Norbert Bisky, Decompression à la galerie Daniel Templon

Publié le par lesdiagonalesdutemps

DSC02776.JPG

 

DSC02755.JPG

 

DSC02756.JPG

 

DSC02758.JPG

 

DSC02759.JPG

 

DSC02760.jpg

 

DSC02761.JPG

 

DSC02762.JPG

 

DSC02763.jpg

 

DSC02764_2.JPG

 

DSC02764.JPG

 

DSC02765.JPG

 

DSC02766.jpg

 

DSC02767.JPG

 

DSC02768.JPG

 

DSC02769.JPG

 

DSC02770.jpg

 

DSC02771.jpg

 

DSC02772.jpg

 

DSC02773.jpg

 

DSC02774.jpg

 

DSC02775.JPG

 

DSC02777.jpg

 

Capture-d-ecran-2011-11-23-a-16.14.13.png

Paris, novembre 2011    

Bel accrochage chez Daniel Templon pour la première exposition personnelle du peintre allemand Norbert Bisky. Ceux qui connaissent déjà son travail ne seront pas surpris par cette nouvelle livraison, intitulée, allez savoir pourquoi Décompression. Le dossier de presse nous dit bien que l'on peut comprendre ce titre comme une métaphore de l'expression de l'artiste: relâchant la pression. Pourquoi pas, en ce qui me concerne j'aurais plutôt appelé cette exposition, "lendemain de tsunami". On y retrouve ses éphèbes blond plus dans la lignée de ceux de Pierre Joubert que du réalisme socialisme (Bisky est né en 1970 à Leipzig, alors en R.D.A) au prise avec des catastrophes; le tout traité en couleurs pimpantes, à l'acrylique, dans des grands formats ou en plus petit à l'aquarelle; ces dernières oeuvres ayant une connotation plus nettement sexuelle.

 

30 rue Beaubourg, 75003 Paris

jusqu'au 31 décembre 2011

 

Pour retrouver Norbert Bisky sur le blog:  Norbert Bisky, Decompression à la galerie Daniel Templon,  Norbert Bisky Norbert Bisky

 

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

réparation iphone paris 75013 02/06/2014 12:32

Merci très beaucoup pour ce post. Merci.

bruno 23/11/2011 17:06

Merci pour ces très belles images
Voici ce qu'en dit Télérama :
http://img855.imageshack.us/img855/5533/art001u.jpg

lesdiagonalesdutemps 23/11/2011 17:45



Merci pour cet article que je n'avais pas lu et qui me parait assez faux cul et coincé, ce qui n'est pas surprenant de la part de Télérama qui parfois retrouve ses vieilles habitude de grenouille
de bénitier. Je ne vois pas bien ce que cette vieille leni vient faire là dedans pas plus que les comics américains et encore moins l'expo Stein (qui est en effet l'exposition à voir absolument
en ce moment à Paris) sinon pour déconsidérer l'artiste, il est vrai que représenter des adolescents beaux est le péché capital de nos jours, ce qui me gène est justement de les représenter
souvent joyeux sur des paysages de désolation, là est le véritable enjeu moral de ces toiles. A propos il me semble que Biski a vieilli son casting de modèles.