Quand Soulages peignait aussi en bleu

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Eau-forte Xa 1957
 
 
Peinture, 202x143, 6 novembre 1967
Peinture 23 Mai 1969, vendu 

Peinture 16 Août 1971
Peinture 30 Avril 1972
Lithographie n ° 37 1974
Peinture 1976
Sérigraphie n ° 8, 1978
102 x 81 cm, 4. Mai 1981 

Sérigraphie n ° 16, 1981 

 
Peinture 19 mai 1982, vendu
Peinture 11 Juillet 1987
Sérigraphie n ° 18, 1988

Peinture 222x137cm 3 Février 1990
Sérigraphie sur inox poly

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 15/12/2013 20:07

Je m'en doutais, je le savais - tant que je n'aurai pas fait l'expérience, je ne trancherai pas, promis... (Rarement je "tranche" vraiment - d'où mon ton tranchant qqf) Mais : n'est-ce pas ce qui
se passe (ce dialogue avec la lumière) avec toute peinture, après tout ; même une surface quelconque - recueillera la lumière, les reflets, de façon merveilleuse qqf : un photographe le sait bien -
qui va trouver son bien dans ce rien qui devient, pour son œil à lui, qqch. Admettons que Soulages aménage savamment ses "surfaces" à servir son dessein... J'ai souvent l'impression que les
"modernes" nichent leurs grandes découvertes dans de petits recoins, bien connus des anciens ; et pê un peu relégués, négligés dans leurs virtualités certes, par les anciens... Les modernes les
"revisitent", ils les "libèrent" ! En musique, tel "répétitif" (il y en a parfois de bons) tire une heure d'une seule cellule, stravinskienne ou bartokienne; des "nappes", des "textures", de molles
"trames" (vocabulaire qui est aussi celui des arts plastiques)naissent d'une seule maille, multipliée (bcp) et variée (assez peu) de quelques petites notes que l'on tricote, par ordinateur... C'est
intéressant mais je n'ai pas envie de me pâmer non plus... ni d'y mettre du mien docilement pour que "ça marche", comme on me le demande...

lesdiagonalesdutemps 15/12/2013 21:22



Soulages utilise la lumière en jouant sur l'épaisseur de la matière (noire) qu'il dépose sur la toile par exemple par des stries plus ou moins profondes dans la peinture, on le voyait très bien
au Centre Pompidou puisque l'exposition bénéficiait d'un éclairage naturel. C'est Soulages lui même qui avait fait l'accrochage.



xristophe 15/12/2013 13:41

Il parle en effet si bien (puisque c'est le thème) que, moi aussi, pour un peu, j'aimerais sa peinture. Et je l'aimerais, rien que pour lui faire plaisir, tant il est sympathique et intelligent.
(Et même je le connais depuis longtemps, sous cet angle - de la parole). J'aimerais voir, comme lui, toutes les couleurs et la lumière surtout, et les oiseaux se refléter, jaillir de ce grand noir
premier, d'où nous venons (je ne cite pas).
Je cherche. Je cherche en gémissant... comme dit Pascal.

(Vous voyez Ismau ça, c'est bien un premier jet - de ma part - improvisé, parlé sur le clavier...)

lesdiagonalesdutemps 15/12/2013 14:38



La peinture de Soulages est une de celles qui passent le moins bien à la reproduction. Encore une fois (je me répète) il faut être face à la toile, en fait le plus souvent un peu de biais et y
rester longtemp pour y voir la lumière changer.



ismau 14/12/2013 22:26

C'est à l'occasion de cette exposition, que j'ai entendu Soulages s'exprimer à la radio . Malgré son âge, il parle extrêmement bien de la peinture et de sa peinture, avec beaucoup de simplicité, de
vivacité et d'intelligence ... c'est remarquable .
Le très beau musée Fabre de Montpellier présente justement quelques unes de ces toiles bleues ( et aussi des rouges) dans ses collections permanentes . Il y a aussi les immenses polyptyques et
outre-noir, superbement accrochés dans des salles spécialement aménagées pour cette donation.
Et puis ce printemps, ouvrira le musée Soulages de Rodez, ce dont je me réjouis puisque je passe toujours une partie de mes vacances non loin de là .

lesdiagonalesdutemps 15/12/2013 08:44



Il y a des années que je dois aller voir le musée de Montpellier que je ne connais pas avec celui de Rodez cela fera deux adresses à découvrir et je m'en réjouis à l'avance.


A l'occasion de l'exposition à Pompidou j'avais vu une émission de télévision dans laquelle, en effet Soulages parlait très bien de son art.



td 14/12/2013 17:50

Vous ai-je dit que j'avais eu le plaisir de parler peinture avec Pierre Soulages... Dans un Salon où nous exposions tous les deux, même si la formule peut paraître prétentieuse (et elle l'est
!).
Nous avons donc échangé devant une de mes toiles quelques minutes sur les proportions, l'équilibre, et la matière...

lesdiagonalesdutemps 14/12/2013 18:33



c'est un beau privilège. L'exposition de Soulage d'il y a quelques moi au centre Pompidou était très belle même si j'ai regretté qu'il n'y ait pas de toiles anciennes.