pour se souvenir de Kurosawa au Petit Palais

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

IMG_3837

k1.

A ceux qui verront cette exposition, les chanceux, le nom de Kurosawa (1910-1998) n’évoquera plus ensuite seulement un cinéaste mais un peintre et un peintre de première grandeur.
Si la visite au Petit-Palais me semble incontournable, il faut savoir que l’on en sort frustré d’avoir vu si peu de pièces et malheureusement accrochées le long d’une sorte de long couloir.
Mais qu’importe puisque nous sommes devant une véritable révélation. En ce qui me concerne, si je savais que la première vocation de Kurosawa, était la peinture, je n’avais vu que ses œuvres que celles se rapportant à Ran, lors de la sortie de ce film en salle. Ce qui est curieux c’est que c’est la nécessité de subvenir aux besoins de sa famille qui la détourner de la peinture et la amené au cinéma.

IMG_3839
.
IMG_3838

Les cartouches nous expliquent que souvent ce que l’on voit,     est une scène d’un futur film que Kurosawa voulait tourner. Pour inciter les producteurs à mettre de l’argent dans le projet, il leurs montrait le dessin. Les œuvres exposées sont liées aux derniers films ou projet du cinéaste, “Kagemusha”, “Ran”, “Rêves”, “Madadayo”, “Umi wa mateita”. Mais ces images peuvent se regarder même si l’on a pas vu les films  auxquels elles se rapportent. Elles sont néanmoins de précieux éléments pour décrypter le processus créatif du cinéaste, ceci dit il serait très réducteur de les considérer comme de simples morceaux de story board. Le fait que je n’ai pas vu “Madadayo” ne m’ empèche pas de considérer les travaux ayant trait à ce film comme les plus beaux et les plus émouvants de toute l’exposition (Madadayo existe-t-il en dvd ou en téléchargement avec des sous-titres français ou anglais?). Ils évoquent la personnalité d’un  professeur, d’un intellectuel que j’imagine comme un pacifiste en tant de guerre et qui m’évoque les écrivains dépeints dans le génial manga de Tanigushi “Au temps de Botchan”...

IMG_3840

k2.

Comme ses films, les dessins de Kurosawa ne se rapportent pas qu’à un seul genre. Ils ne relèvent pas d’une seule “optique” (il y a aussi bien des gros plans que des panoramiques). On y trouve de la peinture de bataille, des scènes de genre, des portraits, des paysages... Mais peut être que la qualité première de ses œuvres est la science de la lumière, de l’éclairage des scènes qu’elles représentent.

IMG_3841
Une créature issu de "Rêve" qui n'est pas sans rappeler certaines figures de Baselitz
k301
.  
Il se dégage de tous ces dessins un extraordinaire pouvoir d’évocation. C’est d’autant plus remarquable que Kurosawa pour cela utilise que de modestes moyens, crayons de couleur, stylos à bille, gouache, ceux que n’importe quel écolier à sous la main dans son quotidien. Le support de ses merveilles est une simple feuille de papier ordinaire, parfois issu d’un grand cahier de format relativement modeste. Il ne faut pas plus que quelques centimètres carrés à Kurosawa pour faire naître le tumulte des batailles (Kurosawa devait bien connaitre Uccello.), la fureur de la vengeance ou une méditation face à un ciel étoilé.

IMG_3845

IMG_3850
.
Certaines influences sur la peinture de Kurosawa sont évidentes en particulier celle de Van Gogh dont on peut remarquer plusieurs citations, mais on dicernera assez facilement aussi celles de Picasso, de Munch, Chagall... Curieusement le travail de Kurosawa rappelle celui d’un autre grand du cinéma, Trauner. Il faut savoir que Kurosawa est un pur produit de l’ère Meiji (1867-1912), époque où le Japon s’ouvre à l’occident. Ce qui explique que ses maîtres soit surtout ceux de la peinture européenne, même si l’on peut également retrouver dans les dessins de Kurosawa, l’influence des grands artistes de l’estampe japonaise. Cette admiration va se confronter à une tradition familiale car si son père est très ouvert aux idées nouvelles, il est aussi issu d’une lignée de Samouraï. Une des grandes originalités de l’oeuvre de Kurosawa est qu’il applique des techniques et des références occidentales à des thèmes purement nippons.

IMG_3843

IMG_3844.

Emerveillé à la sortie de ce couloir, on se pose de nombreuses questions quant à la tenue de cette exposition. Pourquoi est elle aussi modeste en regard de la notoriété de l’artiste et par la même aussi partielle (80 dessins tout de même). En outre elle se déroule dans une quasi clandestinité, je n’ai lu aucun article sur cette manifestation et vu que très peu d’affiches sur les murs de Paris. Je n’ai appris son existence que grâce à ma visite à la FIAC qui se déroulait en face, au Grand Palais.

IMG_3846

IMG_3847
.
Si bien peu de choses nous est dit sur la pratique des arts graphiques par Kurosawa dans les textes accompagnant les dessins, et pas plus dans le bel objet qu’est le catalogue, on peut supposer que Kurosawa n’a pas peint que les dix dernières années de sa vie, alors pourquoi une exposition aussi seulement sur une période allant de 1980 à 1998? Kurosawa mérite une grande rétrospective, voilà un chantier pour la cinémathèque par exemple.
Kurosawa est l’exposition à Paris la plus surprenante de cette fin d’année.

IMG_3848

k401.



IMG_3849.

Commenter cet article