Pensée magique d'Augusteen Burroughs

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

9782264048394

 

 

Augusteen Burroughs peut se targuer, avec “Pensée magique” d’avoir inventé un nouveau type de livres, celui du bonus littéraire. Bonus littéraire comme on parle de bonus d’un film sur un dvd. Pensée magique est le bonus de “courir avec des ciseaux”, de “Déboire” et sans doute du dernier opus de l’auteur, “Un loup à ma table” que je n’ai pas encore lu. Il est en effet difficile de considérer “Pensée magique” comme un ouvrage autonome, mais un peu comme les pages tombées, comme on le dit dans l’édition, de ses autres livres, l’équivalent des scènes coupées d’un film.

On y retrouve le double littéraire de l’auteur, chronologiquement, de sept ans à l’aube de la quarantaine. Le livre se compose d’une suite de nouvelles d’une dizaine de pages chacune dont le héros récurrent est Augusteen. S’ils étaient un peu moins “salés” on aurait pu rencontrer ces textes dans le "New Yorker", "Esquire" ou même le "Reader Digest"…

Les nouvelles sont presque toutes humoristiques, ce qui n’exclut pas que parfois l'émotion pointe. Malgré la légèreté du livre tant par sa forme que par son fond, Burroughs glisse quelques réflexions beaucoup plus profondes que le ton souvent cocasse risque de masquer, notamment à propos de la foi. Plus loin, on trouve encore cette charge, que je trouve aussi piquante que pertinente, << … J'en conclus que dieu était aux adultes ce que le père noel était aux enfants. Mais j'aimais l'image de cet homme nu, les bras écartés, comme pour remercier le public après son show.>>.

Ce qui différencie Burroughs de maint pratiquants de l'auto fiction, c'est la lucidité et la décontraction avec laquelle, il se décrit.

Dans certains chapitres, on retrouve dans “Pensée magique” la verve iconoclaste qui irradie constamment “ courir avec des ciseaux”..

Vous comprendrez que si je vous recommande cet opuscule fort distrayant, en particulier dans les transports, son découpage et son action euphorisante m'y paraissent bien adaptées, je vous conseille néanmoins d'éviter que votre voisin de compartiment ou d'aéroplane soit trop curieux…

 

Publié dans livre

Commenter cet article