Okamoto Kiichi

Publié le par lesdiagonalesdutemps

illustrated by Okamoto Kiichi,Poleillustrated by Okamoto Kiichi,Pole

 

 

 

Kiichi Okamoto (dans l’ordre japonais Okamoto Kiichi 岡本 帰一, est né dans le département de Hyōgo sur l’île d’Awajishima, il vit à Tōkyō à partir de 1892 où son père occupe le poste de vice président du journal Miyako shinbun (qui devient leTōkyō shinbun en 1942).

Un Urashima Tarō moderne, illustration de Okamoto Kiichi, Kodomo no kuni, août 1930

En 1906, il entre à l’Institut de peinture de la Société du Cheval blanc (Hakuba-kai) où il apprend la peinture à l’occidentale sous la houlette de Kuroda Seiki. En 1912, il participe aux expositions de la Société du Fusain (Hyūzan-kai), qui regroupe des artistes d’avant-garde, comme Kishida Ryūsei et Kimura Shōhachi. Il expose deux toiles de style post-impressionniste à la première (15 octobre – 3 novembre 1912) et quatre à la seconde (11-30 mars 1913).

À partir de 1914, il se met en recherche de rapports plus directs entre l’art et la société, et oriente son travail vers la composition de décors de théâtre et l’illustration. Il travaille notamment pour Kin no fune (Le bateau d’or) fondée en 1919, l’un des premiers magazines enfantins au Japon. On retrouve dans ses œuvres un mouvement qui évoque le travail d’illustrateurs britanniques comme Edmond Dulac ou Arthur Rackham, mais ses dessins sont beaucoup plus modernes et épurés. Pour les dessin en ombres chinoise présentée dans ce billet, elles évoque irristiblement les dessins de Pierre Joubert ( pour se souvenir de l'exposition du centenaire de Pierre Joubert à Versailles) qui utilisera lui aussi la représentation en silhouette dans les années 30. Il réalise en 1920 les décors remarqués d’une représentation de L’Oiseau bleu de Maurice Maeterlinck.

Deux ans plus tard, en 1922, Okamoto Kiichi devient le principal illustrateur du magazine Kodomo no kuni (Le pays des enfants), lancé la même année. Ce magazine, auquel a collaboré aussi le dessinateur Takei Takeo (1894-1983), constitue l’un des sommets de l’illustration enfantine au Japon.

Okamoto meurt du typhus en 1930.

 

 

illustrated by Okamoto Kiichi,Horseillustrated by Okamoto Kiichi,Horseillustrated by Okamoto Kiichi,Aillustrated by Okamoto Kiichi,Aillustrated by Okamoto Kiichi,Seesaw, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Seesaw, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Baseball, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Baseball, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Excursion, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Excursion, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Basketball, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Basketball, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Diving, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Diving, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Football, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Football, 1928illustrated by Okamoto Kiichi,Jumpingillustrated by Okamoto Kiichi,Jumpingillustrated by Okamoto Kiichi,A

Publié dans illustration

Commenter cet article