TABOU (GOHATTO), un film d'Oshima

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us

 

 

Japon, 1999, 95 mn

 

Réalisation: Oshima, musique: Ryuichi Sakamato

 

avec: Takeshi Kitano, Ryuhei Matsuda, Shinji Takeda, Tadanobu Asano, Koji Matoba, Masa Tommies, Masatô Ibu, Uno Kanda, Kazuko Yoshiyuki, Tomorowo Taguchi, Yoichi Sai, Jiro Sakagami, Zakoba Katsura, Kei Sato, Chikako Aoyama, Yoshiaki Fujiwara, Daisuke Iijima, Yoichi Iijima, Yoshiaki Inagaki, Yôzaburô Itô, Iwawo, Toujirô Kinoshita, Seiji Kurasaki, Emiko Michii, Kumotarô Mukai, Takuya Muramatsu, Mami Nakamura, Hirofumi Nakase, Yô Obara, Takashi Odashima, Kazuhiko Okuno, Yoshiyuki Omori, Usaburô Ôshima, Tôru Ôtomo, Kasumi Sawanoi, Shun Sugata, Shougo Tajika, Sanji Takei, Yoji Tanaka, Susumu Terajima, Sayami Toda, Makoto Togashi, Yoshiaki Umegaki, Kenichi Urata, Masanosuke Yamaguchi, Yukiharu Yamaguchi, Shûji Yamazaki

 

Résumé

 

Gohatto(qui veut dire tabou en japonais) décrit les sentiments homosexuels qui se développent au sein d’un clan de samouraïs, le shinsen-gumi, vers la fin du shogunat en 1865, juste avant l’ouverture du Japon à l’occident. Composé de jeunes guerriers d’élite, soumis à une discipline très dure, les samouraïs du shinsen-gumi étaient chargés de saper la résistance au shogun Togugawa et de semer la terreur chez les partisans de l’opposition au régime. la célèbre milice « Shinsengumi » a recours à des recrutements pour gonfler ses effectifs. Seuls deux protagonistes réussissent le concours d'entrée, qui consiste à défier le lieutenant Soji Okita, alias Shinji Takeda, qui aura une importance particulière à la fin, et décrochent le précieux Sésame : Hyozo Tashiro ( Tadanobu Asano, que l'on retrouve dans Takeshis et Zatoïchi) et Sozaburo Kano ( Ryuhei Matsuda, jouant dans le film « Nana » notamment). Tashiro s'éprend soudainement de la beauté androgyne de Kano, et ils deviennent amants par la suite. L’arrivée au sein de cette milice d’une jeune recrue de 18 ans à la beauté troublante (Shinji Takeda), va créer des tensions et libérer les passions, culminant dans un ballet de désir et de mort. ”Gohatto” est une nouvelle variation sur le thème de la transgression et du désir destructeur.

 

Gohatto

 

L'avis critique

 

A l’intérieur de la caste des samouraïs l’homosexualité était une preuve de virilité. L’amour pour un garçon était valorisé tandis que l’amour pour une femme risquait de les amollir. Quand le jeune garçon devenait adulte, qu’il coupait la boucle, marque d’adolescence, la relation amoureuse avec le samouraï d’âge mûr cessait pour se transformer en complicité affectueuse qui se prolongeait tout au long de la vie. L’homosexualité touchait au Japon d’autres castes comme les prêtres et les comédiens.

 


Un grand écrivain japonais, Saikoku Ebara (1641-1693) a dépeint cette société des samouraïs et leur homosexualité si particulière les titres de certaines de ses oeuvres parlent d’elles mêmes: Tous les amants meurent par hara-kiri, Il mourut pour sauver son amant, Un samouraï devient mendiant par amour, Amour tragique entre deux ennemis, Histoire glorieuse de la pédérastie...

 

 




Le désordre naît de la trompeuse soumission du joli novice à la violence de l’ordre. D’emblée l’action est posée. Comme chez Racine, le troublant novice n’entre dans ce clan que par amour pour le superbe bretteur, lequel n’est pas touché par ce « penchant ». L’autre novice tombe amoureux de son camarade et devient son amant mais sans son amour, comme le montre la fin du film. Comme dans le Tabou de Murnau, le monde de Gohatto est dominé par les incessantes variations d’une atmosphère lunaire. Tout est apparence, glissements superposés des désirs, incapacité à finir ou définir, brumes illusoires qui se dissipent dès qu’on croit les saisir. Ainsi ressentons-nous, spectateurs, la longue dernière scène qui se déroule sous la lune, au bord d’un étang bordé de joncs, dans les vapeurs aquatiques aux éclairages et actions perpétuellement mouvants.

 


Ce n’est évidemment pas un hasard si Oshima a confié des rôles importants à deux illustres metteurs en scène japonais : Sai Yoichi joue le commandant, et l’illustre Kitano (Beat) Takeshi le personnage clé du lieutenant, pour qui aucun rituel, règlement, agissement de l’ordre des samouraïs n’a de secret. Sauf un, qu’il découvre avec nous au cours du film : le mystère du comportement de l’homme dans un univers aussi fermé.

 


Dans Tabou, Oshima, par son gout de l'abstraction et son usage des intertitres se réclame directement à la tradition du muet. Il faut rappeler que le cinéma parlant est arrivé au Japon bien plus tard que dans les autres grandes cinématographies. Mais peut être encore plus significatif est la bande originale du film composée par Ryuchi Sakamoto, très belle et une des plus ambitieuse et réussie que l'on puisse entendre. Elle nous plonge, par sa seule écoute dans un univers à la fois très ancien et futuriste. Elle renvoie à un peuple d'ombres et de silence.

 

 

Oshima a commencé à écrire ”Gohatto en 1993. Il s’apprêtait à tourner le film en 1996 lorsqu’il a été frappé par la maladie qui la contraint à diriger ”Gohatto” dans une chaise roulante.

 

http://www.imdb.com/title/tt0213682/

 

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us


 

http://rapidshare.com/files/235776540/Gohatto.avi.001
http://rapidshare.com/files/235783625/Gohatto.avi.002
http://rapidshare.com/files/235790406/Gohatto.avi.003
http://rapidshare.com/files/235796153/Gohatto.avi.004
http://rapidshare.com/files/235801675/Gohatto.avi.005
http://rapidshare.com/files/235806564/Gohatto.avi.006
http://rapidshare.com/files/235811851/Gohatto.avi.007
608x368 7x103794KB=692MB 95min
http://rapidshare.com/files/236071409/Gohatto.srt
http://rapidshare.com/files/236071416/Gohatto_du.srt
http://rapidshare.com/files/235816735/Gohatto_en.srt
http://rapidshare.com/files/236071420/Gohatto_es.srt
http://rapidshare.com/files/236071432/Gohatto_fr.srt
http://rapidshare.com/files/236071442/Gohatto_it.srt
http://rapidshare.com/files/236071447/Gohatto_pt.srt

Unir / Join:
http://www.jaist.ac.jp/~hoangle/filesj/

Leitor Completo / All in one directshow player:
http://www.baixaki.com.br/download/the-kmplayer.htm

 

 

 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article