Non Gérard Blain n'est pas oublié

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 

 

Comme ce blog ne le montre pas, je lis énormément de gazettes, mais j'évite de commenter les commentaires... Chaque mois c'est donc plusieurs magazines que je parcours. Ceux-ci me laisse de plus en plus indifférent puisqu'ils sont presque tous nourris de la molle doxa ambiante.

Toutefois hier, j'ai réagi en découvrant au dessus du nom du journal, « Les cahiers du cinéma, revue que je lis depuis des lustres, même si je lui préfère « Positif » dont je ne manque aucun numéro, le bandeau sur lequel j'ai lu le nom de Gérard Blain. Je précise que c'est la première fois, à ma connaissance, que l'on peut voir son nom en une d'une revue de cinéma; j'aimerais qu'un docte visiteur me contredise sur ce point.

Je me suis donc précipité aux dernières pages des Cahier où se trouve un article de 8 pages dont deux montrant chacune une belle photo en pleine page au titre qui aurait beaucoup plus à l'intéressé, d'ailleurs issu d'un de ses propos: « Gérard Blain, légitime défense ». Le texte est signé d'un nom inconnu de moi: Nicolas Azalbert.

 

coco-0224.JPG

 

 

Je voudrais tout d'abord saluer l'initiative des Cahiers du cinéma de consacrer un petit dossier à Gérard Blain et ensuite loué la qualité de celui-ci qui offre à qui ne connaitrait pas l'oeuvre cinématographique de Blain une juste analyse de celle-ci doublée d'un rapide travelling sur la vie de l'acteur réalisateur.

J'y ai trouvé des phrases qu'il eut été bon d'écrire du vivant du cinéaste. Pourquoi attendre que les gens soient morts pour les couvrir d'éloges. Comme le dit d'ailleurs l'article, le cinéaste a souffert de l'indifférence des média à son encontre. Un article sur Gérard Blain c'est bien mais je ne peux pas m'empêcher de me dire que c'est trop tard.

Mais ne boudons pas trop tout de même notre plaisir lorsqu'on tombe sur de telles phrases: << Les amis frappe pour un coup d'essai, par sa maturité et arbore d'emblée les caractéristiques d'un cinéma en marge: prédilection pour le silence, acteurs non professionnels, refus du naturalisme et de la psychologie, une certaine rigueur morale et esthétique. Le film aborde aussi frontalement un thème qui ne cessera de revenir dans la majorité des films de Blain: les relations homosexuelles entre un adulte d'âge mûr et un adolescent. Il y a une conception grecque de ce type de relations chez Blain. La sexualité se double toujours d'un rapport familial (père/fils), d'un rapport de classes (riche/pauvre) et d'un rapport de transmission (maître/élève). La fascination qu'exerce chez Blain l'homosexualité provient de la complexité et de l'ambiguité qui se nouent entre les amants et qui explique plus généralement les positions du cinéastes face à la société. Ce qui est recherché (l'amour, le père, la connaissance) se heurte à ce qui est détesté (l'hypocrisie, le pouvoir, l'argent). D'où le tragique des films de Blain.>>.

 

 

coco-0225.JPG

 

 

Il est dommage que la parution de l'article et certains fait que Nicolas Azalbert rapporte tel que le résultat à la question, << citez un chef d'oeuvre de cinéma méconnu, que posa en septembre dernier la revue « Transfuge » à quatre jeunes réalisateurs français dont trois citèrent un film de Gérard Blain, chacun un différent, « Les amis » (on peut aller voir le billet que j'ai consacré à ce film: LES AMIS, un film de Gérard Blain), « Un enfant dans la foule » et « Le pélican », ou encore la tenue récente d'une rétrospective démente son entame d'article qui proclame: << Le génial et marginal cinéaste qu'était Gérard Blain est aujourd'hui, plus méconnu, complètement oublié. >> J'espère que ce blog est le vivant exemple du contraire.

Enfin par vanité personnelle, j'aurais aimé que Nicolas Azalbert qui écrit qu' « Un enfant dans la foule » est le chef d'oeuvre de Gérard Blain mentionne que ce film avait été édité remarquablement en d.v.d. (j'en suis l'éditeur. il doit être aujourd'hui sans doute très difficile à trouver) il y a juste dix ans. J'avais particulièrement soigné l'édition de ce d.v.d. En souvenir des presque trente ans d'amitié avec Gérard (qui avait l'art de cloisonner ses relations) en proposant de riches bonus d'abord la leçon de cinématographe d'une durée d'une heure que Gérard Blain avait donnée dans le cadre de l'université Marc Bloch de Strasbourg, puis les premières images tournée par Gérard Blain sur le tournage d'Hatari d'Howard Hawks; j'avais demandé à Michel Marmin d'en écrire le commentaire. Ces images étaient complètement inédite et je les avais obtenues grâce à Paul Blain que je fais apparaître dans l'interview de Claude Cernay, ami de toujours de Gérard Blain et acteur dans « Un enfant dans la foule ». Cette interview, que je conduisais, était filmée par Philippe Vallois. Un beau casting d'un beau souvenir...    

Commenter cet article

Bruno 14/05/2017 22:01

Selon plusieurs sources, Blain, adolescent, serait dans ce film, parmi les jeunes du Centre...
https://www.youtube.com/watch?v=gQKFW0avbsk
Je ne l'ai point identifié

Andrédeparis 06/10/2015 16:43

J'ai vu "Un Second Souffle" lors de sa diffusion à la télévision, il y a trente ans. Depuis, aucune rediffusion et aucune parution en VHS puis en DVD. Il s'agit pourtant d'un excellent film de Gérard Blain. J'aimerai connaître la raison pour laquelle ce film est invisible depuis de si longues années.

lesdiagonalesdutemps 06/10/2015 16:52

Ceci dit ce n'est pas le meilleur film de Blain qui était un ami. La première raison est que ma maison d'édition qui a édité deux film de Blain dont un Enfant dans la foule, son chef d'oeuvre avec de somptueux bonus, a fait faillite victime du piratage et de la ladrerie du public qui comme pour ce blog veut tout avoir sans rien payer, c'est la caractéristique du français. La seconde est que les enfants de Blain qui sont les héritier de son oeuvre sont bien peu soucieux de la faire prospérer. On peut parler d'ingratitude... La troisième est que les film de Gérard Blain sont exigeant et ne conviennent pas au public de microcéphales qui encombre les salles de cinéma.
Sur la toile en cherchant bien on peut trouver un Enfant dans la foule en DVD ainsi que Les amis, hélas mal édité par ce hâbleur de René Chateau, mais c'est mieux que rien.

Chris 04/09/2015 12:25

Bonjour, faisant des recherches sur "Un Second Souffle" (dans lequel ma mère a fait de la figuration), je tombe sur votre blog entre autres pages sur Gérard Blain et son oeuvre. Je me reconnais dans ses valeurs et ma curiosité est piquée, je vais donc tâcher de trouver les films qui peuvent l'être et les regarder. Je suppose qu'il n'y a pas beaucoup d'espoir qu"Un Second Souffle" sorte un jour en DVD, malheureusement ?

Bruno 27/12/2013 16:32

Merci pour ce beau billet
Non, pas difficile à trouver "Un enfant...", juste cher...
http://video.fnac.com/a1521963/Un-enfant-dans-la-foule-Jean-Francois-Cimino-DVD-Zone-2

lesdiagonalesdutemps 27/12/2013 22:30



C'est un peu scandaleux ce prix et je ne suis pas certain que cela soit légal. Mais il est vrai que c'est un dvd magnifique. En tant qu'éditeur et créateur de ce dvd, il m'en reste un. Ce qui me
navre c'est qu'aucun éditeur ait repris un tel titre. Même les bonus sont récupérables techniquement et pour ma part puisque j'en suis le producteur et que j'ai gardé mes droits, j'en ferais
volontier cadeau. Si un éditeur cinéphile me lit... Je crois que le seul titre de Gérard Blain facilementdisponible en dvd est celui des Amis, édité (mal sans aucun bonus) par René Chateau.