Phénomènes

Publié le par lesdiagonalesdutemps

18945558_w434_h_q80
Bonne nouvelle (pour lui) Ed Wood n'est pas mort, mauvaise nouvelle pour les spectateurs, il continue de faire des films. Lassé de s'entendre dire qu'il était le plus mauvais cinéaste du monde, il a changé de nom et, géniale idée, d'aspect aussi. Pour cela il a demandé à Peter Sellers, après avoir vu "La party" comment se grimer en hindou calamiteux. Le public ne s'est rendu compte de rien. Ses films sont encore plus mauvais qu'avant mais comme il s'est affublé d'un prénom ridicule et d'un nom imprononçable, la critique toujours avide d'exotisme se paluche avec extase devant chacun de ses nouveaux étrons. Le dernier "Phénomène", le phénomène en question doit être le nombre d'entrées pour une telle daube, est une série Z, au scénario grotesque, mal écrit, mal filmé, mal joué doté une "morale" d'un conformisme niaiseux: soyez gentil avec les arbres et faites des enfants à votre femme. L'idée de départ, massacrée par le réalisateur, une épidémie de suicides, n'est même pas originale. Elle a été empruntée à un manga, "Le club des suicidés", comme a été emprunté l'élément qui devrait faire peur, alors qu'il ne fait que sourire, cette fois à "Lost". Les acteurs sont exceptionnellement mauvais, les seconds rôles ont des tronches de cake et semblent ne jamais savoir ce qu'ils font dans le cadre. Le rôle principal est assumé par Mark Wahlberg dont ici le visage est aussi expressif qu'un steak oublié sur le billot. Comme on l' a vu bien ailleurs, on peut penser que c'est la direction d'acteur qui est en cause. Voyant avec joie arriver la dernière séquence qui me libérerait de se pensum, j'ai eu deux plaisirs fugitif d'abord de reconnaître Les Tuileries puis Cyrille Thouvenin, toujours aussi beau, mais ici, jouant aussi mal que le reste de la distribution. Et puis, pour la première fois du film, l'effroi m'a saisi. Il n'allait pas se terminer! Cette histoire idiote allait recommencer à Paris. Mais ouf le générique m'a délivré. En sortant je me suis demandé si le réalisateur avait eu tout de même une ultime bonne idée (certes très coûteuse), celle de faire une fin personnalisée pour chaque pays dans lequel le film serait projeté, mais paraitrait-il, même pas. Et je n'irais pas m'infliger une deuxième fois cette punition dans une autre contrée pour le vérifier.

Commenter cet article