pour se souvenir de Métropotamie (2)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Numeriser-copie-1.jpeg

Alain de Métropotamie

 

La postérité est souvent bien ingrate, mais en matière d'art, j'ai remarqué que cette ingratitude est souvent heureusement momentanée. Espérons qu'il en sera ainsi pour Métropotamie qui fut une des aventures artistiques les plus singulières et les plus intéressantes de la scène picturale française de la deuxième moitié .

 

Capture-d-ecran-2011-11-27-a-16.27.44.jpg

Saint Sébastien, La fabricaton des osties


Ce nom étrange recouvrait un collectif de deux peintres qui s'affublèrent de nom tout aussi bizarre. Il y avait Alain I er de Métropotamie et Saint Sébastien de Metropotamie.

 

Capture-d-ecran-2011-11-27-a-16.31.46.jpg

Saint Sébastien de Métropotamie, le retour du troupeau


Si on ne sait pas dans quelles conditions exactes ils se sont rencontrés, on peut supputer que le coup de foudre mutuel fut immédiat. La rencontre a lieu en 1979. Alain qui a alors à peine la trentaine a commencé depuis quelques temps une carrière de peintre. Il cherche un modèle pour un saint-Sébastien, il voit dans le garçon de dix sept ans qu'il vient de rencontrer un modèle idéal. Lorsque le futur saint-Sébastien rate son bac, la même année que leur rencontre, l'épreuve de français s'étant transformée en réquisitoire contre la société et ses professeurs, le lycée de Saint Germain le renvoie. L'adolescent décide de s'enfuir de chez sa mère (son père est décédé alors qu'il était encore enfant), infirmière à l'hôpital de Saint-Germain-en-Laye et surtout véritable marâtre. Il ne la reverra plus.

 

Capture-d-ecran-2011-11-27-a-16.34.01.jpg

Sain Sébastien de Métropotamie, troupeau de rombières sauvages


Le garçon trouve refuge chez son ami peintre. Un soir, après avoir travaillé un mois comme coursier au Louvre des antiquaires, avec son premier salaire, il achète le tableau sur lequel Alain l'a peint.

 

Numeriser-18.jpeg

Saint Sébastien de Métropotamie peint par Alain Ier de Métropotamie


Un jour que le jeune modèle agaçait le peintre en le regardant travailler, Alain lui flanqua pinceaux et peintures dans les mains.





 l'embarquement pour la Tendresse " (1982), Alain 1er de Métropotamie


Alain, qui était autodidacte, apprit au garçon ce qu'il savait; ainsi le modèle qui avait servi à la création du tableau d'un martyr de Saint Sébastien sortit de ce tableau en quelque sorte pour devenir à son tour peintre. Il choisit de s'appeler Saint Sébastien de Métropotamie. Ainsi commença une aventure picturale qui devait durer treize ans et n'être interrompu que le 31 juillet 1992 à la mort de Saint Sébastien de Métropotamie. Ils partagèrent tout ce temps un même atelier de 12 m2. Ils s'influencèrent mutuellement, s'encourageant à s'inspirer l'un de l'autre. Pourtant, même s'il y a une indéniable parenté entre les tableaux d'Alain et ceux de Sébastien, il est facile de repérer qui des deux est l'auteur de tel ou tel tableau. La facture des toiles de Sébastien, qui utilise le plus souvent l'acrylique, est plus léchée, plus précise que celle d'Alain. On peut y reconnaitre les influences directes de Courme, de Clovis Trouille et aussi celle d'Erro, avec de fréquentes incursions dans ses toiles de personnages historiques ou de figures et d'évènements contemporains à l'élaboration du tableau. S'y invitent également de nombreuses références autobiographiques. N'écrivait-il pas: << Nos images crient nos angoisses, nos désirs, nos fantasmes, la dérision de cette vie que l'on ne peut supporté que dans la liberté.>>. On y reconnaît sa mère, sa soeur, ses perroquets, ses chiens et son ami Joaquim Ferreira qui lui a fait connaître les lumières du portugal qui devint son pays d'adoption. La peinture d'Alain est plus originale, plus surréaliste, moins habile que celle de Sébastien. Elle a parfois la maladresse des tableaux de Magritte. Alain de Métropotamie a produit plus que Sébastien qui n'eut le temps que de peindre une soixantaine de toiles. Alain, quant à lui, doit être l'auteur du double; quelques rares oeuvres furent exécutées à quatre mains. Les images d'Alain sont hantées à la fois par l'antiquité romaine et par le paysage du métro parisien.

 

Numeriser-9.jpeg


En 1983 aux éditions Loris Talmart, ils font paraitre un manifeste illustré ayant pour titre leurs deux noms. Ils y attaquent à la fois la peinture figurative classique et l'art abstrait. On peut y lire des saillies que ne désapprouverait pas aujourd'hui un Jean Clair, telles que: << Les deux grands courants de peintures chiantes de notre temps: le premier est une mosaique de peinture ringarde à base de pots de fleurs, de marines, de portraits d'idiotes, de biche égarée dans un sous bois, de nature crevées, ect. Ce style figuratif n'évoque rien de précis. Il résulte d'un enseignement dispensé par des fonctionaires de l'art dans des conservatoires bidons; la personalité y est mal vue et l'imagination interdite. Ces tableaux sont un panachage de fauvisme, d'impressionisme. Ils peuvent pourtant être jiliment conçus et faire très chic accrochés au-dessus du buffet (...) Une classe sociale peureuse et dénuée d'imagination se reconnaît dans ces images: c'est une rengaine picturale qui rassure et berce les digestions du repas familial. Le deuxième, tourné vers un avant-gardisme dont les agents culturels nous inondent, n'évolue plus depuis belle lurette: Ses exécutants sont devenus des avant gardistes conservateurs. Ce sont des individus creux, paresseux, sans volonté, qui, un jour, lors d'une exposition, ou au travers de reproductions entrevirent là, le moyen d'exister avec le moindre effort.>> et plus loin: << Parce que les amateurs et les collectionneurs la considèrent trop souvent comme un simple investissement, la peinture d'aujourd'hui se trouve liée à l'idée de préciosité, et perd son sens primitif, celui d'être vue par tout le monde.>> 

 

Numeriser-10.jpeg

souriez avec Wharol, acrylique 116x89

(ce tableau a été volé en juin 1993 à Paris. Il fut aperçu quelques jours plus tard exposé à la vitrine d'un antiquaire du quartier Montparnasse. Un client non averti, a acheté cette peinture avant qu'il soit possible de la récupérer. A ce jour le tableau n'est toujours pas retrouvé. Une enquête judiciaire est ouverte. Pour toute information vous pouvez contacter le blog)


Saint Sébastien s'il était autodidacte en peinture était un fin lettré et connaisseur de l'histoire de la peinture tout comme Alain. Il y a de nombreuses allusions à des peintres célèbres dans leurs oeuvres, Chirico, Dali pour alain, Warhol Picasso chez Sébastien, chez qui en outre Mona Lisa était un personnage récurrent de ses tableaux.

 

Numeriser-11.jpeg

Histoire de pince tétine et tétine pincée, enfin déridée, huile 33x24, 1987, Saint Sébastien de Métropotamie


Il faut êtrez extrêmement attentif devant les toiles de Métropotamie pour en décrypter toutes les arcanes, car les citations, entre autres picturales, y sont nombreuses. J'ai cru par exemple, dans "l'embarquement pour la tendresse reconnaitre dans le garçon roux et fessu à l'avant de la barque un des choupinets peints jadis par Elisarion von Kupffer...

La peinture de Métropotamie se veut signifiante, narrative et non décorative. 

 

Saint Sébastien de Métropotamie, Mona au bistrot, 1990 


Pour faire connaître leur production, ils eurent la géniale idée d'éditer en grandes quantités des reproductions de leurs tableaux sous forme de cartes-postales. Ils en confiaient la vente à d'accortes jeunes gens qui, parcourant les rues, proposaient leurs images aux passants. Ainsi, rapidement, en quelques années leurs tableaux et leurs noms furent connus d'un vaste public, non seulement en France, mais aussi au Canada, au Portugal et en Amérique du sud. Cette démarche audacieuse n'était que l'application concrète du précepte qu'ils édictent dans leur manifeste: << La peinture ne vit que par la masse des regards.>>.

La notoriété de Métropotamie était-elle qu'en 1990 fut éditée une télécarte avec la reproduction de deux de leurs tableaux.

 

Capture-d-ecran-2011-11-27-a-16.23.02.jpg

 

Saint Sébastien de MétropotamiePaysage gainsbardique (1987) 


Métropotamie était suivi par quelques collectionneurs fidèles qui parfois n'attendaient pas que la peinture soit sèche pour acquérir une toile.

 

Numeriser-12.jpeg

Le temps, huile 65x54, 1987, Saint Sébastien de Métropotamie


Est-ce cette reconnaissance populaire d'hier, qui déjà n'était pas du goût du microcosme de l'art parisien, que par son silence, l'intelligentsia fait payer à ces artistes à l'intégrale originalité.

 

Numeriser-14-copie-1.jpeg

Alain de Métropotamie (à gauche sur la photo) et Saint Sébastien de Métropotamie peignant dans leur atelier

Numeriser-13.jpeg

 

Numeriser-16.jpeg

Saint Sébastien de Métropotamie


Il y a longtemps qu'Alain, qui ne peindrait plus n'a pas donné de ses nouvelles... Les cendres de Saint-Sébastien furent dispersée dans les rue de Lisbonne par Joaquim. 


Numeriser-1.jpeg

Enlèvement de saint Sébastien dans de difficiles conditions (huie 100x81), Saint Sébastien de Métropotamie

 

Numeriser-2-copie-1.jpeg

Le martyre de saint Sébastien (huile 33x24), Saint Sébastien de Métropotamie)    

Numeriser-3.jpeg

Alain Ier de Métropotamie

 

Numeriser-4.jpeg

 attaués par un essaim de lunettes, 1985,Saint-Sébastien de Métropotamie

 

Numeriser-5.jpeg

Les jeux du cirques (huile 146x114), 1985, Saint-Sébastien de Métropotamie

 

Numeriser-6.jpeg

Saint-Sébastien de Métropotamie

 

Numeriser-7.jpeg

Alain de Métropotamie

 

fotofotofoto 3979

 

Pompéi vu par Alain 1er de Métropotamie

 

Nota

1- Ce billet doit beaucoup à Joaquim Ferreira qui a eu l'obligeance de répondre à mes questions et me fournir de nombreux documents.

2- Si vous êtes intéressé par l'achat de tableaux de Sébastien de Métropotamie, il y en a une douzaine de disponibles, vous pouvez me contacter par l'intermédiaire du blog.

3- Je cherche toutes images des tableaux d'Alain de Métropotamie ainsi que des renseignements biographiques sur ce dernier.

 

Pour retrouver Métropotamie sur le blog

 

 

Numeriser-19.jpeg

Le bout de la plage, acrylique 60x80, 1991, dernière toile peinte par Saint Sébastien de Métropotamie    

Publié dans peinture

Commenter cet article

Patrick Ravella 26/07/2014 09:09

En janvier 1984, j'avais découvert par hasard une exposition de Métropotamie à Paris, et acheté le livre "Alain 1° et Saint Sébastien" que je viens de relire ce matin. Merci pour toutes les infos présentes dans votre article.
P.R.

lesdiagonalesdutemps 30/01/2015 14:31

Je ne connais pas la cote de cet artiste mais sauf lorqu'il s'agit d'artistes très célèbres et qui ont fait peu de lithographies cela n'a pas beaucoup de valeur.

alain 30/01/2015 13:43

il ce trouve que je possède quelque reproduction signés,, de ces artistes,, ce sont des lithographies sur papier vélin .... suite a une succession ,, je ne sais pas ce que c'est ce qui me parait bizarre elles sont datés de 1996 pour Sébastien .... une de alain 1991,,, au dos une estampille de METROPOTAMIE ... M FERREIRA avec tél ,, il y a 5 lithos de sébastien et 1 de alain,,,, au format de 40/30 pour le vélin et les lithos n'ont pas les même dimension chacune qu'est que ça vaut ce truc ???

B.A.. 26/07/2014 18:34

Je suis heureux que ce modeste billet ait pu vous informer. Je suis toujours à la recherche d'informations et de reproductions de ces artistes

JQOAQUIM 30/11/2011 17:43

Merci por ce bloog. Merci pour lui: S.S de M.

lesdiagonalesdutemps 30/11/2011 17:57



Si vous voyez des inexactitudes ou des compléments possible à mon article n'hésitez pas à me les communiquer. Prochainement je ferai un autres billets avec des reproductions des tableaux de Saint
Sébastien de Métrpotamie.