Paul Cadmus 3

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

350px-The_Fleet%27s_In.jpg
magnify-clip.png
The Fleet's In, Paul Cadmus, 1933.

Enfin, le parfum de scandale se dissipe au profit des honneurs, en 1974 il est élu au National Institute of Arts and Letters , et en 1979 à la National Academy of Design. En 1981, trois musées organisent des expositions rétrospectives de l’ensemble de son œuvre, et en particulier de celles qui lui valurent opprobre et censure.

En 1949 Cadmus fait un voyage en France et en Italie accompagné par un jeune peintre qui est aussi alors son amant, George Tooker. Ce dernier subira dans son travail l’influence de son aîné. Mais plus tard, il donnera une représentation de Coney Island bien éloignée de celle de son maître. Cadmus en rapporte une vision très personnelle du Finistère. Dans les années 50, il n’aura rien perdu de sa causticité ravageuse pour brosser une scène de bar italien qu’il aurait du titrer "le pugilat".

 

 

Bar+Italia,+1953-55.jpgBar Italia, 1953–1955

 

On peut écouter un commentaire de l'artiste sur le site du Smithsonian.

Bien qu'on voie les Due Torri dans le fond on n'est pas ici plus spécialement à Bologne qu'ailleurs, l'architecture dépeinte étant une synthèse imaginaire de plusieurs villes italiennes. Cadmus s'est représenté, la main sur la joue, derrière la balustrade à l'aplomb du pilastre de gauche - entre lehustler en marcel rose et l'homme à la cravate jaune. Sur le pilastre de droite, l'inscription Go away Americans et, discrète, à demi cachée par le crâne tonsuré d'un frate,  l'affiche électorale du Parti Communiste Italien, dont le vert menthe fait doucement écho à celui de la publicité pour Coca-Cola.

 

paul+cadmus.jpg

 

Il sera plus apaisé la même année dans “l'inventeur”. Pour cette toile, il utilise son ami Platt Lyne comme modèle. D’autres tableaux inspirés par l’Italie relèvent plus de l’hommage aux maîtres de la renaissance comme la "Nuit à Bologne", peinte en 1958, qu’il considérait comme l’acmée de son travail et dans laquelle l'influence de Piranèse est évidente. Ses peintures italiennes sont souvent le reflet de la diversité et d’une sexualité polymorphe où la beauté contraste avec la laideur...

 

theonlyhankinla: Paul Cadmus drawing dancer Ralph McWilliams.  Photo by George Platt Lynes (1953)


Paul Cadmus
 drawing dancer Ralph McWilliams.  Photo by George Platt Lynes (1953) 

 

cadmus3+finistere+1952.jpg

finistere 1952

 


L’admiration de Paul Cadmus pour les grands peintres de la Renaissance déteint directement sur son œuvre, qui s’en trouve très variée stylistiquement, que ce soit dans les thèmes qu’il aborde ou dans les techniques qu’il utilise. Bien qu’ayant traversé et observé le 20e siècle et ses changements artistiques radicaux, il rejettera catégoriquement les philosophies artistiques modernistes.

 

L'aquarelle répétition par Paul Cadmus

 


En peinture, sans jamais s’éloigner du figuratif, son style va du réalisme, voir parfois hyperréalisme, à la caricature prononcée, jusqu'à déborder parfois sur un symbolisme monstrueux. Le dessin est détaillé, le modelé et le contraste prévalent, la couleur, bien que parfois vive et criarde ne joue qu’un rôle de complément. Le style de Cadmus est étrangement anachronique. Il est un mélange de composition néoclassique, de coups de pinceau qui font songer à la Renaissance, à la Luca Signorelli, à la Andrea Mantegna ou Marcantonio Raimondi, des artistes qui eux-mêmes reprenaient les formes et les thèmes classiques de l'antiquité gréco-romaine, de vraisemblance figurative et de tendances surréaliste. Pourtant, le travail de Cadmus n'est jamais un emprunt simple aux peintres de la Renaissance. Au lieu de cela, il mêle des formes de la Renaissance avec celles de la satire contemporaine, créant un dialogue imagé entre le classicisme et la culture vernaculaire américaine. 

Sa technique est exigeante, ses figures sont allongées ou curieusement raccourcies. Il est aussi à l'aise avec le fusain qu'avec la détrempe à l'œuf, et souvent ses tableaux reflètent les réalités de ceux qui sont du mauvais côté de la vie.

 



Paul%2BCadmus%252C%2BAspects%2Bof%2BSubuAspects of Suburban Life, 1935

 

 


Beaucoup de ses compositions à personnages sont élaborées sur les modèles des maîtres de la Renaissance ou du Baroque. On peut voir dans certaines peintures, dans les entrelacs et torsions des corps, modelés et couleurs des chairs des personnages, l’influence du style dePaul Rubens : Aspects of Suburban Life : Main Street (1935), Golf (1936). Dans d’autres, on observe un style caricaturiste prononcé et une monstruosité des figures qui peut rappeler les personnages difformes et grimaçants de Jérôme BoschThe Seven Deadly Sins (1945-1949). Parfois la morphologie des figures, articulations grossies, traits ou finesses exagérés, formes accentuées, semble inspirée du réalisme d’Otto Dix. Il ne faudrait pas non plus avec toutes ces influences internationales et anciennes que l'on oublie chez Cadmus ses références américaine et contemporaine comme Benton.

 



Aspects%2Bof%2BSuburban%2BLife-%2Bgolf%2Aspects of Suburban Life - golf, 1936

 

 


Mais dans ses œuvres les plus célèbres, c’est une interprétation des formes du réel plus personnelle qu’il appliquera à ses personnages : mélange d’idéalisation du corps et des traits masculins, en tant qu’objet de désir, et de caricature de la disgrâce. Les étoffes sont lisses et brillantes, aux couleurs vives, moulant des corps exagérément ronds, lisses, mous, difforme, musclés, fin ou élancés, The Fleet’In,(1933), Coney Island ,(1935).

 Coney Tsland est la première peinture que Cadmus fait après qu'il ait cessé de travailler pour le PWAP. Elle est typique des peintures de cette période, par le thème et la forme. Cadmus a regardé prosaiquement l'activité des baigneurs sur une plage. Il retranscrit la scène en poussant tout à l’extrême vers une caricature dévastatrice. Cette peinture évoque irrésistiblement une description de Céline... Il pousse l'amusement des plaisirs insouciants des plagistes jusqu’à l’absurde. Cadmus accumule un assortiment de bizarreries, de gestes grotesques, de corps brûlés... Les baigneurs sont inconscients de leur ridicule et de leur grossièreté. Ils recouvrent toute la plage, leurs corps sont étrangement entrelacés, leurs bouches sourient béatement. Tout y est exagéré. Il y a à la fois du Breughel et du Duboutdans ce tableau ! Peint par petites touches, cette manière donne une qualité clignotante à la surface du tableau, qui intensifie l'impression que les figures sont constamment en mouvement.



Paul%2BCadmus%252C%2BConey%2BIsland%252CConey Island, 1935
Comme beaucoup d'utopistes, Cadmus a exprimé son sentiment de perte à travers la satire. Il juxtappose l'idéal pastoral du corps au repos de sa jeunesse avec le grotesque du vieillissement, de l’obésité ; cette dégénérescence est plus que la perte de la beauté, elle indique surtout la perte de l’innocence.  Cadmus a toujours déclaré que son intention n'était pas d'être scandaleux, mais quand la peinture a été exposée au Whitney muséum, elle a souffert de la même réception hostile que quelque temps plus tôt celle qu’avaient connu ses tableaux de marins ! Un groupe de commerçants locaux dénonça la peinture comme une injure faite à Coney Island. Ces habitants menacèrent de faire un procès en diffamation si la peinture n'était pas enlevée de l'exposition. En 1935, Cadmus réalisa une gravure à l'eau-forte à partir du tableau (les figures se trouvent ainsi inversées par rapport à l’original). Il fit de même avec sa toile sur le polo.
Les aspects ludiques de l’activité humaine attirent particulièrement, en ces années-là, sa verve satirique ; en témoignent ses toiles sur le golf, la pêche, le polo... Sur ces tableaux, le grouillement humain couvre toute la toile. Les couleurs sont volontairement criardes et vulgaires, en contradiction avec les activités élégantes qu’elles illustrent.
C’est le mouvement qui caractérise ces images. Elles contrastent radicalement avec les tableaux précédents, généralement statiques. Sa première tentative pour introduire une action dans sa peinture se trouve dans les pêcheurs Mallorcan, la scène est quelque peu artificielle. Bien qu'il y ait une charge sexuelle indubitable dans l'image. Dans la série des scènes de plein air, Cadmus montre qu'il peut capter l'action avec succès. Mais apparemment il n’aime pas beaucoup cela. Pour le restant de sa carrière, ses images tendront vers un certain statisme d’une qualité presque sculpturale. Pour réaliser ces tableaux compliqués, il commençait par faire plusieurs croquis préparatoires. Alors il faisait la peinture. Enfin, il faisait une gravure à l'eau-forte qui était imprimée dans un tirage de 75 à 100 copies. Pour les toiles, dans cette période, Cadmus employait une technique mixte impliquant la peinture à l'huile et la tempera à l'œuf.
Aspects%2Bof%2BSuburban%2BLife-%2BPolo%2Aspects of Suburban Life - Polo, 1936

 


Cette morphologie caractéristique du corps masculins inspirera directement l’artiste Tom of Finland qui l’adaptera à ses célèbres dessins homoérotiques.

Dans la seconde moitié de sa vie, il ralentira sa production de peinture et donnera plus de place au dessin. L’œuvre dessiné de Paul Cadmus est très important, constitué surtout de nu masculins, et de filles et garçons du monde de la danse pendant leurs exercices. Sa technique de dessin est académique, référée à l’époque baroque. Il travaille beaucoup sur papier teinté, et mélange les techniques et outils pour aboutir à un style personnel. Son utilisation de la hachure large et par petites zones superposées pour le modelé des corps en est une caractéristique importante.

Paul Cadmus mêle l’histoire et l’actualité, le beau et le laid, le satirique et l’érotisme. Il a associé son admiration pour les compositions à personnages complexes, inspirées des maitres de la Renaissance comme Luca Signorelli, aux réalités sociales de son temps. Il part souvent des grands thèmes classiques, que sont la peinture religieuse et la scène de genre, et les adapte à sa vision critique de différentes tranches de vie de la société américaine, Aspects of Suburban Life (1935-36), Herrin Massacre (1940), Hinky Dinky Parley Voo (1939).

 



cadmus_11.jpgHerrin Massacre, 1940

 

 

 


Certaines de ses peintures les plus acerbes proposent une vision peu flatteuse de la société pendant les temps de loisirs et de détentes : foule de corps difformes agglutinés sur les plages, Coney Island (1934), ou dans les bars, Bar Italia (1953-55), d’autres, suggèrent les débauches sexuelles des marins pendant leurs permissions, The Fleet’s In (1933).

 

 


YMCA%2BLocker%2BRoom%252C%2B1934%2BPaul%YMCA Locker Room, 1934

 


A ces imposantes caricatures sociales, est toujours associé un érotisme suggérant les relations homosexuelles, alors totalement cachées et fortement condamnées par la société. Cette dimension est plus présente dans d’autre peinture moins dévastatrices comme , YMCA Locker Room (1933), Playground (1948), où sont goût pour l’esthétique du corps masculin est explicitement visible.

 

Capture-d-ecran-2011-03-07-a-11.27.40.png


Cette audace caravagienne lui vaudra le refus ou la suppression de nombre de ses toiles dans les expositions ou établissements fédéraux, ainsi que l’indignation d’une bonne partie de la société, ce qui d’ailleurs lui fera une excellente publicité. Elle fera aussi de lui un des pionniers pour visibilité et l’émergence de l’homosexualité dans la société. Bien que travaillant souvent tout à fait délibérément dans les genres de la satire sociale, Cadmus est tout aussi convaincant quand il explore ses penchants personnels qu'ils soient sexuel ou/ et politiques. Il parvient à peindre mieux que personne le corps de l'homme au repos ou en action et surtout il est le premier à oser peindre le quotidien gay dans la trivialité de sa quotidienneté. Il montre l'homme tel qu'un regard gay le désire et cela sans le masque de l'anecdote ou du grand sujet.

Dans plusieurs œuvres, vers 1950, il prend pour sujet l’intimité entre hommes, des images de la vie de couple comme dans le "Bath" (1951). Cadmus illustre le bonheur de la vie à deux. Ces peintures touchent, par l'ordinaire des scènes peintes. Si aujourd'hui elles peuvent passer pour presque banales par leur thème, la vie domestique d'un couple formé par deux personnes de même sexe était alors révolutionnaire et profondément choquant pour le quidam moyen américain (et européen). 

 

Ballet+Dancer,+1953.jpgBallet Dancer, 1953

 

Un peu après les scènes domestiques, il attaque une nouvelle série sur la danse. Elle est aussi homoérotique que celle sur les marins vingt ans auparavant.

 

prosticadmus.jpg


 

La force de la peinture de Cadmus est qu’elle se nourrit de l’antagonisme entre l’homoérotisme et la satire. Dans ses compositions, les échanges significatifs de regards signalent le désir ardent et la disponibilité sexuelle, souvent au milieu même d’activités mondaines... Il est bon de regarder très attentivement les toiles de l’artiste pour en tirer tout le suc. Certaines de cette époque évoquent l’expessionnisme allemand de la décennie précédente. Cadmus a toujours déploré qu’on taxe ses tableaux de pornographiques ; il répondait que pour lui: le pénis n’est pas l'organe qui m’importe le plus, le plus important dans mon corps, ce sont mes yeux. 

 

two+boys+on+the+beach,+1938.jpg

two boys on the beach, 1938

 


En réponse aux accusations, il répond que « l’homosexualité n’est pas la raison d’être de mon art » et qu’il « aspire à être un bon peintre littéraire, qui dépeint les scénarios complexes de l'homme », et en ce sens, il considère comme son oeuvre phare et l’aboutissement de cette aspiration, sa peinture Night in bologna(1958), représentant un triangle de trois personnes, fermé et figé par les désirs à sens unique.

Au fil des années, son amour pour l’esthétique du corps masculin se fera de plus en plus présent dans son travail, pour arriver à n’être plus que l’unique objet de son œuvre dans la seconde partie de sa carrière, où abondent les nus masculins de style académique et les études de danseurs en exercices.

 

Reflection%25201944%25201ac.jpgReflection 1944

 

La palette de Paul Cadmus est plus large qu'un rapide survol de son œuvre pourrait le faire penser, ainsi il a peint plusieurs tableaux où l'érotisme se dispute au symbolisme. Il s'est même essayer à la nature morte, elle aussi non dénuée de sensualité.

 

 

Portrait%2Bof%2BMonroe%2BWheeler%252C%2BPortrait of Monroe Wheeler, 1937


Le portrait est une autre facette de son activité. Il croque ainsi ses amis, aussi nombreux que prestigieux, W. H. Auden, Christopher Isherwood, George Balanchine, George Platt Lynes, George Tooker, Lincoln Kirstein (longtemps directeur du ballet de New York City, et mari de la sœur du peintre), et E. M. Forster qui, tout en posant pour son portrait, lisait à haute voix pour le peintre, son roman Maurice qui ne paraîtra qu’après la mort de l’écrivain.


cadmus-24Manikins,+1951.jpg

Manikins, 1951


 

 

Ayant eu la chance de vivre et de continuer à produire jusque très âgé, Paul Cadmus a pu mesurer l’apport documentaire de sa peinture. Cadmus joue un rôle remarquable pour l’émergence et la visibilité de la vie gay entre la Première guerre mondiale et la Seconde. Son “YMCA Vestiaire” (1933) signale l'existence d’espaces marquant la volonté des hommes d’être entre eux, qui en même temps s'appuie sur une tradition de la célébration du corps masculin et du désir qu’il génère.

 

Capture-d-ecran-2011-03-07-a-12.28.51.png

 

À partir de la fin des années 1960 Cadmus a vécu avec Jon Andersson, un ancien chanteur de cabaret qui devient le modèle préféré du peintre durant les trente dernières années de sa carrière. 

Vers 1965, Cadmus attaque une série d’œuvres en rupture avec son style et ses thématiques précédentes où dominait des scènes urbaines, des scènes de genre ayant parfois un rapport avec son amour de la mer ou de la danse et... surtout des marins et des danseurs. Le foisonnement des corps sur la toile (Cadmus a le rare talent de pouvoir faire « vivre » plusieurs individus dans un même tableau) est remplacé par un modèle unique comme figé dans une méditation mélancolique. Le style se fait plus doux et moins agressif, moins coloré. Il se consacre alors surtout au dessin de grands nus masculins extrêmement sensibles faisant ressortir à la fois la douceur et la force virile de son modèle, qui est souvent Jon Anderson, son compagnon. C’est à cette période qu’il produit ses plus beaux dessins. L’artiste maîtrise parfaitement tous les outils du dessinateur, craies grasses, fusains, crayons de couleur, pastels, plumes, encres... tout lui est bon pour produire desœuvres de tailles très variables allant de celle d’une page de carnet à la représentation humaine à taille réelle.

 

 

 

11.jpg

 


En 1980, Un grand regain d’intérêt nait pour son travail, grâce à la communauté homosexuelle. Bien qu'il ait arrêté la peinture vers la fin de sa vie, Cadmus a continué à dessiner dans sa maison de Weston, dans le Connecticut. En près de soixante dix ans de carrière, Paul Cadmus aura peint 190 toiles et réalisé d’innombrables dessins, et aura joué un rôle important pour l’émergence et la visibilité de la vie homosexuelle entre la Première Guerre mondiale et la Seconde. Les œuvres de Paul Cadmus sont dans de très nombreux musées américains.

 

 

Capture-d-ecran-2011-03-07-a-11.52.37.png


Dans un de ses derniers dessins, image très émouvante, Paul Cadmus s'est représenté se faisant couper les cheveux par son ami. Jon Andersson avait 27 ans lorsqu’il rencontra Paul Cadmus qui avait alors 59 ans. Leur histoire d’amour, l’attitude à la fois courageuse mais pas tapageuse que Cadmus a eu envers l’homosexualité, considérant que la sienne allait de soi, en fait un modèle pour la communauté gay. Son intransigeance artistique qui allait de paire avec son ouverture d’esprit et la grande connaissance qu’il avait des autres peintres en font un modèle pour les jeunes artistes.

 

Male+Nude+NM126,+1965-66.jpgMale Nude,1965-66


En 1985, la vie et la carrière de Cadmus sont le sujet d'un documentaire réalisé par David SutherlandPaul Cadmus, Enfant terrible à 80 ans. En 1989, les dessins de Paul Cadmus, avec une introduction de Guy Davenport, sont édités. En 1996, Cadmus a eu deux expositions à New York, une au musée  Whitney et l'autre chez D.C. Moore Gallery. Plus récemment, la réputation de Cadmus a été fortifiée par le champs des études gays et lesbiennes et par l’attention que l’université porte à l'histoire et à la représentation de homosexualité. À un journaliste qui l’interrogeait sur l’homosexualité dans son travail il répondit ceci : « Mon travail n'a jamais été dans le placard pour les personnes ayant des yeux pour voir. Mais dans les années 30 j'imagine, les gens étaient beaucoup plus naïfs sur le sujet. Le mot homosexualité n'a jamais été utilisé, mais seulement on disait "c’est un artiste." Et on pardonne beaucoup aux artistes. En fait, il est beaucoup plus intelligent d'être un artiste que d'être un simple citoyen. Les gens vous pardonne une “excentricité” qu'ils ne toléreraient pas à un homme d’affaire. »

Cadmus est décédé à quelques de son 95e anniversaire le 12 décembre 1999 à Weston, la ville du Connecticut où il vivait depuis 1975.

 

Sleeping+Model+1996.jpgSleeping Model 1996


Lincoln Kirstein, mécène et ami de longue date de Camus, directeur fondateur de la New York City Ballet et aussi beau-frère de l'artiste (marié à la sœur de Cadmus, Fidelma), et néanmoins bisexuel a voulu écrire la biographie "définitive" de Cadmus qui incroyablement ne comporte aucune mention  de l'homoérotisme dans l'oeuvre de Cadmus!

 



horse%2Bplay%252C%2B1935.jpgHorse play, 1935




Stone%2BBlossom-%2BA%2Bconversation%2BpiA conversation piece, 1939-1940





Hinky%2BDinky%2BParley%2BVoo%252C%2B1939Hinky Dinky Parley Voo, 1939






CAPTUR%257E1.JPG






Bathers%252C%2B1939.jpgBathers, 1939




Subway+Symphony,+1975-76.jpg

Subway Symphony, 1975-76




subway-1.jpgSubway Symphony (détail), 1975-76




Picture+17.pngWhat I Believe, 1947-48





Picture+9.pngFantasia on a Theme, 1946




Paul+Cadmus,+Fences,+1946.jpgFences, 1946




Paul+Cadmus+costume+for+Mac+for+the+Ballcostume for "Mac" for the Ballet "Filling Station"





What%2520I%2520Believe%25201947-48%25201What I Believe 1947-48


Study+for+David+and+Goliath.jpgStudy for David and Goliath


Paul+Cadmus,+Bar+Italia,+1953%E2%80%9319Bar Italia, 1953–1955




Point%2520of%2520View%25201945%25201a.jpPoint of View 1945



paul-cadmusGilding+the+Acrobats.gifGilding the Acrobats



Paul+Cadmus+1933+Bicyclists+(detail).jpgBicyclists 1933 (detail)




Fantasia%2520on%2520a%2520Theme%2520by%2Fantasia on a Theme by Dr S 1946


Coney+Island,+1934.jpg

Coney Island, 1934



cadmus-29Horseplay,+1935.jpg

Horseplay, 1935



cadmus13.jpg

 

Architect%25201950%25201a.jpg

Architect, 1950



Arabesque%25201941%25201a.jpg

Arabesque 1941



Arabesque+1947.jpg

Arabesque 1947


Capture-d-ecran-2011-03-07-a-12.32.13.png

 

Paul Cadmus

 

Paul Cadmus

 

Paul Cadmus

 

Paul Cadmus

 

Paul Cadmus.

 

Paul Cadmus

 

Capture-d-ecran-2011-03-07-a-12.33.49.png

Publié dans peinture

Commenter cet article