pour se souvenir du salon d’automne de Sanary 2008

Publié le par lesdiagonalesdutemps

IMG_3504
Alemany
On se gausse trop souvent, et généralement malheureusement à juste titre des salons de peinture municipaux pour ne pas saluer la qualité de celui de Sanary. Déjà en 2007, sur le thème de la plage, j’avais été surpris de la qualité des œuvres exposées. A l’époque je ne vous avais pas malheureusement parlé de cette exposition. J’avoue que je suis loin de chroniquer tout ce que je vois aussi bien au cinéma que dans les diverses expositions dans lesquelles j’use mes semelles, en raison de ma nonchalance et aussi pour que ce blog ne devienne pas trop chronophage.
Cette année le salon d’automne de Sanary rassemble des œuvres autour de la thématique de la ville sous le mot valise très lacanien “l’Artchitecture”, un peu à l’instar de ce que faisait le feu, et pour ma part bien regretté salon “Les peintres témoins de leur temps”. Les organisateurs cependant sont assez libre et peu prisonnier de leur thème pour exposer également des toiles et des sculptures abstraites. On peut donc admirer sur trois niveau surtout de la peinture et de la photographie mais aussi de la sculpture des installations et une vidéo.
La municipalité de Sanary a eu l’intelligence de passer par l’intermédiaire de galeries, mais pas seulement, comme la galerie Boulet et Frank Le Feuvre. Ce qui donne une teinte, tout en étant pas exclusive, de merveilleux fantastique à la manifestation. Cette alliance des salons avec les galeries est ce que je préconisais, voilà déjà près de vingt ans, lorsque j’étais président de la section photographie du Salon d’automne, qui alors se déroulait dans la nef du Grand Palais, immédiatement après la FIAC dont nous rachetions les cimaises, sous la prestigieuse et bienveillante férule d’Edouard Mac Avoy. Malheureusement je n’ai pas été entendu et le Salon d’Automne est aujourd’hui en déshérence...
Dés mon arrivée dans la ville, l’affiche du salon m’avait immédiatement attiré l’oeil. En effet j’y avais reconnu “la patte” d’Alemany, ce qui ne m’était guère difficile puisque un tableau de se peintre décore ma salle à manger.

IMG_3505
Alemany.

Mais contrairement aux toiles de cet artiste qui, dans les années 80  , représentaient surtout des coins de rue, où l’on pouvait reconnaître Barcelone, qui semblaient abandonnés par le genre humain depuis plusieurs années, celles proposées à Sanary, si elles possèdent toujours une discrète touche fantastique,   ne sont plus désertées par la population et les cités représentées sont maintenant un mélange de Paris, Barcelone et Londres.

IMG_3510

IMG_3511

IMG_3512

IMG_3513
Alemany.

L'intérèt principal de l’exposition réside dans la chance exceptionnelle de pouvoir admirer les toiles d’ un grand peintre français, Verlinde  . Sa notoriété en France n’est pas à la hauteur de son talent (ni de sa cote) pour deux raisons, d’abord parce qu’il produit peu, ce qui est compréhensible lorsque l’on voit la complexité de ses peintures, et ensuite parce qu’il privilégie les marchés américains et japonais. Maître d’un art visionnaire, ses peintures sont un foisonnement d’images truculentes, inquiétantes et symboliques qui le place dans l’héritage directe de Bosch.

IMG_3532

IMG_3521
détail du triptyque
IMG_3522
détail du triptyque
IMG_3523
détail du triptyque
IMG_3525
détail triptyque
IMG_3531
détail du triptyque
IMG_3524

IMG_3520
oeuvre de Verlinde.
Plus que ses toiles entières j’ai surtout photographié des détails des peintures de Verlinde. Autre peintre de la galerie Boulet   Jean-Pierre Alaux qui jadis fut un de mes collègues au comité du Salon d’Automne de Paris, présente ses compositions un peu trop démonstrative comme sa vision de Berlin. Ce n’est pas sans émotion que sur les tableaux de Jean-Pierre Alaux, j’ai reconnu son épouse dont je n’ai que de bons souvenirs, qui fut son égérie et, qui malheureusement aujourd’hui est décédée.

IMG_3519
Berlin
IMG_3517

IMG_3518
version de Jean-Pierre Alaux de l'ile des morts.

Ces peintres reconnus de la peinture figurative sont accompagnés d’artistes plus jeunes et moins célèbres mais qui sont, pour ma part, de belles découvertes (j’ai fait mon choix parmi les intervenants) comme celle d’ Eric Tanguy avec ses vues de boulevards mouillés de grandes métropoles ou encore celle de Marc Golstain qui sait remarquablement rendre la réalité de la banlieue pavillonnaire. Décidément j’avais rendez vous avec mon passé dans ce salon car j’ai reconnu dans les tableaux de Golstain des rues que j’ai parcourues dans ma jeunesse.

IMG_3529
Eric Tanguy
IMG_3528

IMG_3527
Marc Goldstain.
J’avais déjà vu les peintures américaines hyperréalistes d’Eric Peyret dans sa galerie parisienne, je les ai retrouvées avec plaisir ici notamment sa version du Brooklyn bridge que j’espère refouler sans trop tarder.

IMG_3514
Eric Peyret.
L’installation astucieuse de Sophie Caminade figurant une ville à l’aide de vieilles enveloppe m’a fait penser à la représentation de New-York dans le film Shortbus.

sanary1
.
Enfin je m’en voudrais de ne pas mentionner le photographe Jean-Paul Bouck qui démontre qu’un artiste peut ancrer sa création dans le local et en faire quelque chose de tout à fait extraordinaire dans tous les sens de ce mot.

sanary2.
J’espère cher lecteur que vous nêtes pas trop loin de cette belle exposition, qui même si contrairement à moi elle ne ravive pas en vous des souvenirs personnels, saura, j’en suis sûr, vous émerveiller.

Commenter cet article