Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Claude Mauriac enfant par Jacques Emile Blanche

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Claude Mauriac enfant par Jacques Emile Blanche

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Magnan Oscar, La Ferveur de Saint-Sébastien

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Magnan Oscar, La Ferveur de Saint-Sébastien

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Ph. Nikolas Brummer

Ph. Nikolas Brummer

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Partager cet article

Repost 0

Wainwright

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

George Venson

Publié le par lesdiagonalesdutemps

George Venson

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Patience de Daniel Clowes

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Patience de Daniel Clowes
Patience de Daniel Clowes

J'ai un peu honte car Daniel Clowes est un auteur relativement célèbre, en 2013 une grande rétrospective lui a été consacrée au musée d'art contemporain de Chicago, sa ville natale. Sa notoriété en outre n'est pas récente, mais avant "Patience", je n'avais rien lu ni vu de lui. Le pitch de l'album est simple:  Dans Patience, Jack Barlow voyage à travers le temps — à l’aide du « jus » transtemporel qu’il subtilise à un nerd — pour essayer de modifier le cours des choses et d’empêcher le meurtre de son épouse dix-sept ans plus tôt. Si l'argument n'est pas compliqué, le traitement l'est beaucoup plus. La lecture de l'album, magnifiquement édité comme presque toujours chez Cornélius demande une grande attention car dans Patience, tout fragment, tout détail joue un rôle exacerbé par le voyage dans le temps, les paradoxes et les temporalités multiples qu’il provoque. Jack Barlow cherche à tout prix à modifier le cours du temps afin de sauver Patience.

Patience de Daniel Clowes

Mais les détails du voyage dans le temps ne sont guère creusés par Clowes ce qui est assez gênant car par exemple on ne sait pas du tout comment Jack survit matériellement dans les différentes époques où il se propulse. Il ne s’appesantit pas non plus sur la description du monde de 2029. Mais en donne tout de même une vision très originale. Ce futur qui n'est pas si lointain, avec un peu de chance et de pugnacité, je le verrais peut-être est assez croquignolet et ressemble plus avec ses formes et ses couleurs flashies à un retour aux seventies. D'ailleurs le visuel des séquences de transport dans le temps du héros sont très psychédéliques. 

De surcroit notre héros est souvent en proie à des pulsions de violence et prend des décisions peu réfléchies. Il est loin d’être un héros modèle. Plusieurs fois il fait des erreurs, au point de se retrouver coincé dans les années 1985, revenant aux années de son enfance. La médiocrité de Jack et Patience deux névrosés peu attachants n'incite pas le lecteur que je suis à rentrer en empathie et en sympathie avec eux. Cela ne s'arrange pas avec les personnages secondaires qui peuvent paraître caricaturaux. Même si je pense que cela est à dessein. Nous retrouvons en effet bien des figures typiques de la pop culture et du pulp: la petite frappe, le bourgeois pervers, le beau-père négligé, le détective privé inutile… Au total un beau défilés de loosers.

Patience de Daniel Clowes

Le dessin assez raide est très lisible. C'est une version américaine de la ligne claire. On pense au dessin de Burns mais en moins expressif et fouillé que celui de l'auteur de Black hole. Dans une interview dans le n°3 de l'excellente revue KaBoom Clowes définissait ainsi son style graphique: << Je suis à la recherche d'un vide ou d'une absence de style. J'essaie de dessiner avec autant de clarté possible, sans tics stylistiques délibérés (...) je crois que toute la beauté ne peut être validé que si elle naît d'un accident (...) Je sais que mes visages se doivent d'exprimer beaucoup de choses, car le plus important pour moi est d'essayer de les incarner suffisamment pour qu'il persiste une trace d'eux, qu'ils continuent leur vie, dans l'esprit du lecteur en dehors des pages.>>. Les couleurs sont vives, sans être criardes. La composition de pages est originale, passant d’une simplicité classique à un éclatement presque psychédélique.  Le dessinateur ose les gros plans, les pleines pages, les bulles tronquées

Patience de Daniel Clowes

 

Le genre de la S.F est ici le prétexte pour l'auteur d'aborder quelques thèmes universels tels l’amour le vrai, le poids du temps qui passe ou encore la paternité.

Patience de Daniel Clowes

Fin janvier 2017, certains dessins originaux du livre seront accrochés pendant l'exposition consacrée à l'auteur à la célèbre galerie Martel, dans le dixième arrondissement de Paris.

Patience de Daniel Clowes

Pour situer l'auteur, une rapide biographie récupérée sur la toile:

Daniel Clowes est né en 1961 à Chicago. Il apprend à lire dans les comics des années 50. Il publie dès 1989 le premier numéro de Eightball, que Chris Ware considère aujourd’hui comme le plus grand comicbook de la fin du XXe siècle. Clowes devient malgé lui, une icône de la contre-culture et du post-modernisme. Sacré “romancier graphique”, Daniel Clowes quitte Chicago pour la Californie. Il dessine pour le très sérieux New York Times Magazine des histoires au sein desquelles cigarettes et obscénités sont bannies par contrat. Son style mélangeant observation clinique du quotidien, dérapages fantastiques et satires grotesques, ont fait de lui le conteur atypique et précis.

Patience de Daniel Clowes

Publié dans Bande-dessinée

Partager cet article

Repost 0

Jacques Sultana

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jacques Sultana

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

pour se souvenir d'une soirée à la Philarmonie de Paris avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin dans un programme Mozart - Bruckner

Publié le par lesdiagonalesdutemps

pour se souvenir d'une soirée à la Philarmonie de Paris avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin dans un programme Mozart - Bruckner
pour se souvenir d'une soirée à la Philarmonie de Paris avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin dans un programme Mozart - Bruckner
pour se souvenir d'une soirée à la Philarmonie de Paris avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin dans un programme Mozart - Bruckner
pour se souvenir d'une soirée à la Philarmonie de Paris avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin dans un programme Mozart - Bruckner

Plus que pour le programme en ce samedi 7 janvier 2017 j'étais à la philarmonie pour voir Daniel Baremboim diriger un orchestre de son piano. Ce que je n'avais jamais vu, je regrette bien d'avoir raté en son temps Bernstein dans cet exercice. Il reste que le concerto n° 22 pour piano de Mozart a mis du soleil dans l'eau froide. 

Dans la deuxième partie, la symphonie n°3 de Bruckner, très Wagnérienne m' fait m'envoler dans les cintres sans pourtant me donner l'envie d'envahir la Pologne...

Petite anecdote Baremboim qui s'épongeait beaucoup des les premières mesures de Bruckner nous a laissé en plan à la fin du premier mouvement durant cinq bonnes minute. Ensuite le maestro a dirigé avec autorité jusqu'à la fin l'impeccable Staatskapelle Berlin, mais toujours en s'épongeant fréquemment...

Lors de ma précédente visite à la belle salle de la philarmonie qui est décidément nichée dans un bâtiment bien moche, je vous avais fait part de ma gène lors d'un concerto pour piano et orchestre de constater que le piano était un peu submergé par l'orchestre. Je ne savais s'il fallait incriminer l'interprétation, ce que je ne pensais pas ou l'acoustique de la salle que j'avais pourtant trouvée parfaite dans un programme exclusivement orchestrale lors de ma première visite en ce lieu alors que je me trouvais approximativement à la même place c'est à dire au 5ème étage, au premier rang du grand balcon face à l'orchestre que vous pouvez voir sur mes photos. Il faut savoir que la Philarmonie propose ses places sur trois étages. le troisième, le quatrième et le cinquième. ne me demandez pas où sont passé les deux premiers, je n'en sais rien. Cette fois j'étais au quatrième étage en fond d'orchestre et le rendu du piano était parfait de même que sa balance avec l'orchestre. Lors de programmes dans lesquels le piano dialogue avec l'orchestre si vous le pouvez évitez donc le cinquième étage... Suite de mes impressions acoustique sur l'endroit en mai prochain, à suivre...   

pour se souvenir d'une soirée à la Philarmonie de Paris avec Daniel Barenboim et la Staatskapelle Berlin dans un programme Mozart - Bruckner

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

un inédit de Paul Morand sur Montherlant

Publié le par lesdiagonalesdutemps

un inédit de Paul Morand sur Montherlant
un inédit de Paul Morand sur Montherlant
un inédit de Paul Morand sur Montherlant
un inédit de Paul Morand sur Montherlant
un inédit de Paul Morand sur Montherlant
un inédit de Paul Morand sur Montherlant
un inédit de Paul Morand sur Montherlant
Paul Morand chez lui, à la fin des années 20

Paul Morand chez lui, à la fin des années 20

Pour retrouver Montherlant sur le blog: un inédit de Montherlant de 1934un inédit de Montherlant de 1939Les beaux dimanches, un inédit de Montherlant de 1930un inédit de Montherlantun inédit de Montherlant, Le concert au bord d'un lacUne leçon de morale, un inédit d'Henry de Montherlant, Souvenirs (inédits) d'Henry de Montherlantinédit de Montherlant: un crépuscule au Sahara, un inédit de Montherlant: le pigeon et le raton, 20 mars 1928, inédit de Montherlant: Remparts flambants du mondeun inédit de Montherlant: La petite place arabe, inédit de Montherlant, La conversion de TibèreLe poète et le petit garçon, un inédit de Montherlant, inédit de Montherlant, Littérateurs et toreros d'après guerreun inédit de Montherlant: Au flanc d'Alger, 30 juin 1928, un inédit de Montherlantun inédit de Montherlant: M de Montherlant n'écrira plus rien sur les sports, un inédit de Montherlant, Montherlant, mon ami par Mac Avoy, un inédit de Montherlant: La semaine sainte à Séville, Journée Henry de Montherlant - Flagey - 25 septembre 2007d'être à êtreUne lettre inédite de Roger Peyrefitte à Montherlant, un entretien Montherlant - Charensol daté du 20 juin 1925 dans Les Nouvelles LittérairesLorsque Egermeier photographiait l'intimité de Roger Peyrefitte et d'Henry de Montherlant, La ville dont le prince est un enfant d'Henry de Montherlant à la télévision?, un inédit de MontherlantLe "chevalier" de la correspondance Montherlant - Peyrefitte: Henry Houssaye, Il a été décrété que Montherlant n’était plus audible., Egermeier illustre Montherlant, Demain il fera jour d'Henry de Montherlant au Théâtre de l'Oeuvre dans une mise en scène de Michel Fau, un inédit de Montherlant  

Publié dans livre

Partager cet article

Repost 0