misanthropie

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Si misanthropie il y a, le mal, j'affirme, n'est pas congénital. Je n'ai pas toujours détesté tout le monde. Il m'arrivait, il n'y a pas encore si longtemps, de distribuer des caresses, des bouts de sucre, des sous, à des dames, à des clébards, à des confrères dans la gêne. Le genre de truc, voyez, qui ne me tente plus du tout. Je ne me désintéresse pas pour autant des malheurs d'autrui, bien au contraire, c'est seulement la façon d'envisager le problème qui a changé. Je raffolerais par exemple, d'un retour comaque du choléra... et pas le rigolo de 1838... le sérieux, l'asiatique, le modèle 1817... ou encore que la leucémie se transmette par simple échange du regard dans le métro aux heures de pointe... des choses comme ça, voyez.
A défaut de tels enchantements qui relèvent un peu du conte de fées, je trouve - pour rester dans une perspective raisonnable - qu'on ne dépense pas suffisamment d'argent dans le nucléaire. J'ai une énorme confiance là-dedans.

Michel Audiard, 

Publié dans citations

Commenter cet article