NO ORDINARY LOVE

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

 


Fiche technique :


Avec Fred Blanco, Randy Brown, Angel Ceja, Jesus Covarrubias, Smith Forté, Dan Franck, Bunny Gibson, David Vincent Holland, Randy Huiting, Eli Kabillio, Ericka kein, Koing Kuoch, Mark Larson, Elizabeth Mehr, Alex Mercer, Bernet Nelson, T.J. Paolino, Alejandro Patino, Robert Pecora, Gary Perez, Tymme Reitz, Antonio Rosas et Lobo Sebastian.

 

Réalisation: Doug Witkins. Scénario : Doug Witkins. Musique : Bob Christianson.


USA, 1995, Durée : 90 mn. Disponible en VO et VOST.

 

Image_1

Résumé :

Ils sont cinq, quatre garçons et une fille, colocataires/amis/amants. Ils habitent tous ensemble une grande maison à Los Angeles dans les collines d’Hollywood. Tom, le quasi gourou du groupe, meurt dans un accident qui pourrait être un crime. Leurs vies sont profondément bouleversées par cette mort. Kevin (Smith Forte qui est le pivot du film), le propriétaire, doit rechercher un nouveau co-locataire pour boucler ses fins de mois. Après avoir reçu quelques déjantés, il accepte un employé de banque gros et serviable, une sorte d’eunuque à voix de fausset dont la duplicité se révèlera progressivement. Un chassé-croisé sentimentalo-sexuel se met en place. Wendy (Ericka Klein), la seule fille du groupe, avoue être enceinte des œuvres de feu Tom. Kevin, l’ancien amant de Tom, demande Wendy en mariage. Le mignon Vince (Korny Kuoch), un asiatique efféminé et adorable de 18 ans tombe amoureux du macho Ramon (Tymme Reitz), un mignon latino de son âge, un voisin, dont la mère courtise Andy, danseur gay... Mais bientôt une intrigue policière va dévoiler le côté sombre de chacun.

 

Image_53

L’avis critique

Les habituels clichés gays sont, à la fois, habilement utilisés et détournés. Par un jeu de quiproquos, de retournements de situation et de coups de théâtre, la vie et surtout la sexualité ambivalente des protagonistes vont se révéler, hésiter, osciller. Le message de Doug Witkins est clair, presque trop clair : la sexualité n'est pas chose figée, bien que latente en chacun de nous, elle peut se révéler au gré des expériences. Et pourtant, la volonté d'une vie amoureuse impose nécessairement un choix. Et c'est à travers une bande de copains devenus co-locataires, partageant une maison à Hollywood Hills, qu'il nous entraîne dans un véritable marivaudage gay.

 

Image_2

C'est d'abord la disparition de Tom elle-même, en tant que source de deuil et de manque affectif, qui va déclencher dans notre maisonnée quelques petits remaniements surprenants. Puis la thèse du meurtre et une sombre histoire d’argent volé va prendre la relève afin d'exacerber les passions et de révéler les vrais visages de chacun.

Cette intrigue policière n'est qu'un prétexte, mais elle fonctionne bien comme telle et n'enlève rien à la fraîcheur de ce premier film. Mais à ce stade du scénario, l'agitation l'emporte quelque fois trop sur l'humain, et c'est dommage. Défaut très américain, s'il en est. Cette intrigue est du reste tellement rocambolesque qu'elle s'inscrit bien davantage dans une comédie que dans un vrai polar. Il ne faut surtout pas s’attacher à la vraisemblance des péripéties. On sent bien que Doug Witkins ne se prend pas au sérieux. Il parvient néanmoins à rendre les personnages attachants, et à nous emporter dans un élan d'euphorie.

 

Image_4

D'un personnage à l'autre, No Ordinary Love passe en revue les principaux thèmes clefs liés à l'homosexualité dans le cinéma : découverte de sa sexualité, identité sexuelle, rapports aux parents (ici, à la mère), coming out, homophobie, information gay, regard des autres, vie amoureuse, rapports passionnels, rapports à l'autre sexe, bisexualité, désir d'avoir des enfants… Ça nous fait un film un peu compulsif, une sorte de film-catalogue, qui agace parfois mais qui est servi par quelques très bonnes trouvailles scénaristiques dont la meilleure est peut-être la façon dont la bixesualité des protagonistes brouille régulièrement les cartes, empêchant de prévoir l’évolution des différentes histoires d’amour. La mise en scène est souvent inventive dans des espaces très réduits et toujours délurée (particulièrement dans les fantasmes et souvenirs des personnages) malgré un tout petit budget de tournage. No Ordinary Love emprunte la structure d’une sitcom télévisée qu’il subvertit par l’indifférenciation sexuelle des comportements.

 

Image_3

La principale faiblesse de ce Petit meurtre entre amis gay réside dans les flash-back, dans lesquels nous découvrons le mort, Tom (Dan Frank), qui apparaît plus comme un manipulateur cynique et une franche crapule que comme un ami charismatique. Mais Witkins a réussi le contrat qu’il s’était apparemment fixé : raconter une histoire pleine de rebondissements, pimentée de sexe avec légèreté et humour, jouée par de beaux et bons acteurs.

Le réalisateur, qui est par ailleurs le boss de l'excellente maison d'édition américaine « Picture This ! Entertainment », n’oublie pas son militantisme : seules seront sauvées par le scénario les liaisons homosexuelles.


 


 

 

Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.usImage Hosted by ImageShack.us

 on-line: 

 

 

 

Pour télécharger le film cliquer sur les éléments ci-dessous

 


Download / Descarga

 

ou
Pour voir le film directement sur votre ordinateur cliquer au centre de l'écran ci-dessous

Disponible sur Megavideo (ENG S/T FRA)

 

Cette vidéo est hébergée chez Megavideo. Pour la voir, Cliquer une première fois sur la touche Play du lecteur, une nouvelle page (pub) va s'ouvrir, fermer la pub et cliquer de nouveau sur Play...  Le film se lance ! 

Publié dans cinéma gay

Commenter cet article