Que la jeunesse était belle en noir et blanc (69)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

kripton: .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mrtvych: judith joy ross, 1982 The artist writes: “In 1982 I was very sad after the death of my father. I was seeing such sadness on everybody’s face. I needed a place where things were safe, and I found that Eurana Park was filled with happy kids, very comfortable with themselves. This picture of these two boys crouched in the woods, I remember the exact moment I saw them. It was so magical. I must have been in my thirties. And these kids were doing just what I did when I was a child, looking for salamanders and being near a little running brook that I knew. I noticed that their legs were growing and their arms were growing faster than I thought was possible. They looked like daddy longlegs themselves. It took quite awhile to get my camera on this tilted bank. They stayed so still. When people really, really get that you think they’re fantastic they can maintain their expressions. And this print has a gray tone to it because there is a sadness in the idea that they are growing up.”

 


  

mpdrolet: David Keith Asleep, Oklahoma City, 1975 Larry Clarke

David Keith Asleep, Oklahoma City, 1975

 

D'autres billets de ce type: que la jeunesse était belle en noir et blanc (49),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (47), que la jeunesse était belle en noir et blanc (46),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (45),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (44),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (43),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (42),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (41),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (40),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (39),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (38),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (37),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (36),  que la jeunesse était belle en noir et blanc (35),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (34),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (29),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (34)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (33),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (32),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (31),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (30),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (29),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (28),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (52),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (53),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (54),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (56)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (57),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (58),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (59),  que la jeunesse était belle en noir et blanc (60),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (61),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (62),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (63),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (64),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (65),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (66)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (67),  Que la jeunesse était belle en noir et blanc (68)Que la jeunesse était belle en noir et blanc (69)

 

Publié dans adolescent

Commenter cet article

xristophe 10/10/2013 21:41

YES !

xristophe 09/10/2013 13:19

La grâce, souvent - pas seulement celle du temps passé, ni même celle de la garçonnie.
Enigme presque de cet endormi, dont le sexe érigé moule si parfaitement le pantalon (ou plutôt le contraire): morceau de roi - de référence - pour cette fameuse figure d'une "déclinaison" canonique
de l'érotique. Encore plus fort que Michel Noir ! (Michel?)

lesdiagonalesdutemps 09/10/2013 15:45



Je crois que vous voulez parler du gisant du père Lachaise Victor Noir et non du calamiteux homme politique lyonnais...