Street art vu par Rodolphe Sebbah

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.37.52.jpg

 

 

 

Diamantaire de formation, Rodolphe Sebbah se passionne depuis de nombreuses années pour la street photography. Son travail dans la rue et le métro a déjà fait l'objet de plusieurs publications en France et à l'étranger.

 

Très influencé par les photographes de rue de "l'école de New York" des années 50/60 tels qu'Helen LevittGarry Winogrand, Vivian Maïer ou Robert Frank, il se définit lui-même comme un photographe " au ras du trottoir". A l'esthétisme et la stylisation il privilégie une photographie directe et objective reposant sur la saisie immédiate de la réalité.

 

 

Quand il commence à s’intéresser à la photo il y a quelques années c’est immédiatement et naturellement dans la rue qu’il descend. Seul le spectacle de la rue l’attire et le fascine.

 

Petit à petit, il va découvrir le travail de célèbres photographes de rue tels que Robert Franck, Helen Levitt, Vivian Maïer, Elliott Erwitt, Saul Leiterou Garry Winogrand. Très vite, il comprend qu’il s’inscrit dans une tradition photographique, qu’il fait partie d’une « famille », celle des reporters urbains, des « street photographers » .

 

A partir de ce moment, autodidacte mais boulimique de connaissances, il lit tout ce qui concerne ceux qu’il considère comme ses maîtres, parcourt les expositions, achète des livres de photos, s’initie à la technique et ne passera plus une journée sans arpenter les rues de Paris et tenter d’en capter l’âme.

 

Dans la pure tradition de ce genre, il ne fait que des instantanés pris sur le vif, ce que les américains appellent des « snapshots ».
 
Manuel Bidermanas , le fils du célèbre photographe IZIS, , lui-même photographe reconnu, à qui il montre un jour ses photos, l’encourage à continuer tout en le mettant en garde contre les difficultés de ce métier.

 

Encouragé par l’enthousiasme que la rue lui témoigne, Rodolphe diffuse ses photos sur des sites spécialisés. Moins d’un an plus tard, une journaliste chinoise remarque son travail sur le métro parisien et lui consacre une interview et quatre double pages dans le magazine chinois Vision, aux côtés du célèbre photographe de rue new-yorkais Markus Hartel.

 

Régulièrement, des administrateurs de blogs du monde entier lui demandent l’autorisation d’utiliser telle ou telle de ses photos et c’est à Baltimore que tout récemment le jeune artiste peintre américain Will Prinn vient de réaliser une oeuvre à partir d’une photo de Rodolphe.

 

En janvier 2012 trois photos de Rodolphe Sebbah ont été publiées par le Science Museum of United Kingdom dans le livre édité à l’occasion du centenaire du musée: Who am I ?

 

En Juillet 2012 le magazine français Compétence Photo lui consacre un long article sur son site « Le Révélateur » consacré aux nouveaux talents photographes.  www.competencephoto.com/La-rue-Rodolphe-Sebbah-serie-couleur_a2095.html

 

En Septembre 2012 le magazine Vivre Paris consacre un article et six pages de photos au travail de Rodolphe.

 

Avril 2013 : Exposition " Je te salue ma rue"  à La Rotonde de la Vilette organisée par MyPhotoAgency.

 

Octobre 2013 : Un article et un portfolio dans le WebMagazine La Chaîne Photo :
http://dl.lachainephoto.com/wp-content/uploads/magazines/la_chaine_photo_numero4_001.pdf

 

« Je me considère comme un photo-reporter en milieu urbain. Ma démarche n’est pas prioritairement esthétique, Je ne cherche pas spécialement à faire une « jolie photo » mais surtout à capter un bel instant de vie urbaine ou un moment fort.

 

A ceux qui me demandent souvent quel sens a telle ou telle photo je réponds ce que répondait Helen Levitt : « Ce que vous voyez est ce que vous voyez, il n’y a rien à voir ou à comprendre au-delà de ce qui est montré »

 

" Comme tous les photographes de rue, j'agis dans l'instant, il y a donc fatalement des ratés, dus soit à une mauvaise appréhension de l'évènement, soit à une maladresse, soit à la précipitation. Mais comme disait Willy Ronis " C'est à la fois la grandeur et la servitude du genre ... c'est le risque permanent du ratage, l'incertitude constante du résultat qui me font tant aimer ce combat douteux ".

 

Mon sujet c'est la rue, la rue où tout est prétexte à faire image. Je photographie les hommes, les femmes, les choses, les anonymes dans leur quotidien, j'essaie d'enregistrer en une fraction de seconde la complexité, comme la banalité de la vie urbaine et de la condition humaine.

 

Je m'efforce de capter le théâtre de la rue sans me soucier de ce qui est beau ou laid, confortable ou dérangeant. Ma seule exigence est la spontanéité.

 

Je regarde l'humanité telle qu'elle se montre à nos yeux, chaque jour, sans fard. Je suis un photographe "à ras du trottoir", et je laisse le spectateur libre de son imagination.

 

Contrairement à d'autres photographes qui évoqueront "le sens de leur démarche", je ne cherche pas particulièrement à composer une oeuvre qui ait un sens, je veux rester un spectateur, le passant invisible, celui qui donne à voir ce qu'il a vu.
 
Je ne juge pas, je montre. Je ne regarde pas, je vois


On peut voir de nombreuses autres images de ce photographe sur : www.rodolphesebbah.com

 


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.29.53.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.31.38.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.32.03.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.32.34.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.32.57.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.33.19.jpg

Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.34.03.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.34.45.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.35.28.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.36.05.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.36.26.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.37.03.jpg


Capture-d-ecran-2014-01-16-a-07.37.21.jpg


Street art sur le blog: street art à Montreuil,  Mosko et associés ou le street art français sur les murs de La Havane,  street art bruxellois,  Street art à Londres,  Le général Lee (?) en prison rue Vaneau,  Une après-midi le long du canal saint-Martin,  Einstein se promène rue de Buci,  Street art à Lisbonne,  Les monstres sont entrés dans Paris,  Pochoir parisien,  skate et street art au bord de la Tamise,  street art londonien,  Salvador Escalona, maitre du street art à La Havanestreet art, à La Havane,  street art, dans le XX ème,  Street art, Alechinsky rue Descartes,  street art, un serpentaire rue de Sèvres,  Street art à Cordoue,  chat et street art à Grenade,  street art à Sévillestreet art et garçons à Tokyo,  street art rue des rosiers,  street art du coté du XIX ème arrondissement,  Street art dans le XX ème arrondissement de Paris au dernier jour de l'année 2011,  street art parisien, 1985, signé Blek,  street art entre Bastille et Marais,  street art à Christiana, Copenhaguestreet art parisien,  street art sètois,  street art par Philippe Le Grand,  Street art parisien, septembre 2012 Les vitrines de Majane Satrapi illustrant l'anniversaire du Bon Marché hommage du street art parisien à Chris Marker,  street art à Bilbao,  street art à Bari,  Au-delà du street art au musée de la Poste,  street art à Amsterdam,  street art parisien dans l'hiver 2012-2013,  street art à Naples,  street art Paris, l'immeuble qui saigne,  street art, rue Saint-André-des-arts,  street art à Venise,  street art, un ara dans le XIX ème!,  street art à Saint-Germain des prés dans le bel été 2013,  street art à Paris dans le bel été 2013,  Le Paris 2013 de Bruno, street art,  Zilda, maitre du street artZilda, maitre du street art (2),  Le Paris 2013 de Bruno, street art (2) du coté de GainsbourgLéo & Pipo (street art) , Street art de Bruno du coté de la rue de Seine,  Street art au bord de la Tamise,  street art à Saint-Germain des prés, décembre 2013,  Le Street Art de Maldito Juanito Le street art en France vu par Ismau street art dans le 6 ème arrondissement en janvier 2014Street art vu par Rodolphe Sebbah

Publié dans photographe

Commenter cet article

xristophe 16/01/2014 14:23

Trop de concret pour pas assez d'abstrait dans le street art bien sûr (c'est comme pour les décharges marseillaises et les poubelles) mais si la photo fait son humble recadrage - autant que décisif
-, cela peut tout changer... Ici, par exemple, c'est au-dessus de la moyenne. (Pour moi je ne respire bien toutefois qu'avec celle des anneaux de fer et leur ombre et le mot "amour" sur ce beau mur
ensoleillé de pierre)...

lesdiagonalesdutemps 16/01/2014 14:52



Sebbah est un très bon photographe allez sur son site vous ne serez pas déçu. D'ailleurs j'engage tous les lecteur à aller sur le site ou liens des artistes que je montre car mes billets ne sont
que ma sélection et passe par mon filtre. Pour Sebbah dont le regard est très différent du mien (ce n'est pas pour cela qu'il serait moins bon) c'est particulièrement utile d'y aller voir. Vous
devriez entre autres y trouver votre content d'abstraction.