SHANK de Simon Pearce

Publié le par lesdiagonalesdutemps

http://storage.canalblog.com/31/51/326328/45670147.jpghttp://storage.canalblog.com/31/21/326328/45670116.jpg


Fiche technique :

Avec Wayne Virgo (Cal), Tom Bott (Jonno), Alice Payne (Nessa), Marc Laurent (Olivier), Garry Summers (Scott), Bernie Hodges (Will), Christian Martin (David), Louise Fearnside (Dayna), Oliver Park. 

 

Réalisateur : Simon Pearce. Scénario : Simon Pearce, Darren Flaxtone & Christian Martin. Image : Simon Pearce. Musique : Barnaby Taylor. Montage : Darren Flaxtone.

Grande Bretagne 2009Durée : 89 mn. Disponible en VOSTfr.

 


Résumé :

Bristol, 2009, sa drogue, ses gangs et ses ados mignons et à l’ouest (pas seulement géographiquement) bien connus des fervents de la série anglaise Skins. Cal (Wayne Virgo), 18 ans, mignon genre lascar mélangé, est membre d’un gang qui à l’occasion casse du pédé. Mais Cal a un gros secret, non seulement il se mitonne des plans cul avec des amants de passage via le net, mais surtout il est secrètement amoureux du joli dur du gang, Jonno (Tom Bott que l’on pourrait croire sorti d’un film de Bruno Dumont). Ce dernier est totalement sous la coupe de Nessa, une virago qui hait les “sissies”. Un jour, alors que la petite bande tuait le temps en taguant une palissade (tout du long du film les amateurs de street art sont gâtés) passe une jeune et gracile follasse revenant de son shopping. Le gang se rue sur cette offense à la virilité. Jonno roue de coups le mignon.


http://storage.canalblog.com/96/53/326328/45670249.jpg


Mais bientôt Cal s’interpose pour protéger le garçon à la stupeur de ses potes. Le voilà désormais tricard pour le gang, poursuivi par la haine de Nessa... Le dit mignon s’appelle Olivier, jeune français, il est venu à Bristol parfaire sa connaissance de la civilisation britannique. On a vite compris que Cal ne va pas rester longtemps insensible au charme d’Olivier. Pour corser l’affaire, Olivier a un prof gay, Scott (Garry Summers), qui n’est peut-être pas non plus sans vouloir du bien au jeune français. Ce prof a été tabassé par Cal à la fin d’un plan cul qui a mal tourné...


http://storage.canalblog.com/33/28/326328/45670283.jpg


L’avis critique

Shank est d’abord le portrait d’un adolescent, Cal, et montre à quel point il est difficile pour un jeune de se réconcilier avec sa sexualité, quand tout autour de lui l’oblige à croire que ses sentiments naturels ne sont pas naturels.

L'histoire d'amour atypique qui se tisse entre Cal et Olivier est tendre et étonnamment douce, au milieu des dangers et de la violence qui entourent les deux garçons...


http://storage.canalblog.com/32/37/326328/45670409.jpg


Souvenez-vous, Bristol est aussi la ville où se déroule la série Skins. En y allant, je ne m’étais pas aperçu que cette jolie ville, dont le décor est bien utilisé par le réalisateur, était la patrie d’aussi jolis garçons se livrant à autant de turpitudes... Je ne serais pas surpris que Simon Pearce soit un grand fan de la série Skins mais aussi des films de Gregg Araki. Il est certain également que Pearce a eu l’ambition, pas complètement réussie, en raison des lourdeurs de son scénario, de faire le Beautiful Thing des années 2000.

Mais il n’en est pas si loin. Shank ouvre la voie à un nouveau cinéma gay hyper réaliste et contemporain, qui n’hésite pas à passer du romantisme à une violence à fleur de peau. Le film prend une résonance tout à fait différente quant à sa crédibilité lorsqu’on apprend que la majorité du récit a été nourri par des événements réels qui ont eu lieu au Royaume Uni.


http://storage.canalblog.com/59/30/326328/45670465.jpg


Pearce, tout en renouvelant le cinéma gay, réussit à se mettre dans la droite ligne de toute une tradition, excellente, du cinéma britannique. Comme dans Beautiful Thing, il explore des milieux qui sont rarement visités par le cinéma gay mais dont le cinéma anglais avec Mike Leigh et Stephen Frears avec son My Beautiful Laundrette s’est fait depuis longtemps le meilleur anthropologue.

Sociologiquement, le film est très novateur. D’abord il dépeint un milieu très peu visité dans le cinéma gay, et même dans le cinéma « main street », les gangs, mais surtout il illustre très justement l’intrusion et la conséquence de média récents, comme le net et le téléphone portable dans le quotidien.


http://storage.canalblog.com/20/34/326328/45671203.jpg


Moralement, il me parait dans sa fin, qui malgré sa virtuosité n’est pas complètement convaincante, la dernière demi heure est plus faible, très discutable. Shank suggère quelque chose qui m’a un peu déconcerté car le film nous fait croire que même les pires d'entre nous méritent une deuxième chance...

La construction du scénario de Shank est complexe avec sa mise en abîme des écrans des téléphones portables, des ordinateurs dans le grand écran. Elle joue également sur le temps, le dilatant parfois ou du moins utilisant le temps réel, qui n’est presque jamais le temps du cinéma, par exemple dans la scène de sexe entre Cal et Olivier. À ce propos le cinéaste réussit, au milieu des chauds ébats amoureux entre Cal et Olivier, à placer très discrètement et habilement la mise du préservatif (ce qui est aussi louable que rare ; ce que pour ma part je n’avais pas réussi à faire dans mon film Comme un frère, ce qui me fut reproché.). A contrario, le scénario contient également de nombreuses ellipses.


http://storage.canalblog.com/16/13/326328/45668716.jpg

Dans plusieurs courtes séquences, Pearce utilise une figure de style habile (elle me semble assez nouvelle, ne me venant pas à l’esprit un autre exemple dans le cinéma, sinon un peu dans Parle avec elle d’Almodovar, mais est proche de l’aparté du théâtre), Scott s’adresse à un personnage muet que l’on ne voit pas. Le cinéaste se sert du champ mais occulte le contre champ qu’il ne montre jamais. Nous découvrirons ce dernier qu’à la toute fin du film, ce qui construira énormément le personnage de Scott.

C’est justement dans la construction des personnages que le scénario est léger, ce qui est partiellement masqué par l’excellence et l’engagement des comédiens. Mais par exemple nous ne savons pas ce qui a amené Olivier en Angleterre, ni quel est l’origine des membres du gang qui semblent être nés de lui. On peut s’étonner aussi de l’aisance financière d’Olivier et encore plus de celle de Cal. Mis à part Scott, les autres personnages ne sont pas situés socialement.


http://storage.canalblog.com/13/16/326328/45670824.jpg


La musique, du compositeur britannique Barnaby Taylor, qui emprunte aussi bien au hip-hop qu’au rap est conforme sociologiquement au groupe que l’on voit se mouvoir sur l’écran. Mais plus original, elle utilise aussi des solos de piano et de guitare qui sont autant de ponctuations à des moments clés et les soulignent magnifiquement. Ils aident à amener l’histoire du personnage principal à son plus haut niveau émotionnel.

Ce qu’il y a de bien dans le cinéma anglais c’est que les acteurs sont toujours parfaits, et cela dès leur premier film. Shank ne déroge pas à la règle, même le jeune français, qui en fait est belge, se tire très bien de son personnage un tantinet caricatural ; il doit y avoir un phénomène d’osmose ! En outre, dans Shank, les trois principaux protagonistes sont, chacun dans leur genre, très appétissants...

Qui sont-il ? Tom Bott (Jonno) est né dans le Surrey et vit à Londres. Il est apparu dans plusieurs productions de théâtre et de télévision au cours de sa carrière d'acteur. Shankest son premier rôle dans un long métrage.


http://storage.canalblog.com/16/04/326328/45670896.jpg


Wayne Virgo est un récent diplômé de l'Académie Western South of Dramatic Arts (SWADA). C'est un natif de la banlieue de Bristol. Il a joué à domicile, comme Alice Payne (Nessa). Shank est son premier rôle professionnel. Depuis Shank, Wayne Vigo a tourné un autre film, cette fois par les scénaristes de Shank, Christian Marin et Darren Flaxtone, dans lequel l’on retrouve Simon Pearce faisant l’acteur. On peut ajouter que Darren Flaxtone est le monteur des deux films et que Pearce ne laisse à personne d’autre le soin de signer l’image de son film. L’étonnante polyvalence de ce groupe n’est sans doute pas pour rien dans la qualité de Shank.

On peut noter aussi que Marc Laurent, qui est né en Belgique et qui a étudié le théâtre avant de venir au Royaume Uni pour apprendre l'anglais et étudier l'art dramatique à la South West Academy of Dramatic Arts (SWADA), vient donc de la même école que Wayne Virgo. Shank est sa première expérience dans un long métrage.


http://storage.canalblog.com/72/16/326328/45670952.jpg

Pour insister sur l’homogénéité dans la différence de l’équipe du film, Bernie Hodges, qui joue le rôle de Will, est professeur dans cette même SWADA et a aidé Pearce dans sa direction des acteurs.

Le filmage fait preuve d’une étonnante maturité quand on connaît l’âge du réalisateur. Beaux plans, caméra bien posée qui parfois fait place à une judicieuse utilisation de la caméra portée. Le montage très nerveux dynamise le film.

La grande scène de sexe du film entre Cal et Olivier est certainement ce que l’on peut voir de mieux dans le domaine dans le cinéma gay non pornographique. Je me suis amusé à faire une sorte de roman photo de la scène qui en dit, je crois beaucoup plus qu'un long discours.

C’est paradoxalement son excellence qui m’amène à plusieurs réflexions et qui met en exergue la difficulté de filmer une scène de sexe vraiment réaliste. Le fait de simuler l’acte de pénétration (sinon on tombe dans le pornographique selon les critères de l’exploitation des films) oblige à des positions des partenaires souvent à la limite du crédible, même si, cela semble être le cas ici, les acteurs ne font preuve d’aucune inhibition. Pour des problèmes de censure, il est quasiment impossible de montrer un sexe en érection (les exemples dans le cinéma non pornographique sont extrêmement rares ; les seuls exemples qui me viennent à l’esprit sont une vision fugitive dans Le Temps qui reste de François Ozon et beaucoup plus évidente dans Le Pornographe de Bertrand Bonello. Il doit en avoir d’autres mais je laisse le soin de nous les indiquer aux sagaces lecteurs qui j’espère ne manqueront pas de le faire). Avec de telles contraintes, le cinéaste se pose toujours la question de la nécessité de montrer des scènes de sexe à l’écran. Il devrait se poser la question suivante : « Ne vaudrait-il pas mieux les remplacer par des scènes de tendresse ? » Ce que fait aussi très bien Pearce qui réussit à mêler le hard avec le romantisme. Ce qui est rarissime au cinéma et particulièrement dans le cinéma gay dans lequel les gestes de tendresse semblent bannis.


http://storage.canalblog.com/90/57/326328/45671281.jpg

Le film n’a pas été sans déranger dans son pays alors qu’il a été sélectionné dans une trentaine de festivals gay et lesbien de par le monde ; la BFI, organisateur d’un des plus grands festivals gays, celui de Londres, a refusé de le sélectionner, ce qui a provoqué un tollé.

Pour son premier film, Simon Pearce (mais on peut penser que plus que jamais, même si c’est toujours plus ou moins le cas au cinéma, ce film est autant celui d’une équipe que d’un seul homme), qui lorsqu’il a tourné Shank n’était âgé que de 21 ans, soit à peu près l’âge de ses héros, a frappé très fort même s’il n’a pas évité tous les écueils du premier film comme de surcharger son scénario et le doter d’une fin peu crédible mais réconfortante. Il réussit néanmoins à renouveler le film gay, se défiant de l’obligé coming-out et autres conventions du genre, en ancrant son intrigue dans l’univers des gangs. Le sexe y est explicite, la violence est déchirante, et la qualité d’interprétation des jeunes acteurs est tout à fait impressionnante.


http://storage.canalblog.com/64/48/326328/45671069.jpg


Le DVD :

Shank est édité en France par Optimale qui, comme à son habitude, en fait le minimum question bonus. Il y a bien un macking of très bien fait où l’on découvre que le réalisateur est un gamin, qui en outre a les plus belles oreilles du Royaume Uni, réussit à être très informatif tout en étant léger grâce notamment à un remarquable montage. Le seul problème, c’est qu’Optimale n’a pas jugé bon de le sous-titrer ! Et comme toujours chez cet éditeur, on est obligé de passer par les bandes annonces d’autres films du catalogue pour parvenir au menu principal à l’habillage indigent. La qualité de l’image est correcte.

 

 

Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA.jpg
Download from Rapidshare.com:
Part 1 Part 2 Part 3 Part 4

Download from Hotfile.com:
Part 1 Part 2

Links are interchangeable

Download from Netload.com:
Part 1 Part 2 
Subtítulo en español
Chinese subtitles
Pour voir le film directement sur l'ordinateur il suffit de cliquer au centre d'un des écrans ci-dessous

Disponible sur Megavideo (ENG S/T FRA)


Image_14
 

 Image_15

 

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us

 
720x400 697MB 88min
Unir / Join:
Leitor Completo / All in one directshow player:

Ci-dessous, une autre piste pour télécharger ce beau film.
 
 
Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2Shank.LIMITED.DVDRip.XviD-BLUNTROLA%5B%2

Image_2
 

Image_3
 

Image_4
 

Image_5
 

Image_6
 

Image_7
 

Image_8
 

Image_9
 

Image_10
 

Image_11
 

 

Cette vidéo est hébergée chez Megavideo. Pour la voir, Cliquer une première fois sur la touche Play du lecteur, une nouvelle page (pub) va s'ouvrir, fermer la pub et cliquer de nouveau sur Play...  Le film se lance ! 

Disponible sur Videobb (ENG S/T FRA)

 

Cette vidéo est hébergée chez Videobb. 

Disponible sur StageVu (ENG S/T FRA)

 

Cette vidéo est hébergée chez StageVu. Pour la voir, vous devez avoir le Divx Web Player...! Cliquer sur la touche Play du lecteur et patienter quelques secondes.... Si au bout d'une minute, la vidéo n'a pas démaré, re-cliquer de nouveau sur la touche Play. 

Disponible sur StageVu (ENG)

 

Cette vidéo est hébergée chez StageVu. Pour la voir, vous devez avoir le Divx Web Player...! Cliquer sur la touche Play du lecteur et patienter quelques secondes.... Si au bout d'une minute, la vidéo n'a pas démaré, re-cliquer de nouveau sur la touche Play. 

Disponible sur Megavideo (ENG)

 

Cette vidéo est hébergée chez Megavideo. Pour la voir, Cliquer une première fois sur la touche Play du lecteur, une nouvelle page (pub) va s'ouvrir, fermer la pub et cliquer de nouveau sur Play...  Le film se lance ! 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article