pour se souvenir de l'exposition DVARAVATI au Musée Guimet

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

Image_11.
Je ne vous parlerais pas beaucoup de cette petite mais belle exposition, tout simplement parce que je suis parfaitement ignorant du sujet. En outre comme l'avouent eux même les organisateurs, on ne connait que très peu de choses de cette civilisation de Dvàravati qui vit l'émergence du bouddhisme en Thailande aux alentours du VI ème siècle. Il n'en reste que de superbes sculptures, comme celle du Bouddha entouré de najas, mais qui ont été ensuite réutilisées dans des contextes différents de ceux qui les avaient vu naitre et quelques vestiges architecturaux de monuments religieux.

b3

b4
.
Hors l'érudition la visite apporte une jouissance immédiate due à la sérénité qui se dégage des statues du bien heureux, autre nom du Bouddha; d'ailleurs j'ai remarqué que, le soir du vernissage, contrairement à l'habitude, l'assistance généralement pépiante était presque silencieuse, comme recueillie...
A mon sens l'érotisme n'est pas complètement absent des représentations du Bouddha. Il apparait sous la forme du rendu étonnant de la transparence du voile couvrant le torse du dieu dont les pointes des seins tendent la tunique.
Je suis sorti de cette exposition curieusement apaisé, le sourire du bienheureux est contagieux...

b2

Commenter cet article