Struck, un film de Brian Dannelly

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

USA, 2012, 1h 28mn

 

Réalisation: Brian Dannelly, scénario: Chris Colfer, Image : Bobby Bukowski, Montage : Tia Nolan, Musique : Jake Monaco.

 

Avec:Chris Colfer (Carson Phillips), Allison Janney (Sheryl Phillips), Christina Hendricks (April), Sarah Hyland (Claire Mathews), Carter Jenkins (Nicholas Forbes), Brad William Henke (le principal), Rebel Wilson (Malerie Baggs), Angela Kinsey (la conseillère), Polly Bergen (la grand-mère), Dermot Mulroney (Neal Phillips)Ashley Rickard, Allie Grant, Graham Rogers

 


 

Résumé

 

Carson (Chris Colfer), lycéen surdoué et sarcastique mais affublé d'une mère navrante et alcoolique, dans une petite ville perdue des Etats-Unis, rêve de devenir un talentueux journaliste. Mais il lui faut un solide dossier pour espérer intégrer la prestigieuse université qu'il vise, sésame indispensable pour embrasser la carrière dont rêve Carson. Quand on vient de Clover High School, ce n'est pas facile! La conseillère pédagogique de son lycée lui suggère de créer un magazine littéraire pour muscler son dossier. Mais comment faire participer des lycéens plus intéressés par le foot, la drague, les bimbos et la fête? C'est alors que sa seule amie, Malerie ( Rebel Wilson épatante en pitoyable fille à pédé, obèse et fondant secrètement d'amour pour Carson) lui propose une méthode imbattable pour convertir ces microcéphales à la littérature...

 

 

L'avis de B.A.

 

Il est sans doute un peu abusif de ranger « Struck » ( de son vrai titre, « Struck by lightning ce qui veut dire foudroyé. Pourquoi ne pas avoir traduit le titre en français plutôt que de l'avoir écourté ce qui lui fait perdre de son sens?) dans les films gay étant donné que même si la gaytitude de Carson ne fait aucun doute, il n'est pas question de sexualité pour lui; mais avec qui pourrait-il se brancher tant il est à part dans son lycée et que de toutes les manières sa seule préoccupation est d'intégrer l'université qui lui ouvrira les portes de la carrière qu'il brigue.

 

 

Mais pour l'inclure dans la rubrique des films gay, il faut rappeler que la meilleure des raisons est que l'on connaissait avant « Struck », Chris Colfer, son acteur principal et son scénariste (Après le tournage Colfer a adapter son scénario en roman.) comme l'inoubliable Kurt Hummel, lejeune choriste gay de « Glee ». Par ailleurs Colfer à déclaré qu'il était gay dans la vie.

Le spectateur de l'euphorisant Glee ne pouvait se douter que le sourire un peu triste du jeune gay de la bande servait a dissimuler un scénariste de talent à la maturité surprenante et aux idées les plus noires.

Si l'on peut qualifier « Struck » de film post post moderne, c'est qu'il est très référencé. Il réussit néanmoins à toujours être léger dans sa gravité et grave dans sa légèreté. L'utilisation de tous les poncifs du film de collège est pour mieux les subvertir, ce qui donne au film un ton complètement nouveau par rapport aux films ou séries de collège, un véritable sous genre du cinéma américain.

 


Colfer semble être le véritable auteur de « Struck », même si Brian Dannelly qui est principalement connu pour avoir réalisé de nombreux épisodes de séries, dont certains de « Weeds » dont le ton et le fond n'est pas si éloigné de celui de « Struck », a fait un travail très propre de filmage. Le film a été tournéen 15 jours et avec 1 millions de dollars. En tout état de cause Colfer et Dannellyont beaucoup regardé d'autres films en commençant par le récent « Monde de Charly » dont il est très proche dans l'esprit. Mais aussi des oeuvres plus anciennes, en ce qui concerne sa construction « American beauty » car comme dans ce film et aussi comme dans la série « Desparate house » c'est un mort qui parle et qui va raconter sa vie. La première scène de Struck est la mort brutale de l'infortuné Carson. La personnalité du héros fait beaucoup penser au héros de « Dony Darko » de Richard Kelly,à celui de Rushmore de Wes Anderson et aussi à celui du roman de Peter Cameron "Un jour cette douleur te servira" notamment pour les rapports émouvant que Carson entretient avec sa grand mère.

 

 

Carson veut laisser son empreinte dans une société bloqué. Il veut changer le monde. C'est un idéaliste. A travers son personnage central, « Struck » est une dénonciation de l’individualisme et de l’égoïsme américain. Ce que dit le film est que beaucoup de personnes ont tellement peur que leurs rêves d'enfant se transforment en rêves brisés et engendre de grandes déceptions qu'ils refusent d'avoir toute ambition ou pire, empêche les autres d'en avoir.

Le scénario se concentre sur Carson (un peu trop), le seul personnage qui semble vouloir prendre sa destinée en main. Pour cela il ne recule devant rien et fait preuve d'un caractère bien trempé comme Colfer qui a du en posséder un semblable pour monter son film. On connaissait déjà pour avoir vu Glee son talent d'interprète (le rôle de jeune gay avait été créé sur mesure pour lui après sa prestation lors du casting de la série, tellement il avait impressionné l'équipe). Cette fois il interprète son personnage de manière asexué montrant qu'il est capable d'être brillant dans un rôle de composition (on peut tout de même penser qu'il a mis beaucoup de lui même dans le personnage de Carson. Mais la véritable révélation du film c'est le talent dont fait preuve Colfer dans l'écriture très maitrisée du scénario et des dialogues.

 

 

Le reste de la distribution dans des rôles volontairement stéréotypés est à l'unisson du talent de Colfer. Les habitués des séries télévisées retrouveront de vieilles connaissances comme Christina Hendricks de « Mad men », Allison Janney (parfaite en mère dépressive et alcoolique) d' « A la Maison Blanche », Angela Kinsey de « The office », Sarah Hyland (la très mignonne pom pom girl bimbo de service) de « Modern Family », Ashley Rickard (en gothique perverse) d' »Awkkward » ou encore Allie Grant de « Suburgatory ».

La leçon que donne Struck est qu'il ne faut jamais oublier de vivre ses rêves car il est parfois plus tard à l'horloge de la vie qu'on le pense.

 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article