Oscar Gauthier à la Galerie Arnoux

Publié le par lesdiagonalesdutemps

IMG_3831

Il y a des galeries qui défendent vraiment “leurs” artistes, la galerie Arnoux  est de celles là. Elle défend notamment l’abstraction lyrique. Jusqu’au 26 novembre, on peut y voir une rétrospective, en un peu plus d' une vingtaine de pièces, de toute l’oeuvre d’Oscar Gauthier soit soixante ans de peinture. A cette occasion est éditée une belle monographie de l’artiste due à Patrick Gilles Persin dont je  vous reparlerai dans les semaines qui viennent.

oscar42511
 
Image_6
.
Cette exposition est un merveilleux raccourci pour une fête des couleurs et du geste. Il est toujours un peu indécent, devant une œuvre aussi personnelle, d’évoquer d’autres artistes, on peut tout de même dire que sa production des années cinquante est cousine de celle, à la même époque, d' un Riopelle, comme ces toiles de la décennie 90 évoquent, en plus colorées,  la gestuelle de la dernière période d’Hartung.
Dans sa production du XXI ème siècle, Oscar Gauthier a épuré le geste qui féconde désormais une emprunte qui évoque la calligraphie orientale.

oscar197

oscar1963sanstitre2
.
Il serait peut être bon que je situe cet artiste pour ceux qui ne le connaîtrait pas. Il est né en 1921 dans la Nièvre. Fils d’un peintre amateur, celui-ci l’encouragea dans sa vocation. Il s’est formé au Beaux Art de 1941 à 1947 et parallèlement à la Grande Chaumière dans l’atelier d’Othon Friesz. Ses premières admirations vont à Bonnard et Renoir. L’aventure artistique d’Oscar Gauthier débute véritablement en 1948 lorsque après un séjour d'un an aux USA , présenté par Jacques Doucet (qui comme Oscar Gauthier mériterait bien une grande rétrospective dans un musée national), il rencontre Colette Allendy. Sa galerie se fait le défenseur d'une nouvelle tendance : l' abstraction lyrique, une peinture gestuelle et sensuelle, revendiquant une " peinture peinture " sans sujet, dans laquelle n'interviennent que les lignes, les signes, et les couleurs. Dés 1952 Oscar Gauthier va sous d’autres cieux. Ceux de la jeune galerie de Jean-Robert Arnaud qui le “lancera” durablement. Depuis une vingtaine d’années c’est la galerie Arnoux qui le représente. Mais le peintre est toujours resté fidèle à l’esprit de ses débuts, une abstraction où la solide structuration de la toile n’étouffe jamais le jaillissement, tout en l’ insufflant dans les nombreuses métamorphoses de sa peinture pour un art toujours neuf et en même temps toujours fidèle.

oscarcompo53_2

Image_9
.
J’ai eu la chance de côtoyer quelques temps Oscar Gauthier et lorsque je repense à l’homme se sont ses yeux que je revois, pétillant d’intelligence et d’enfance, se qui traduit bien sa peinture à la fois très structurée et spontanée.
En 1958 dans France-Observateur, Denis Chevalier écrivait: << L'art de Gauthier, paysagiste abstrait, se situe dans une sorte de prolongement non figuratif de l'impressionnisme. La lumière et le mouvement son au centre de ses préoccupations (...) Pures ou rompues, souvent modulées, ses couleurs se présentent sous l'aspect d'une pâte généreuse et véhémente à la fois spontanés et travaillée. Dans sa démarche vers la maturité, à laquelle il accède maintenant, l'art de Gauthier ne s'est jamais départi d'une remarquable continuité. Aujourd'hui, affranchi de toute influence extérieure, il apporte la preuve du niveau élevé que peut atteindre, servie par une authentique sensibilité artistique, l'adéquation d'une technique à une esthétique.>>. On ne saurait dire mieux et pourtant Oscar Gauthier ne s’est jamais répété.

oscard4649675x


du mardi au samedi de 11 à 13 h et de 14 à 19h
27 rue Guénégaud
75006 Paris

oscarGouache1

oscargauthier

Publié dans peinture

Commenter cet article