Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Oliver Hayes (2)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)
Oliver Hayes (2)

Publié dans modèles et mannequins

Partager cet article

Repost 0

L'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères

Publié le par lesdiagonalesdutemps

L'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères
L'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères
L'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères
L'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères
L'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères

En ce moment 

"Les Hyéroglyphes, îles d'or" ou l'adolescence au Zénit de Camille Vivier, villa Noailles à  Hyères

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

L'heureux temps du mammouth laineux vu par Joubert

Publié le par lesdiagonalesdutemps

L'heureux temps du mammouth laineux vu par Joubert

Publié dans illustration

Partager cet article

Repost 0

Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)

L'exposition commence par le portrait du maitre de maison qui souriant et affable vous invite à admirer ses trésors, car trésor il y a sur les vastes cimaises de la fondation Vuitton. Non seulement Chtchoukine avait un goût très sûr, il a compris la beauté des toiles de Matisse avant presque tout le monde mais il a su débusquer des oeuvres aussi belles de peintres qui n'ont pas encore aujourd'hui une grande notoriété. C'est en priorité ces peintures que j'ai photographiées; il faut bien faire un choix parmi toutes ces merveilles (je ne voyais pas très bien l'intérêt de reproduire une fois de plus "Le déjeuner sur l'herbe de Monet". Chez un peintre son choix est toujours intéressant voir inattendu par exemple le Burne-Jones et le Courbet. Il savait voir aussi ce qu'il y a de meilleur chez un artiste. Les tableaux de Derain et de Gauguin sont les plus beaux que j'ai pu voir. Chtchoukine faisait preuve d'une étonnante ouverture d'esprit pour son époque et surtout pour la Russie du début du XX ème siècle ainsi il n'hésitait pas à accrocher des nus sur les mur de son palais qui était largement ouvert aux visiteur. Les nus étaient scandaleux dans cette Russie de la révolution industrielle.

L'exposition suit l'accrochage du collectionneur qui avait aussi un grand talent pour faire dialoguer les tableaux sur ses murs. Mais heureusement on ne retrouve pas l'incroyable embouteillage de toiles qui se trouvait sur les cimaises du palais de Chtchoukine où les tableaux étaient à touche touche formant des sortes de fresques. La visite d'Icône de l'art moderne est l'occasion de s'apercevoir pour la première fois de la cohérence de la collection et de ce qu'il faut bien appeler le talent du collectionneur puisque qu'habituellement l'ensemble est divisé dans deux musées, l'un à Moscou, l'autre à Saint-Pétersbourg. En outre la plupart des toiles ne sont jamais sorti de Russie depuis leur achat par le collectionneur.

Comme je le souhaite pour vous, si vous allez visiter cette exposition qui fera date, achetez vos billets à l'avance cela vous évitera une très longue attente. Mais attention arrivez bien à l'heure indiquée sur votre billet car en cas de retard vous perdrez votre priorité. Il n'y a aucun problème pour faire des photos, sinon l'affluence devant les toiles...

Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Picasso

Picasso

Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Cézanne

Cézanne

Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Picasso

Picasso

Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Les icones de l'art moderne, la collection Chtchoukine à la fondation Louis Vuitton (1)
Paris, décembre 2016

Paris, décembre 2016

Partager cet article

Repost 0

Toyin Ibidapo

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo
Toyin Ibidapo

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Les petits suisses ont tourné

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Les petits suisses ont tourné

Excédé par le nombre de commentateurs qui d'ailleurs ne s'étaient jamais manifestés auparavant, qui s'offusquaient des photos des petits suisses dérangeant, leur poisseux conformisme, ne s'apercevant pas que ces photos documentaient une époque aussi caduque que celle contemporaine à la dynastie mérovingienne, j'ai décidé de toutes les retirer du blog. Voilà encore des réactions qui ne m'encouragent guère à poursuivre l'effort  qui est grand de continuer encore longtemps ce blog... 

Publié dans photographe

Partager cet article

Repost 0

Hasui Kawase

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase
Hasui Kawase

Hasui Kawase n'a peut-être pas l'aura internationale des ses illustres prédécesseurs Hokusai ou Hiroshige, mais l'artiste né en 1883 a tout de même laissé quelques chefs-d'oeuvre de l'ukiyo-e, ces fameuses estampes japonaises si populaires durant l'époque d'Edo. Ce n'est d'ailleurs pas sans raison que le Japon l'a décoré du titre de Trésor National vivant en 1953.

Kawase est considéré comme l'un des plus grands talents du mouvement du "renouveau pictural" ou Shin-hanga (新版画), un mouvement lancé au début du 20e siècle et qui reprend les standards de l'ukiyo-e et son quatuor dessinateur-graveur-imprimeur-éditeur.

L'année prochaine, cela fera 60 ans depuis la disparition de Kawase, si bien que son oeuvre entrera dans le domaine public au Japon. L'occasion pour vous de découvrir ou redécouvrir son travail avant les probables nombreux ouvrages qui seront édités à cette occasion.

Hasui Kawase
Hasui Kawase

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Que la jeunesse...

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Nègrepont

Nègrepont

Négrepont

Négrepont

Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...
Que la jeunesse...

Publié dans adolescent

Partager cet article

Repost 0

James Sant, The schoolmasters daughter (1870)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

James Sant, The schoolmasters daughter (1870)

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0

Jeffrey Smart

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jeffrey Smart -  Façade By The Sea    (huile sur toile, 1952)

Jeffrey Smart - Façade By The Sea (huile sur toile, 1952)

Jeffrey Smart étudie à la South Australian School of Art de 1937 à 1941, puis à l'Académie de Montmartre sousFernand Léger en 1949. De retour en Australie, il est critique d'art pour le quotidien The Daily Telegraph, puis crée une émission d'art à la radio, puis à la télévision, pour la Australian Broadcasting Corporation (ABC). Ses toiles, le plus souvent des scènes urbaines, à la fois réalistes et surréalistes et « empreintes de mélancolie », sont exposées en Australie et à l'Étranger à partir des années 1950. Elles apparaissent notamment à la Whitechapel Gallery à Londres, à la Tate Britain, à la Galerie d'art de Nouvelle-Galles du Sud ou encore à la Queensland Art Gallery.

En 1964, il quitte l'Australie et s'installe de manière permanente à Arezzo, en Italie, avec son compagnon1. Alors que la plupart des artistes australiens en vogue préfèrent l'art abstrait, il souhaite poursuivre son propre style « semi-surréaliste »2. En 1996, son autobiographie Not Quite Straight: A Memoir exprime son regard « ambivalent » sur son pays d'origine. En 2001, il est nommé officier de l'ordre d'Australie, « pour services rendus aux arts visuels, notamment à travers ses représentations distinctes de panoramas urbains, et l'encouragement qu'il a offert à de jeunes artistes ». À la suite de son décès en 2013, le premier ministre australien Julia Gillard salue ses représentations « de la vie contemporaine austères et sans sentimentalisme », et sa « carrière longue et remarquable qui l'a placé au devant de la scène » culturelle australienne.

morn service, 1945

morn service, 1945

le terrain vague, 1945

le terrain vague, 1945

parkland, 1950

parkland, 1950

Playground (Children playing) 1951

Playground (Children playing) 1951

Band resting, 1954

Band resting, 1954

Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Alma Mahler feeding the birds 1967-1968

Alma Mahler feeding the birds 1967-1968

Second study for Margaret Olley (1994)

Second study for Margaret Olley (1994)

Matisse at Ashford (2004)

Matisse at Ashford (2004)

Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Jeffrey Smart
Terry, 1939

Terry, 1939

Publié dans peinture

Partager cet article

Repost 0