Tokyo magnitude 8

Publié le par lesdiagonalesdutemps

tokyo-mon.jpg

 

Tokyo magnitude 8 est une superbe série animée de onze épisodes tourné en 2009. Il décrit les conséquences d'un terrible tremblement de terre à Tokyo. Deux enfants, Mirai, une collégienne  d'une douzaine d'années accompagne son frère, Yukii (ce qui ne l'amuse pas beaucoup) d'âgé d'environ huit ans. Ils sont venus de leur quartier périphérique de Tokyo à Odaiba (on peut voir le billet que j'ai consacré à ce quartier de Tokyo: Odaiba, une presque ile dans la baie de Tokyo) parce que Yukii veut y voir une exposition de robots, la passion du garçon, et aussi pour acheter le cadeau d'anniversaire de leur mère. Soudain un séisme très violent de magnitude 8 secoue Odaiba. Ce qui provoque le lent engloutissement de l'ile dans la baie de Tokyo. Les deux jeunes héros rencontrent une jeune femme généreuse et dynamique qui les prend sous son aile. Ils vont tenter de rejoindre le centre de Tokyo pour retrouver leurs familles. Au fil de péripéties très émouvantes, ils découvrent une ville complètement détruite. On assiste à la destruction du raimbow bridge et de la Tokyo tower. C'est l'occasion pour l'auteur de mettre en scène l'humanité des uns et l'égoisme des autres. Une série qui s'attache à décrire avec beaucoup de réalisme les conséquences d'un séisme, l'organisation des secours et la recherche de moyens de subsistance. Il y a un coup de théâtre déchirant à la fin de l'histoire dans laquelle le suspense ne manquait déjà pas. Cet évènement remarquablement bien amené donne beaucoup d'épaisseur au récit tout en le rattachant à la tradition du récit japonais. On ne peut que saluer le talent du scénariste Natsuko Takahashi.

 

Capture-d-ecran-2013-02-01-a-08.29.55-copie-1.jpg

 

Outre que ce film réalisé par Masaki Tashimada, le découpage en épisodes n'est là que pour la diffusion télévisuelle et on peut considérer Tokyo magnitude 8 comme un long métrage, est une histoire passionnante qui n'est pas sans rappeler dans sa forme et par sa force le chef d'oeuvre qu'est "Le tombeau des lucioles", il est aussi très pédagogique et montre ce qu'il faut faire et ne pas faire lorsque l'on est pris dans un tremblement de terre de grand ampleur. La manière dont les bâtiments emblématiques de la capitale nipponne pourrait être détruit a été étudié avec le plus grand sérieux. Tokyo magnitude 8 ne fait pas l'impasse sur la mort. Avec beaucoup de pudeur le film met en scène les victimes morts et blessé et donne les chiffres des morts.

 

.

S'il n'est pas nécessaire pour aimer ce film de connaitre Tokyo ou même le Japon, il est vraiment bouleversant et inquiétant lorsque l'on a arpenté comme moi les rue de la ville de voir les quartiers que l'on connait bien, Akasuka, Ginza, Odaiba... presque complètement démolis et cela rendu avec beaucoup de réalisme. C'est ce plausible qui fait que le spectateur est autant ému à suivre l'errance du trio dans la capitale détruite.

 

Capture-d-ecran-2013-02-01-a-13.49.58.jpg


Le dessin est de grande qualité et l'animation est à l'unisson. L'éclairage est très soigné. Le jeu des contrastes souligne la dramatisation du scénario. Peut être encore plus remarquable est la profondeur psychologique, qui a le temps en plus de quatre heures, de chaque personnage que l'on voit évoluer ainsi que les rapports qu'ils ont entre eux à mesure qu'ils prennent conscience de la gravité de la catastrophe.

 

Capture-d-ecran-2013-02-01-a-13.49.08.jpg


Un film inoubliable, très ancré dans le Japon d'aujourd'hui et pourtant universel est à voir par les adultes et les enfants. Tokyo magnitude 8 peut également permettre d'aborder par l'enfant le problème de la mort.

 

Capture-d-ecran-2013-02-01-a-13.48.46.jpg

 

Pour voir Tokyo Magnitude 8

Tokyo Magnitude 8.0 VOSTFR - Manga no haru

ou

http://www.wakanim.tv/library/animes-TI4J/10/tokyo-magnitude-80

ou


Capture-d-ecran-2013-02-01-a-13.48.24.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-02-01-a-13.47.57.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-02-01-a-13.47.37.jpg

 

Pour retrouver Tokyo sur le blog: Tokyo, la nuit   Asakusa, Tokyo, Japon   sanctuaire de Yasukuni-jinja,  Le jardin national Shinjuku-Gyoen, Tokyo, Japon,  mon florilège du musée d'art moderne de Tokyo, Japon,  un soir à Shibuya, Tokyo, Japon,  Le bureau de Goebbels à Okaihabara, Tokyo, Japon,  Un joli photographe sur Ginza, Tokyo, Japon,  Contrastes japonais du parc Hama Rikyu à Tokyo,  la jeunesse tokyoite fait les magasins...,  Mandarake à Tokyo,  Takeshita dori, la rue la plus animée de Tokyo,  Tokyo, Shibuya,  street art et garçons à Tokyo,  hommage à Rotella ? à ... Tokyo,  Asakusa, Tokyo, Japon,  Takeshita street, Tokyo, un dimanche après midi d'automne,  Ginza, jour, Tokyo, Japon,  Les fresques de Mark Beard dans le magasin Abercrombie & Fitch à Tokyo,  Minets et minous dans le parc Hibiya de Tokyo,  Les corbeaux du parc Ueno à Tokyo,  Deux amis dans le métro de Tokyo,  Tentative d'épuisement photographique de la Tokyo Tower depuis ma chambre d'hôtel ,  Devenez incollable sur le réseau de transport à Tokyo,  Voyage au Japon,Tokyo de Rémi Maynègre et Sandrine GarciaTokyo, quartier Yanaka, le royaume des chats,  Préservatifs nippons,  Quelques menues suggestions pour un séjour à Tokyo,  Les chats du cimetière de Yanaka, à Tokyo,  le promeneur de Tokyo,  Les dormeurs de Tokyo par Adrian Storey,  un soir à Tokyo, quartier AkaihabaraL'Hotel de Ville de Tokyo et ses parages,  Odaiba, une presque ile dans la baie de TokyoTokyo magnitude 8

 

Pour retrouver d'autres billets sur les animés sur le blog: Colorful de Keiichi Hara,  La colline aux coquelicots de Goro Miyasaki,  Tatsumi de Khoo,  Les enfants loups, Ame & Yuki, un film de Mamoru HosodaTokyo magnitude 8

Commenter cet article