Seiji Inagaki

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.32.31.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.32.58.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.33.12.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.33.35.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.33.53.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.34.06.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.34.20.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.34.34.png

 

Capture-d-ecran-2011-11-13-a-14.34.48.png

Publié dans illustration

Commenter cet article

Frank 15/11/2011 13:59


Cher Bernard,

Remarquable ces dessins de Seiji Inagaki. Je ne connaissais pas cet artiste mais il m'apparaît remarquable à plus d'un titre. Dans le dessin gay japonais, la tradition de nudité est le plus souvent
associée à quelqu'idée sado-maso. Très rarement l'on trouve des dessins d'éphèbes nus et en érection qui ne transpirent pas une certaine forme de violence. Les dessins au caractère plus doux ne
livrent la plupart du temps que des garçons ou des jeunes hommes en slip. Ce n'est pas mal non plus (je serais bien le dernier à nier le caractère érotique du slip !) mais, sans conteste, Inagaki
me semble faire preuve d'originalité au milieu de ses confrères nippons.
Cordialement,

Frank

PS : Comme vous, j'éprouve une certaine fascination pour ce Japon où j'ai longtemps vécu et pour ses troubles éphèbes. A regarder vos photos de paysages ou de monuments historiques, où ne manque
jamais quelque beauté locale, je me dis que, vous aussi, vous avez probablement expérimenté ces superbes jeunes gens. Je serais ravi de comparer nos avis respectifs.


lesdiagonalesdutemps 15/11/2011 15:49



Tous les dessins japonais d'éphèbes ne relèvent pas du sado-masochisme, il n'y a qu'à voir ceux des yaoi qui sont au contraire souvent assez mièvres et presque toujours très romantiques, ce qui
ne veut pas dire que les scènes de sexe y sont rares.