UN AMOUR A TAIRE, un film de Christian Fauré

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

 

Fiche technique :


Avec Jérémie Rénier, Louise Monot, Bruno Todeschini, Michel Jonasz, Charlotte de Turckheim, Anne Girouard, François Arumburu, Flannan Obé. 

 

Réalisation : Christian Fauré. Scénario : Pascal Fontanille et Samantha Mazéras, sur une idée de Pascal Fontanille. Image : Svetla Ganeva. Montage : Jean Daniel Fernandez Qundez, Jean Pierre Fénié. Décors : Sébastien Buhler.


France, 2005, Durée : 110 mn. Disponible en VF.

 


Résumé :

Dans le Paris de l’Occupation. Jacques (Nicolas Gob) aime Sarah (Louise Monot), qui aime Jean (Jérémie Rénier), qui préfère Philippe (Bruno Todeschini). Jacques et Jean sont frères. Leurs parents (Michel Jonasz et Charlotte de Turckeim) tiennent une blanchisserie prospère. Jacques trafique avec les allemands et les collaborateurs. Jean cache la juive Sarah, amie d’enfance, dont la famille a été massacrée. Philippe est résistant et obtient des faux papiers pour Sarah. Promenades à bicyclette, soirées entre amis, au son des chansons de Charles Trenet, des petits riens pour oublier la tristesse de l’époque... Philippe, Jean et Sarah c’est un peu Jules et Jim au temps du vert de gris. 
Jacques, jaloux, dénonce Jean à la police sous un fallacieux prétexte. Celui-ci est accusé, à tort, d’être l’amant d’un officier de la Wehrmacht. Emprisonné, battu, torturé, il est envoyé dans un camp en Allemagne. Il se révolte lorsqu’un de ses camarades, un triangle rose est abattu par un gardien. En représailles, il est envoyé dans un camp encore plus dur où les homosexuels servent de cobayes à des médecins pour leurs expériences pseudo scientifiques. Poursuivi par la Gestapo, Philippe est assassiné. Sarah, restée seule, épouse Jacques, dont elle ignore la trahison. Elle en a un fils qu’elle appelle Jean...

L’avis critique
 
Un Amour à taire est une des plus belles réussites, en matière de fiction, de la télévision française depuis qu’elle existe. Et cela en grande partie grâce à son scénario dont la densité, la richesse aux multiples strates empêche que l’on enferme ce film dans un genre. Il les transcende tous. À la fois film sur la déportation, sur l’homosexualité pendant la dernière guerre, saga familiale... mais surtout Un Amour à taire est un film d’amour, amour fraternel, amour homosexuel, amour hétérosexuel... Bien des aspects de cette époque trouble sont évoqués, toujours avec exactitude et sans lourdeur : marché noir, lâcheté d’une grande partie de la population, compromission de beaucoup, enrichissement ignominieux de quelques uns par le biais du pillage ou de l’aryanisation des biens juifs... Le film aborde même des sujets très rarement, ou pas du tout évoqués dans les fictions, comme le retour des déportés et les expérimentations des médecins fous dans les camps.
La grande idée du scénario est d’avoir fait du personnage féminin le pivot de la relation amoureuse des deux garçons. Leur amour est vu par le regard d’une femme aimante.
Le scénariste, Pascal Fontanille, pour la partie se déroulant dans le camp, s’est beaucoup inspiré de Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel (Calmann-Lévy, 1994) et aussi de Bent (dvd ed. KVP). Christian Faure nous avait déjà convaincu de son savoir-faire avec Juste une question d’amour. Le film possède les mêmes qualités que Juste une question d'amour : un scénario très bien écrit, une mise en scène sobre et des comédiens parfaits. Un Amour à taire est autant une histoire de famille qu'un film historique et pourtant l'émotion ne vient pas brouiller le témoignage historique. La maîtrise technique de Christian Faure est indéniable. Son film est très bien découpé. Il ne baisse jamais de rythme. Les mouvements de caméra, toujours précis, ne sont jamais inutiles et toujours au service du scénario. La reconstitution des intérieurs est soignée, avec une mention spéciale pour celle du cabaret homosexuel, aussi juste que sans doute très surprenant pour la plupart des spectateurs. À signaler dans cette séquence la prestation du comédien (Flannan Obé) qui interprète le personnage de Raymond, sorte d’ange androgyne de la mort qui sans le vouloir précipitera le drame.
Tournage en Bulgarie oblige, la reconstitution d’un coin de Paris sent un peu trop son décor et les scènes de rue sont souvent victime de ce que j’appelle le syndrome Butte Chaumont : c’est-à-dire le passage obligé d’une charrette ou d’un vélo, selon l’époque, au premier plan dès que le héros apparaît dans la rue, mais ce ne sont là que vétilles en regard de la grande qualité du film et en particulier de la distribution. Si Nicolas Gob et Louise Monot n’ont pas volé leur prix de jeunes espoirs au festival de Luchon, la vraie révélation est Charlotte de Turckheim d’une grande sobriété. Sa poignante prestation rappelle la surprise que l’on avait eu en découvrant qu’Annie Cordy pouvait être surtout une comédienne dramatique. Michel Jonasz, avec beaucoup d'humanité et une grande retenue dans le jeu, interprète le père de Jean et Jacques. Olivier Saladin est extraordinaire en salaud ordinaire. Il serait temps que l’on s’aperçoive que Bruno Todeschini est l’un des meilleurs comédiens de sa génération. 
Il est dommage qu’une scène entache la rigueur historique du film et que la jaquette du dvd renforce ce faux pas. En effet, si la persécution des homosexuels par les nazis n'est pas contestable, et doit être rappelée (voir Le paragraphe 175, dvd ed. Eklipse). Il est bon de préciser quelle était la loi en France pendant cette période et sur ce point. Le régime de Vichy a pénalisé l'homosexualité par l’intermédiaire de la loi connue sous le nom de « loi Darlan », la loi n° 744 du 6 août 1942 qui interdisait les « actes contre-nature avec un mineur de son sexe âgé de moins de 21 ans ». Il s'agit ainsi davantage d'une définition discriminatoire puisque, c'est un fait, il n'en allait pas de même pour les relations hétérosexuelles de la protection des mineurs que d'une prohibition de l'homosexualité à proprement parler. Prohibition qui existait alors dans la loi allemande mais aussi dans le code britannique. Quant à la déportation homosexuelle orchestrée par le régime nazi, en application du fameux paragraphe 175 du code pénal allemand de 1871 qui interdisait les relations sexuelles entre hommes, elle n'a concerné en France que les homosexuels d'Alsace et de Moselle, territoires, qui, après l'armistice de 1940, faisaient partie intégrante du Reich allemand. En dépit de tous les crimes dont il s'est rendu complice, le régime de Vichy n'a pas déporté les homosexuels en tant que tels. Souvenons-nous aussi que c’est le pouvoir gaulliste qui, en 1961, avec L’amendement Mirguet qualifie l’homosexualité de « fléau social » et donne au gouvernement le droit de légiférer par décret pour la combattre. Je ne peux résister au plaisir de vous communiquer un extrait significatif de l’intervention à l’Assemblée Nationale de cet éphémère député : « Au moment où notre civilisation dangereusement minoritaire dans un monde en pleine évolution devient si vulnérable, nous devons lutter contre tout ce qui peut diminuer son prestige. Dans ce domaine, comme dans les autres, la France doit montrer l'exemple. C'est pourquoi je vous demande d'adopter mon sous-amendement. Le Parlement marquera ainsi une prise de conscience et sa volonté d'empêcher l'extension de ce fléau par des moyens plus efficaces, à mon sens, que la promulgation de textes répressifs ». Il fallut attendre François Mitterrand et Robert Badinter pour que soient abolies ces lois iniques.
En conséquence, la scène de l’appel des triangles roses pour aller se faire rééduquer avec une majorité de noms français est une erreur historique. Aucun français, mis à part, répétons-le, des mosellans et des alsaciens, n’a porté le triangle rose (ce qui n’enlève rien au crime nazi). Jean ne porte le triangle rose que lorsqu’il endosse la veste d’un détenu alsacien qui vient d’être abattu par un S.S. Le scénariste, d’ailleurs, aurait du éviter d’emprunter cette scène au final de Bent (dvd ed. KVP). La confusion est renforcée par le fait que c’est justement cette scène qui a été choisie pour illustrer la jaquette du dvd et que l’on a cru bon de faire surplomber la tête de Jérémie Renier, qui interprète Jean, d’un triangle rose ! Pourtant Jean Le Bitoux, conseiller historique du film, insiste bien, dans le passionnant making of, sur le fait que Jacques n’était déporté que parce qu’il est soupçonné d’avoir eu une liaison avec un officier allemand, d’avoir corrompu la race aryenne en quelque sorte. C’est un peu la même histoire qui arrive au malheureux héros du Plus beau pays du monde.
Ce téléfilm réalisé par Christian Faure a été multi primé au Festival de Luchon 2005 : Prix spécial du jury, Prix du public, meilleur scénario, jeune espoir féminin (Louise Monot), jeune espoir masculin (Nicolas Gob). On peut regretter que Jérémie Rénier n’ait pas été distingué, magnifique acteur qui porte le film sur ses épaules. 
Le dvd est paru chez Optimale. L'image est superbe. Le son bénéficie d'une piste 5.1. Le making of est un modèle en son genre d'une heure vingt, il suit pas à pas l’élaboration du film. Les interventions de Jean Le Bitoux, bien qu’un peu trop militantes, sont très intéressantes.
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us 
Pour télécharger le film cliquer sur les éléments ci-dessous
https://www.rapidshare.com/files/605543284/A_Love_To_Hide_2005.avi
640x368 699MB 108min
https://www.rapidshare.com/files/4259362896/A_Love_To_Hide_2005.srt
https://www.rapidshare.com/files/1617410137/A_Love_To_Hide_2005pt.srt
https://www.rapidshare.com/files/913829049/A_Love_To_Hide_2005es.srt
https://www.rapidshare.com/files/2885429355/A_Love_To_Hide_2005ru.srt
https://www.rapidshare.com/files/1511878063/A_Love_To_Hide_2005po.srt
https://www.rapidshare.com/files/2140910932/A_Love_To_Hide_2005du.srt
https://www.rapidshare.com/files/3864219559/A_Love_To_Hide_2005en.srt

 

ou


  
.

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us 
Pour voir le film sur votre ordinateur cliquer sur l'écran ci-dessous

Disponible sur Megavideo (FRA)

 

Cette vidéo est hébergée chez Megavideo. Pour la voir, Cliquer une première fois sur la touche Play du lecteur, une nouvelle page (pub) va s'ouvrir, fermer la pub et cliquer de nouveau sur Play...  Le film se lance ! 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article