Stevan Dohanos

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Stevan-Dohanos.jpg

Stevan Dohanos

 

Le travail qui a propulsé STEVAN DOHANOS (1907-1994) du statut d'inconnu à celui de célébrité (mais pas en France où l'on ne connait guère que Norman Rockwell) est sa création de la longue série des couvertures pour le Saturday Evening Post, qu'il a peint dans les années 1940 et 1950, montrant des tranches de vie américaine. Cet ensemble de travaux invite la comparaison avec Norman Rockwell, mais il faut y résister. Car si on regarde bien les peintures de Dohanos sont assez différente de celle de Rockwell. Tout d'abord le style de Dohanos est beaucoup plus naturaliste, moins caricatural que celui de son confrère mais surtout les scènes représentées sont beaucoup moins bon enfant que chez Rockwell. Dohanos instille une pointe de de critique de la société américaine bien qu'il n'oublie jamais dans ses images les signes extérieurs du rêve américain. Il présente une vision plus objective de la société américaine. Son travail est plus proche dans l'esprit d'Edward Hopper que de Norman Rockwell. Dohanos glorifie les rituels et les objets magnifiques, absurdes et fétichistes de la vie américaine dans l'après la guerre.
Le Saturday Evening Post jouit à l'époque d'une grande puissance. La publication régulière d'images Dohanos sur ses couvertures équivalait à la nomination de l'illustrateur comme porte-parole culturel.

Dans les années 1960, après la quasi cessation de son activité d'illustrateur Dohanos s'installe à un poste de grande influence alors sur l'imaginaire américain. Il est Président du Comité consultatif National Stamp. C'est lui qui supervise le choix des images qui figure sur les timbres américains. Parallèlement il s'adone à la peinture de chevalet. 


title or description

title or description

title or description

title or description

title or description

title or description

title or description

title or description

title or description


 



Publié dans illustration

Commenter cet article