grecque

Publié le par lesdiagonalesdutemps

PICT0027.JPG

 

PICT0030.JPG

 

PICT0031.JPG

 

PICT0032.JPG

 

PICT0033.JPG

 

PICT0034.JPG

 

PICT0046.JPG

 

PICT0047.JPG

 

PICT0048.JPG

Grèce, aout 1986

Partager cet article

Repost 0

une visite à Rétromobile 2014, du coté de la Grande Guerre

Publié le par lesdiagonalesdutemps

mouton-0010.JPG

 

mouton-0011.JPG

 

mouton-0012.JPG

 

mouton-0013.JPG

 

mouton-0014.JPG

 

mouton-0015.JPG

 

mouton 1170

Paris, février 2014

Partager cet article

Repost 0

Philip Ellis

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Publié dans modèles et mannequins

Partager cet article

Repost 0

George Tooker

Publié le par lesdiagonalesdutemps


 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.32.44.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.32.59.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.33.19.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.33.37.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.33.48.jpg

 Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.26.11.jpg

 


windowXI%2B1999.jpg
Guitar, 1957


george-tooker-landscape-with-figures.jpg


0810tookexhib2%2B443x600.jpg
1986.6.100_1a.jpg
Tooker2005-1.012.058Lunch.jpgLanterns, 1986
Capture-d-ecran-2014-02-15-a-18.58.02.jpg
mirror II, 1964
Mirror III
mirror, 1991

80.125.1_SL1.jpg
singer, 1961

Voice I, 1963

Festa, 1948
.
tooker_full.jpg
Bird Watchers, 1948

Sleep+1964.jpgSleep 1964




Man+in+the+Box+1967.jpgMan in the Box 1967
Pot of Aloes, 1974

Window X, 1987


Bathers George Tooker 1950

216_george_tooker_the_table_iii.jpg
George Tooker est né le 05 aout 1920, a Brooklyn, un quartier de New York. Il était le premier enfant d'une mère cubano-américaine et d'un père qui était un courtier en obligations municipales. Peu après sa naissance la famille déménage à Bayport. Sa vocation artistique s'affirme très tôt. Enfant il suit des les cours de peinture de Malcolm Fraser, un ami de la famílle dont le style s'inspire de l'école de Barbizon .

Après la High School, il fréquente l'Académie Phillips à Andover, Massachusetts, au nord de Boston. Après y avoir obtenu son diplome en 1938,  il intègre Harvard, où il se spécialise en littérature Anglaise. Pendant ses études il fréquente assidument le Fogg Art Museum de Boston, où il s'efforce de faire des copies en particulier des paysages qui y sont exposés.
Autour de Boston, il réalise des croquis et des aquarelles des paysages urbains et ruraux. Parallèlement il prend également contact avec certaines organisations politiques radicales. C'est à cette époque qu'il est s'intéresse au potentiel de l'art comme outil pour la justice sociale. Il est alors Particulièrement inspiré par les œuvres des peintres mexicains tels que David Alfaro Siqueiros et José Clemente Orozco.
George Tooker, Children and spastics (1946)
children and spastics, 1946
.

Il sort diplomé de Harvard en 1942. Il continue à se perfectionner en peinture auprès de Reginald Marsh puis Kenneth Hayes Miller.
.

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.34.12.jpg
 

En 1944, il rencontre le peintre Paul Cadmus (voir les billets du blog sur cet artiste:  Paul Cadmus (1904-1999) 1,  Paul Cadmus 2,  Paul Cadmus 3). Il deviennent amant. Cadmus à cette époque peint à la détrempe. Il transmet cette technique à Tooker. Cadmus influence grandement les tableaux que peint Tooker durant cette période. Telles ces scènes de Coney Island qui évoquent une ville qui était déjà alors en voie de disparition. Cadmus lui fait connaitre Jared French (la peinture de French me semble faire un pont entre celle de Cadmus et celle de Tooker. On peut aller voir le billet que j'ai consacré à ce peintre Jared French (réédition) ). George Tooker s'installe à Greenwich Village, le quartier des artistes de New York.
.
51.jpg
.
52.jpg
.

z.jpg
George Tooker, The Artist’s Daughter, 1955
.

En 1949, Cadmus et Tooker font un voyage de 6 mois en Europe, principalement en France et en Italie où il fait la connaissance de William Christopher qui sera son compagnon jusqu'à la mort de ce dernier en 1973 à Malaga. En cette année 1949 la vie personnelle de Tooker est compliqué. Bien que Tooker soit en couple avec Paul Cadmus, ce dernier est aussi amoureux du peintre Jared French du peintre qui à l'époque est marié! Lorsque Tooker rencontre le peintre William Christopher et entame une relation avec lui, Cadmus a donné sa bénédiction...


Paul+Cadmus+et+George+Tooker,+ca.+1950.jPaul Cadmus et George Tooker, ca. 1950

Fountain+1950.jpgFountain, 1950


George Tooker est un peintre homosexuel. Ou plutôt c’est un peintre et un homosexuel. Dans son œuvre, point d’homoérotisme ni même d’allusion à l’homosexualité (ou si peu). Pour lui, le message qu'il veut transmettre au travers de ses tableaux est celui du réalisme social poétique
Il y a un air de mystère dans les peintures de George Tooker. Des mots comme "énigmatique", "troublant" et "déroutant" viennent à l’esprit quand on regarde ses œuvres. Les personnages semblent glacés, tournés vers l’interieur, où figés dans une réalité qui les agresse, les dépasse, et les panique. En cela il faut se souvenir qu'elles ont été peinte pour beaucoup au sein d’une société, rongée par le Mac Carthisme, en pleine guerre froide. Les peintures de Tooker sont des questions pas des réponses. Les yeux morts, les regards vides semblent montrer l’enfermement de l’homme dans une société, qui malgré les progrès, ne lui convient pas, un monde orwellien qui dépasse et écrase l’humain. Ses tableaux sont l’évocation austère de l'aliénation sociale et de la conformité intellectuelle ressentie par beaucoup d'Américains au cours des années 1950..
 

by-geo-platt-lynnes.jpg

George Tooker, photographié par George Platt Lynes 

d4955575x.jpg

Tooker dessiné par Paul Cadmus

 

george_tooker_portrait.png?w=590&h=590

Tooker vu par DonaldEly d'après Platt Lynes


C173339D-D5B3-4754-8AE3-AF6DB8EEC5D8_o.j


A partir des années 50, les exposicion individuelles se succèdent. Il est considéré comme un des peintres américains importants du "réalisme magique"


 

Terminal, 1986

 

 



George+Tooker+at+5+St.+Luke%27s+Place+(WGeorge Tooker at 5 St. Luke's Place (With Paul Cadmus and Jared French in Mirror)
.
32.jpg
.
33.jpg
.
46.jpg
.
39.jpg
.
74.jpg
.
Capture-d-ecran-2014-02-15-a-21.43.30.jpg


En Tooker 1950 et Christopher squate un loft situé à W 18th St. Très pauvres il font eux même leurs meubles. Assez vite cependant, la peinture de Tooker commençe à êtrea reconnu  et vend ses toile. Le Musée Whitney achète sa peinture qui est aujourd'hui la plus connue, The Subway dans laquelle les voyageurs du métro de 1950 sont comme pris au piège dans une sorte de purgatoire.. Cette année-là, avec l'argent que leur procure ces vente, ils achetent et rénovent un brownstone sur State Street à Brooklyn Heights (1953). A la fin des années 50, Christopher et George font construire une maison de week-end près de Hartland dans le Vermont.

 

 

z.jpg
George Tooker, corniche, 1949

 

Si la vie de Tooker semble globalement assez heureuse dans les années 50  ses peintures à la tempera, aux couleurs douces et aux formes arrondies, représentent pourtant des scènes sinistres et obsédantes. Parmi les plus marquantes figurent Children and Spastics (1946), dans laquelle des enfants sadiques malmènent trois hommes efféminés ; Subway (1950), où des banlieusards soucieux  secroisent en     inconnus ; The Waiting Room (1957), qui dépeint des clients attendant leur tour passivement ; ainsi que Landscape with Figures (1965-1966), où seuls les visages d'employés de bureau surgissent au-dessus d'un dédale de boxes.


Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.13.53.jpg
George Tooker, Subway, 1950
.


Durant les années 1950, Tooker peint certaines des images mémorables de la peinture du XX ème siècle en ce qui concerne la représentation de l'angoisse moderne. Dans la Corniche, un jeune homme sur un rebord d'une corniche d'un gratte ciel envisage apparemment d'échapper définitivement à la complexités de la vie. Avec ses âmes perdues qui hante la New York métro métro (ci-dessus) Tooker envisage la modernité comme un système pénitentiaire. De même que Le kafkaïen Bureau de gouvernement (ci-dessous) qui représente un bureau apparemment étendu à l'infinie, où les gens attendent comme des pénitents. A travers les hygiaphone des bureaucrates muets les observent...
.


z.jpg
George Tooker, Bureau du gouvernement, 1956
.

Dans le merveilleusement bizarre Highway (ci-dessous), un homme habillé tout de noir sauf pour les bijoux rouges qui parsèment sa ceinture contient le flux des automobile d'un geste d'une main gantée qui rappelle celui d'un agent de la circulation. Sont stoppée trois voitures menaçantes, étrangement bulbeuse. Dans son autre main, il manie un réflecteur circulaire rouge au bout d'un poteau, cachant son visage à notre vue. Un ensemble de flèches blanches pointent tout droit vers le bas, pour diriger nos pensées, peut-être, vers les énergies souterraines de l'inconscient...
.


22.jpg
George Tooker, autoroute, 1953
.
"La salle d'attente est une sorte de purgatoire avec des personnes juste en attente, en attente d'attendre. Il ne sont pas vivant. Il font juste d'attenre – ils ne sont pas eux même. Ils ne profite pas de la vie, ils ne peuvent pas être heureux, en attente, toujours en attente de quelque chose qui pourrait être meilleur, qui ne vient jamais. Pourquoi ne peuvent ils pas juste profiter du moment?" C'est ainsi que Tooker définissait son tableau (immédiatement ci-dessous). Tooker se considérait comme un reporter de la société, plutôt que d'un interprète. 
 

 

The%2BWaiting%2BRoom.jpg

La salle d'attente

 

De 1965 a 1968 Tooker enseigne à l’ Art Students League. Après 1968 la santé de Tooker se dégrade progressivement. Il séjourne de plus en plus dans son appartement de Malaga en Espagne où meurt Christopher en 1973. Il reste durant cette période plus difficile pour lui un homme pleinement engagés dans la politique de son temps, y compris en ce qui concerne les droits des homosexuels et le mouvement des droits civiques.

 

George Tooker

sleepers II, 1959


 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.16.56.jpg

 

Dans plusieurs de ses tableau une inspiration mystique et même christique se fait sentir. Dans une de ses toiles il représente  Martin Luther King, de retour d'entre les morts, figuré comme Jésus dans la Cène à Emmaüs. A la fin de sa vie il se convertira au catholicisme.

 

 

z.jpg
George Tooker, Ward, 1970

Le tableau ci-dessus où l'on voit un salle d'hôpital qui pourrait tout aussi bien être une morgue est un des tableaux les plus glaçants de Tooker avec ses personnages raides au visage gris. Quelques personnes s'y trouvent assises ou se promenant, plus ou moins librement et plus ou moins à l'aise. Pourtant, ils ne parlent pas. Peut-être  ne sont pas encore morts. Ou peut-être qu'ils ont été réveillés d'entre les morts...



Study+for+Dark+Angel+with+Self+Portrait+Study for Dark Angel with Self Portrait 1996

 


fenetr,+je+1955.jpgWindow I, 1960

 

61.jpg

 

 

tooker tooker


George Tooker, Two Women with Laundry (1974)

 



%C3%89tude+pour+Window+VI.jpgÉtude pour Window VI




windowXI+1999.jpgwindow XI 1999




Window%2520VI,%25201962%25201a.jpgWindow VI, 1962




Window%2520II,%25201956%25201a.jpgWindow II, 1956

 

23.jpg

window VII, 1963

25.jpg


GeoTooker-WindowVII-1966.jpg

Fenêtre VIII 1966


Le style narratif de George Tooker n'est plus apprécié à partir de la fin des années 60. Mais son travail connaît un regain d'intérêt au début du XXIe siècle, grâce aux rétrospectives organisées par le National Academy Museum de New York en 2008 et par la Pennsylvania Academy of Fine Art de Philadelphie en 2009. Lauréat de la National Medal of Arts en 2007 que lui remettra George Bush en personne.

 

GeoTookerInStudio.jpg

Tooker dans son atelier en 1988


Teller, 1967 - Credit DC Moore Gallery, NY

Teller, 1967

 

Dance, 1946

 

George Tooker est mort d'insufisance rénale le 27 mars 2011 dans le Vermont.

Tooker est souvent comparé à Edward Hopper, à Andrew Wyeth et Samuel Beckett en raison de ses thèmes et de son style visuel. Ses œuvres sont dans les collections permanentes du Whitney Museum of American Art (NYC), du Metropolitan Museum of Art (NYC), du Columbus Museum of Art (OH) et ldu Musée d'Art américain Smithsonian (DC), entre autres.

 

 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.39.03.jpg

 

 

14868.jpg

1983

 


Embrace IV, 1984 - Credit DC Moore Gallery, NY

Embrace IV 1984

 

Night I, 1963

 

Untitled, 1991 

 

Garden Wall, 1990

 

Capture-d-ecran-2014-02-15-a-19.26.33-copie-1.jpg


Corporate Decision, 1983
.
85.jpg
The Dream
1991

79.jpg
Dark Angel
1996

George Tooker
Self-Portrait-By-George-Tooker--1947.jpg
autoportrait, 1947

 

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Minuscule un film d'Hélène Giraud et Thomas Szabo

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

fourmis2_pb9

 

Je ne suis pas un grand regardeur de programmes télévisés mis à part quelques séries et les films que j'ai raté en salle et bien sûr les retransmission des tournois de tennis mais j'ignore à peu près tout des émissions destinées aux enfants. Je ne savais donc pas quand j'ai vu Minuscule que cela avait été d’abord une série de courts métrage destinés à la télévision créée en 2006 par Hélène Giraud (la fille de Jean Giraud dit aussi Moebius) et Thomas Szabo. Or donc ce qui frappe immédiatement c'est la forme assez inhabituelle dans l'animation. On y voit des insectes assez façon Disney, mais en 3D voletant, rampant, bourdonnants vivant leur vie d’insecte de manière assez farfelue tout en gardant une espèce de réalisme qui est renforcé par le concept visuel du film puisque les créatures animées bougent d'une manière très vériste sur des décors réels (principalement dans les Alpes de haute Provence. Les petites bêtes ne parlent pas mais se contentent de "buzzer".

C'est la bande annonce, épatante qui m'a donné envie de voir ce dessin animé. J'ai eu raison car c'est drôle et original, même si ce n'est pas la première fois que le héros d'un film d'animation est un insecte. 

Le scénario est simple. Dans une belle vallée au sein des montagnes où glougloute les torrents et bruissent les sapins une patrouille de fourmis noires (sympathiques) tombent sur un véritable trésor, une boîte à sucres pleine abandonnée. Elles décident de la ramener dans leur fourmilière. Elles croisent des fourmis rouges (très méchantes) qui n'ont qu'une idée, piquer le sucre aux fourmis noires. Les rouges se lancent à leur poursuite des noires. Ces dernières ont une alliée inattendue: une coccinelle accidentés (très très gentilles) qui s’est réfugiée dans la boîte.


minuscule-vallee-fourmi

 

L’histoire  reprend des tas de structure des récits d’aventure, de western. Les personnages ne causent pas mais s’expriment par onomatopées rigolotes. On prend un bon bol d'air au rythme trépidant des péripéties de ces pauvres fourmis noires qui rassuré vous cela se terminera bie pour les gentils, mais je pense que vous vous en doutiez.

Le film donne l'envie de se coucher dans l'herbe pour la Nature, à s’émerveiller de ses trouvailles visuelles. Ça reprend des tas de recettes qui ont fait leur preuve. On pense a Microcosmos ou à Fourmiz pour les insectes ou de Qui veut la peau de Roger Rabbit ? pour le mélange de prises de vue réelle et d'animation mais dans une perspective différente.

Minuscule est une sorte de western chez les sympathiques insectes et je dois dire qu'à mon avis notre petite coccinelles remplacent avantageusement le cow-boy défourailleur. C'est aussi un film pour cinéphiles, il y a plein de private jokes mais même si j'en ai repéré quelques un la plupart m'ont sans doute qui m’ont échappé… Un très joli film qui fait regarder avec plus d'empathie toutes les petites bêtes. 

 

Pour retrouver d'autres billets sur les animés sur le blog: Colorful de Keiichi Hara,  La colline aux coquelicots de Goro Miyasaki,  Tatsumi de Khoo,  Les enfants loups, Ame & Yuki, un film de Mamoru Hosoda,  Tokyo magnitude 8,  Lettre à Momo, un film d'Hiroyuki Okiura,  Le vent se lève, un film de MiyazakiMinuscule un film d'Hélène Giraud et Thomas Szabo

 

minuscule-la-vallee-des-fourmis-perdues

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse était belle en noir et blanc (101)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

the-modern-xy: “Thoroughbreds”

 

grabyourankles: Ole Sorensen

 

 

 

milkywayboiis: Image 0047 Follow the hot twinks! http://milkywayboiis.me/

 

hellonuthinfancy: Mmmmnmf

 

 

 

 

 

 

 

dancing-in-angelsblood: Vd Dolgolevets

 

ohthentic: welcome to the queerfabulous tumblr : ohthentic.tumblr.com

 

 

 

Lederhosen


 

 

 

 

dreamersbymichael: Seba for dreamers by Michael Descendre

 

boy-mann-de: http://www.tumblr.com/blog/boy-mann-de

 

coltsandcandy2: God! SO LOVELY!

 

 

 

 

hairflips: • ||  submit º suggest º HAIRFLIPS.net º follow º facebook  || •

 

 

boyzwhat: more boyzwhat?

 

 

 

americasfinestkids: #23 ~Motel Series~ Austin in San Diego, California 2014

 

 

 

 

 

D'autres billets de ce type: que la jeunesse était belle en noir et blanc (49),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (47), que la jeunesse était belle en noir et blanc (46),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (45),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (44),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (43),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (42),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (41),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (40),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (39),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (38),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (37),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (36),  que la jeunesse était belle en noir et blanc (35),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (34),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (29),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (34)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (33),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (32),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (31),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (30),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (29),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (28),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (52),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (53),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (54),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (56)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (57),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (58),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (59),  que la jeunesse était belle en noir et blanc (60),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (61),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (62),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (63),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (64),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (65),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (66)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (67),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (68),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (69),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (70,  que la jeunesse était belle en noir et blanc (71),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (72),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (73),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (74)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (75),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (76),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (77),  que la jeunesse était belle en noir et blanc (78),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (79),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (80),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (81),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (82),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (83),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (84),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (85)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (86),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (87),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (88),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (89)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (90)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (91),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (92),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (93),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (94),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (95),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (96),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (97),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (98),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (99),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (100)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (101)  

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 1

Troca 86, Xavier M. (2)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

PICT0213.JPG

 

PICT0214.JPG

 

PICT0215.JPG

 

PICT0217.JPG

 

PICT0218.JPG

 

PICT0219.JPG

 

PICT0220.JPG

 

PICT0221.JPG

 

PICT0222.JPG

 

PICT0223.JPG

 

PICT0224.JPG

 

PICT0225.JPG

 

PICT0226.JPG

Paris juin 1986

 

D'autres photos des garçons du troca:  c'était le troca...,  Troca 84,  Troca 87un garçon en slip au bord du bassin du Trocadéro l'été 1992,  Jeux d'eau au Trocadero,  sur l'herbe du Troca,  Les garçons du Troca,  Troca 85, rollersjeux d'eau au troca,  Le garçon au bâton, troca 85,  une après midi au Troca,  Troca 78-79 par Bruno 1,  Troca 78-79 par Bruno (2),  Troca 86,  Troca 86 (2)   Troca 86 (3),  Troca 86, sur les statues,  Troca 85, sauts,  Troca 85, dans le bassinTroca 85, sur les statues,  Troca 85 (2),  Troca 85 (3) ,  Troca 85 (4),  Troca 85, les sauts de SébranTroca 85,  Troca 85 (6),  Troca 85 (7),  Troca 85 (8),  Troca 85 (9),  Troca 85 (10)Troca 86 (4),  Troca 85, un marcel bien habité...,  Troca 85 (11)Troca 86 (5),  Troca 86, MAP TROCA,  Troca 85 (12),  Troca 86 (6),  Troca 86, le photographe photographié,  Troca 86, des garçons sur des statues,  Dans les bassins du Trocadéro (1986),  Troca 86, sauts dans le bassin,  Troca 86, un joli joueur de cartes,  Troca 86, près du bassin,  Troca 86, des garçons sur des statues (2),  Troca 86, garçon à la croix,  Troca 86, escalades,  Troca 86, (7) ,  Troca 86, des garçons sur des statues (3),  Troca 86, autour et dans les bassins,  Troca 86, bronzage sur la pelouse,  Troca 86 (8),  Troca, équilibre sur un vélo,  Troca 87,  Troca, une photo de Mike Tedder,  Troca 85 Sébran,  Troca 88 les couleurs d'un printemps,  Troca 78-79 par Bruno (3)Troca 85, dans les bassins,  les couleurs du Troca 88,  Troca 85 (12),  Troca 86, la petite bande du bassin,  Troca 86, (8),  Troca 86, jeux d'eau,  Troca 86, juchés sur les statues,  Troca 86, (9),  Troca 86, (10),  Troca 86, jeux sur les canons à eau,  Troca 86, (11),  Troca 86, jeux d'eau,  Troca 86, la petite bande du bassin (2)Troca 86, la petite bande du bassin (3),  Troca 86, la petite bande du bassin (4),  Troca 86, la petite bande du bassin (5),  Troca 86, la petite bande du bassin (6)Troca 86, jeux dans les bassins,  Troca 86, la petite bande du bassin (7)Troca 86, Xavier M.Troca 86, Xavier M. (2)

Partager cet article

Repost 0

Igor Obukhov

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.40.34.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.40.08.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.39.13.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.38.32.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.37.14.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.36.23.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.35.54.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.35.22.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.34.57.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.34.32.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.33.30.jpg

 

Capture-d-ecran-2014-02-14-a-07.32.56.jpg

 

La toile est merveilleuse. Je me languissais du Japon, lorsque je suis tombé, je ne sais plus comment, sur ce peintre russe contemporain post-impressioniste qui en a fixé de belles images d'une pâte généreuse. On peut voir plus de ses tableaux sur ce site: http://www.artvladivostok.ru/2012/05/05/obuhov-japan/

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Another year, un film de Mike Leigh

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

Si j'aime les films de Mike Leigh, et "Another year" ne fait pas exception à la règle, c'est qu'en autre chose leurs personnages sont de vrais gens à la différence de la plupart de ceux qui habitent les films français qui sont souvent de purs esprits sans métier et n'ayant presque jamais de soucis d'argent celui-ci semblant leur arriver comme l'eau coule au robinet. 

C'est tout l'inverse que l'on constate chez le cinéaste anglais. Tous ses personnages qui ne sont pourtant jamais caricaturaux, parfois il ne sont qu'un peu excessifs, sont tous fortement caractérisés par leur position dans l'échelle sociale, beaucoup plus acceptée dans l'imaginaire britannique qu'elle l'est dans la société française où elle sciemment occultée.

 


Le film est rigoureusement construit. Le récit s'articule autour d'un couple aux abords de la soixantaine. Il est formé par Tom, ingénieur, et Gerry, psychologue. Il vivent confortablement dans leur coquette maison des alentours de Londres. Leur passion est le jardinage. Autour d'eux s'agrègent plusieurs personnes toutes au départ du film plus ou moins esseulé et mis à part leur fils qui travaille dans un cabinet juridique, d'une condition sociale inférieur à la leur. On comprendra que Tom et Gerry viennent de la classe ouvrière mais qu'ils s'en sont libérés contrairement à leurs proches.

 


Celle de cet entourage qui compte sans doute le moins pour le couple, Mary (Lesley Manville), une collègue de Gerry, qui est en quelque sorte son négatif, est pourtant celle qui par ses navrantes frasques donne l'impulsion à l'histoire.  

L'espace social n'est pas le seul auquel Leigh apporte tout son soin. On trouve dans "Another year" une grande attention au temps; celui qui passe, le film est découpé en quatre parties suivant les saisons ce qui induit aussi le temps qu'il fait et un souci constant chez le réalisateur que le chromatisme de son film soit à l'unisson du climat qui règne dans son histoire: couleurs chaudes pour l'été, froide s pour l'hiver dans une palette très réduite. Chaque séquence se déroule dans un climat différent qui est illustré par les changements des travaux auxquels Tom et Gerry se livrent dans leur jardin qui a la particularité de n'être pas contiguë à leur belle maison typiquement anglaise. L'écoulement du temps dans "Another year" a quelque chose de tchekhovien. 

Ce que j'apprécie également c'est le courage qu'a un cinéaste aujourd'hui de mettre en scène non l'extraordinaire mais l'ordinaire de vies communes et, c'est pour cela que les films de Mike Leigh sont aussi poignants.

 


Another year met le doigt sur une particularité anglaise à moins qu'à l'inverse ce soit une situation purement française que le film met en exergue; en Angleterre la présence d'une classe ouvrière blanche, alors que de ce coté ci de la Manche, elle s'est comme évaporée. Il est patent également que le marqueur de ce lumpen prolétariat anglais est son alcoolisme chronique qui l'exclut du reste de la société l'enfermant dans un enclos destructeur d'où leur impossibilité à s'exprimer. Ils sont comme vitrifiés par l'alcool. Le personnage du frère de Tom (David Bradley) est l'illustration de cela.

Comme toujours chez Mike Leigh, les acteurs, que l'on a déjà vus presque tous dans ses films précédents, sont si extraordinaires que l'on a jamais l'impression que ce sont des personnes qui jouent un rôle mais qu'en dehors de la tranche de vie que nous voyons à l'écran, ils continuent leur existence dont nous sommes presque gênés d'en avoir été les momentanés voyeurs.

Discrètement "Another year" est un grand film sur le sens de la vie.

 

 

Nota

Est-il besoin de le préciser, c'est l'immense Floc'h qui a signé l'affiche.    


Partager cet article

Repost 0

Jean-Jacques Henner

Publié le par lesdiagonalesdutemps















Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0