Simeon Solomon

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Simeon Solomon par David Wilkie Wynfield (1837-1887)




L'exposition que l'on peut voir actuellement au musée d'Orsay consacré au mouvement d'esthètes autour d'Oscar Wilde procure une occasion exeptionnelle de voir des originaux du peintre Simeon Solomon, peintre anglais à peu près complètement tombé dans l'oubli que l'on commence à redécouvrir aujourd'hui.
Simeon Solomon est né dans une importante famille juive orthodoxe. Il est le huitième et dernier enfant du marchand Michael (Meyer) Salomon et de l’artiste Catherine (Kate) Levy.

Solomon était le frère cadet des peintres Abraham Solomon (1824-1862) et Rebecca Solomon (1832-1886) cette dernière exposa ses premières oeuvres à la Royal Academy de Londres en 1858..

Il est né et a été éduqué à Londres, Solomon a commencé à recevoir des leçons de peinture de son frère aîné vers 1850. Il a commencé à assister aux cours de la Carey Art Academy en 1852. Alors étudiant à la Royal Academy School, Salomon a été introduit par Dante Gabriel Rossetti dans le cercle des Préraphaélites, auprès d'autres membres tels que le poète Algernon Charles Swinburne et le peintre Edward Burne -Jones en 1857.

Sa première exposition eut lieu à la Royal Academy en 1858. Il a continué à organiser des expositions de ses œuvres à la Royal Academy entre 1858 et 1872. En plus de la peinture littéraire favorisée par l'école préraphaélite, les sujets de Salomon inclus souvent des scènes de la bible hébraïque et des peintures de genre représentant la vie et les rituels juifs.

En 1866, il peint l'une de ses meilleures œuvres, il représente l'empereur romain Héliogabale,  en grand prêtre du soleil. 

En 1871, Simeon Solomon publie un poème en prose "Une vision d' amour révélé en sommeil" qu'il avait écrit en 1870 . Le récit , qui est d'une importance capitale pour la carrière de l' artiste , est basé sur le thème platonicien de l'accomplissement de l'âme par l'amour terrestre. On peut y voir, entre les lignes, un véritable manifeste pour l'amour entre personnes du même sexe. 

Entre 1858 et 1872 Il a été l'un des peintres préraphaélites les  plus appréciés, fêté par Dante Gabriel Rossetti, Swinburne Algernon, Walter Pater et Edward Burne-Jones. Il a exposé alors dans les meilleures galeries d' Angleterre. Sa peinture à la particularité de mélanger l'héritage classique hellénique à la tradition juive.

 
Hanania, Mischaël et Azaria, trois jeunes hommes dans le livre de Daniel.1863

Dans son travail les représentations tirées de la Bible tiennent une place importante, nous donnant une lecture très différente de ce que les groupes religieux ont essayé de proposer au cours des siècles. Par exemple Simeon Solomon nous dit que la Bible suggère que Daniel, Hanania, Mischaël et Azaria ont été les esclaves sexuels de Nabuchodonosor. L'histoire du prophète Daniel et le chef des eunuques du palais royal de Babylone est racontée dans le livre de Daniel dans lequel on peut supputer que l'attention accordée à Daniel par le chef des eunuques,  haut fonctionnaire à la cour du roi Nabuchodonosor de Babylone, n'est peut être pas désintéressée... 

.


En 1873, sa carrière subit un coup de frein brutal quand il fut arrêté, en compagnie de George Robert, un homme de soixante ans, dans un urinoir public à Stratford Place Mew, à côté d'Oxford Street, à Londres et accusé d’outrage à la pudeur et de tentative de sodomie. Il a été condamné à dix-huit mois de travaux forcés, mais la peine fut réduite par la suite à un contrôle de police. Il a été arrêté de nouveau en 1874 à Paris, pour des faits analogues et condamné à passer trois mois en prison.


Il devint alors un paria social, écrasé par le poids de la morale victorienne, rejeté par tous ces anciens amis. Il tomba en dépression et s’adonna de plus en plus à la boisson. En 1884, il fut admis dans un hospice où il continua à travailler, mais son talent et sa vie était très abimés par l’alcoolisme. Vingt ans plus tard, en 1905, il mourut des suites de cet alcoolisme.


Les représentations de Solomon sont remarquables par leur androgynie. Bien que les images de Solomon doivent beaucoup à Rossetti et Burne-Jones, en particulier ses allégoriques de figures féminines, elles ont une forte personnalité qui les rend immédiatement reconnaissables. Entre autres choses, son travail illustre très bien la transition entre le PreRaphaelisme et le style Décadent.



Untitled




The Sleeping Endymion, 1887




The Sleepers and the One Who Watcheth




The Mystery of Faith




The Moon and Sleep




Bacchus, 1868




Portrait of an Italian Youth









Love Wounded, 1888




Love in Autumn, 1866




Love Dreaming by the Sea, 1871




Love Bound and Wounded, 1870




Dawn




An angel

Sapho et Elina



Afegeix l'Llegendes



Nota:
Pour en savoir plus sur cet artiste je vous conseille de visiter le Simeon Solomon Research Archive. On peut trouver ici des précisions sur son arrestation et sa triste fin de vie. Un autre aperçu intéressant sur l'artiste peut être trouvé ici . 

Publié dans peinture

Commenter cet article