Nicolai Abraham Abildgaard

Publié le par lesdiagonalesdutemps









Figure majeure de l'art nordique de la fin du XVIIIe siècle, Nicolaï Abildgaard s'impose comme un coloriste hors pair. Formé à l'Académie de Copenhague, puis à Rome dès 1772 où il se passionne pour Fuseli, le peintre est l'auteur de portraits, d'esquisses et de fresques, à la fois teintées de romantisme et de néoclassicisme. 

Cinq ans plus tard, il retourne au Danemark et commence à peindre dans un style très traditionnel, comme en attestent ses oeuvres illustrant les auteurs romains Terence et Apulée. Directeur de l'Académie de Copenhague de 1789 à 1791, l'artiste est également sculpteur, architecte, et dessinateur de costumes de théâtre et de meubles. 

Exposé au Palazzo dei Diamanti de Ferrara en 2003, ou au Statens museum for kunst de Copenhague en 2007, son oeuvre fait aussi partie des collections permanentes du Nordjyllands Kunstmuseum d'Aalborg ou du Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague. S'il est tributaire de la veine néoclassique danoise, son art s'impose avant tout comme une peinture révolutionnaire, tant sur les plans esthétiques que politiques. Et c'est sans doute cette fusion d'un ancrage typiquement nord-européen et d'idées universelles influencées par la pensée des Lumières qui fait la force de Nicolaï Abildgaard.





Philoctète blessé, 1775 





L'archange St Michel et Satan se disputant le corps de Moïse, C. 1782 





Nu debout, Rome, 1772-77. 





Nu masculin assis avec le visage en partie couvert par les bras levés





Richard III se réveillant d'un cauchemard, 1787





Dessin d'un modèle





Jupiter pesant le destin de l'homme, 1793





Illustration de l'ouvrage de Johannes Ewalds "Adam & Eve".





Narcisse 





Illustration de l'ouvrage de Johannes Ewalds "Adam & Eve". 





Le fantome de Culmin apparaissant devant sa mère, C. 1794 





L'amour de Psyché 





Adraste se suicidant sur le tombeau d'Atys, 1774-75. 











Homme nu, debout, vers la gauche (Apollon) 





Pour en savoir plus allez voir à l'adresse ci-dessous





Publié dans peinture

Commenter cet article