mon corps finirait par s'affaiblir, et je mourrais le livre sur la poitrine

Publié le par lesdiagonalesdutemps

... mon corps finirait par s'affaiblir, et je mourrais le livre sur la poitrine, et des millions d'années plus tard un homme de science me trouverait gravé dans la pierre à côté des tribolites. Un poisson de la Terre, dirait ce futur scientifique, et en me regardant au microscope, en me frappant avec un burin, il essayerait d'expliquer ma vie : il était carnivore, il marchait à quatre pattes, il s'accouplait une fois par an et il pondait des oeufs, c'était un lecteur, le dernier de son espèce, il a été tué par un changement de température, son membre était petit.

 

El ultimo lector, David Toscana, Paris, éditions Zulma 2009

Publié dans citations

Commenter cet article