Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Je me souviens de Paul Guers

Publié le par lesdiagonalesdutemps

A gauche Paul Guers interprétant l'abbé de Pradts dans "La ville dont le prince est un enfant"

A gauche Paul Guers interprétant l'abbé de Pradts dans "La ville dont le prince est un enfant"

Je remercie Bruno de m'avoir informé de la triste nouvelle de la disparition de Paul Guers, comme quoi il ne faut pas toujours compter sur les gazettes pour apprendre les nouvelles qui vous touche. Je dois à Paul Guers un de mes plus grands souvenirs de théâtre, celui de son interprétation du rôle de l'abbé de Pradts dans "La ville dont le prince est un enfant". C'était en 1968 au Théâtre Michel.

Je me suis ensuite étonné de la rareté aussi bien sur scène que sur les écrans d'un si grand comédien. Cet effacement est pour moi un mystère.

Un peu moins de quarante ans plus tard, j'éditais "La ville" dans l'adaptation cinématographique qu'en avait fait Christophe Malavoy. J'émis alors le désir de rencontrer le premier interprète de l'abbé de Pradt pour réaliser une interview en vue d'étoffer les bonus du DVD. La productrice de la nouvelle version de la pièce me l'interdisit absolument sous peine de rompre le contrat d'édition si je passais outre son ordre... C'est ainsi que je n'ai jamais rencontré Paul Guers pour lequel je garde intact mon admiration d'adolescent.

Ci dessous je reproduit l'article du Monde, version numérique, la nouvelle ne me semble pas avoir eu l'honneur de la version papier, sur la mort du comédien. 

 

Paul Guers et Francoise Prevost lors du tournage de "La Fille aux Yeux d'Or" en 1961.

L’ancien secrétaire de la Comédie-Française Paul Guers a été retrouvé mort, lundi 28 novembre, à son domicile de Montsoreau (Maine-et-Loire), près de Saumur, au côté de son épouse écrivaine, a indiqué la gendarmerie.

Selon les premiers éléments de l’enquête, Paul Guers, 88 ans, serait mort entre le 16 et le 19 novembre, tandis que son épouse Marie-Josèphe, âgée de 66 ans, serait morte après lui. « Il souffrait d’un cancer et devait subir un traitement lourd », a précisé la gendarmerie, qui s’oriente vers l’hypothèse d’un décès naturel de l’acteur, suivi du suicide de sa compagne.

Homme de théâtre

Paul Guers, de son vrai nom Paul Dutron, est né à Tours en 1927. Pensionnaire de la Comédie-Française de 1953 à 1956, il débute sa carrière au théâtre, notamment dans des pièces mises en scène par Jean-Louis Barrault. C’est le film La Tour de Nesle, réalisé par Abel Gance, qui le fait connaître du grand public en 1955.

Il donnera notamment la réplique à Danielle Darrieux, Bernard Blier et Lino Ventura dans Marie-Octobre de Julien Duvivier, en 1959, puis à Marie Laforêt dans La Fille aux yeux d’or, en 1961. Lorsque sa carrière cinématographique décline au début des années 1970, il se consacre davantage au théâtre et à la télévision.

Au théâtre, il a joué dans La Chatte sur un toit brûlant, une pièce mise en scène par Peter Brook en 1956, dans Requiem pour une nonne, mis en scène par Albert Camus en 1961, ainsi que dans de nombreuses tragédies classiques.

Paul Guers a joué dans une trentaine de films, une trentaine de pièces de théâtre et tourné dans une quinzaine de feuilletons télévisés.

Femme de lettres

Agrégée de lettres, Marie-Josèphe Guers était un écrivain reconnu. Elle a publié plusieurs romans (« La Femme inachevée », Actes Sud 1987, « Tu te souviens », Editions du Rocher 2006), et la première biographie de Claudel, couronnés de prix prestigieux (Académie française, prix du premier roman, Prix des lectrices de Elle...).

En tant qu’éditrice, chez Robert Laffont elle a créé et dirigé diverses collections dont « Elle était une fois » qui a publié Françoise Giroud, ou Françoise Sagan. Chez Hachette elle a créé et dirigé une collection pour enfants, « Bestioles ».

 
Paul Guers et Pascal Bressy dans La Ville...

Paul Guers et Pascal Bressy dans La Ville...

Partager cet article

Repost 0

Lau Halding

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding
Lau Halding

Publié dans modèles et mannequins

Partager cet article

Repost 0

Martin Bedolla

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla
Martin Bedolla

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0

Une difficile séance de pose pour les l'élèves de l'atelier

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Partager cet article

Repost 0

Une visite à Kenwood house (1)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Une visite à Kenwood house (1)
L'entrée

L'entrée

Kenwood house est une ancienne maison de maitre, à Hampstead, à 20 minutes en métro du centre de Londres, à la limite nord de Hampstead HeathLa maison d'origine date du début du 17ème siècle. Elle était connu alors sous le nom de Caen Wood House.  L' orangerie a été ajouté aux environs de 1700 (elle abrite aujourd'hui la boutique du musée). En 1754 , elle a été achetée par William Murray, premier comte de Mansfield . Il a demandé à Robert Adam de la remodeler 1764-1779. Adam a ajouté la bibliothèque ( l' un de ses intérieurs les plus célèbres) pour équilibrer l'orangerie. Il a aussi ajouté le portique Ionic à l'entrée. En 1793-96, George Saunders ajouta deux ailes sur le côté nord qui abritaient des bureaux et les cuisines (maintenant le restaurant).

Le 2e comte et la comtesse de Mansfield ajoutèrent une laiterie pour fournir à Kenwood House du lait et du fromage.  Après deux ans de négociations, le 6ème Comte de Mansfielda loua la maison en 1910 aux exilés qu'étaient le Grand - Duc Michael Mikhailovich de la Russie et son épouse la comtesse Sophie de Merenberg.

Sir Iveagh , un riche homme d' affaires et philanthrope anglo-irlandais (de la famille Guinness ), a acheté la maison à la famille Mansfield en 1925 et il a laissé à la nation à sa mort en 1927. La maison a été ouverte au public en 1928. Le mobilier avait déjà été vendu à ce moment-là, mais certains meubles ont depuis été rachetés. Les peintures sont de la collection d'Iveagh. Une partie du terrain a été achetée par le Kenwood Preservation Council en 1922.

Une visite à Kenwood house (1)
Une visite à Kenwood house (1)
la bibliothèque

la bibliothèque

un merveilleux et ingénieux escalier de bibliothèque

un merveilleux et ingénieux escalier de bibliothèque

Une visite à Kenwood house (1)
Edwin Landseer

Edwin Landseer

Une visite à Kenwood house (1)
Vermeer

Vermeer

Gainsborough

Gainsborough

Une visite à Kenwood house (1)
Une visite à Kenwood house (1)
Une visite à Kenwood house (1)
Une visite à Kenwood house (1)
Une visite à Kenwood house (1)
Rembrandt, auto portrait

Rembrandt, auto portrait

Une visite à Kenwood house (1)
Londres, novembre 2016

Londres, novembre 2016

Partager cet article

Repost 0

Hugh Douglas Hamilton

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Hugh Douglas Hamilton - Prince Boris Vladimirovitch Golitsyn, 1791

Hugh Douglas Hamilton - Prince Boris Vladimirovitch Golitsyn, 1791

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

William Beechey

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Portrait of a Boy William Beechey  1790

Portrait of a Boy William Beechey 1790

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Patrick Angus (1953-1992)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Patrick Angus (1953-1992)

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Marko Tubic

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Marko Tubic

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Francesco Cozza

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Francesco Cozza  | Les combats Saint Archange Michel avec le diable   | c.1650s | Musée de la ville de Rome

Francesco Cozza | Les combats Saint Archange Michel avec le diable | c.1650s | Musée de la ville de Rome

Partager cet article

Repost 0