Mathurin Méheut (1882-1958) au Musée de la Marine

Publié le par lesdiagonalesdutemps

photo-3.jpeg

 

Ma découverte de Mathurin Méheut ne date que de quelques mois lorsque, parcourant le rayon livre de la FNAC des Halles, je suis tombé sur un livre sur le voyage au Japon de cet artiste dans lequel j'ai été ému de voir des lieux, Nara par exemple peint en 1914 par Mathurin Méheut et que j'ai photographiés presque à l'identique près d'un siècle plus tard ( Mathurin Méheut, voyage d'un peintre breton au Japon ).

 

DSC07743.JPG

 

DSC07745.JPG

Nara

 

DSC07744.JPG

Miyajima

 

Aujourd'hui c'est le Musée de la marine qui lui consacre une vaste rétrospective et il faut l'en remercier. Mathurin Méheut est un de ces artistes talentueux à l'instar d'un Géo Ham, d'un Sébille, d'un Brenet et de beaucoup d'autres qui enchantaient par leurs reportages peint les lecteurs de l'Illustration de l'entre deux guerres, période qui a constitué l'âge d'or des peintres-illustrateur. Cette belle tradition française a été détruite par le snobisme et la vacuité d'une ploutocratie inculte qui n'a fait qu'étendre son pouvoir. Il est amusant de constater qu'il n'y a guère qu'aux Etats-Unis que la tradition des peintres-illustrateurs demeure vivace.

 

DSC07738.jpg

 

DSC07739.JPG

 

DSC07740.JPG

 

DSC07741.JPG

 

Quelques magazines et revues tel que XXI par exemple essayent en France de faire revivre cette tradition mais ils se heurtent à l'incompétence de bien des candidats dessinateurs qui n'ont jamais appris à dessiner dans les pseudo écoles d'art d'où ils sortent. Où retrouver la dextérité, la patience et l'amour du travail bien fait que révèlent les supebe planches animalières que Méheut a réalisé au laboratoire de biologie marine de Roscoff alors qu'il n'a que 25 ans. De ces études minutieuse sur le vif l'artiste explorera les possibilités qu'offrent les sujets animaliers, en particulier marins, en tant que figures décoratives dans un esprit qui se rapproche de celui des britanniques d'Art and craft.

 

DSC07746.jpg

 

Après une exposition au musée des Arts décoratifs en 1913, Mathurin Méheut obtient en 1914 une bourse de la fondation Kahn pour faire un voyage au Japon. L'art de Maheut était déjà avant son périple influencé par le japonisme comme nombre d'artistes de son époque. Du japon il envoie de belles lettres illustrées à ses proches (si dessus un exemple avec les fameux corbeaux du Japon). Il continuera cette pratique toute sa vie. Il doit malheureusement écourter son voyage au Japon. Il est mobilisé et fait les deux premières années de guerre sur la ligne de front. Ses lettres constitue un véritable journal de guerre illustré. Ce serait une bonne idée de le publier.

 

DSC07755.JPG

 

Il ne cessera durant toute la guerre de dessiner et peindre toujours en urgence, avec de pauvres moyens, dans les moment d'acalmie que lui laisse la guerre. Il es sort quelques chef d'oeuvre comme cette etonnante vue d'un guetteur dans le bois de Gruerie en Argonne en septembre 1915 où la nature semble plus forte que la guerre.

 

DSC07752.JPG

 

Mathurin Méheut montre la guerre dans toute son horreur mais toujours avec pudeur comme ces croquis de la mort d'un ami ou le terrible tableau de l'exécution d'un déserteur devant tout le régiment, scène qui le bouleverse.

 

DSC07754.JPG

 

DSC07750.JPG

DSC07751.JPG

 

DSC07749.JPG

 

DSC07753.jpg

 

 

La guerre terminée dont Méheut sort vivant et entier, la mer et ses travaux, particulièrement dans sa chère Bretagne, seront ses grands thèmes jusqu'à ses derniers jours.

 

DSC07723.JPG

 

DSC07724.JPG

Les paludiers de Guérande

 

DSC07725.JPG

la récolte du goémon

DSC07728.jpg

séchage des filets

 

DSC07729.JPG

 

DSC07730.JPG

les grands filets

 

DSC07731.JPG

les sardinières

 

DSC07732.JPG

chantier naval, construction des sardinières

 

DSC07733.JPG

 

DSC07734.jpg

 

DSC07736.jpg

 

DSC07761.jpg

 

DSC07763-copie-1.JPG

 

photo-1.jpg

 

Il serait réducteur de limiter Mathurin Méheut à sa seule Bretagne. Le sud de la France l'a aussi inspiré comme en témoignent les oeuvres ci-dessous.

 

DSC07726.JPG

la plage de Cassis

 

DSC07727.JPG

legionaires sous les platanes à Toulon

 

DSC07737.JPG

La Ciotat

 

Une des grandes activités de l'artiste a été la confection de décors tant privés que pour des paquebots et des restaurants comme Prunier à Paris par exemple. Ci dessous quelques exemples de ces panneaux décoratifs. Bien évidemment beaucoup de ces décors ont aujourd'hui disparu.

 

DSC07758.JPG

 

DSC07759.JPG

 

DSC07760.jpg

 

DSC07762.JPG

 

Si Mathurin Méheut avait une prédilection pour la gouache et la casséite, il a aussi travaillé à l'huile, réalisé des linotypes, fait beaucoup de céramiques (vous pouvez aujourd'hui manger dans des assiettes crées par Mathurin Meheut en allant diner chez Prunier) et un peu de sculpture. L'exposition s'ouvre sur une majestueuse tapisserie. Mathurin Méheut était un artiste complet qui mérite bien cette redécouverte élégamment mise en scène au Musée de la Marine jusqu'au 30 juin 2013.

Commenter cet article