Pour se souvenir de l'exposition Jacques Martin à la Maison de la bande dessinée à Bruxelles

Publié le par lesdiagonalesdutemps

blublu-1499.JPG 

 

 

Voici une petite exposition admirable dans sa modestie et le sérieux de son installation que ne peuvent pas manquer les amoureux d'Alix dont je suis depuis l'âge de neuf ans lorsque je reçus en cadeau l'album "La tiare d'Oribal", paru à l'époque aux éditions du Lombard; quelle nostalgie! pour ces albums aux dos rouge et toilé, avec ces losanges verts et jaune sur la quatrième de couverture... La maison de la Bande déssinée de Bruxelles, nom un peu pompeux pour une librairie augmentée d' une belle salle d'exposition, mais où l'on se sent si bien qu'en fait, elle n'usurpe pas le nom de maison. Une visite à l'exposition permet de répondre aux questions que posait François Rivière  dans son texte pour le chaleureux album des éditions Helyode, "Images d'Alix", << Mais comment retrouver le temps perdu? Comment renouveler l'enchantement passé, comme fané au soleil des étés enfuis? >>.

 

blublu-1471.jpg

 

 

Dés l'entrée, il ne vous en coûtera que 2€ pour en franchir le seuil, nous sommes accueilli par le buste du maître.

 

 

 blublu-1498.jpg

 

blublu-1488.jpg 

 

dessins de voitures et avions pour les pages techniques du journal de Tintin

 

 blublu-1494.JPG

 

Capture-d-ecran-2013-08-25-a-17.31.50.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-08-25-a-17.32.11.jpg

 

Un tiers de l'accrochage est dévolu à Lefranc, pour lequel je n'ai pas la même passion, mais qui permet à Jacques Martin d'exprimer son amour pour les belles mécaniques.

 

Capture-d-ecran-2013-08-25-a-17.32.32.jpg

 

Capture-d-ecran-2013-08-25-a-17.32.49.jpg


Et puis nous arrivons au royaume d'Alix, balayons d'entrée la petite critique que je ferais quant au choix des pièces exposées, par exemple celle de la sous représentation d'Arbacès ce méchant parfumé et couvert de bijoux; même si je ne suis pas de ceux qui, comme Jean Boullet, ne retint de la lecture de l'édifiant "Quo Vadis" que la figure de Néron. Néanmoins mes très jeunes années ne furent pas indifférentes au charme maléfique du grec. Il y en a une bien belle représentation, trouvée, dans le déjà cité "Image d'Alix" qui outre de beaux dessins, contient un texte ciselé de François Rivière .

 

 blublu-1477.JPG

 

 

Il est toujours intéressant de découvrir les couvertures auxquels vous avez échappé comme le titrait jadis un mensuel. Plusieurs vitrines nous montrent des essais pour des couvertures d'albums qui ne furent pas jugés concluants.

 

blublu-1478.jpg

 

 blublu-1479.jpg

 

blublu-1480.JPG

 

 

On découvre, ou mieux pour les plus âgés, on retrouve avec émotion, les couvertures de feu l'hebdomadaire Tintin, dessinées par Jacques Martin.

 

blublu-1482.JPG

 

C'est dans la deuxième aventure d'Alix qu'arrive Enak. Il faut préciser que l'exposition ne couvre que les premiers albums de la saga antique. Les ennemis du jeune gaulois, à commencer par Arbacès, ne seront pas long à déceler chez Enak son talon d'Achille. Le jeune égyptien endurera bien des avanies durant toute la série. Il n'est pas difficile de repérer chez Martin une certaine propension au sado masochisme.

 

blublu-1483.jpg

 

blublu-1492.JPG

 

blublu-1491.JPG

 

blublu-1486.JPG

 

 

Comme vous ne serez pas sans le remarquer, si l'éclairage est parfait pour pouvoir admirer planches et dessins originaux, il n'est pas idéal pour la photographie... Si Arbacès est peu présent dans l'accrochage il n'en est heureusement pas de même pour Enak, de nombreux dessins originaux le représente y compris dans son intimité avec Alix...

 

blublu-1496.jpg

 

 

 

Peut-être encore plus émouvant que les originaux des planches, sont les crayonnés, surtout ceux pour les grands dessins qui ornaient les couvertures de Tintin et faisaient battre nos coeurs enfantins...

 

 blublu-1481.jpg

 

blublu-1495.JPG

 

 

Contrairement à Hergé, Jacques Martin a souhaité que ses personnages lui survivent. Homme prévoyant à l'imagination prolifique, il a assuré l'avenir de ses séries phares par de nombreux scenarii et la formation d'assistants tout au long de ces dernières années. 

 

blublu-1472.JPG

 

blublu-1473.jpg

 

blublu-1474.JPG

 

blublu-1475.jpg

 

 

Il y a encore bien des merveilles dans cette petite exposition par la taille, mais grande par l'amour et le plaisir mis pour la réaliser, plaisir qui se transmet au visiteur. Soyez vigilant je précise encore que l'exposition se tient à la Maison de la Bande Dessinée , qui, peut-être pour entretenir la confusion indique muséum au dessus de l'entrée (!?) et non au Musée de la Bande-Dessinée qui néanmoins mérite toujours une visite, pour la plongée dans l'enfance qu'il procure et aussi pour le magnifique bâtiment d'Horta qui l'abrite.

 

blublu-1476.JPG

 

blublu-1484.jpg

 

blublu-1485.jpg

 

blublu-1487.jpg

 

blublu-1489.jpg

 

blublu-1497.JPG

 

 

Il y a quelques années Jacques Martin m'avait fait ce dessin de ses deux héros nus, depuis il orne mon bureau, vous ne verrez pas cette image dans l'exposition, ce soir je suis heureux de la partager avec vous qui me lisez...

 

blublu-1522.JPG 

 

 

 

Exposition Jacques Martin

du 21 septembre 2007 au 29 février 2008

La Maison de la Bande dessinée

Boulevard de l’Impératrice, 1 

1000 Bruxelles 

 

 

Pour retrouver Alix et Jacques Martin sur le blog

Deux vidéos de Jacques Martin interviewé sur Youtube en 1 et en 2

Tous les Alix chroniqués sur le blog d'argoul 

Pour ne rien manquer de l'actualité "martinienne" il faut aller sur l'indispensable site alix mag

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

xristophe 01/04/2013 22:23

J'ai un texte un peu long (mais amusant) sur ce sujet et n'ose me lancer à le débiter sans précaution peur d'être interrompu comme il m'est arrivé déjà : le texte explose comme une bulle de savon,
c'est très frustrant. Me diriez-vous la plage de temps qui nous est impartie pour un texte? et je couperai le mien en morceaux s'il faut. Merci !

lesdiagonalesdutemps 02/04/2013 07:13



vous pouvez scinder votre texte. Je ne savais pas que les textes de commentaires trop long était refusé. Je suis toujours content de lire des commentaires. Comme vous le savez je les filtre mais
je suis fort tolérant comme vous aves pu le constater.



xristophe 30/03/2013 19:25

Alix au lit avec Enak boudant... surtout en esquisse crayonnée - dessin plus fin je trouve que "finitionné" en couleurs... et puis les deux amis tout nus dédicacés pour votre cheminée - merci,
c'est un gentil cadeau... Je sentais bien qu'il y avait un vie (privée) sous la tunique un peu amidonnée de ces garçons... (Mais - depuis que j'ai découvert - quel choc récent ! - grâce à vous
l'existence de cet auteur de bd en anglais (j'ai oublié son nom)l'une sur une affaire d'empereur romain assez salée et aussi une sur le dépucelage moderne d'un jeune cycliste qui aime ça, il me
semble connaître enfin (dans la première) la vraie vie cachée des petits garçons romains antiques, Alix/Enak compris, et j'avoue que c'est un grand trouble, inondant rétrospectivement mes lectures
enfantines qui d'ailleurs n'étaient pas tout à fait innocentes et qui subodoraient un manque...

lesdiagonalesdutemps 30/03/2013 19:57



L'anglais dont vous me parlez est Zack alias Olivier Frey qui n'est pas un mauvais ni au scénario ni surtout au dessin mais tout de même pas du calibre de Jacques Martin. Les relations entre Alix
et Enak sont à peu près conforme à ce que pouvait être des relations dans la Rome à la fin de la république. Je vous rappellerais qu'entre citoyens romains il ne pouvait être question de
pénétration, seul l'anus de l'esclave était praticable pour qui aimait cette voie. Le citoyen romain consentait à pénétrer sa femme non sans répugnance que pour avoir des enfants. Le fin du fin
chez le romain et la romaine était les bisous (mais pas le french kiss) et les caresses (le romain était un grand tateur ce qu'il est resté). Du moins dans les classes supérieures de la société
car on ne connait pas grand chose des us et coutumes de la plèbe.