pour se souvenir de Billy Elliot au Victoria Palace Theatre à Londres

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

BillyElliot.

 

Pour ceux qui curieusement n'aurait pas vu le film, les passant sur ce blog ne doivent pas être très nombreux dans ce cas, voici le pitch de cette comédie musicale: Dans une région minière du nord de l'Angleterre, la passion de Billy, un garçon d'une douzaine d'années, pour la danse ne plaît guère à son père. Encouragé par son professeur de danse, Billy entretient un rêve secret : intégrer le Royal Ballet School, une prestigieuse institution britannique...

Fox_Jackson_Keen_3.

Billy Elliot, la comédie musicale a débuté à Londres en 2005 au Théâtre Victoria Palace. Elle est basée sur le film Billy Elliot de Stephen Daldry qui assure la mise en scène du show et Peter Darling pour la chorégraphie, tout comme dans le film. Ce dernier est sorti en 2000 avec l'inoubliable Jamie Bell dans le rôle titre. Le livret est écrit par Lee Hall qui avait rédigé le scénario du film. Le scénario de Hall a été inspiré partiellement par l'œuvre de A. J. CroninSous le regard des étoiles. La chanson préliminaire du musical est un hommage à l'écrivain et à son livre. . La musique est due à Sir Elton John en grande forme pour l'occasion. Transformer un film aussi célèbre, il est vraiment culte en Angleterre et pour une fois le terme n'est pas galvaudé, était une véritable gageure; car par exemple presque chaque spectateur se souvient de Julie Walters en tant que professeur de danse et de Gary Lewis dans le rôle du père. Malgré toutes les réticences que l'on pouvait avoir, le spectacle a connu d'emblée un succès à la fois public et critique. Succès qui ne s'est pas démenti depuis, ce qui n' est que justice en regard de l'excellence des acteurs que j'ai vu évoluer sur la vaste scène du Victoria Palace Theater, alors qu'une grande partie de la troupe a été renouvelée depuis la création. La première a eu lieu en mars 2005 au Victoria Palace Theatre à Londres. Cela ne pouvait d'ailleurs pas être autrement pour le rôle de Billy Elliot car dans le cas contraire, cinq ans après sa création les acteurs n'auraient plus l'âge de l'emploi.


billy_generic_416x300.


Ils faut parler au pluriel, car en raison de la législation britannique, il faut quatre garçons pour tenir, en alternance, ce rôle écrasant. D'autres emplois, comme celui du père ont aussi plusieurs titulaires. Le soir où j'ai assisté à la représentation, c'était Fox Jackson-Keen qui tenait le rôle de Billy dans lequel il est époustouflant. Ce jeune gymnase a des qualités physiques extraordinaires, une précision dans le jeu digne de la Shakespeare compagnie. Il passe d'un numéro de gymnastique, digne d'une compétition internationale, à une scène d'émotion ou à une chanson dans laquelle sa voix cristalline fait merveille. Sa seule très relative faiblesse serait la danse (j'ai pu le comparer, grâce à la toile, à ses petits camarades dans les extraits dansés, mais eux, citons les, Dean Charles Chapman, Ollie Gardner, Tom Holland, n'ont pas son extraordinaire talent gymnique), pour avoir fréquenté longuement les danseurs il y a quelques années, je peux affirmer que s'il a le corps d'un gymnase il n'a pas celui d'un futur danseur étoile. Mais qu'importe puisqu'il a déjà l'étoffe d'une star.


medium

.

Le rôle de Billy Elliot exige énormément du jeunes acteurs. Il doit avoir entre 9 et 13 ans (Fox Jackson-Keen est le plus vieux de l'actuel quatuor des Billy puisqu'il a quatorze ans; mais à le voir il est difficile de lui en donner plus de 12… ), être un danseur formidable et avoir une voix d'une intacte beauté (la mue est fatale pour le jeune interprète). Généralement, les garçons qui jouent Billy sont âgés d'environ 12 ans et ont une expérience de danse d' au moins 3 ans avant d'auditionner pour le spectacle. Souvent, ils ont étudié le ballet, les claquettes, le jazz et la danse contemporaine. Ils ont presque toujours déjà participé à plusieurs concours avant leur audition. S'ils sont retenus, les candidats doivent déménager à Londres et vivre dans la Billy Elliot House. Là, ils poursuivent leurs scolarisées normales en plus de travailler le chant et la danse.

billy_elliot_london_show

.

Ce qui stupéfie le spectateur français c'est la polyvalence de chaque acteur. Tous savent chanter, jouer et danser à la perfection. J'ajouterais qu'ils ont tous une diction impeccable, malgré l'accent qu'ils doivent avoir puisque l'action se passe dans le nord de l'Angleterre, mais certains comme Fox Jackson-Keen parle et chante un anglais très B.B.C. Un tel spectacle serait impossible à monter à Paris pour plusieurs raisons. La première est celle des acteurs français, ne parlons même pas des enfants, car presque aucun ont les qualités que requiert un musical (les très très rares qui les possèdent font carrière en… Angleterre). L'acteur français est du type buche, et ce ne sont pas les moult écoles de théâtre qui encombrent le paysage qui peuvent les hisser au niveau de l'excellence de nos voisins britanniques. Et puis où trouver dans l'hexagone des gens qui ont un enthousiasme égal à ces merveilleux comédiens anglais?

jackie_clune_416x300.

Il faut dire que lorsqu'un jeune garçon anglais annonce à ses géniteurs qu'il veut faire du théâtre, auquel le plus souvent il a été initié des les toutes premières année de sa scolarité, il n'est pas houspillé et échappe à la sentence: passe ton bac d'abord; Au contraire, il est presque toujours soutenu par eux. En Angleterre, le théâtre a des lettres de noblesse (parfois au sens propre du terme) qu'il n'a pas dans l'hexagone.

Fox_Jackson_Keen_51_300x200.

Une deuxième raison pour lequel nous sommes pas prêt de voir un spectacle comparable monté à Paris, est économique. Je suis ébahi de voir sur une scène londonienne privée, une oeuvre servie par plus de quarante comédiens hautement professionnels auxquels il faut ajouter une dizaine de musiciens, les malheureux sont coincés sous la scène, seul le chef d'orchestre est visible. Je parle seulement de ce que le spectateur voit; on peut penser qu'il y autant de personnes; tout autant professionnelles dans les coulisses. Comment le Victoria Palace Theatre peut-il équilibrer ses comptes? Pour moi c'est un mystère complet. Le théâtre Victoria a une belle capacité mais ce n'est pour la contenance ni l'opéra de Paris ou de La colline. Le prix des places assez élevées mais pas plus que pour une représentation au Marigny, ou au théâtre de l'oeuvre. Comment font-ils? Alors que sur nos scènes parisiennes, nous avons surtout nos inéfables "comiques" (ces calamiteux ne me font pas rire, j'en suis resté dans le domaine à Fernand Reynaud et à Raymond Devos) soit une personne sur scène!

Fox_Jackson_Keen_4_183x300.

Autre incommensurable surprise pour un froggy est que ce divertissement est hautement politisé. Le spectateur français féru d'opérette a un peu de mal à faire la fusion entre "Castagnettes et mantilles" et "Mère Courage". Ce conte tragi-comique se déroule sur fond de grève des mineurs sous l'ère de Margareth Thatcher. La dame de fer n'est pas épargnée par la mise en scène qui la montre en grande manipulatrice aussi ridicule que démoniaque. Les travaillistes ne sont pas beaucoup mieux traités.

Foxreduced.

Il serait injuste de réduire Billy Elliot au seul rôle titre. Une des grandes forces de ce musical est le travail sur les personnages secondaires; ce qui leurs donnent une densité à la moindre prestation, rare dans ce type de spectacle. Certains rôle sont très fouillés. Comme par exemple celui père, ou celui de Mrs. Wilkinson, la professeur de danse désabusée. Elle a raté sa carrière mais décèle le talent de Billy. Elle se bat pour qu’il puisse avoir une chance d’échapper à sa condition. Le rôle est actuellement tenu par Joanna Riding, qui est éblouissante. Complexe encore, celui de la grand-mère, un peu gâteuse mais plein de tendresse pour son petit-fils qu'elle prend, malgré son jeune âge, pour confident. Ann Emery interprète merveilleusement cette touchante figure.

Corey_Snide__Billy__in_Billy_Elliot_the_Musical__photo_by_David_Scheinmann

un autre Billy.

L'acteur qui m'a le plus enthousiasmé est le jeune George Maycock dans le rôle de Michael qui du haut de ses douze ans possède une énergie et un potentiel comique extraordinaire.

billy_brad

Brad Wilson est un autre Billy Elliot

Le décor assez naturaliste est astucieux, comme le démontre les deux grands tiroirs qu'actionnent les comédiens eux-même. Ils nous révèlent, l'un la cuisine des Elliott, et l'autre les urinoirs de l'école du futur danseur. Habile également le mécanisme qui fait sortir la chambre de billy, perché au sommet d'un escalier, de la scène pour l'élever vers les cintres.

billy_tom

Tom Holland est un autre Billy Elliot

Dés les premières minutes de la pièce on est subjugué par l'excellence de tous les acteurs qui semblent tous jouer comme si la représentation à laquelle nous assistons était la dernière prestation sur scène de leur vie. On est également ébloui par l'intelligence de l'utilisation du plateau, vaste, mais pas trop grand, pour la quarantaine d'artistes qui, y exécutent des ballets époustouflants, réglés au millimètre.

Vous avez compris que je vous engage à traverser la Manche d'urgence, d'autant que c'est peut être la dernière saison pour voir ce musical d'exception. On m'a dit grand bien également du Billy Elliott de Broadway mais il me semble qu'il est préférable de le voir dans "son jus" à Londres…

:

 

 

Billy Elliot à New-York, coté jardin

 

La grande photographe Rachel Papo a photographié L'entrainement des Billy Elliot à New-York. D'autres belles image sur son site.

billy1

 

billy2

 

billy6

 

billy7

 

billy9

 

billy10

 

billy15

 

billy25

Commenter cet article