Tardi expose à la galerie Oblique

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSC07646.JPG

 

Il serait bien dommage de rater l'exposition Tardi à la galerie oblique d'autant qu'il me semble que c'est la première fois que l'on peut voir autant d'originaux de Tardi en un seul lieu. Néanmoins je voudrais réagir à un article du Monde présentant cette exposition comme une rétrospective (nos musées nationaux seraient bien inspirés d'en organiser une sans trop tarder). Il n'en est rien même si à la Galerie Oblique on peut voir des dessins très anciens de l'artiste et d'autres tout à fait récents. Il y a surtout des planches en ce qui concerne les premiers albums de Tardi, celles de Rumeurs sur le rouergue un des premiers albums de Tardi et des dessins d'Adèle Blanc-sec et Nestor Burma mais sans être à mon avis les planches les plus significatives de ces deux séries. Rien sur la guerre de 14 qui est pourtant une des sources principales de l'artiste sinon le tirage numérique de la fresque du Musée de la Grande Guerre de Meaux (800 € pour chacun des 18 exemplaires numérotés et signés). Pour en rester sur les prix, il faut compter 8000 € pour une planche des aventures d'Adèle Blanc-Sec et 8500 pour une de la série des Nestor Burma. Pour ceux qui voudraient et qui surtout pourraient en acquerrir il faut se dépécher car déjà presque tout est vendu. Ce n'est que justice pour cet artiste complet qui à la fois écrit parfois ses scénario pour Adèle Blanc-sec entre autres et encore plus souvent se met au service de scénaristes et d'écrivains Celine, Léo Malet sans jamais abdiquer sa forte personnalité. L'oeuvre de Tardi relève à la fois du roman populaire (Adèle Blanc-sec, Le démon des glaces, du roman historique, de l'auto-fiction "Moi René Tardi prisonnier de guerre" (on peut aller voir le billet que j'ai consacré à cet album Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B par Tardi), le roman policier: la série des Nestor Burma, le roman social: La débauche, mais aussi du surréalisme.

Bravo pour la galerie Oblique de nous offrir un tel cadeau. 

 

DSC07626.jpg

 

DSC07626_2.jpg

 

DSC07627.jpg

 

DSC07628.JPG

 

DSC07629.JPG

 

DSC07630.jpg

 

DSC07631.JPG

 

DSC07632.JPG

 

DSC07633.jpg

 

DSC07634.JPG

 

DSC07635.jpg

 

DSC07636.JPG

 

DSC07637.JPG

 

DSC07638_2.JPG

 

DSC07638.JPG

 

DSC07640.jpg

 

DSC07639

 

DSC07641.JPG

 

DSC07642.JPG

 

DSC07643.JPG

 

DSC07644.JPG

 

DSC07645.JPG

 

DSC07647.jpg

Paris,mai 2013

Tardi, Galerie Oblique, village Saint-Paul, 17 rue Saint-Paul, Paris IV, du 15 mai au 8 juin à partir de 14H

www.galerieoblique.fr

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

xristophe 21/05/2013 13:48

Une expo visitée "avec vous" (grâce à vos reportages-photo) c'est à coup sûr un "plus" ; je pense par exple à cet instantané, humoristique-parfait, avec la fille aux pieds croisés... Quant à Tardi,
je comprends quand vous dites que le bien-peindre (ici, bien-dessiné) s'est réfugié dans la bd : rien que la première image (la rue sous la pluie avec les deux chiens) c'est un délice de noir et
blanc, première prégnance, derrière laquelle on a même droit à des nuances de gris et, même, de bleuté... (pour ne parler ici que de l'art des "valeurs")

lesdiagonalesdutemps 21/05/2013 14:10



Encore merci pourtant mes photos ne sont pas terribles. Il faut dire que c'est toujours difficile de photographier des oeuvres sous verre en raison des reflets en particulier ceux des spots.


Une chose que je n'ai pas écrit dans mon texte de présentation qui n'est pas non plus au top, c'est que les planches de tardi sont très propres. Il y a très peu de repentir et de correction. Il
faut aller voir les expositions auxquelles mes photos ne rendent pas justice. Il faut voir les originaux et bien sûr lire et regarder avec attention les album de Tadi.