pour se souvenir de Kandinsky au centre Pompidou

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

k1

Je m'aperçois qu'il ne reste plus que deux jours pour voir ce qui a été pour moi une des plus belles expostions de peinture que j'ai pu voir dans ma vie. Mais que dire sur l’exposition Kandinsky sinon qu’il faut y aller tant elle est exemplaire par la qualité des oeuvres exposées de cet artiste qui est un de ceux qui ont le plus révolutionné la peinture au XX ème siècle, que par la remarquable pédagogie de l’accrochage, qui chronologique montre bien l’évolution dans l’oeuvre du peintre. On peut juste repprocher aux commissaire de pecher par forfanterie lorsque dans le catalogue, indispensable pout les amoureux de la peinture moderne, de laisser entendre que seul les trois musée co-organisateur de la rétrospective soit le Centre Pompidou, la stadtische galerie de Munich, d’où vient l’exposition, et le Solomon Guggenheim museum de New York où elle ira à partir du 18 septembre après avoir quitté Paris, le 10 aout, auraient des oeuvres majeurs de Kandinsky. C’est oublier entre autres quelques belles toiles et dessins que l’on peut admirer au musée de Nantes et à New-York même, le bel échantillonage qui se trouve au MOMA.
Après avoir admiré les toiles je vous conseille de lire le catalogue, puis de revenir devant les tableaux pour une deuxième visite.

k2

Ces derniers temps où l’on a parlé beaucoup d’Europe, mais bien mal, il est bon de méditer sur la destinée de ce grand européen que fut Kandinsky condamné à l’ errance dans son continent en raison de son exigence morale et de l’idée intransigeante qu’il se faisait de son art. Il nait au sein de le grande bourgeoisie russe mais étouffe dans ce milieu où bien qu’amoureux de l’iconographie russes, il comprend vite que son art ne pourra pas se développer dans son pays natal. Il va chercher le renouvellement de son inspiration dans l’Allemagne du début du XX ème siècle dans laquelle la peinture est en pleine effervescence. Pays dont il sera chassé par le nazisme et lorsque la France sera occupée, Kandinsky refusera de partir aux Etats-Unis. Il disparaitra à Paris au lendemain de la libération de la ville... fidèle à son idée de l'Europe. Kandinsky est le symbole d'un art désangagé d'un artiste très conscient de son temps.

IMG_4904.


k3.

k4.

IMG_4903.

IMG_4909.

Commenter cet article