Patrick Procktor (billet actualisé)

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.47.09.jpg
Gervaise, 1968
Lors de la récente parution du livre de Ian Massey sur Patrick Procktor une critique de cet ouvrage était titrée: Alors qu'est-il arrivé à Patrick Procktor? Cette biographie répond assez bien à la question et raconte la triste histoire d'un peintre talentueux écrasé petit à petit par la réputation d'un autre, David Hockney qui était en outre son ami. A tel point qu'il est impossible de parler aujourd'hui de Procktor sans tenir compte de la relation amicale et artistique qu'il a eu avec david Hockney... Me sentant parfois dans ma mégalomanie fatiguée une sorte de Don Quichotte de la peinture et particulièrement de la peinture anglaise qui a une histoire passionnante, particulièrement au XX ème siècle complètement ignorée de ce coté ci de la Manche, j'espère que ce billet, petite lance ridicule, ne se brisera pas trop vite sur les moulins de l'indifférence...

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.13.35.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.13.46.jpg
Patrick Procktor est né à Dublin en 1936. Il est le plus jeune fils d'un comptable d'une compagnie pétrolière. Il déménage avec sa famille à Londres où son père meurt en 1940. Patrick et son frère  passe la guerre à Malvern chez leurs grands-parents maternels. Après la guerre, dès l'âge de 10 ans, il intègre Highgate School  où un de ses professeurs est le peintre paysagiste Kyffin Williams. Il voulait poursuivre ses études à l'université mais sa mère n'a pas les revenus suffisant pour financer ses études. Il travaille quelques temps avant de s'enrôler dans la Royal Navy où, pendant son service militaire, il  apprend à parler russe. Bien qu'étant plus anarchiste que communiste, il sera un compagnon de route du Parti.

Livre Illustré - Patrick Procktor - Patrick Procktor

Par la suite, tout en travaillant comme interprète du russe pour le British Council, Procktor  commence à peindre et à dessiner dans ses temps libres. Il a été accepté par la Slade School of Fine Art en 1958 où il a été influencé par des artistes tels que William Coldstream et Keith Vaughan (1912-1977)  , en développant un style de peinture figurative aux tonalités assez sombres.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.12.46.jpg

En février 1961, aux RBA galleries il participe à "Young Comtemporaries l'exposition que l'on considère comme refondatrice de la peinture anglaise; y sont accroché des tableaux de Peter Phillips, Allen Jones, Patrick Procktor, Derek Boshier, David Hockney et Mike Upton. Leurs travaux reflétaient leur détermination collective à refuser les distinctions faites entre peinture abstraite et figurative, et à la recherche des sujets dans leur environnement quotidien. 

First+day+of+Sun.jpg  


A partir de 1962, il se consacre exclusivement à la peinture. Sa première exposition personnelle a lieu en 1963 à la galerie Redfern de Londres sur Cork Street. C'est un grand succès commercial qui contribue à créer sa réputation auprès d'un large cercle artistiques, qui englobe le théâtre et la musique ( c'est une peinture de Procktor qui illustre la pochette de l'album "Blue Moves"  d'Elton John ). Avec l'argent que lui rapporte cette exposition il achète un appartement sur Manchester street. Un an plus tard, il fait une autre importante à la Whitechapel Gallery. Il fréquente de nombreux artistes dont David HockneyBridget Riley et John Hoyland.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.51.06.jpg
silk child, 1984


Procktor travaille aussi bien à l'huiles, à l'acryliques qu'à l'aquarelles. Il devint aussi un graveur de talent. Il a été influencé par le pop art  mais aussi également par ses voyages. Il visite l'Italie , la Grèce , l'Inde , la Chine et le Japon , entre autres. A son travail de tableaux de chevalet il faut aussi ajouter l'illustration comme ces dessins pour Coleridge. En 1984, il fut chargé de peindre un retable pour la chapelle Saint-Jean-Baptiste de la cathédrale de Chichester.


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.06.03.jpg


A ma connaissance Procktor est le seul peintre à se placer dans la voie tracée par David Hockney. Il faut dire que durant les années soixante la vie de Prochtor se calque sur celle de David Hockney et vice et versa. Ils voyagent très souvent ensemble, tant  en Amérique qu'en Europe.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.25.56.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.25.38.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.25.06.jpg

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.58.07.jpg


Hockney a décrit carrière Procktor après les années soixante comme une dérive stylistique vers une économie de moyens. Si Hockney a déménagé à Los Angeles, en revanche Procktor a toujours considéré l'Amérique comme vulgaire. Il surnommait son ami Hockney duquel il a fait l'un des meilleurs et plus grands portraits, "Mae West".
Dans "David Hockney par David Hockney" ce dernier parle de l'évolution de son amitié avec Patrick à son retour après son long séjour en Californie: " Patrick je le voyait encore assez souvent. Nous étions très lié, mais j'étais parti longtemps et nos relations avaient changé, surtout depuis que Peter et moi vivions ensemble. Avant, quand j'étais à Londres, je sortais avec lui quasiment tous les soirs.".


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.51.33.jpg


"On ne pouvait pas vraiment parler de l'un sans l'autre. C'était comme Castor et Pollux. Ils ont été les jumeaux dandy du monde de l'art ", écrit le critique d'art John McEwen dans son livre, paru au printemps dernier, Patrick Procktor: art and life. Les deux artistes se sont rencontrés quand ils étaient encore au Royal College of Art. Ils avaient beaucoup de points communs: Ils venaient tous deux de terminer leurs études et essayaient de se faire reconnaitre en tant que peintres, étaient tous deux homosexuels et fréquentaient les mêmes boîtes et les mêmes pubs. Ils étaient parti aux Etats-Unis ensemble. Mais lorsque Hockney rencontra Peter Schlesinger leur amitié se distendit mais le cour des choses repris après le départ de Peter. La preuve en est le tableau ambitieux qu'Hockney entreprend à ce moment là, en 1967, intitulé "La pièce à Manchester street" allusion à l'adresse londonienne de Procktor. Le tableau représente Patrick Procktor dans son atelier, debout et de profil; sa silhouette se détachant sur le mur situé entre les deux fenêtres, ce qui peut évoquer une peinture égyptienne (dans le film d'Hazan sur David Hockney, Bigger splash, on voit Procktor prendre la pose qu'il a sur la toile) . Procktor fut très fier que son ami ait réalisé son portrait, même s'il trouva son image peu flatteuse, mais il n'est pas dans l'habitude d'Hockney de flatter les personnes représentées même lorsque ce sont des êtres qui lui sont chers, ce qui est souvent le cas. Procktor quant à lui est moins cruel dans ses portraits.
Lorsque l'on compare les oeuvres d'Hockney et de Procktor qui se croisent souvent, on est obnubilé par la question suivante: Pourquoi l'un est célèbre et l'autre oublié? Peut être parce qu'Hockney avait un socle de confiance en lui que Procktor n'avait pas vraiment, mais surtout, dès le début Hockney a été plus avisés en ce qui concerne les médias.  Très tôt il s'est rendu compte qu'il ne pouvait utiliser les médias ce que n'a pas compris Procktor. 

 
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.27.39.jpg


Outre ce tableau, Hockney réalisa de nombreux dessins de son ami et en 1984 un double portrait dans lequel Patrick Proktor est avec son fils Nicholas ainsi qu'une de ses compositions photographiques faites de multiple Polaroïds. A ce propos on peut s'étonner que dans l'album de Marco Livingstone et Kay Heymer, David Hockney: portrait de famille, édité par Thames & Hudson, on n'en trouve aucun de Procktor...


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.51.54.jpg

 
 
En 1965, deux pages sont consacrées à Procktor dans Private View écrites par Robertson et John Russell, avec des photographies de Lord Snowdon... 
A cette époque, il tombe amoureux d'une jeune diplômé d'Oxford appelé Gervase Griffiths et a commencé à le peindre presque exclusivement pendant deux ans. Cela n'a pas rencontré l'approbation universelle. Sa première exposition à New York en 1968, des grandes acryliques représentant Griffiths  "un spectacle du garçon", comme  le dit Procktor ne rencontre pas le succès escompté...


PROC_009_web_LG.jpg
Ossie, Gervase and Eric
gervaise-patrick.jpg
Gervase et Procktor photographiés par Cecil Beaton (voir l'article que j'ai consacré au photographe, c'est ici )


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.25.20.jpg
gervaise 1968

Très justement la nécrologie de l'artiste dans "The independent" mentionne: " L'hommage qu'il a fait à son Stephen Tennant, "un oiseau  de paradis en terre anglaise et une source de joie", pourrait tout aussi bien s'appliquer à lui.


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.50.15.jpg


Procktor a vécu à Manchester Street dans un appartement londonien anciennement occupé par William Coldstream. Dans cet appartement qui deviendra rapidement mythique, il invite des amis artistes à y peindre sur le mur une fleur  Cecil Beaton, Hockney, Kitaj et bien d'autres contribueront à cette célébration du Flower Power.  Il y reçoit entre autres Derek JarmanFrancis Bacon,  Jimi Hendrix (dont il fait un célèbre portrait) , Terence Stamp,  Ossie Clark et Cecil Beaton ce dernier a fait plusieurs photographies de Procktor. Elles sont aujourd'hui à la National Portrait Galerie où l'on trouve également le portrait à la plume de Joe Orton qu'a réalisé Procktor. Il était également très lié avec la princesse Margaret.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.13.21.jpg

AskART Artist


En 1967 durant quelques temps sous l'égide de Gerard de Rose, il donne des cours de peinture à la Maidstone School of Art, Hockney, Mike Upton, Dave Oxtoby et Norman Steven feront de même.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.52.29.jpg


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.51.41.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.49.44.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.49.21.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.49.06.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.48.45.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.48.24.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.48.08.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-12.47.48.jpg

En dépit de ses penchants homosexuels, il se marie en 1973 avec une de ses voisine, la veuve du célèbre restaurateur Kirsten Benson dont l'établissement, Odin était fréquenté par Procktor lui même et aussi par Hockney, Bacon et Lucian Freud tous ont fournis des tableaux qui sont accrochés sur les murs d' Odin  en échange de son hospitalité.

Le dandysme de Procktor était légendaire. Il aimait arborer un fez, être chaussé de pantoufles en velours, et appréciait avoir les ongles peints en vert. Le critique David Plante qui était un de ses amis en dresse un portrait saisissant: " Dans l'image qui me revient toujours de Patrick, il  porte une chemise blanche un peu translucide, à son cou mince et long est noué un foulard vert pâle, fragile et féminin. Il rit de son rire nasal, qui était un peu comme un grognement, en même temps lorsqu'il riait, il levait la tête d' un petit coup sec et avançait son menton pointu.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.01.01.jpg


Si Procktor a été très à la mode dans les années 60, il a été une des figures emblématique du swinging london, il a connu ensuite une désaffection de la critique plus que du public d'ailleurs. Ce qui ne l'empêcha pas de travailler jusqu'à sa mort. Il y a de nombreuses raison qui explique ce qu'il faut bien considérer comme la chute du peintre. Tout d'abord le virage qu'il fit effectuer à sa peinture délaissant le portrait et la représentation humaine qui firent sa gloire, la peinture de Procktor est encore plus autobiographique que celle d'Hockney, il n'a fait guère que peindre ses amants et ses amis, pour des paysages que l'artiste peint essentiellement à l'aquarelle durant ses nombreux voyages et les tableaux de bouquets. Des types de peinture que l'on a tendance à considérer avec condescendance comme des "ouvrages de dames". Dans David Hockney par David Hockney (éditions du Chêne, 1976) ce dernier dit que c'est lui qui lors d'un voyage en France et en Italie, l'été 1967, qui a incité Patick Procktor à se mettre à l'aquarelle.


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.46.44.jpg


Il est amusant de confronter un des tableaux de fleurs de Patrick Proktor, comme celui ci-dessus, avec les dernier travaux de David Hockney au moyen d'i-phone et d'i-pad, aussitôt la ressemblance entre les oeuvres saute au yeux bien qu'elles aient été faites à vingt ans d'écart et par des moyens radicalement différents.

Lilies I


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.58.34.jpg



Chateau Mouton Rothschild

Flower Bridge Kweilin



Un autre facteur négatif pour sa carrière  est la fréquente agressivité, exacerbée par son abus d'alcool, dont fera preuve Procktor dès le début des années 80. Il est en outre tiraillé sentimentalement entre sa femme et son fils qu'il aime et sa nature profondément homosexuelle. Son mariage s'est détérioré assez vite. Kirsten est décédée d'une crise cardiaque à 44 ans, en 1984, ce dont Procktor se sentira coupable  pour le reste de sa vie. Ce qui minait également le peintre c'est la notoriété de David Hockney, durant une dizaine d'années la sienne avait été l'égale de celle de son ami, alors qu'à partir de la fin des années 80, Procktor était presque oublié. Il est néanmoins élu membre de l'Académie royale en 1996.


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.57.51.jpg

En Juin 1999, la maison de Manchester Street a pris feu. Pendant l'incendie, il a fait des efforts frénétiques pour sauver des peintures, des dessins et des livres, mais beaucoup ont été perdu, parmi eux un portrait de la princesse Margaret lors de son 21e anniversaire, un dessin de Hockney, et une peinture de Picasso. L'incendie de son fameux appartement est un grand choc pour une constitution qui était déjà fragile. La catastrophe le laisse ruiné et extrêmement déprimé. Ses dernières années son des années d'errance solitaire. Il a vécu pendant un certain temps avec sa mère, avec qui il avait des relations difficiles et complexes. Elle l'a dénoncé à la police pour avoir tenté de la tuer, ce qui a entraîné pour le peintre une courte période en détention provisoire dans la prison de Woodhill.

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.13.46-copie-1.jpg

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.56.51.jpg


Procktor fait des visites de plus en plus fréquentes à l'hôpital. Le soutien de sa famille et ses amis est constant et apprécié, mais en vain. Son dernier et sombre, chef-d'œuvre, inspirée par Robert Browning  "Une Sérénade à la Villa" a été peint au printemps.   Il meurt presque oublié en 2003, âgé de 67 ans. Si sa mort n'a pas suscité un regain d'intérêt pour son oeuvre, il en va tout autrement depuis la parution du livre de Massey (dont on peut toujours rêver d'une traduction en français) qui connait un beau succès. Il a même été suggéré que la vie de Procktor  pourrait faire l'objet d'un opéra!

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.13.07.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.12.57.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.12.35.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-13.12.24.jpg

PROC_008_web_LG.jpg

 

 

PROC_007_web_LG.jpg

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.36.41.jpg
The Guardian Readers, Study for Enamel 


Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.50.39.jpg
Seated Figures 1966


Giudecca

Katsura Kyoto

Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.40.03.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.39.47.jpg
Capture-d-ecran-2011-11-09-a-07.39.29.jpg


Pool in Stelebosch

PROC_010_web_LG.jpg

PROC_006_web_LG.jpg

PROC_003_web_LG.jpg

 

 

Nota: une exposition de Patrick Procktor est organisée à la Galerie d'Art d' Huddersfield, dans le Yorkshire jusqu'au 10 Novembre 2012.

 

Capture-d-ecran-2012-09-04-a-18.52.33.jpg

 

 

 

Autres billets du blog à propos de la peinture anglaise du XX ème siècle qui a souvent regardé du coté des garçons:
   
A ces britannique il ne me semble pas abusif d'y ajouter le peintre australien George W. Thomas Lambert et le sud-africain Philip Swarbrick  

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 06/09/2012 01:40

Pour dire qqch (qui me le demande ?),j'écrirais bien que ce que ce Hockney a fait de mieux, (moi c'est "que ce que ce"), c'est de conseiller à Procktor de se, donc, mettre à l'aquarelle... La déjà
supérieure délicatesse du second sur le très mauvais premier (à mon avis) en a bénéficié. "Peinture de dame", tu parles...

lesdiagonalesdutemps 06/09/2012 07:26



Hockney est un très grand peintre, il suffit de se souvenir de ses doubles portraits et c'est surtout peut être le plus grand dessinateur de la fin du XX ème et le début du XXI ème en prenant le
relai de Picasso. Procktor est en effet un excellent aquarelliste probablement dans ce domaine supérieur à Hockney. Mon modeste billet se veut, avec beaucoup d'orgueil, une petite pierre pour la
réhabilitation de Procktor qui a mon sens le mérite grandement. L'exposition qui a lieu en Angleterre est surtout axé sur justement ses aquarelles, mais je pense que je ne pourrais pas la voir.
Il passe assez régulièrement de ses aquarelles en vente et elles sont encore abordables.