Michael Ayrton

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Michael Ayrton (20 février 1921 – 17 novembre 1975) était un artiste anglais et un écrivain. Il a été connu comme peintre, graveur, sculpteur et designer et aussi comme critique, animateur et producteur de radio et romancier. Il était aussi un créateur de costume et un scénographe. Il collabora avec John Minton sur la production du Macbeth John Gielgud en 1942. Il n'avait alors que 21 ans. Il illustra  la trilogie The Human Age de de Wyndham Lewis ainsi que des ouvrages de William Golding. Il a également collaboré avec Constant Lambert. Ses œuvres sont dans plusieurs collections importantes, y compris la Tate Gallery de Londres, la National Portrait Gallery de Londres et le Museum of Modern Art de New York ainsi galerie d'Art Fry.

 

Michael Ayrton, Cumaean Sybil


Ayrton est né Michael A. Gould à St Pancras à Londres. Ses parents était Gerald Gould et Barbara Ayrton ; Il prit le nom de jeune fille de sa mère pour ses activités professionnelles. En 1952, il épouse Elisabeth Evelyn Walshe (1910–1991), l'ex-femme de l'auteur dramatique Nigel Balchin. Elisabeth Ayrton était aussi un romanciere et critique gastronomique. Elle mourut en 1975 à Hampstead, Londres.

 



À partir de 1961, Michael Ayrton a écrit et créé de nombreuses œuvres inspirées du mythes du Minotaure et de Dédale, l'inventeur légendaire du  labyrinthe y compris des sculptures en bronze. Il connut un certain succès avec son roman semi-autobiographique "The Maze Maker" (Holt, Rinehart et Winston, 1967)Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages non romanesques sur les beaux-arts,dont les "Aspects de l'Art britannique » (Collins, 1947).

 

Winter Stream

En 1977, Birmingham Museum and Art Gallery a organisé une importante exposition rétrospective de son œuvre qui partit ensuite en tournée. Plusieurs tableaux sont exposés dans le Old Bank Hotel à Oxford.

 


John Minton


Portrait de Wyndham Lewis


Sir William Turner Walton


Les sept captifs

Sa représentation de Saint-Antoine exprima l'extrême agitation de la vie de Ayrton, car c'est à cette époque que Minton déclaré son amour pour Michael dans une lettre (voir le billet que j'ai consacré à cet artiste très important dans le milieu artistique de l'après guerre en Angleterre: JOHN MINTON)Michael a lutté puissamment avec ses propres sentiments à propos de John Minton et sa peur de l'homosexualité. Certains de ces sentiments et de ses craintes s'expriment dans une lettre adressé à Minton. Elle a été rédigée au début du printemps de 1943 :

 

J'ai été amoureux de vous environ quatre années qui furent autant d'année  de lutte  je ne pouvais pas vivre clairement, physiquement ce sentiment, parce qu'au fond en moi est cette virulence calvaniste de la haine, ou si vous préférez la peur de l'homosexualité, qui encore aujourd'hui me remplit de terreur et d'horreur quand j'ai la contemple physiquement... 

Après de Michael de donner une expression physique à son sentiment pour Minton, il y a eut une rupture définitive entre les deux hommes. Michael a vaincu le traumatisme émotionnel, du moins en partie, grâce à la compassion et à la compréhension de Joan. Ses luttes contre les sentiments homosexuels transparaitront par la suite dans certaines de ses oeuvres, mais seulement comme un thème  mineur.

 


Sleeper in Flight, 1943

Capture-d-ecran-2012-12-02-a-07.02.19.jpg


Study for Arsenal v. Aston Villa
1953

 

Capture-d-ecran-2012-12-02-a-07.06.14.jpg

Arsenal v. Aston Villa
1953

 

Capture-d-ecran-2012-12-02-a-07.04.37.jpg

Falcon Landscape
1957

 

Autres billets du blog à propos de la peinture anglaise du XX ème siècle qui a souvent regardé du coté des garçons:
   
A ces britannique il ne me semble pas abusif d'y ajouter le peintre australienGeorge W. Thomas Lambert et le sud-africain Philip Swarbrick  

Publié dans peinture

Commenter cet article

Sixte 10/11/2013 00:33

A propos de son
Sleeper in Flight, 1943
pourrait-on envisager un thème de classement qui correspondrait à la représentation du voyage astral ? Il me semble que l'on y verrait nombre de tableaux "naïfs", mais aussi de grands maîtres
sous un éclairage nouveau.