Pour se souvenir de Traces du sacré au Centre Pompidou

Publié le par lesdiagonalesdutemps

      IMG_2927.

 

Etant athée, je ne suis peut être pas le visiteur idéal de l'exposition "Trace du sacré" au Centre Pompidou car sacré n'a pas grand sens pour moi. Mais après avoir passé trois heures dans l'exposition, je n'ai pas découvert le sens que pouvait avoir ce mot pour les commissaires de cette manifestation. D'autant que le moulin à prière géant du hall est en contradiction avec ce que cet objet symbolique est censé introduire.
IMG_2928
Bruce Nauman.
Le menu est copieux dans un labyrinthe à la paradoxale circulation évidente et fluide qui occupe tout le dernier étage du centre sont disposé avec élégance, ce qui est rarement le cas en ce lieu. Une sentance de Bruce Nauman est la première oeuvre d' environ 350 pièces, réalisée par 200 artistes presque exclusivement européens et américains, surtout des peintures mais aussi des sculptures et des installations qui composent cette imposante exposition. Ces oeuvres recouvrent une large période allant du milieu du XIX ème siècle avec, deux beaux tableaux de ruines romantique de Caspar Friedrich, jusqu' à aujourd'hui avec un grand dessin magistral de Svajone & Paulus Stanikas , terminé il y a seulement quelques semaines.
stanikas_7
Ce dessin de Stanikas n'est pas la "chute" de ces artistes qui est exposé
Nous rencontrerons au fil de notre déhambulation d'autres remarquables dessins en particulier les figures antimilitaristes réalisées par Otto Dix pendant et après la première guerre mondiale.
IMG_2936
IMG_2937 IMG_2938.
Cet ensemble est divisé en  24 thèmes, Homo novus, L'ombre de dieu, Résonances de l'archaïque, sacrifice, The door of perception, Apocalypse!, Eden...  Chaque groupe ayant sa salle et chaque oeuvre un roboratif cartouche explicatif en français et en anglais où l'on nous explique l'historique de l'oeuvre et le pourquoi de sa place dans l'exposition, texte que l'on peut retrouver dans le beau catalogue, 50 € tout de même, l'entrée étant elle même assez coûteuse, 12€. Dés la lecture du premier cartouche on est interloqué par l'explication qui parfois frise le n'importe quoi comme dans celui près du magnifique Kandinsky.
IMG_2935
Le moins que l'on puisse dire c'est que pour nombre d'oeuvres les traces du sacré sont des plus ténues car si elles sont évidentes pour certaines pièces comme pour le surprenant petit christ vert de Maurice Denis, la magnifique couronne d'épines de Mannessier, la tapisserie de Lurçat ou l'extraordinaire sculpture de Cattelan, pour moi le clou de l'exposition, pour d'autres elle relève au mieux de l'intention que ne corrobore que l'histoire du peintre comme pour la toile de Rothko ou le poétique travail de Pierre Huyghe avec son "One million kingdom" et au pire que de l'élucubration des commissaires comme pour les activismes viennois ou l'art cinétique.
IMG_2946
Un bel exemple d'art cinétique.
IMG_2942 IMG_2943
Bacon                                                  Lurçat.
HIM_di_Maurizio_Cattelan
Him de Maurizio Cattelan.
Je ne vois rien de sacré dans les très belles toiles de Bacon, Chirico, Jawlensky, Barnett  Newman , Chirico, pas plus que dans  les dessins de Victor Hugo, de Michaux, de Ninjinsky  (j'ai ainsi appris que Ninjinsky non content d'être  un génial danseur fut aussi un intéressant dessinateur et toujours pas dans la poignante installation de Paul Chan qui évoque les morts du  11 septembre 2001 à New York.
IMG_2931
Chirico.
IMG_2948
Paul Chan.
La litanie, très partielle, des noms des artistes présentés, donne une idée de la qualité de l'exposition et du plaisir que l'on y prend si l'on oublie le fallacieux prétexte qui les as réuni ici. J'ai eu parfois l'impression de visiter les salles d'exposition de Sotheby's avant une grande vente de prestige pour laquelle on a rassemblé fortuitement de belles pièces des plus grands noms de l'art. IL ne faut pas dissimuler non plus que parmi de nombreux chef d'oeuvre, dont plusieurs jamais montré en France, se sont glissées quelques croûtes assez réjouissantes comme cette mer sur laquelle pousse des champignons! L'"artiste" avait incontestablement fumé la moquette. La section se réclamant de l'art sous l'influence des drogues dont je m'interroge sur la pertinence de sa présence, est la plus médiocre et porte un titre ridicule, The Doors of perception (pourquoi l'anglais?).
IMG_2941
Brauner.
IMG_2930
Nolde
Outre la propension de l'exposition à embrigader sous l'étendard du sacré, des oeuvres, certes superbes, mais qui n'ont rien à y faire, on peut s'etonner de la surévaluation de deux courants. D'abord le "nietzchéisme", ce qui nous vaut un magnifique portrait du philosophe par Munch et ensuite l'ésotérisme vaporeux du début de XX ème siècle. La salle illustrant cette tendance, appelée les grands initiés, est assez croquignolesquecroquignolesque. Elle est mise sous le patronage du portrait du sar Péladan du à Deville que l'on croirait sorti d'un album d'Adèle Blanc-sec du grand Tardi (pas de bandes-dessinéebandes-dessinée dans cette "Traces du sacré alors que sont un peu présent l'architecture et le cinéma).
IMG_2932
portrait du sar Péladan par Deville
IMG_2929
portrait de Nietzche par Munch.
Cette tendance a valoriser les grands malades mystiques ou pseudo-mystiquespseudo-mystiques irrigue toute l'exposition. Cette philosophie nous ramène aux années soixante et soixante dix. J'ai eu parfois le sentiment de parcourir une manifestation parrainée par feu "Planète".
IMG_2933
Mondrian.
Nous sommes donc devant une manifestation volontariste qui défend des thèses peu conventionnelles et douteuses mais qui nous offre la possibilités de voir des oeuvres de belles qualités difficilement visible habituellement.
IMG_2934
IMG_2944
Manessier
IMG_2945
Cameron
IMG_2947
Jusqu'au 11 aout, tous les jours, sauf le mardi de 11h à 21h, le jeudi jusqu'à 23h.

Commenter cet article