Oorlogswinter (War Winter) de Martin koolhoven

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Le film est situé au nord de la Hollande, plus précisément dans une petite ville de la Veluwe, durant l'hiver 44 - 45, qui fut surnommé aux Pays-Bas, l’hiver de la faim ("Pour un soldat perdu" se déroule, non loin de là, durant cette même période). Cet hiver là il y eut beaucoup de neige. Michiel van Beusekom, (Martijn Lake Meier) le héros du film est un garçon de 14 ans. Il est le fils de Johan, le maire du village (Raymond Thiry), qui tente de faire coexister diplomatiquement ses concitoyens avec les Allemands pour essayer de limiter la misère, la faim dans son bourg... Dirk le frère aîné du meilleur ami de Michiel fait confiance au garçon et lui confie une lettre à apporter à Bertus, le maréchal ferrant du village, s’il ne revient pas d’une attaque contre un dépôt d’armes. Dirk est arrêté. Bertus est tué. Désemparé, Michiel ouvre la lettre. Elle contient les indications d’un emplacement dans la forêt. Michiel y découvre un aviateur anglais (Jamie Campbell Bower), dont au début du film on avait vu l’avion se faire abattre. Le fugitif est tapi, blessé, dans un abris de fortune creusé par les résistants. L’aviateur est presque encore un adolescent. Michiel qui rêvait de rentrer dans la résistance, décide de l’aider en cachette de son père et au risque de sa vie et de celle des membres de sa famille... La présence du soldat britannique va provoquer une suite de drames...
Martin koolhoven encore jeune cinéaste à la pourtant filmographie copieuse, il est né en 1969, a réalisé ce film en 2008. “Oorlogswinter” est l’adaptation du livre éponyme, célèbre aux Pays-Bas, de Jan Terlouw.
On a un peu peur durant la première demi-heure d’être devant un film édifiant pour adolescents à la gloire d’un jeune héros de la résistance néerlandaise; puis le spectateur après ce début trop sage, voit à la fois l’action s’intensifier et surtout les personnages se complexifier rendant bien le flou de certains engagements, la traîtrise de ceux que l’on imaginait nobles, le courage jusque là insoupçonné d’autres. Oorlogswinter devient un film passionnant.

http://www.brabantsdagblad.nl/multimedia/archive/00713/Oorlogsw_713071b.JPG

Le cinéaste fait tout sont film sur les frontières, frontière entre le courage et la lâcheté, frontière entre l’engagement et de la neutralité, frontière enfin entre l’enfance et l’âge adulte. Cette dernière est illustrée par la magnifique séquence de fin dans laquelle ont voit Michiel, le jour de la libération, mûrit, assis au bureau de son père, refusant de se mêler à la liesse générale. Mais son meilleur copain l’appelle. Michiel à contre cœur le rejoint et pour lui faire plaisir joue avec lui. Petit à petit un sourire se dessine sur sa figure, Michiel rajeunit, redevenient le garçon insouciant, ne serait-ce qu’un instant, qu’il était au début du film.

b10030833

L’image est soignée. Les tons froids dominent. Les mouvements de caméra sont judicieux et fluides. Le directeur de la photo alterne bien les plans larges, belles images de forêt enneigée avec des gros plans sur le visage de qui respire l’intelligence. Sa belle figure fait penser à celle du jeune héros de “Pour un soldat perdu” mais dans Oorlogswinter si l’ ambiguité est très présente, comme dans “Black book” et “Soldier of Orange”, auxquels on pense beaucoup pour le désenchantement du héros, elle n’est pas sexuelle, c’est de la soeur de Michiel que le jeune aviateur est amoureux.


oob10030831

Martijn Lake Meier dans le rôle de Michiel est excellent comme toute la distribution.
Le film, avec un budget de 4 millions d'euros,a été tourné en partie en Lituanie en raison des nombreuses scènes dans la neige.
La musique très belle de Pino Donaggio est tout de même un peu trop présente...
Du même livre a été tiré une série télévisée qui du 2 Octobre au 25 Décembre 1975 a été diffusée en Hollande par la VARA. Elle était réalisée par Aart Staartjes avec Paul Rottger dans le rôle de Michiel et Peter Winter dans le rôle de Jack le parachutiste. La série a eu alors beaucoup de succès.


Le film est sorti sur les écrans belges en décembre dernier. Il existe en dvd en Hollande et belgique avec des sous-titres en français pour les non néerlandophones. Il existe même une édition spéciale avec 2 dvd et un CD.
Oorlogswinter est un beau film à ranger dans sa vidéothèque aux coté de "Black book”, “Soldier of Orange" et "pour un soldat perdu" quatre grands films aux histoires fortes et singulières qui ont su restituer la tragédie de la Hollande durant la dernière guerre.


P.S: Merci à Alain M. de m'avoir fait découvrir ce film .
Trailer Oorlogswinter


qov9rk

Commenter cet article