THAT MAN : PETER BERLIN (PETER BERLIN : UNE LEGENDE GAY)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

   


Fiche technique :

 
Avec Peter Berlin, John Waters, Armistead Maupin, Wakefield Poole, Jack Wrangler, Robert W. Richards, Rick Castro, John F. Karr, Dan Nicoletta, Robert Boulanger et Guy Clark.Réalisation : Jim Tushinski. Production : Lawrence Helman & Jim Tushinski. Montage : Clarence Reinhart et Jim Tushinski. Musique : Jack Curtis Dubowsky.
USA, 2005Durée : 80 mn. Disponible en VO et VOST.

 

 

Image Hosted by ImageShack.us

 


Résumé :
 
Comment devient-on Peter Berlin ? Comment cet homme est né une deuxième fois en s’inventant un physique et un look, jusqu’à son nom, pour devenir une des plus célèbres icônes gays du XXe siècle ? Le documentaire de Jim Tushinski répond à ces questions en parcourant la vie de Peter, de son enfance, durant l’immédiate après-guerre en Allemagne, à sa vie actuelle à San Francisco. Artiste doué, photographe et cinéaste, Peter Berlin nous explique qu’il est sa plus grande création, soigneusement construite et... inaccessible. Ses admirateurs et ses amis offrent avis et anecdotes. Mais Peter Berlin est un excellent commentateur de sa propre vie. Le film est agrémenté de stupéfiantes photos d'archives et d'extraits de films.

Image Hosted by ImageShack.us

 


L’avis critique
 
Peter Berlin interroge sur le statut de documentaire, tant il fait naître l’émotion et tant, par définition, il dépasse le document.
La conjonction du double fait que, premièrement, aujourd’hui nous possédons pour quelques personnes, et pas seulement pour des personnalités, des images fixes mais surtout des images qui bougent de leurs premières années à leur fin et que deuxièmement, en particulier pour l’homosexualité, nous assistons à la quasi suppression de la frontière entre la sphère publique et la sphère privée, et participe à l’émergence de films, comme celui-ci, où le documentaire s’avère plus romanesque que la plupart des fictions.

Image Hosted by ImageShack.us

En observant bien Peter Berlin, on voit certes un bel homme, mais presque un homme ordinaire. Pourtant cet homme a eu le talent de se rendre extraordinaire. Il a construit un personnage qu’il vivait 24 heures sur 24, pour le plaisir des autres, mais surtout pour le sien. Son histoire extraordinaire est ainsi emblématique du parcours de beaucoup d’hommes ordinaires qui sont devenus extraordinaires à force de volonté et aussi d’avoir su capter l’attente d’une époque. Ils ont ainsi fait l’Histoire. Pour Peter Berlin, ce n’est pas l’histoire avec un grand H mais la petite histoire du mouvement gay qui heureusement commence à nous parvenir enfin, grâce à l’influence des gays studies américaines.

Image Hosted by ImageShack.us

Peter Berlin, le « Greta Garbo du porno » comme il est qualifié dans ce documentaire, n’a fait que deux films, Nights in Black Leather, réalisé en 1973 par Ignacio Rudkowski, mais sur les idées et les instructions de Peter, et That Boy en 1974. Il a aussi figuré dans quelques courts-métrages, tournés en 16 mm, diffusés d’une façon confidentielle. Il est donc plus une icône qu’un acteur. (Tous les films sont achetables en dvd sur son site officiel)

Image Hosted by ImageShack.us
Peter Berlin peut être, à mon sens, considéré comme un artiste majeur du body art à l’instar par exemple, d’hier Pierre Molinier ou d’aujourd’hui, Anthony Goicolea. Il a une capacité de se mettre en scène, seul, avec un polymorphisme aussi remarquable que, parfois, presque obscène. Peter est un être multiple. Il passe de maigre à baraqué, de normalement musclé à hyper dessiné. Au fil des séances, il apparaît si différent, et pourtant toujours avec le même sex-appeal. Ses poses ont quelque chose d’à la fois de vraiment triviales (la bouche entrouverte, le visage incliné, les yeux mi-clos), très salope, et d’à la fois sophistiquées, félin, aristocratique avec un sens aigu du détail dans les tenues, les gestes, les regards... Dans le film, il est tantôt content de lui et même infatué, tantôt peu sûr de son « œuvre » : « Je me suis toujours photographié seul, dans mon intimité, avec un miroir pour mettre au point les images, et des marques sur les décors pour me repérer. Mes images n’étaient pas destinées à être montrées. C’est après la sortie de Nuits en cuir noir que j’ai accepté d’en diffuser. Je trouve mes films médiocres mais je suis très fier des images que j’ai réalisées. Là est mon vrai travail. » On ne sait pas s’il parle des photos elles-mêmes, ou de ce qu’elles représentent, c’est-à-dire lui…

Image Hosted by ImageShack.us

Il invente le nom de Peter Berlin en 1973, aux USA , parce que lorsqu’il répondait Armin aux américains qui lui demandaient son prénom, ceux-ci ne parvenaient pas à bien le prononcer. Armin Hoyningen Huéné, lui, est né en 1943 dans une famille d’aristocrates allemands ruinés, mais cultivés. Il est le petit-neveu du grand photographe hollywoodien et gay George Hoyningen Huéné. Dans sa prime jeunesse, il travaille comme photographe pour la télévision, habite Berlin. Il voyage beaucoup en Europe, Rome, Paris... suivant son riche ami Joachem Lahiola avant d’arriver aux États-Unis en 1970 d’où il ne repartira plus. Il réside d’abord à New York, puis à San Francisco où il crée Peter Berlin. Un être déjà décalé dans l’univers des clones qui surgissaient alors. Un clone inclonable, puisque si Peter ne ressemble à rien de ce qui a existé jusqu’alors, rien ni personne ne lui ressemble depuis.

Image Hosted by ImageShack.us
Ce que révèle surtout le film, c’est que cet homme, d’un ego surdimensionné, est très fier de son sang bleu et de son exhibitionnisme, mais il sait être d’une grande pudeur et d’une grande justesse lorsqu’il parle de l’histoire d’amour qu’il a eu pendant 20 ans avec son ami James et du sida qui l’emporta. C’est la partie la plus belle et la plus touchante du film. Elle nous apprend qu’il ne faut jamais rester à la surface des images, même celles d’une icône gay...

Image Hosted by ImageShack.us
Jim Tushinski a recueilli les différents témoignages avec beaucoup de tact et de pertinence, puis a su tricoter habilement ces séquences, toujours élégantes, avec un nombre impressionnant de films et de photos d’époque pour en faire ce documentaire exemplaire : le portrait d’un homme qui ne cherchait pas à être célèbre, seulement à être désiré et aimé.  
Peter Berlin n’a que très peu confié son corps à quelqu’un d’autre que lui-même. Il n’a accepté d’être photographié que par Robert Mapplethorpe, un peu par Warhol, et dessiné que par Tom of Finland dont on voit les œuvres. Les noms cités démontrent qu’il ne manque pas de goûts.

Image Hosted by ImageShack.us

 
Pour plus d’informations :
Site officiel de Peter Berlin
Site officiel du film


Autre billet sur le blog à propos de Peter de Berlin


Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article